Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Alpi, La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518)

Presses de l’Ifpo, Beyrouth, 2010
Alexandre Faivre
p. 239-243
Référence(s) :

Frédéric Alpi, La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518), Presses de l’Ifpo, Beyrouth, 2010, 540 p. (2 tomes).

Texte intégral

1Les après conciles ne sont pas toujours de tout repos. Ce fut particulièrement le cas pour les générations qui suivirent le concile de Chalcédoine (451). Entre ceux qui étaient plus conciliaires que le concile et les opposants plus ou moins rigides, les tentatives d’unions sont là pour révéler combien les questions théologiques se mêlent aux positions politiques et aux caractères, souvent bien trempés, des acteurs du champ religieux. L’ouvrage de Frédéric Alpi, magnifiquement présenté, en deux volumes, nous offre un très éclairant exemple de ce processus dans la personne de Sévère d’Antioche, leader du courant hostile à Chalcédoine, considéré comme le père des chrétiens jacobites.

2Le patriarcat de Sévère à Antioche fut court (512-518), mais l’histoire nous a laissé une riche documentation qui permet, lorsqu’elle est analysée avec rigueur et finesse, comme le fait la monographie de F. Alpi, de présenter, un vaste panorama, non seulement de la vie et de l’œuvre de cet évêque d’exception, mais de toute l’histoire institutionnelle du monde chrétien environnant.

3Un chapitre liminaire retrace la vie de Sévère d’Antioche (465-538). Né vers 465 dans une famille de notables et de grands propriétaires fonciers de Sozopolis de Pisidie (diocèse d’Asie), il fit de brillantes études juridiques à Béryte (487-492). Ce n’est qu’en 488 qu’il recevra le baptême, alors qu’il est déjà engagé dans un type de vie monastique. D’emblée, il sera plongé au cœur des débats théologiques qui agitent, autour de la réception de l’Hénotique, – cette formule d’union et de compromis, rédigée en 482 par le patriarche de Constantinople à la demande de l’Empereur Zénon –, les milieux hostiles au concile de Chalcédoine. Le conflit s’envenime en 508 quand Néphalios, un moine ultrachalcédonien de Jérusalem attaque de front Sévère et ses moines. La querelle est amenée à Constantinople où Sévère va séjourner. Devenu le répondant théologique de l’Empereur, Sévère va élaborer une interprétation antichalcédonienne de ce texte de compromis. C’est là que F. Alpi montre tout son art et sa compétence pour faire entrer le lecteur dans les méandres des débats théologiques et des positionnements politiques. C’est encore la politique qui fera de Sévère le Patriarche d’Antioche en 512 et qui l’obligera à quitter son siège en 518 à la mort subite de l’empereur Anastase. Il s’exilera en Égypte où il demeurera jusqu’à sa mort en 538, changeant souvent de résidence pour échapper aux poursuites, mais continuant à intervenir dans les débats théologiques – à part un séjour d’une bonne année à Constantinople (534-536) où un synode le condamnera, ce qui laissera dans l’histoire son image et sa réputation d’hérétique. Signalons qu’un tableau chronologique précis et fort utile (p. 57-58) situe les différentes œuvres de Sévère dans le cadre de ces évènements politiques et religieux

4Après cette présentation détaillée de la vie de Sévère, F. A. exploite le riche dossier de sources et de documents (réunis dans le second volume) pour analyser en détail le fonctionnement de cette « communion sévérienne » que le patriarche d’Antioche a construite entre 512 et 518. Les conflits théologiques conduisent souvent à ce que les protagonistes soient amenés à préciser leurs droits et leurs pouvoirs respectifs. Sévère montre un grand souci de rigueur institutionnelle et disciplinaire, il aura à cœur de développer une communion des évêques d’Orient autour de lui, marquée par la réunion de synode et par un essai d’unification.

5La première partie de l’ouvrage présente un tableau très complet des institutions du siège d’Antioche, du clergé et des moines, des relations avec les autorités séculières.

6Une analyse fine des Regestes du patriarcat et de la correspondance autour de Sévère permet à F. A. d’exposer tout ce qui concerne le patriarche (son élection, son investiture, ses pouvoirs et ses domaines de juridiction) et le fonctionnement du patriarcat : la chancellerie, le synode semestriel, l’organisation des provinces ecclésiastiques… Les évènements d’avril-septembre 518 permettent aussi de comprendre le fonctionnement subtil de la déposition du patriarche où se mêlent l’utilisation de la foule, les dénonciations du clergé local, le pouvoir politique et épiscopal. Cette première partie se termine par un inventaire complet de toutes les fonctions repérables dans l’administration et le gouvernement du patriarcat ; de la résidence patriarcale avec ses dignitaires (syncelle, archidiacre, économe, sénodochos, paramonaires qui gardent les différents sanctuaires, courriers, chargés de missions extraordinaire, apocrisiaires délégués et représentants de Sévère), à toute l’organisation de chancellerie, des archives, des bibliothèques ainsi que les notaires et à tous les employés aux documents et copies. On comprend que tout ce personnel demande un fonctionnement financier extrêmement lourd et que le thème de la détresse ou de la banqueroute de l’Église d’Antioche soit une question récurrente : faut-il alors accuser Sévère d’avoir accumulé ces dettes ou remontent-elles à ses prédécesseurs ? Ses adversaires sauront utiliser l’argument lors de sa déposition en 518, accusant Sévère d’avoir « ruiné les biens et les bâtiments de l’Église ».

7Le monde des clercs et des moines s’est particulièrement développé en ce début du VIe siècle. Une vingtaine de pages (89-115), terminée par un tableau récapitulatif, présente tout ce que l’on peut alors savoir du patriarche, du métropolite, de l’évêque et du chorévêque, des presbytres, archidiacres, diacres, sous-diacre, lecteurs, diaconesses, archimandrites, moines et simples clercs, de leurs positions sociales, leurs engagements théologiques, leur répartition géographique. Tout historien et ecclésiologue devra tenir compte de ce dossier lorsqu’il voudra comprendre le développement des structures ecclésiales.

8Mais, en Orient surtout, il est impossible de séparer le fonctionnement institutionnel des églises de celui des pouvoirs civils et politiques. « Le patriarche (comme le note très justement F. A. p. 117) entretient avec (l’empereur) une relation institutionnelle, comme l’un de ses grands fonctionnaires ». D’où l’importance de connaître au plus près tous les rouages des relations avec l’Empereur, législateur religieux suprême : c’est toujours lui qui convoque et contrôle les assemblées épiscopales, qui arbitre les conflits ecclésiastiques. Il n’est pas sans intérêt de connaître le rôle et la puissance de chacun des fonctionnaires qui font appliquer cette étroite imbrication du politique et du religieux, du maître des offices à tous les dignitaires attachés au palais impérial jusqu’aux gouverneurs de provinces, l’armée, les autorités municipales et les notables locaux. De la même manière que pour le clergé et les moines, ce chapitre se termine par des tableaux récapitulatifs particulièrement utiles et pédagogiques.

9La seconde partie de cet excellent ouvrage concentre l’attention sur la ville d’Antioche et le rôle qu’y a joué son évêque entre novembre 512 et septembre 518. Il s’agit là d’un véritable travail de sociologie pastorale, facilité par une abondante documentation : 125 Homélies cathédrales (dont un tableau récapitulatif situe la date, le lieu précis, le titre, le contenu dans un classement particulièrement précieux ; p. 187-194 – appelées dans une des très rares coquilles de cet excellent ouvrage, « cathétrales » – p. 187) et une abondante correspondance. On y découvre un évêque soucieux de gérer le temps et l’espace, le temps par l’organisation d’un calendrier liturgique qui scande les mois et les jours du peuple d’Antioche. Centré sur les fêtes christologiques, Sévère sait inviter ses fidèles à l’ouverture, à la diversité liturgique et à la participation par le chant. C’est l’occasion de découvrir toute une topographie religieuse, tout l’espace religieux que l’évêque s’est approprié, qu’il sait habiter et éventuellement remodeler. F.A., en quelques pages (p. 149-155) présente une synthèse fort utile de ce que nous apprennent les sources littéraires croisées à une documentation archéologique abondante (regroupés en fin de volume – p. 305-322 – dans un dossier de planches géographiques et d’illustration archéologiques et iconographiques). On y découvre un évêque « faiseur de temps et d’espace » (p. 157), soucieux de faire fonctionner dans sa ville, un modèle de cité idéale, où le souci des pauvres ne doit pas être oublié. En un bon siècle, l’institution épiscopale a pris le pas sur les institutions municipales, l’évêque sur les notables des cités. Mais les réalités sociales montrent que cette transformation a ses limites et les nombreux reproches entendus dans les homélies cathédrales nous apprennent qu’il y a toujours une distance entre l’idéal prôné et la réalité vécue dans une cité qui se voudrait chrétienne.

10Sévère se donne comme tâche de favoriser le passage à cet idéal chrétien pour les fidèles de son Église, mais aussi pour toute la région du diocèse d’Orient dont il a juridiction et sur laquelle il entend affirmer son autorité. Cette unification se fera par la lutte contre les restes de paganisme, particulièrement chez les nomades arabes, mais surtout par sa tentative d’union dogmatique autour d’une lecture antichalcédonienne de l’Hénotique. Sévère nommera cette démarche « la route royale » (d’où le titre un peu énigmatique de l’ouvrage de F. Alpi, expliqué p. 200). Cette démarche consiste à trouver une voie moyenne entre ce qu’il considère comme l’erreur diphysite de Chalcédoine et l’hérésie eutychianiste (monophysisme). Cette voie royale constitue pour lui le juste milieu représenté par la pensée de Cyrille d’Alexandrie. Toute sa politique théologique consistera, durant ses six années de pontificat, à mettre en place, par des documents synodaux, des conventions d’adhésions, des formulaires de rétractation ou des professions d’orthodoxies, des réseaux d’évêques, d’institutions monastiques, de relations avec des hommes de pouvoirs et d’influence autour de cette communion orientale. Dans tous ces débats, on perçoit une passion pour la précision théologique : il ne faut pas se fier au rang hiérarchique des personnes, mais à leur degré de précision théologique « car l’Église est une collectivité d’hommes pieux, rassemblés en communion par une juste croyance » (p. 201).

11On comprendra facilement que cette politique ecclésiale menée de main de maître ne trouve pas que des amis. La dernière partie de l’ouvrage présente les oppositions et les dissidences, les révoltes plus ou moins ouvertes qui conduiront, lorsque les appuis impériaux disparaîtront avec l’arrivée d’un nouvel empereur, à la chute et à l’exil de ce patriarche d’Antioche si entreprenant. Les opposants sont d’abord et surtout des chrétiens considérés comme doctrinalement déviants, des adversaires christologiques, mais Sévère ne peut s’empêcher, pour mieux les détruire, de les traiter parfois de juifs ou de manichéens. C’est l’occasion pour F. A. de brosser un tableau de l’état de l’anti-judaïsme à Antioche et de la présence manichéenne en Orient. Mais ce sont les partisans du concile de Chalcédoine qui furent les plus grands adversaires de la communion que Sévère a tenté de réaliser durant les années 512-518 autour du siège d’Antioche. On saura gré à F. A. de faire entrer le lecteur dans les méandres de cette géopolitique christologique.

12Cet ouvrage est la réécriture de la thèse que Frédéric Alpi, ingénieur de recherche au CNRS (Ifpo-Beyrouth), avait soutenue en 2002 à la Sorbonne. Le volume 1 contient la bibliographie, une présentation des sources, de nombreux tableaux récapitulatifs, un dossier archéologique et iconographique et un glossaire des termes théologiques et institutionnels ; le volume 2 complète ce catalogue par une bibliographie systématique des sources anciennes et médiévales sur Sévère d’Antioche, des choix d’inscriptions, les Regestes du patriarcat sévérien (512-518) et un index prosopographique. Le tout, magnifiquement présenté, constitue un instrument de travail indispensable pour tous ceux qui souhaitent comprendre l’état des institutions et des débats christologiques qui ont suivi l’apparent point d’orgue constitué par le concile de Chalcédoine (451).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Faivre, « Frédéric Alpi, La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518) », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 239-243.

Référence électronique

Alexandre Faivre, « Frédéric Alpi, La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1486

Haut de page

Auteur

Alexandre Faivre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page