Navigation – Plan du site
Recensions

Alban Cras, La symbolique du vêtement dans la Bible. Pour une théologie du vêtement

Paris, Cerf, coll. « Lire la Bible, 172 », 2011
Bertrand PINÇON
p. 236-237
Référence(s) :

Alban Cras, La symbolique du vêtement dans la Bible. Pour une théologie du vêtement, Paris, Cerf, coll. « Lire la Bible, 172 », 2011, 176 p.

Texte intégral

1Que peut-on dire sur le vêtement dans la Bible ? Le projet est osé. Peu s’y sont hasardés ces dernières décennies. L’auteur, un prêtre de la Fraternité sacerdotale St Pierre enseignant au Séminaire de Wigratzbad, a le mérite d’avoir relevé le défi. Et la synthèse est plutôt réussie. L’ouvrage, bien documenté, est riche de références bibliques prises dans la plupart des livres des deux testaments. L’auteur ne se perd pas dans les détails. Il élabore une étude systématique du sujet en insistant surtout sur la signification ambivalente du vêtement : à la fois ce qui voile et ce qui révèle. Tout y est dit ou presque : la forme, la matière, les circonstances de son emploi (vie courante, culte, jour de fête, de deuil…). Le style est agréable à lire. Toutefois, le livre a les défauts de ses qualités. À vouloir être analytique, trop peut-être, l’auteur est amené à se répéter (p. 60). Il argumente son propos de multiples et abondantes citations d’auteurs (en particulier Haulotte). Sur le plan exégétique, l’auteur se réfère à des commentaires aujourd’hui dépassés, et depuis longtemps : Joüon (1922), Huby (1938), Lagrange ou Chaîne (dans les années 40). En revanche, on aurait apprécié davantage d’allusions au contexte gréco-romain. Bien des développements en auraient été enrichis, ainsi celui sur le vêtement blanc dans l’Ancien Testament (p. 65). Dans l’Antiquité, le blanc n’était pas d’abord un signe de pureté mais de libération. Le vêtement blanc était porté par les esclaves affranchis en signe de leur nouvelle condition sociale. De même, des emprunts à la tradition rabbinique auraient été bienvenus. Le lecteur aurait ainsi mieux saisi la richesse des interprétations sur les tuniques de peaux dont le Seigneur a revêtu l’homme et la femme dans le jardin d’Eden (Gn 3, 21). Une certaine tradition voit, en effet, dans ces tuniques de peaux le fruit de la mue du serpent… Des croquis, plus nombreux que les deux seuls représentés (p. 35.37), auraient été bien utiles pour bien comprendre les descriptions des vêtements. Sur le plan méthodologique, on reprochera surtout une accumulation de citations d’auteurs n’ayant guère de rapport entre eux : des exégètes à côté de psychologues eux-mêmes cités à côté de souverains Pontifes (Pie XII ou Jean-Paul II).

2L’auteur se proposait d’élaborer une théologie du vêtement. Y est-il parvenu ? Au final, nous restons sur notre faim. En fait de théologie, la dernière partie du livre – qui a peu à voir avec la Bible – est davantage apologétique. Il s’agit d’un plaidoyer en règle pour justifier le port du vêtement ecclésiastique et un rappel à l’ordre concernant le bon usage des vêtements liturgiques pour dire la messe… Mise à part ce court-circuit étonnant, l’ensemble du livre ne manque pas d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand PINÇON, « Alban Cras, La symbolique du vêtement dans la Bible. Pour une théologie du vêtement », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 236-237.

Référence électronique

Bertrand PINÇON, « Alban Cras, La symbolique du vêtement dans la Bible. Pour une théologie du vêtement », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1479

Haut de page

Auteur

Bertrand PINÇON

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page