Navigation – Plan du site
Recensions

Collectif, Edmond Michelet, un chrétien en politique

Actes du colloque des 10-11 décembre 2010 publiés par Nicole Lemaître (éd.), Jean-Marie Mayeur, Hélène Say, Paris, Éd. Collège des Bernardins / Lethielleux, 2011
Marc Feix
p. 246-247
Référence(s) :

Collectif, Edmond Michelet, un chrétien en politique. Actes du colloque des 10-11 décembre 2010 publiés par Nicole Lemaître (éd.), Jean-Marie Mayeur, Hélène Say, Paris, Éd. Collège des Bernardins / Lethielleux, 2011, 262 pages.

Texte intégral

1Le portrait d’Edmond Michelet, que l’on trouve ici, est le fruit d’un colloque tenu en décembre 2010 à Paris au Collège des Bernardins. Les actes réunissent les différentes contributions prononcées à cette occasion. L’ouvrage décrit l’engagement de l’homme en politique, motivé par une foi en acte au service de la cité. Ainsi se dessinent au fil des pages, le portrait de celui dont l’engagement en politique n’était pas teinté de christianisme mais le fruit de sa foi. Les différents chapitres explorent sa formation initiale et ses engagements associatifs – réseaux d’équipes sociales et associations de déportés, pour mieux décrire son engagement comme homme d’État par son parcours ministériel.

2Edmond Michelet, né dans l’idéal péguyste (voir la contribution de Jérôme Grondeux), est un catholique engagé en politique. Il est au croisement des débats intellectuels de ce type d’engagement et qui ont agité le tournant du xxe siècle : l’Action française et le Sillon. Tous deux cherchaient à répondre aux questions nouvelles posées par l’avènement en France de la République et de la démocratie. Comme Jacques Maritain, Edmond Michelet partagera les convictions de l’Action française jusqu’à sa condamnation par le pape Pie XI en 1926. Engagé alors dans l’Action catholique, Edmond Michelet condamne les accords de Munich et entre en résistance dès la défaite française de 1940, sous le pseudonyme « Duval ». Il prend la tête en Corrèze de la région 5 du mouvement « Combat ». Arrêté par la Gestapo en février 1943, il sera déporté jusqu’en 1945. À peine rescapé du camp de Dachau, Edmond Michelet s’engage en politique : membre de la première Assemblée constituante (1945) et parlementaire (plusieurs mandats de député et de sénateur), il est appelé par le Général de Gaulle aux fonctions de ministre des Armées de la Quatrième République. Les chapitres de Claude d’Abzac-Epezy et Olivier Herbinet consacrés à cette période sont passionnants. En plus des informations concernant Edmond Michelet, ils éclairent historiquement ce qui adviendra du Gaullisme dans la vie politique de la Cinquième République (familles Debré et Chirac compris).

3Le drame franco-algérien est un autre événement important de l’acteur public Michelet. Exaspéré par le retour du « nationalisme » et par la « folie raciste », il publie Contre la guerre civile en 1957. Il est nommé en 1959 Garde des Sceaux du Gouvernement Debré ; ces deux hommes s’opposeront résolument à propos de l’Algérie française et de l’usage de la torture, réprouvé avec une grande fermeté par Edmond Michelet. Olivier Dard rapporte les propos cinglants de Michel Debré dans une note de mai 1961 : « Au demeurant, Edmond, sachez une bonne fois que l’amitié que je vous portais et qui m’a fait de mon plain gré, de ma seule volonté, vous placer où vous êtes en 1959, n’a cessé depuis lors d’être déçue, au point, je ne le vous cache pas, où j’attends avec impatience le moment où la Chancellerie aura un autre titulaire, à moins que ce ne soit Matignon, ce qui règlerai tout, et au moins, réjouirait votre entourage et sans doute, en premier lieu, vous-même » (p. 130). Edmond Michelet apparaît comme le « ministre de la miséricorde », fervent acteur de réconciliation entre la France et l’Algérie indépendante, comme de la monarchie et de la Cinquième République, mais surtout entre la France et l’Allemagne. La dimension « européenne » de l’homme politique Michelet aurait sans doute pu être plus développée au cours de ce colloque.

4Le lecteur et théologien alsacien lira avec intérêt le chapitre consacré à « la réception du concile Vatican II dans l’Église de France selon Edmond Michelet ». En effet, le chapitre consacre tout une partie à l’affaire de la prière concordataire Domine salvam fac Rempublicam que Mgr Weber souhaitait modifier pour répondre aux exigences conciliaires de réforme liturgique (p. 217-221). Dans sa conférence de clôture « Il faut béatifier des hommes politiques », Jacques Barrot rapporte ces propos de Mgr Pierre Bockel au sujet d’Edmond Michelet : « il avait la réconciliation dans le sang. Avocat de toutes les grâces. Aucune blessure n’était inguérissable, aucune barrière infranchissable, aucun rapprochement inconcevable » (p. 235).

5Les actes du colloque Edmond Michelet, un chrétien en politique, montrent comment un homme a pu agir en politique, et dans un État laïc, sans renier ses convictions religieuses, confronté aux idéologies fascistes, aux guerres, aux violences déshumanisantes, à l’enfer des camps, à la décolonisation, mais aussi aux reconstructions historiques. Il est possible d’identifier par là une posture éthique : une vie d’homme traverse l’histoire, tout autant que l’histoire tisse la vie de cet homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Collectif, Edmond Michelet, un chrétien en politique », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 246-247.

Référence électronique

Marc Feix, « Collectif, Edmond Michelet, un chrétien en politique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1492

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page