Navigation – Plan du site

L’architecture des mosquées en France : construire ou édifier ?

Anne-Laure Zwilling
p. 343-356

Résumés

Cet article traite de l’architecture des édifices construits aux fins d’abriter les lieux de culte musulmans en France. L’histoire de ces constructions commence avec l’érection des mosquées “historiques” entre 1905 et 1930. Après des années sans construction, on assiste dans les années 1980 et 1990 à la reprise des projets, et à l’inauguration des “mosquées cathédrale”. Enfin, les années 2000 voient à la fois l’aboutissement de projets commencés de longue date et l’édification rapide de bâtiments nouveaux.
Le style architectural de tous ces bâtiments n’est jamais le résultat du hasard : la détermination des constructions résulte de la combinaison de facteurs financiers, sociaux et politiques, tant dans le groupe religieux que dans la société au sens large. L’enjeu, en termes de visibilité de l’islam, est loin d’être négligeable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L. Obadia, “L’habit fait-il le moine ? Sémiotique sociale de “l’être bouddhiste” dans le contexte o (...)
  • 2 En référence à un ouvrage publié récemment de Roland Campiche, La religion visible. Pratiques et cr (...)

1Le sujet de ce travail, l’architecture des mosquées en France, a été choisi pour la journée d’études doctorales de théologies 2009 à l’Université de Strasbourg bien avant que la Suisse n’ouvre un débat social sur la construction des mosquées, débat qui a enflammé une partie de l’Europe. Loin de toute considération politique sur l’édification de minarets en Europe, notre préoccupation était de s’intéresser aux édifices destinés à l’exercice du culte musulman qui sont construits en France. Dans le cadre du thème des “religions dans l’art” qui était celui de cette journée, la dimension esthétique de l’architecture de ces bâtiments était notre intérêt premier. Il s’agissait avant tout de présenter un état des lieux des mosquées que l’on construit aujourd’hui en France : de quels bâtiments, quel style, quelle architecture s’agit-il ? Les édifices étant une des expressions de la présence des groupes religieux dans l’espace public, et par là partie de la sémiotique sociale de la présence religieuse1, cet article sera aussi l’occasion de quelques considérations sur la « religion visible2 ».

  • 3 F. Frégosi (dir.) Les conditions d’exercice du culte musulman en France, Contrat FASILD, 2003.
  • 4 22 lieux de culte sur plus de 2000 ont une superficie supérieure à 2000 m² ; deux seulement, la Gra (...)
  • 5 J.-M. Guenois, “Les lieux de culte ont doublé en vingt ans”, Le Figaro 30-08-2011, http://www.lefig (...)
  • 6 Parmi les mosquées incluant un minaret en métropole, on peut citer la Grande Mosquée d’Evry, la mos (...)
  • 7 J. Bloom, Minaret : Symbol of Islam, Oxford, Oxford University Press, 1989.
  • 8 Ceci a obligé le sultan Ahmed à doter la mosquée de La Mecque d’un septième minaret, pour qu’elle c (...)

2La plupart des lieux de culte musulmans en France ne peuvent pas être appelés mosquée, si l’on entend par là un bâtiment exclusivement ou principalement destiné à l’exercice du culte musulman. En majorité, ce sont des salles dans un bâtiment affecté à un autre usage. En 2003, sur plus de 2150 lieux de culte musulmans, plus de 80 % n’atteignaient pas les cinq cents mètres carrés de surface totale chacun3 et seuls 4 % des lieux de culte avaient une surface totale supérieure à mille mètres carrés4. Le ministère de l’Intérieur dénombrait 2 052 lieux de culte musulman en France métropolitaine en 2010 ; 60 % de ces lieux de culte ne dépassent pas cent mètres carrés5. Enfin, une vingtaine seulement de bâtiments possède un minaret6. À ce propos, signalons que, bien que de nos jours les mosquées comportent le plus souvent un ou plusieurs minarets qui en sont quasiment devenus un élément constitutif, les premières mosquées ont été construites sans minaret, l’appel à la prière se faisant depuis le toit de la mosquée. Certains courants de l’islam estiment d’ailleurs, encore aujourd’hui, que les minarets sont inutiles7. Très rapidement cependant, peut-être à cause de l’influence des clochers, les Omeyyades ont ajouté un minaret à leurs mosquées ; il semblerait qu’un minaret ait déjà été érigé en 665 sur la mosquée de Bassorah. Par souci de symétrie sans doute, on est rapidement passé d’un minaret à deux, construits de part et d’autre d’un portail. Il y en a parfois plus ; ainsi, la mosquée bleue d’Istanbul en comporte 68. La hauteur, le style et la forme de ces minarets peuvent être très divers. Le plus haut minaret du monde est celui de la Mosquée Hassan II à Casablanca, avec une hauteur d’environ deux cent dix mètres ; mais la grande mosquée d’Alger vise aujourd’hui à se doter d’un minaret encore plus haut, auquel on entend ajouter un rayon laser indiquant la direction de La Mecque.

  • 9 Le site http://www.trouvetamosquee.fr/ fournit une cartographie (pas toujours très fiable) des lieu (...)
  • 10  Voir par exemple “Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’islam en France”, IFOP 2009, http (...)

3Dans le cadre de cette enquête, pour délimiter le sujet, je me suis essentiellement intéressée aux bâtiments construits en France à des fins cultuelles ; les transformations de bâtiments existants n’ont pas été prises en compte. Ces édifices sont répartis inégalement sur le territoire français, comme la présence musulmane, pour des raisons historiques9. L’immigration suscitée par l’appel à la main-d’œuvre étrangère explique la présence plus forte de musulmans dans le Nord, mais aussi dans le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort (avec les usines Peugeot), le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne ou bien encore le département de la Loire et ses industries, ainsi que le grand bassin parisien. Le littoral méditerranéen, géographiquement le plus proche du Maghreb, a aussi accueilli une part importante de l’immigration d’où une forte représentation des personnes musulmanes dans l’Hérault, le Gard ou bien encore les Bouches-du-Rhône. La concentration de musulmans est également forte dans les régions frontalières, dans les grands centres urbains et leurs banlieues, et dans les anciens bassins industriels et miniers10. On comprend alors aisément pourquoi, parmi les douze mosquées dont la surface est supérieure à trois mille mètres carrés, huit sont en Île-de-France.

I. La construction des mosquées, du début du XXe siècle à nos jours

  • 11 M. Telhine, L’Islam et les musulmans en France  : une histoire de mosquées, Paris, L’Harmattan, 200 (...)
  • 12 M. Maussen, “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam and Mosques in Western Europe”, AS (...)
  • 13 Voir notamment F. Frégosi, “Les problèmes d’organisation de l’islam en France”, Esprit 239, 1998, p (...)

4La construction des mosquées en France est également répartie très inégalement dans le temps. Il ne s’agit pas ici d’exposer l’historique de la position des pouvoirs publics en France, ni d’analyser l’opportunisme éventuel des stratégies politiques locales sur les constructions de mosquées11. Comme le signale Marcel Maussen, l’histoire de la construction de mosquées en France est loin de se résumer à une lutte entre les institutions musulmanes cherchant à établir un lieu de culte et les autres acteurs, associations locales et pouvoirs publics, qui facilitent ou font obstacle au projet12. La dynamique de ces conflits ayant déjà été fort bien décrite et analysée13, je souhaite seulement ici m’intéresser au type de bâtiments qui ont été construits.

A. 1900-1930 : les « mosquées historiques »

5Les deux plus anciennes mosquées de France se trouvent dans les Territoires d’outre-mer : celle de St Denis de La Réunion (mosquée dite la Moufia ou Noor el islam), construite en 1905 ; et celle de St Pierre de la Réunion Attyab-ul Madariss, construite en 1920.

  • 14 La mosquée de Langon, qui date probablement du xixe siècle, n’a jamais été destinée à être un lieu (...)
  • 15 Cette mosquée s’inscrit également dans la politique musulmane de la France et a peut-être constitué (...)

6En 1926, la première mosquée de France métropolitaine voit le jour : c’est la Grande mosquée de Paris14. Il s’agit de la plus grande mosquée de France. De style hispano-mauresque avec un minaret de 33 mètres de haut, elle a été construite pour rendre hommage aux musulmans morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale15. Quelques années plus tard, se construit la Mosquée Missiri de Fréjus, dans le camp militaire de Caïs. Construite pour les troupes coloniales en 1930, son architecture imite celle d’une mosquée africaine : elle est la réplique de la grande mosquée de Djenné (Mali), et est classée monument historique depuis 1987. Ces quatre mosquées constituent, en quelque sorte, le patrimoine historique des mosquées de France.

B. 1980-1990 : la reprise et les mosquées « cathédrales »

  • 16 D’autres projets de mosquées “coloniales” ont existé, à Marseille, Lille ou Bordeaux, mais n’ont pa (...)
  • 17 J. Cesari, “Musulmans français et intégration sociopolitique”, dans Religion et action dans l’espac (...)
  • 18 http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1481 dernière visite le 22 juillet 2011.
  • 19 Elle peut accueillir jusqu’à mille personnes.
  • 20 J’ai traité ici de tous les bâtiments construits pour être un lieu de culte musulman, qu’ils soient (...)

7Il n’y aura ensuite aucune construction de mosquée sur le territoire européen de la France jusqu’en 198116. Cette année-là, on inaugure la mosquée de Mantes-la-Jolie, dont la première pierre avait été posée en 1981. Délibérément de style traditionnel arabo-musulman, l’édifice comporte un minaret de dix-huit mètres de haut et une coupole ; le patio est décoré de mosaïques de couleurs. Les années 1990, à la suite de l’entrée de l’islam français dans ce que Jocelyne Césari a appelé “l’âge de la citoyenneté”17, inaugurent ensuite une série de constructions de mosquées. Ainsi, en 1994, on assiste la même année à l’inauguration de la petite mosquée de Farebersviller, de celle d’Évry, et de la grande mosquée de Lyon. Ces trois projets ont été assez longs à aboutir, tous trois ayant commencé dès le début des années 198018. L’architecture de la mosquée de Farébersviller vise la synthèse entre différentes traditions. Elle dispose donc d’un minaret dont la tour a une base carrée, ce qui est l’usage nord-africain, tandis que le sommet polygonal ressemble plutôt à ceux en usage en Turquie. À ce minaret est adjoint un bâtiment rectangulaire composé d’une vaste salle de prière hypostyle19 et d’un espace pour les ablutions, reliés par un patio, chaque salle étant surmontée d’un dôme. La mosquée d’Évry, œuvre de l’architecte Henri Baudot qui a réalisé plusieurs édifices en Algérie et en Tunisie, présente un minaret rectangulaire et un dôme sur un bâtiment assez neutre d’aspect. La grande mosquée de Lyon est un bâtiment gris aux formes anguleuses, surmonté d’un dôme, flanqué d’un minaret rectangulaire. Ainsi, entre 1926 et 2000, quatre mosquées sont construites dans l’hexagone20. Toutes ont un minaret, et ont en commun de reprendre un style d’architecture arabe, estompé pour les mosquées de 1994.

  • 21 G. Kepel, Les banlieues de l’islam Paris, Seuil (Politiques étrangères), 1987 ; G. Kepel, À l’ouest (...)
  • 22 Sur la complexité de ces enjeux, voir Maussen “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam (...)

8Le projet de mosquée de Lyon avait été initié dès 1980 ; celui d’Évry en 1984. La lenteur de réalisation de ces projets de mosquée en dit long sur les tensions et contradictions qui ont pu exister parmi et entre les différents protagonistes (associations et groupes religieux ou locaux et responsables et décideurs politiques21), tensions augmentées de l’enjeu symbolique que représentent ces constructions22.

  • 23 Maussen souligne l’ambiguïté et la complexité des motivations, en notant par exemple que la constru (...)
  • 24 Cette volonté a pu être aussi bien celle des pouvoirs publics que des acteurs de l’islam.

9Les projets des années 1990 ont été qualifiés de “mosquées cathédrales”. Plusieurs d’entre elles ont prétendu au titre de “mosquée la plus grande de France” : cela a longtemps été celle de Paris, qui fut détrônée par la mosquée d’Évry, puis de Créteil, Lyon ou de Strasbourg. Il faut évidemment rappeler qu’il est difficile de trancher sur la vérité de chacune de ces affirmations : compare-t-on la surface totale, celle du bâtiment, celle de la salle de prière ? On constate cependant que cette volonté de construire grand, si elle a pu correspondre à un certain goût français pour la cathédrale comme figure d’autorité religieuse23 ou répondre à une volonté d’ostension de la présence de l’islam dans la cité24, a suscité des projets qui se sont avérés longs, coûteux, et risqués.

  • 25 X. Ternisien, “Le temps des ‘mosquées cathédrales’ semble révolu”, Le Monde, 18.06.2004

10L’année 2000 inaugure une série de constructions moins imposantes, ce qui fera dire à Xavier Ternisien que le temps des mosquées cathédrales est révolu25. La mosquée Sunna de Besançon, du quartier de Saint-Claude, comporte un minaret, est décorée de mosaïques, mais ses dimensions sont plus raisonnables. 2002, à Rodez et à Villeparisis, voit aussi l’ouverture de deux mosquées très simples, les deux sans minaret.

C. Années 2000 à nos jours : les années d’aboutissement

  • 26 La mosquée de Strasbourg est un exemple de projet de longue haleine.
  • 27 Le projet avait commencé en 1989.

11Après cela, les constructions vont ensuite se succéder à un rythme rapide. La date prise en compte ici est celle de l’inauguration, certains projets ayant mis parfois plus de dix ou quinze ans à aboutir26. En 2004 s’ouvre la mosquée de Creil, grand bâtiment pouvant accueillir deux mille personnes, avec un minaret à tour carrée de quinze mètres. En 2005, c’est au tour de la mosquée de Bourg-en-Bresse, dépourvue de minaret, avec une coupole de couleur verte. En 2006, c’est au tour de la mosquée de Bondy, petit bâtiment carré avec deux coupoles vertes, et de celle des Mureaux27, et de la grande mosquée Othmane de Lyon-Villeurbanne, à tour carrée. 2007 voit la construction de la mosquée bleue à Istres, bâtiment de style oriental de couleur vive.

12En 2008, cinq mosquées ouvrent leur porte. Trois sont des bâtiments de style contemporain : la mosquée En-Nour de Drancy ; l’édifice en forme de “L” de la mosquée Al Fath de Besançon ; et celle de Saint-Prix, première mosquée ahmadyya28 de France, délibérément discrète avec un petit minaret symbolique posé par terre devant le bâtiment. Celles de Vernouillet, avec tour carrée, et de Vigneux-sur-Seine, avec une tour ronde, sont de style plus oriental. Enfin, la grande mosquée de Créteil, réclamant à l’époque le titre de plus grande mosquée de France avec son emprise au sol de mille deux cents mètres carrés, est d’inspiration clairement marocaine : dotée d’un dôme et d’un minaret s’élevant à douze mètres du toit et surmonté d’un croissant couleur bronze, ses finitions intérieures ont été réalisées par des céramistes venus de Fès.

13L’année 2009 voit l’ouverture de cinq mosquées : la petite mosquée d’Alfortville, à l’apparence banale d’un pavillon de banlieue, mais également de grands bâtiments : la mosquée Arrahma de Nantes Nord, avec une salle de prière de six cent cinquante mètres carrés, sobre bâtiment blanc comportant deux tours carrées ; la mosquée de Trappes, avec une tour carrée en angle ; les mille sept cents mètres carrés de la mosquée de Tremblay aux lignes droites et sobres ; enfin les imposants deux mille trois cents mètres carrés de la mosquée de Gennevilliers, avec un dôme et deux tours rondes sur un bâtiment aux tons orangés.

14En 2010, cinq autres mosquées seront ouvertes sur le territoire français. Deux sont relativement petites, la Mosquée d’Avignon-Monclar aux lignes simples, de couleurs vert et saumon, et la mosquée de Tarbes avec sa tour carrée en étages, ses arcs outrepassés et ses mosaïques. Trois sont de grands édifices : la grande mosquée de Montreuil, avec son minaret carré, est prévue pour mille trois cents personnes. À Belfort, la mosquée aux lignes stylisées est prévue pour accueillir mille cinq cents personnes, comme celle de Clermont-Ferrand, à deux tours carrées surmontées d’une coupole, dotée d’un dôme et d’un minaret de dix-huit mètres. Ce projet de mosquée avait été lancé en 1990.

  • 29 La mosquée de Strasbourg a ouvert pour Ramadan, avant de fermer pour deux mois de travaux de finiti (...)
  • 30 La mosquée utilisera un chauffage géothermique.

152011 a également vu l’aboutissement de projets importants, commencés parfois longtemps auparavant : 1982 pour la mosquée de Strasbourg (quartier Heyritz), bâtiment carré décoré de sortes de cornes, et surmonté d’une coupole centrale de plus de vingt mètres de haut29. La grande mosquée de Villeneuve d’Ascq, aux portes en arc brisé, avec un grand dôme en verre et un minaret de dix-huit mètres, qui se vante d’être la “première mosquée écologique30”, avait été commencée en 2005. Les mosquées de la Roche-sur-Yon (bâtiment blanc décoré d’arcs, qui attend encore son minaret) ; Mantes – Limay, bâtiment aux lignes modernes avec une décoration stylisée à base d’arcs outrepassés ; Guéret, petit bâtiment carré avec tour carrée, unique mosquée à minaret du Limousin ; enfin, la mosquée blanche et ocre de Libourne à tour carrée, ont également été achevées cette même année.

II. Choix architecturaux : tradition plutôt qu’innovation

16Dans l’ensemble, l’architecture de ces édifices reste proche de celle des mosquées classiques (voir par exemple Bourg-en-Bresse, Bondy, Nantes), et on constate la prédominance des édifices rappelant l’architecture de ceux du monde musulman (Évry, Mons-en-Barœul). Dans la majorité des cas, l’ensemble cherche à évoquer la culture d’origine et principalement le monde arabe : minarets, portes à arc outrepassé, style orientalisant (Bordeaux, Nantes), évocation que l’on retrouve même dans un travail tout en angles comme dans les mosquées de Mulhouse, de Montreuil, ou encore de Villeurbanne. La mosquée reste majoritairement déclinée comme une appartenance culturelle. La couleur verte est très fréquemment utilisée ; le minaret est très souvent présent, et permet d’ailleurs d’identifier la communauté, les mosquées des communautés turques favorisant le minaret en ogive.

A. Le minaret

17La présence – ou l’absence – de minaret à une mosquée dépend de raisons variables, souvent articulées de façon complexe, et elle ne résulte pas toujours de la volonté des constructeurs. Nikola Tietze, sociologue allemande, évoque ainsi la mosquée de Cologne, dont le plan retenu pour la construction est un compromis, entre autres avec les représentants chrétiens locaux qui voulaient un bâtiment explicitement religieux et qui ont obtenu que l’on ajoute des minarets au projet initial31. Inversement, certains projets de mosquée n’ont été acceptés que sous condition qu’il n’y ait pas de minaret (Montluçon, par exemple), ou que celui-ci ne dépasse pas une certaine hauteur (Gennevilliers32) ; le projet de la mosquée de Strasbourg a connu plusieurs changements, avec minaret ou sans minaret33. Reste que si toutes les mosquées construites avant 2000 comportent un minaret, cela devient moins systématique ensuite. Il n’est pas possible d’établir si la cause en est pragmatique et liée aux impératifs financiers, diplomatique pour donner plus de chance à un projet dans un contexte d’hostilité croissante aux minarets, ou si cela est lié à un changement des mentalités – qu’il s’agisse d’une évolution des stratégies de visibilité des communautés ou d’une adaptation au contexte, ou enfin si cela témoigne d’une évolution de la réception des demandes de construction de mosquées. Il serait certainement intéressant d’étudier plus précisément la présence d’un minaret sur les mosquées, et d’en analyser les raisons, mais ce travail reste à faire. En attendant, force est de mentionner que les mosquées construites en 2010 et 2011, hormis celle d’Avignon, comportent un minaret, et que certaines mosquées déjà construites ajoutent ou projettent d’ajouter un minaret à une construction existante (mosquée de Nevers par exemple)34. Certes, la construction d’une mosquée, si elle répond à des exigences pratiques, est également l’expression d’un désir de visibilité ; mais cette visibilité est souvent autant celle d’une culture que d’une religion.

B. Le poids de la tradition

18En me lançant dans ce tour d’horizon des mosquées de France, je m’attendais à découvrir nombre d’édifices originaux, de créations artistiques. En réalité, bien que les bâtiments soient en général beaux, soignés, de belle qualité, il m’a semblé que la dimension d’originalité, de nouveauté, n’y était pas vraiment. On a l’impression de se trouver devant une série de clones, dont les variantes essentielles vont être entre une tour ronde et une tour carrée, et un dôme transparent ou un dôme vert. J’ai ainsi trouvé le commentaire suivant sur un blog d’architecture marocain : « En France, le niveau architectural quant à lui est rarement au rendez-vous. C’est assez déroutant de voir ce phénomène “pastiche” très prononcé au Maghreb se poursuivre en France. À quand des mosquées inscrites dans une modernité saine et assumée35 ? ».

  • 36 Entretien et courriers de septembre 2009.
  • 37 É. Roose, The Architectural Representation of Islam. Muslim-Commissioned Mosque Design in The Nethe (...)

19Peut-on expliquer ce manque d’imagination dans les mosquées de France ? Joël Privot, architecte dont le cabinet se spécialise dans la construction de mosquées en Europe, y voit plusieurs explications. Il souligne le manque de connaissance de la culture architecturale européenne des membres des communautés : ils restent trop influencés par la culture d’origine, et leurs références sont extraeuropéennes. Il rappelle que les décisionnaires sont souvent les membres les plus âgés de la communauté, donc en France plus fréquemment des immigrés. Les projets innovants sont acceptés par les plus jeunes, pas par les anciens, et les projets de constructions sont fréquemment l’occasion de ruptures dans la communauté. Les projets plus modernes sont parfois portés par la majeure partie de la communauté, pour être finalement refusés par une minorité “au pouvoir”36. Ces remarques vont dans le sens des conclusions d’Éric Roose, dans un rapport sur l’architecture des mosquées aux Pays-Bas, qui dit que le bâtiment réalisé représente finalement l’expression de la partie établie, politiquement forte, de la communauté, et pas de ses tendances progressistes37.

C. Architecture assertive et visibilité

20Les réalisations semblent plus libres ailleurs, si on en juge par la mosquée de Bethnal Greens ou le projet de celle de Levisham, au Royaume-Uni38. Et on voit beaucoup de projets de bâtiments plus affranchis des codes classiques de la mosquée, y compris dans le monde musulman : le cabinet d’architecture des frères Manço a conçu pour la ville de Kayseri une mosquée de forme cubique, incliné vers la Kaaba. Le bâtiment qui s’enfonce dans le sol crée un plus grand espace intérieur et veut donner l’impression que l’édifice se prosterne. Studio Z a imaginé une mosquée totalement sphérique. À Dubaï, en réponse à un concours d’architecture pour une mosquée, Zest architecture avait imaginé un projet de mosquée écologique avec « une géométrie fluide en forme de dôme, sa structure reflète la lumière du soleil au maximum pendant la journée et offre de la fraicheur durant la nuit39 » ; Ruxdesign40 une mosquée sans murs, intégrée dans la place de la ville où elle serait construite. Architizer imagine une mosquée-tour pour l’Iran41.

21En France, c’est seulement dans les projets les plus récents que l’architecture des mosquées devient plus imaginative. Le style s’affranchit de l’architecture orientale, évoluant vers l’évocation plus que l’utilisation : Créteil propose ainsi une déclinaison souple de l’enceinte de la mosquée, Montigny-les-Cormeils une version esthétisée de mosquée, très lumineuse ; Drancy offre un bâtiment très sobre, Libourne un bâtiment qui joue sur le rappel des arcs outrepassés. Des projets non retenus avaient témoigné d’une grande originalité : un projet de mosquée en “onde urbaine végétalisée” pour Bordeaux, le projet audacieux de Zaha Hadid pour la mosquée de Strasbourg42, celui de Nabil Afkiri pour la mosquée de Marseille43.

22Le futur semble être à plus de créativité : ainsi, on trouve pour Charleville-Mézières une proposition de bâtiment circulaire dont les références orientales sont très stylisées, un projet assez futuriste pour la mosquée de Stains44 ou celle de La-Seyne-sur-mer45, et Cannes envisage une mosquée New look46. Une évolution architecturale semble se faire jour, vers des bâtiments visant à refléter l’identité de la communauté locale qui les porte plus que celle de l’islam en général – fût-ce, comme à Lorient, avec le projet d’une mosquée totalement dénuée de signes extérieurs47.

D. L’aspect financier

  • 48 Près de 200 chantiers seraient en cours selon le Ministère de l’Intérieur (Le Figaro, 11-2009).
  • 49 Ainsi à Angers, Montluçon, Angers, Bordeaux notamment.
  • 50 Arras, Belfort, Bordeaux, Cannes, Cergy, Clichy-sous-bois, Charleville-Mézières, Clermont, Corbeil, (...)
  • 51 “La mosquée devrait être réalisée en plusieurs étapes, au rythme du financement dégagé par l’associ (...)
  • 52 Forme de donation, en droit musulman, pour un projet charitable.

23Toutes les mosquées en projet verront-elles le jour ? En France, beaucoup de projets sont en cours, à des degrés divers de maturation48. Plusieurs connaissent cependant des difficultés : tensions à l’intérieur de la communauté49 ou problèmes avec l’architecte comme à La-Seyne-sur-Mer. Dans plusieurs communes, des recours administratifs, souvent produits par des groupes idéologiquement opposés aux constructions de mosquées, bloquent les projets de construction : Bayonne, Annecy, Marseille, ou Vénissieux. Mais surtout, beaucoup de projets sont arrêtés faute de financement. Il faut dire que les grands projets coûtent cher ; et si plusieurs grandes mosquées ont réussi à voir le jour malgré leur coût (Villeurbanne 1 million d’euros, Tremblay 2, Montreuil 2,3, Villeneuve 2,7, Créteil plus de 5 et Strasbourg 8,5), nombre d’autres sont en panne. On peut citer ainsi Bobigny, Cannes, Cergy, Le Havre, Marseille, Nantes, Paris, Poitiers, Reims, Saint Étienne, Sin-le-Noble, Toulouse – Empalot ; beaucoup d’autres projets ont vu les problèmes de financement ralentir ou arrêter la construction50. Que penser alors de projets qui annoncent d’emblée des budgets à hauteur d’un million d’euros (Béthune ou Le Havre), voire dépassant le million comme Toulouse (1,1) ou Annecy, Narbonne et Épinal (1,5) ? Roubaix et Charleville annoncent 2 M ; Reims, Toulouse Nantes et Vénissieux, plus de 4, Boulogne 4,5, Angers 5, Mantes entre 5 et 7, Marseille 9, et Paris est annoncé pour plus de 14. Plus réaliste, peut-être, la communauté de La-Seyne-sur-mer annonçait d’emblée la réalisation du projet par étapes51, tandis que Vigneux-sur-Seine organise un projet de waqf52 pour financer les travaux.

  • 53 C. Gabizon, “Enquête sur le financement des nouvelles mosquées”, Le Figaro, 22.12.2008.
  • 54 Il s’agit de l’église Saint-Christophe de Meaux, Seine-et-Marne, rue du Grand-Cerf ; http://fr.topi (...)
  • 55 I. Saint-Martin, “Les nouvelles églises parisiennes construites à l’époque du cardinal Lustiger”, e (...)

24Car le coût de construction n’est pas le seul élément à prendre en compte, et un autre élément est à souligner : il est plus facile de récolter des fonds pour construire que pour entretenir. Les grands rassemblements religieux font venir beaucoup de monde, et il faut certes des lieux pour que ces rencontres se tiennent. Mais les édifices du culte sont souvent utilisés de façon ponctuelle, alors qu’ils sont à chauffer et entretenir à plein temps ; ils deviennent alors, comme l’exprime Dalil Boubakeur, des “gouffres financiers”53. On peut trouver sur internet la photo d’une église54, détruite après la révolution et dont ne subsiste que le portail classé monument historique. Fortement dégradé, il abrite maintenant un magasin de lingerie. Cette image illustre la difficulté de la gestion du patrimoine, ce qui souligne qu’il faut savoir tirer les leçons du passé – quand bien même il s’agirait du passé des autres. Les projets de construction de bâtiments cultuels, pour rester au service de la communauté qui les construit, ne doivent pas abandonner tout pragmatisme. Isabelle Saint-Martin, à partir d’une étude sur les constructions d’édifice religieux catholiques à Paris, en a montré l’évolution, exposant comment l’accent est passé de la visibilité au service de proximité, de la monumentalité à la lisibilité55.

* *
*

  • 56 Voir à ce propos les remarques de la sociologue Mallory Schneuwely-Purdie à propos de la votation s (...)
  • 57 Voir par exemple la façon dont Naomi Davidson souligne à quel point la mosquée sert à définir l’isl (...)
  • 58 Voir par exemple l’importance de cet enjeu pour des élus locaux dans Duthu, Le Maire et la mosquée. (...)

25Toutes les grandes idées, toutes les religions cherchent à construire des bâtiments dont la puissance et la majesté visent à représenter celle de leur croyance, et la hauteur celle de leur spiritualité. Aujourd’hui en France, les conflits autour de la construction des mosquées, des minarets, et de l’appel à la prière se jouent dans cette logique et sur ce terrain56. La charge symbolique des édifices religieux est forcément importante57. De ce fait, les constructions de mosquées représentent un enjeu de proclamation non négligeable, et ce, non seulement pour les musulmans58. Ce panorama de l’architecture des mosquées en France, s’il a laissé délibérément de côté l’interprétation de cette évolution, permet en tout cas d’en souligner les enjeux. Aujourd’hui, la religion musulmane reste encore à construire en France. On peut dire qu’il lui faut bâtir sa cohérence, trouver son insertion dans le paysage français, ériger sa représentation, échafauder une théologie qui prenne en compte la situation de l’Europe et de la France… tous ces mots sont ici utilisés à dessein pour leur double sens. On l’a vu, construire des mosquées, c’est aussi construire l’islam ; il s’agit donc bien de construire et d’édifier.

Haut de page

Bibliographie

"Dossier : la mosquée dans la cité”, La médina 13, mai-juin 1999, p. 27-57.

Revue des Mondes Musulmans et Méditerranéens 125, juillet 2009 (“Les mosquées. Espaces, institutions et pratiques”, sous la responsabilité de Fariba Adelkhah et Abderrahmane Moussaoui).

Karim Abdoun, Mathilde Chevre, Asma AL Atyaoui, et al. (dir.), Histoire de mosquées. Recueil de témoignages, Strasbourg, Editions Kalima, 2004.

Mounia Bennani-Chraibi, “Mosquée d’Evry : le coût de la paix sociale”, Les Cahiers de l’Orient 16-17, 1989, p. 63-76.

Alain Battegay, “Mosquée de Lyon : la construction d’un symbole”, Hommes et Migrations, 1186, 1995, p. 2-30.

Florence Bergeaud, “La gestion coloniale de l’islam à Bordeaux. Enquête sur une mosquée oubliée”, Hommes et Migrations 1228, 2000, p. 29-43.

Jonathan Bloom, Minaret: Symbol of Islam, Oxford, Oxford University Press, 1989.

Alain Boyer, L’Islam en France, Paris, P.U.F. (Politique d’aujourd’hui), 1998.

Roland Campiche, La religion visible. Pratiques et croyances en Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (Le savoir suisse), 2010.

Jocelyne Cesari, “Mosques in French Cities: Towards the End of a Conflict?”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 31, 2005, 6 (Mosque Conflicts in Europe), p. 1025-1044.

Elsa Chavinier et Jacques Levy, “Minarets : malaise dans l’alteridentité”, Pouvoirs locaux 83-4, 2009, p. p. 5-7.

Naomi Davidson, “La mosquée de Paris. Construire l’islam français et l’islam en France, 1926-1947”, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 125, juillet 2009, p. 197-215.

Frédéric Dejean, “L’Islam en Europe : invisible, visible, trop visible ?”, Vox geographi, 2010, http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1849 (dernière visite le 18/01/2012).

Françoise Duthu, Le Maire et la mosquée. Islam et laïcité en Île-de-France, Paris, L’Harmattan, janvier 2009.

Bruno Etienne, “La mosquée comme lieu d’identité communautaire”, dans Magali Moesy, Les Nord-Africains en France. Des étrangers qui font aussi la France, Paris / CHEAM, 1985, p. 131-150.

Magalie Flores-Lonjou et Francis Messner (dir.), Les lieux de culte en France et en Europe : Statuts, pratiques, fonctions, Louvain, Peeters, 2007.

Franck Frégosi, “‘Droit de cité’ de l’islam et politiques municipales : analyse comparée entre Strasbourg et Mulhouse”, dans Le religieux dans la Commune. Régulations locales du pluralisme religieux français (J.-P. Willaime et F. Frégosi éd.), Genève, Labor et Fides 2001, p. 92-137.

– (dir.), L’exercice du culte musulman en France. Lieux de prière et d’inhumation. Rapport pour le Fasild, 2004.

– , “Le maire et la mosquée”, Diversité Ville école intégration 142, Septembre 2005, p. 109-113.

Lydie Fournier, Le fait musulman à Montpellier entre réalités sociologiques et enjeux politiques. Paris, Dalloz (Nouvelle bibliothèque de thèses science politique), 2008.

Claire de Galembert, “The City’s ‘Nod of Approval’ for the Mantes-la-Jolie Mosque Project: Mistaken Traces of Recognition”, Journal of Ethnic and Migration Studies 31-6, 2005 (Mosque Conflicts in Europe), p. 1141-1159.

Bernard Godard, Sylvie Taussig, Les musulmans en France : courants, institutions, communauté. Paris, Robert Laffont (Histoire et actualité), 2007.

Patrick Haenni, Stéphane Lathion (dir.), Les minarets de la discorde. Éclairages sur un débat suisse et européen, Gollion / Paris, Editions Infolio, 2009.

Patrick Haenni et Stéphane Lathion (dir.), The Swiss Minaret Ban: Islam in Question. Fribourg, Religioscope, 2011.

Danièle Hervieu-Leger, “Space and Religion: New Approaches to Religious Spatiality in Modernity”, International Journal of Urban and Regional Research 26-1, 2002, p. 99-105.

Cécile Jolly, Religions et intégration sociale : rapport au Commissariat général du plan, 2005 (http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/054000492/0000.pdf).

Gilles Kepel, Les banlieues de l’islam Paris, Seuil (Politiques étrangères), 1987.

– , À l’ouest d’Allah, Paris, Seuil (Épreuve des faits), 1994.

Kim Knott, The Location of Religion. A spatial analysis, London, Equinox, 2005.

Neil Macmaster, “Imperial Façades: Muslim Institutions and Propaganda in Inter-War Paris”, dans: Promoting the Colonial Idea. Propaganda and Visions of Empire in France (T. Chafer et A. Sackur éd.), New York, Palgrave, 2002, p. 71-81.

Omero Marongiu, D’un monde à l’autre. Rapport du FASILD, Roubaix, 2005.

Marcel Maussen, “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam and Mosques in Western Europe”, ASSR working papers series 2005, p. 1-43.

– , “Mosques and Muslims in Marseilles”, ISIM Review 16, 2005, p. 54-55.

Jean-François Mayeur, “Islam : minarets et mosquées en France au prisme du local – ajustements et tensions”, Religioscope, 2010, http://religion.info/french/articles/article_472.shtml (dernière visite le 12/11/2011).

Lionel Obadia, “L’habit fait-il le moine ? Sémiotique sociale de “l’être bouddhiste” dans le contexte occidental”, Protée 39-2, 2011, p. 71-81.

Jean-Bernard Racine et Olivier Walther, “Géographie et religions : une approche territoriale du religieux et du sacré”, L’information géographique 3, 2003, p. 193-218.

Michel Renard, “France, terre de mosquées ?”, Hommes et Migrations 1220, 1999, p. 30-41.

Eric Roose, The Architectural Representation of Islam. Muslim-Commissioned Mosque Design in The Netherlands, Leiden, Amsterdam University Press (ISIM Dissertation series), 2009.

Christian Sorel et Jacqueline Lalouette (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, Letouzey et Ané, 2008.

Thijl Sunier, “The Western Mosque Space in Physical Place”, ISIM Review 18-1, 2006, p. 22-23.

Mohammed Telhine, L’Islam et les musulmans en France : une histoire de mosquées, Paris, L’Harmattan (Histoire et perspectives méditerranéennes), 2009.

Xavier Ternisien, La France des mosquées, Paris / Albin Michel (Spiritualités), 2002.

Jean-Paul Willaime et Franck Frégosi (dir.), Le religieux dans la commune. Régulations locales du pluralisme religieux français, Genève, Labor et Fides (Histoire et société), 2001.

– , “De l’édifice cultuel au centre religieux plurifonctionnel : les mutations contemporaines des fonctions et représentations du lieu de culte”, dans Magalie Flores-Lonjou et Francis Messner (dir.), Les lieux de culte en France et en Europe : Statuts, pratiques, fonctions. Louvain, Peeters, 2007.

Haut de page

Annexe

Mosquée de Fréjus

Mosquée de Fréjus

Mosquée Al Fath de Besançon

Mosquée Al Fath de Besançon

Photo de Toufik de Planoise

Mosquée de Vernouillet

Mosquée de Vernouillet

Mosquée Arrahma de Nantes

Mosquée Arrahma de Nantes

Mosquée de Créteil

Mosquée de Créteil

Mosquée de Strasbourg

Mosquée de Strasbourg

Mosquée de Libourne

Mosquée de Libourne
Haut de page

Notes

1 L. Obadia, “L’habit fait-il le moine ? Sémiotique sociale de “l’être bouddhiste” dans le contexte occidental”, Protée 39, 2, 2011, p. 71-81.

2 En référence à un ouvrage publié récemment de Roland Campiche, La religion visible. Pratiques et croyances en Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (Le savoir suisse), 2010.

3 F. Frégosi (dir.) Les conditions d’exercice du culte musulman en France, Contrat FASILD, 2003.

4 22 lieux de culte sur plus de 2000 ont une superficie supérieure à 2000 m² ; deux seulement, la Grande Mosquée de Paris et celle d’Evry-Courcouronnes, atteignent les 7000 m². Frégosi (dir.) Les conditions d’exercice du culte musulman en France, Contrat FASILD, 2003, p. 51.

5 J.-M. Guenois, “Les lieux de culte ont doublé en vingt ans”, Le Figaro 30-08-2011, http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/08/30/01016-20110830ARTFIG00587-les-lieux-de-culte-musulmans-ont-double-en-vingt-ans.php, dernier accès le 12/11/2011.

6 Parmi les mosquées incluant un minaret en métropole, on peut citer la Grande Mosquée d’Evry, la mosquée Bellevue à Nantes, la mosquée Al Wiqaf de Mons-en-Barœul, et les mosquées de Farebersviller, Mantes-la-Jolie, Cholet, Tarbes.

7 J. Bloom, Minaret : Symbol of Islam, Oxford, Oxford University Press, 1989.

8 Ceci a obligé le sultan Ahmed à doter la mosquée de La Mecque d’un septième minaret, pour qu’elle conserve son statut de mosquée au plus grand nombre de minarets.

9 Le site http://www.trouvetamosquee.fr/ fournit une cartographie (pas toujours très fiable) des lieux de culte.

10  Voir par exemple “Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’islam en France”, IFOP 2009, http://www.ifop.fr/media/pressdocument/48-1-document_file.pdf (dernière visite le 22 juillet 2011).

11 M. Telhine, L’Islam et les musulmans en France  : une histoire de mosquées, Paris, L’Harmattan, 2009.

12 M. Maussen, “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam and Mosques in Western Europe”, ASSR working papers series 2005, p. 24.

13 Voir notamment F. Frégosi, “Les problèmes d’organisation de l’islam en France”, Esprit 239, 1998, p. 109-136 ; M. Maussen, “Mosques and Muslims in Marseilles”, ISIM Review 16, 2005, p. 54-55 ; A. Battegay, “Mosquée de Lyon, la construction d’un symbole”, Hommes et Migrations 1186, avril 1995, p. 26-30

14 La mosquée de Langon, qui date probablement du xixe siècle, n’a jamais été destinée à être un lieu de culte et a sans doute été construite par goût pour l’orientalisme.

15 Cette mosquée s’inscrit également dans la politique musulmane de la France et a peut-être constitué une réaction à la mosquée construite par les Allemands à Zossen.

16 D’autres projets de mosquées “coloniales” ont existé, à Marseille, Lille ou Bordeaux, mais n’ont pas été finalisés. F. Bergeaud, “La gestion coloniale de l’islam à Bordeaux. Enquête sur une mosquée oubliée”, Hommes et Migrations 1228, 2000, p. 29-43 ; Maussen, “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam and Mosques in Western Europe”, ASSR working papers series 2005, p. 1-43; Marcel Maussen, “Mosques and Muslims in Marseilles”, ISIM Review 16, 2005, p. 54-55.

17 J. Cesari, “Musulmans français et intégration sociopolitique”, dans Religion et action dans l’espace public (P. Brechon, B. Duriez et J. Ion éd.), Paris, L’Harmattan (Logiques politiques) 2000, p. 59-73 ; voir aussi F. Frégosi “‘Droit de cité’ de l’islam et politiques municipales  : analyse comparée entre Strasbourg et Mulhouse”, dans Le religieux dans la Commune. Régulations locales du pluralisme religieux français (J.‑P. Willaime et F. Frégosi éd.), Genève, Labor et Fides 2001, p. 92-137.

18 http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1481 dernière visite le 22 juillet 2011.

19 Elle peut accueillir jusqu’à mille personnes.

20 J’ai traité ici de tous les bâtiments construits pour être un lieu de culte musulman, qu’ils soient ou ne soient pas un “centre cultuel et culturel”.

21 G. Kepel, Les banlieues de l’islam Paris, Seuil (Politiques étrangères), 1987 ; G. Kepel, À l’ouest d’Allah, Paris, Seuil (Épreuve des faits), 1994 ; A. Boyer, L’Islam en France, Paris, P.U.F. (Politique d’aujourd’hui), 1998.

22 Sur la complexité de ces enjeux, voir Maussen “Making Muslim Presence Meaningful. Studies on Islam and Mosques in Western Europe”, ASSR working papers series 2005, p. 1-43.

23 Maussen souligne l’ambiguïté et la complexité des motivations, en notant par exemple que la construction de grandes mosquées a pu être comprise, d’une certaine façon, comme participant du progrès de la laïcité. “Mosques started figuring as symbolic landsmarks in narrative of linear process of emancipation and institutionalisation”, ibid., p. 23.

24 Cette volonté a pu être aussi bien celle des pouvoirs publics que des acteurs de l’islam.

25 X. Ternisien, “Le temps des ‘mosquées cathédrales’ semble révolu”, Le Monde, 18.06.2004

26 La mosquée de Strasbourg est un exemple de projet de longue haleine.

27 Le projet avait commencé en 1989.

28 http://www.ahmadiyya.fr/index.php?option=com_docman&task=doc_view&gid =150, dernière visite le 18.11.2011.

29 La mosquée de Strasbourg a ouvert pour Ramadan, avant de fermer pour deux mois de travaux de finition. Elle peut accueillir mille cinq cents hommes, dans une salle de prière annoncée comme la plus vaste de France (si on excepte les mosquées aménagées dans des lieux non construits à dessein). Sur les mosquées de Strasbourg, voir K. Abdoun, M. Chevre, A. Al Atyaoui, et al. (dir.), Histoire de mosquées. Recueil de témoignages, Strasbourg, Éditions Kalima, 2004.

30 La mosquée utilisera un chauffage géothermique.

31 http://www.saphirnews.com/Financement-des-lieux-de-culte-le-casse-tete-des-autorites-locales-2-3_a7276.html, dernier accès le 12/11/2011.

32 Ramzi Mahalawi, architecte de la mosquée de Gennevilliers, expose que la taille des minarets était un enjeu clé  : il a fallu la diminuer pour se trouver en dessous de la hauteur des immeubles avoisinants, le maire refusant que la mosquée ne soit trop présente dans sa ville (http://religion.info/french/articles/article_472.shtml, dernier accès le 18.11.2011).

33 Prévu dans le projet d’origine, le minaret en avait été ensuite retiré sous la pression de la nouvelle municipalité. Mais en décembre 2010, la ville de Strasbourg a autorisé la modification du plan d’occupation des sols pour l’ajout d’un minaret d’une trentaine de mètres (Dernières nouvelles d’Alsace, 08/12/2010). Voir F. Frégosi, “‘Droit de cité’ de l’islam et politiques municipales  : analyse comparée entre Strasbourg et Mulhouse”, dans Le religieux dans la Commune. Régulations locales du pluralisme religieux français (Willaime et Frégosi éd.), Genève, Labor et Fides 2001, p. 92-137.

34 Voir F. Duthu, Le Maire et la Mosquée  : Islam et laïcité en Île-de-France, L’Harmattan, 2009.

35 http://www.amush.org/index.php, dernier accès le 12/11/2011.

36 Entretien et courriers de septembre 2009.

37 É. Roose, The Architectural Representation of Islam. Muslim-Commissioned Mosque Design in The Netherlands, Leiden, Amsterdam university Press (ISIM Dissertation series), 2009.

38 http://www.vam.ac.uk/content/articles/c/contemporary-islamic-architecture-projects/, dernier accès le 12/11/2011.

39 http://www.trouvetamosquee.fr/la-mosquee-du-futur-ray-of-light/, dernier accès le 12/11/2011.

40 www.ruxdesign.net, dernier accès le 12/11/2011.

41 http://www.architizer.com/en_us/projects/view/mosque-tower/7057/, dernier accès le 12/11/2011.

42 http://www.zaha-hadid.com/, dernier accès le 12/11/2011. Cinq équipes internationales d’architectes avaient été sélectionnées (M. Bota, J.-M. Wilmotte, Z. Hadid, P. Portoghesi, G. Valente) ; c’est Paolo Porthoghesi qui sera retenu.

43 http://www.amush.org/blog/39-architecture/139-la-grande-mosquee-de-marseille.html, dernier accès le 12/11/2011.

44 http://amcca.fr/notre-projet/11-montagne-cradle.html, dernier accès le 12/11/2011.

45 http://ccm-laseyne.com/?page_id=365, dernier accès le 12/11/2011.

46 http://www.saphirnews.com/Les-musulmans-de-Cannes-s-offrent-une-mosquee-design_a5633.html, dernier accès le 12/11/2011.

47 Déclaration de M. Moussaoudi, président de l’association, Le Télégramme, mai 2011.

48 Près de 200 chantiers seraient en cours selon le Ministère de l’Intérieur (Le Figaro, 11-2009).

49 Ainsi à Angers, Montluçon, Angers, Bordeaux notamment.

50 Arras, Belfort, Bordeaux, Cannes, Cergy, Clichy-sous-bois, Charleville-Mézières, Clermont, Corbeil, Épinal, Ermont, Grigny, Hérouville-Saint-Clair, Hernon, La Roche-sur-Yon (2007), Levallois, Libourne, Lunel, Lyon, Marseille, Mérignac, Montigny-les-Cormeils, Mulhouse (2006), Paris (Addawa, 19ème), Poitiers, Reims, Roubaix, Salon, Stains, Tours, Neuilly, Poitiers, Saint-Ouen, Sarcelles, Tremblay-en-France, Les Ulis, Vénissieux, Villeneuve-d’Ascq, Villeneuve-la-Garenne, autant de villes dans lesquelles les constructions se sont heurtées aux questions financières.

51 “La mosquée devrait être réalisée en plusieurs étapes, au rythme du financement dégagé par l’association cultuelle et culturelle des musulmans”, http://www.varmatin.com/article/la-seyne-sur-mer/la-seyne-sur-mer-projet-une-salle-de-prieres-de-215-m%C2%B2, dernier accès le 12/11/2011.

52 Forme de donation, en droit musulman, pour un projet charitable.

53 C. Gabizon, “Enquête sur le financement des nouvelles mosquées”, Le Figaro, 22.12.2008.

54 Il s’agit de l’église Saint-Christophe de Meaux, Seine-et-Marne, rue du Grand-Cerf ; http://fr.topic-topos.com/portail-de-lancienne-eglise-saint-christophe-meaux, dernier accès le 12/11/2011.

55 I. Saint-Martin, “Les nouvelles églises parisiennes construites à l’époque du cardinal Lustiger”, exposé du 14 décembre 2009, Paris.

56 Voir à ce propos les remarques de la sociologue Mallory Schneuwely-Purdie à propos de la votation suisse sur les minarets (voir Le Matin, article du 30.11.2009)

57 Voir par exemple la façon dont Naomi Davidson souligne à quel point la mosquée sert à définir l’islam, quelle que soit la vision qu’on peut en avoir.

58 Voir par exemple l’importance de cet enjeu pour des élus locaux dans Duthu, Le Maire et la mosquée. Islam et laïcité en Île-de-France, Paris, L’Harmattan, janvier 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Mosquée de Fréjus
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Mosquée de Xian
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Mosquée Al Fath de Besançon
Légende Photo de Toufik de Planoise
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Mosquée de Vernouillet
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Mosquée Arrahma de Nantes
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Mosquée de Créteil
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Mosquée de Strasbourg
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Mosquée de Lyon
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Mosquée de Libourne
URL http://rsr.revues.org/docannexe/image/1511/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Zwilling, « L’architecture des mosquées en France : construire ou édifier ? », Revue des sciences religieuses, 86/3 | 2012, 343-356.

Référence électronique

Anne-Laure Zwilling, « L’architecture des mosquées en France : construire ou édifier ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1511 ; DOI : 10.4000/rsr.1511

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Zwilling

CNRS / Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page