Navigation – Plan du site
Recensions

Bernard Barbiche et Christian Sorrel (textes réunis par), La jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

Actes de la journée d’étude organisée par le Centre national des Archives de l’Église de France (Paris, 7 décembre 2009), Université Lyon III, RESEA – LARHA UMR 5190, Coll. « Chrétiens et Sociétés », Documents et Mémoires n° 12, 2011
Marc Feix
p. 247-248
Référence(s) :

Bernard Barbiche et Christian Sorrel (textes réunis par), La jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009. Actes de la journée d’étude organisée par le Centre national des Archives de l’Église de France (Paris, 7 décembre 2009), Université Lyon III, RESEA – LARHA UMR 5190, Coll. « Chrétiens et Sociétés », Documents et Mémoires n° 12, 2011, 283 p.

Texte intégral

1Le 80e anniversaire de la Jeunesse Étudiante Chrétienne (JEC) en 2009 est l’occasion pour Bernard Barbiche et Christian Sorrel d’y consacrer un colloque du Centre national des Archives de l’Église de France. Les textes réunis ici constituent les actes de cette journée d’étude. Le professeur Gérard Cholvy retrace les jeunesses en mouvement(s) au tournant du XXe siècle et pose ainsi le cadre dans lequel s’inscrit la fondation de la JEC. Christophe Roucou, s’attache à montrer comment un mouvement étudiant cherche à se créer et à se fédérer à la fin des années 1920. La Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), comme du reste l’Action Catholique de la Jeunesse Française (ACJF), n’arrive pas à concrétiser l’élan et la JEC naît de la rencontre « de trois petits groupes, réunis autour d’hommes exceptionnels à Besançon, Lyon et Bordeaux. […] Le lieu de cristallisation de ces groupes n’est autre que l’École normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm » (p. 30). Les années 30 sont alors le temps de l’affirmation et de la consolidation de l’intuition initiale.

2La défaite de juin 40 et l’instauration du régime de Vichy sont un choc. C’est alors le temps de la « mission intellectuelle d’une rechristianisation de la pensée » initiée par René Rémond, jeune responsable national universitaire du mouvement. Bernard Giroux s’efforce de montrer comment cette intuition va profondément marquer la JEC jusqu’aux années 60, notamment par une relecture de la doctrine de l’Action catholique. Sans contester cet apport décisif dans la vie intellectuelle en France, un article aurait pu souligner l’engagement pratique de beaucoup de jeunes militants dans les mouvements de Résistance durant la Deuxième Guerre Mondiale. Rappelons à ce propos ce que Pierre Bockel rapportait dans l’Enfant du rire : « dès le mois d’août 1940, nous nous engageâmes, avec la naïve puissance de la foi, dans la plus utopique des entreprises : organiser l’Alsace en un vaste réseau de résistance et déjà tracer les plans d’une reconquête de nos provinces par les Alsaciens et les Lorrains eux-mêmes […]. Nous fûmes, au départ, une poignée de jeunes volontaires, souvent encore imprégnés par l’esprit de Jean Flory (celui-ci était alors archiprêtre de Montbéliard). […] J’entrai dans le jeu [de la résistance]. Chose étrange : en dépit du silence qu’imposait l’action clandestine, les collaborateurs du Père Chaillet se reconnurent sans peine. Pas de surprise : “Tiens ! toi aussi ?” J’y retrouvai les amis de Flory et ceux de la JEC, en particulier André Mandouze, et tant d’autres, pour une nouvelle aventure, à la fois semblable et autre… » (Paris, Grasset, 1973, p. 45-52).

3Le deuxième choc pour la JEC sera le tournant de mai 1968 et ses conséquences. Vincent Soulage montre dans son article les différentes facettes de cette crise : crise des effectifs et des ressources, crise des structures, crise d’identité et surtout crise liée à l’engagement « politique » du mouvement qui va affecter les relations internes dans l’Église catholique. Toutes ces crises étant le signe de chrétiens cherchant à rester en « phase » avec la jeunesse lycéenne et étudiante (p. 68).

4Deux témoignages viennent illustrer cette histoire : celui d’Yves-Marie Hilaire (« Quelques moments forts de ma vie de jéciste », p. 69-73) et celui de Catherine Thieuw-Longevialle (« Les fragilités de la JEC à l’aube du xxie siècle », p. 75-82). Viennent ensuite 1260 ( !) notices établies par Bernard Giroux et constituant un Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC de 1929 à 1975 (p. 93-271) et une précieuse bibliographie raisonnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Bernard Barbiche et Christian Sorrel (textes réunis par), La jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009 », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 247-248.

Référence électronique

Marc Feix, « Bernard Barbiche et Christian Sorrel (textes réunis par), La jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1493

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page