Navigation – Plan du site
Recensions

Germain Jim-Sang Kwak, La foi communiquée. Fides qua et fides quae chez Henri de Lubac

Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Théologie à l’Université », 2011
Jean-Pierre Wagner
p. 249-250
Référence(s) :

Germain Jim-Sang Kwak, La foi communiquée. Fides qua et fides quae chez Henri de Lubac, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Théologie à l’Université », 2011, 476 p.

Texte intégral

1Le volume que nous offre la collection « Théologie à l’Université » est la reprise d’une thèse soutenue par le P. Germain Kwak au Theologicum de Paris le 14 septembre 2005. L’auteur est maintenant professeur à l’Université de Suwon en Corée du Sud. C’est un signe du rayonnement international de la pensée du cardinal de Lubac. Le P. G. Kwak part d’une interrogation personnelle et pastorale : à savoir la nécessité de réfléchir sérieusement sur le rapport de la catéchèse à la foi. Il nous offre donc une solide étude sur l’acte de foi en s’efforçant d’articuler la foi personnelle et la foi de l’Église en vue de résorber des décalages pastoraux trop fréquents. Pour formaliser sa problématique il n’a pas hésité à recourir à la distinction classique entre la fides quae (le contenu de la Révélation, les dogmes) et la fides qua (l’adhésion personnelle), bref, il a voulu prendre en compte la dimension objective de l’acte de foi sans perdre de vue la dimension subjective de l’acte de foi. Le jeune théologien coréen a pensé que de Lubac pouvait être un bon guide et il nous fournit un travail extrêmement sérieux.

2Le P. Kwak a trouvé un outil conceptuel (fides qua/fides quae) bien adapté à sa démarche même si – il faut bien le souligner – (et en tant que membre du jury de thèse nous l’avion rappelé) H. de Lubac n’a jamais eu recours à ce binôme. Cette absence est sans doute un « oubli » volontaire car il s’est exprimé avec d’autres termes ; mais Germain Kwak assume un choix qui lui permet d’avancer.

3L’auteur analyse avec maîtrise et compétence des textes « méthodologiques » du P. de Lubac et qui sont parfois négligés. Pour rappeler le combat contre l’extrinsécisme (Première partie), la longue séquence consacrée à Pierre Rousselot et aux Yeux de la foi est particulièrement réussie et utile. Elle introduit clairement à la problématique de la thèse, Rousselot ayant lui-même renouvelé la question tout en étant, comme on sait, critiqué par les tenants de la foi naturelle. Il avait insisté sur le lumen fidei infusé dans l’intelligence et qui fait voir la crédibilité. Ensuite G. Kwak s’efforce de montrer l’apport véritable de la révélation chrétienne. La révélation apportée par le Christ a profondément touché l’homme dans sa compréhension de lui-même. C’est cet apport chrétien qui permet de dépasser à la fois l’extrinsécisme et le naturalisme rationaliste. Ayant repris la théologie du désir naturel de Dieu, ayant repris la manière dont de Lubac lie intrinsèquement ordre naturel et ordre surnaturel, l’auteur peut conclure ainsi sa première partie : « la fides quae forme la fides qua. Cette thèse fondamentale implique dans l’homme une “ouverture ontologique” vers Dieu. Or, cette “ouverture naturelle” n’est pas encore la vraie fides qua. Elle devient confiance totale quand la fides quae est pleinement manifestée » (p. 132).

4S’ouvre alors la deuxième partie intitulée « La foi comme vie communiquée », elle étudie comment la fides quae détermine la fides qua. On aura noté le passage entre la fides quae qui forme et la fides quae qui détermine. Partie éminemment christologique puisqu’elle traite des modalités de la révélation, de Jésus-Christ mystère de Dieu et de l’homme. Une longue section relative à la mystique est à noter, elle est l’écho de l’intérêt porté par G. Kwak aux mystiques orientales et au bouddhisme en particulier. Il faut encore approfondir l’intelligence de la radicale nouveauté chrétienne (l’incarnation du Verbe) dans son caractère unique et universel, définitif et toujours actuel. La fides qua n’est plus simple adhésion à une doctrine, elle est réponse donnée à un appel, à la Vérité en Personne qui invite à la communion.

5Cette très bonne thèse est un long parcours, parfois un peu sinueux, le recours didactique au maillage incessant fides qua/fides quae amplifie cette impression. G. Kwak se situe pleinement dans le sillage du P. de Lubac qualifié de « théologien exemplaire » (p. 402). Mais en même temps il ne manque pas d’interroger son inspirateur. Une des phrases que le théologien aime emprunter à de Lubac (par exemple à la p. 344) est celle-ci : « C’est en agissant pour nous, c’est en nous appelant à Lui et c’est en opérant notre salut que Dieu s’est fait connaître de nous. Notre foi en Lui, qui est réponse à son appel, n’est pas séparable de la connaissance qu’il nous a donnée de son œuvre au milieu de nous ». Cette citation extraite de La foi chrétienne est une véritable pépite précieuse pour notre jeune théologien. Saluons son travail et formulons le vœu qu’il puisse contribuer à faire connaître le cardinal de Lubac en Asie. Un regret cependant, il ne s’adresse pas au P. Kwak mais à son éditeur. Pourquoi avoir « oublié » la dernière partie de la thèse consacrée aux écrits sur le bouddhisme, il nous semble qu’elle aurait pu finaliser l’ensemble et servir de champ d’application. Espérons que Germain Kwak trouvera d’autres moyens – peut-être plus simples – pour nous présenter cette rencontre entre de Lubac et le bouddhisme ou mieux, pour reprendre l’intention de l’auteur lui-même, d’aborder une réflexion sur les questions que rencontre aujourd’hui l’Église de Corée dans la transmission et l’accueil de la foi chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Germain Jim-Sang Kwak, La foi communiquée. Fides qua et fides quae chez Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 249-250.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Germain Jim-Sang Kwak, La foi communiquée. Fides qua et fides quae chez Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1496

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page