Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Broc-Schmezer, Les figures féminines du Nouveau Testament dans l’œuvre de Jean Chrysostome

Exégèse et pastorale, Paris, 2010, coll. « Études Augustiniennes », série Antiquité – 185
Françoise Vinel
p. 238-239
Référence(s) :

Catherine Broc-Schmezer, Les figures féminines du Nouveau Testament dans l’œuvre de Jean Chrysostome. Exégèse et pastorale, Paris 2010, coll. « Études Augustiniennes », série Antiquité – 185, 581 p.

Texte intégral

1Dix chapitres composent l’imposante étude de C. Broc, chacun consacré à une ou plusieurs figures féminines du Nouveau Testament, successivement : la Samaritaine, la Cananéenne, l’hémorroïsse, les femmes de l’onction, Marthe et Marie, Marie-Madeleine et les femmes au tombeau, Marie, un groupe de « figures négatives » (Hérodiade et Salomé, la servante du reniement de Pierre, Ananie et Saphire), les dix vierges, Priscille et les femmes des temps apostoliques. Chacune – souvent reliée à une femme de l’Ancien testament – a sa place dans l’œuvre surabondante de Jean Chrysostome (un des index, p. 555-561, précise les références, personnage par personnage). Une question guide l’enquête de C. Broc : les lettres à Olympias donnant surtout une image négative des femmes de la Bible : « faut-il voir dans ces femmes peu recommandables un repoussoir destiné à mieux mettre en valeur l’exceptionnelle vertu de sa correspondante ? Ou cette conception de la femme dangereuse lui est-elle inspirée au contraire par l’impératrice Eudoxie, responsable de son exil ? » (p. 13) – à l’arrière-plan de l’œuvre se profilent ainsi les femmes qui ont joué un rôle à l’égard de Jean Chrysostome (p. 17-21). Le sous-titre « exégèse et pastorale » précise encore l’orientation de l’étude : avec les personnages féminins positifs, s’agit-il pour Jean Chrysostome de proposer un modèle aux chrétiennes de son auditoire ou ses analyses sont-elles à situer en quelque sorte au-delà de la distinction entre féminin et masculin, en lien avec la visée primordiale du prédicateur, l’appel à la conversion ? L’A. présente les différentes aspects de sa méthode à la fin de son introduction et le lecteur est ainsi d’emblée invité à laisser de côté les perceptions simplificatrices de l’œuvre chrysostomienne. Le long chapitre présentant le personnage de Marie (p. 243-319) en est une bonne illustration : trois niveaux de considérations sont associés à Marie, des développements christologiques, bien sûr, qui conduisent l’A. à rappeler comment Chrysostome, dans des contextes souvent polémiques, associe fermement naissance virginale et divinité du Christ ; puis la portée morale de cette humanité humble de Marie et la valeur d’exemple de sa virginité ; enfin, l’examen des huit homélies commentant des textes évangéliques et d’un passage des Actes (Ac 1, 14) mettant en scène Marie font découvrir une image en partie plus problématique de celle-ci, au point, note l’A., que certains savants s’inquiètent de l’insistance de Chrysostome, dans son exégèse littérale, sur le déshonneur dont Marie est soupçonnée. Et, d’un point de vue plus pastoral, les péricopes évangéliques mettant en scène les rapports entre mère et fils peuvent être l’occasion de réflexions sur les liens entre parents et enfants.

2Si, d’un chapitre à l’autre, d’un personnage à l’autre, l’étude de C. Broc n’échappe pas toujours au risque de répétitions – car il y a des constantes dans la méthode exégétique et dans les centres d’intérêt de Chrysostome ! – une collection aussi ample de textes est très précieuse, porte d’entrée dans l’œuvre entière. Sans jamais perdre de vue les questions posées au début, l’A. montre comment, tout en laissant dans ses exégèses une place de choix à la construction de modèles de vie chrétienne féminine, modèles de virginité particulièrement, le prédicateur amène son auditoire au-delà de la distinction entre hommes et femmes ; un des signes les plus convaincants en est sans doute la manière dont Chrysostome commente la parabole des dix vierges (Mt 25, 1-13) en prêtant surtout attention à la signification de l’huile, symbole de l’aumône, des œuvres, une interprétation servie par la proximité des deux termes grecs (eleon, l’aumône / elaion, l’huile) et qui chez Chrysostome n’est pas réservée à cette parabole. La conclusion s’impose donc : « les figures féminines du Nouveau Testament demeurent avant tout chez Chrysostome un modèle général du rapport de l’homme avec Dieu ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Catherine Broc-Schmezer, Les figures féminines du Nouveau Testament dans l’œuvre de Jean Chrysostome », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 238-239.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Catherine Broc-Schmezer, Les figures féminines du Nouveau Testament dans l’œuvre de Jean Chrysostome », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1484

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page