Navigation – Plan du site

Des « auctoritates » du décret de Gratien (1125-1140) à celles du traité De morte de Guibert de Tournai (1261-62)

Charles Munier
p. 217-232

Résumés

Dans la continuité de ses premiers travaux sur les sources patristiques du droit de l’Église, l’Auteur s’interroge sur l’évolution de la référence aux « auctoritates », sources bibliques et patristiques, chez les canonistes médiévaux. Les principes d’une hiérarchie des sources, encore implicites dans le Décret de Gratien, sont mis en œuvre, dans un souci de « concorde des canons discordants ». Au début du 13e s., la question est renouvelée, comme en témoignent quelques extraits du traité De morte du franciscain Guibert de Tournai.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous publions le dernier article du professeur Charles Munier, décédé en décembre 2011. Il avait envoyé à la fin de 2010 ces pages à la Revue, tout en hésitant sur la nécessité de les publier, car il espérait mener à bien la traduction du traité de Guibert de Tournai présenté dans la dernière partie de l’article. Le lecteur trouvera ici le signe d’une recherche menée sans relâche. Ch. Munier a confié à Madame D.Viellard le soin de faire paraître la traduction du traité De morte. On trouvera à la fin de l’article la liste des ouvrages publiés par Ch. Munier.

Texte intégral

  • 1 Ch. Munier, Les sources patristiques du droit de l’Église du VIIIe au XIIIe siècle, Mulhouse, Salva (...)

1En décembre 1953, à la veille de notre soutenance de thèse sur « les sources patristiques du droit de l’Église 1 », nous étions loin d’imaginer que ce sujet nous occuperait encore, plus d’un demi-siècle plus tard, à propos du traité De morte – inédit –, d’un maître ès-arts parisien, Guibert de Tournai, O.F.M., dont nous préparons l’édition. Mais pourquoi avions-nous choisi un sujet de thèse aussi difficile, inexploré, impossible à épuiser, et qui continue toujours de retenir notre attention ?

  • 2 Le corps enseignant comprenait deux professeurs ecclésiastiques, MM. Metz et Torquebiau, chargés de (...)
  • 3 Le fait que nous avions obtenu la licence ès lettres classiques (français, latin, grec, philologie) (...)
  • 4 Nous empruntons ce terme à la Préface donnée par Jean Gaudemet à l’édition du Prologue d’Yves de Ch (...)

2Admis en octobre 1946 à l’Institut de Droit canonique de la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, nous avions aussitôt été séduit par la structure originale de cet Institut 2. Les professeurs faisaient découvrir à des étudiants à peine sortis, comme eux-mêmes, des cinq années de la deuxième guerre mondiale, la richesse et la variété des sources bibliques, romaines, patristiques et médiévales qui inspiraient le droit de l’Occident chrétien, depuis ses modestes origines 3. Nous avons appris alors, à notre grande surprise, qu’il existait une somme du xiie siècle, le Décret de Gratien, qui réunissant les textes essentiels des premiers siècles, exprimant les règles de ce droit. Le titre latin de cette imposante collection, Concordantia discordantium canonum, et les dicta du Maître de Bologne, commentés par les maîtres de Strasbourg, stimulaient la réflexion et apprenaient aux rares étudiants de l’Institut comment parvenir, pour chaque problème, à une solution raisonnable, conforme au « bon usage du droit 4 ».

  • 5 Ibid., p. 9.

3D’emblée s’imposait une question, qui était et qui reste toujours déterminante pour le canoniste à la recherche de solutions soucieuses d’opposer la miséricorde aux rigueurs du droit. Il faut, en effet, qu’elles soient respectueuses « de la loi, de ses ordres et de ses défenses, sans exclure le recours éventuel au « conseil », à « l’indulgence », à la « dispense », si elles tendent, comme elles le doivent, à une application circonstanciée et souple du droit canonique 5. Par ailleurs les sources du droit canonique sont ecclésiastiques et séculières, générales et particulières. Est-il possible d’établir une hiérarchie entre les diverses sources de ce droit ? A partir de quels critères ?

  • 6 G. Le Bras, « La doctrine, source des collections canoniques », dans Mélanges Gény. Recueil d’étude (...)
  • 7 G. Le Bras, « Inventaire théologique du Décret et de la Glose ordinaire », dans Mélanges J. de Ghel (...)

4Avant même la guerre de 1939-1945, le Doyen Gabriel Le Bras avait voulu ouvrir une voie dans cette direction ; il donna coup sur coup deux études magistrales sur les sources primordiales du droit canonique : la première étude rappelle la primauté de la doctrine, la seconde offre un premier inventaire des textes bibliques qui ont pu inspirer cette doctrine 6. Dans la même perspective, il a procédé, en 1951, à un premier inventaire théologique du Décret de Gratien et de la Glose ordinaire 7.

  • 8 À l’instar de l’Hibernensis, un recueil de textes scripturaires et patristiques, où l’auteur irland (...)
  • 9 Ch. Munier, voir supra, note 1. Nous sommes heureux de pouvoir rappeler que le jury réunissait, sou (...)

5Sur les conseils de Jean Gaudemet, nous avons entrepris, dès 1948, une étude historique sur les sources patristiques dans les collections méthodiques 8 de l’Occident chrétien du viiie au xiiie siècle. Nous avons pu proposer un premier bilan de ces recherches dans la thèse présentée le 26 janvier 1954 devant la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg 9.

  • 10 Comme leur nom l’indique, les Décrétistes sont les commentateurs du Décret de Gratien. En 1937, Ste (...)
  • 11 R. Metz, « Saint Augustin et le Code de droit canonique de 1917 », Revue de Droit canonique, t. 4, (...)

6Nous avons constaté d’abord que, somme de l’ancien droit et fondement du droit classique, le Décret de Gratien, qui compte environ 3800 auctoritates, a recueilli près de douze cents textes patristiques, qui ne cesseront plus d’être commentés par les Décrétistes 10 et dont plusieurs ont servi directement pour l’élaboration du Code de droit canonique de 1917 11.

7Nous avons constaté ensuite qu’à la Distinction 20 de son Décret le Maître de Bologne essaie de définir le domaine privilégié des Pères de l’Église et des Souverains Pontifes. Il reconnaît aux premiers la prééminence dans l’interprétation des Écritures, à cause de l’assistance toute spéciale dont le Saint-Esprit les a gratifiés dans cette tâche. Il oppose à la science des docteurs la puissance juridictionnelle du Saint Siège et rappelle que les problèmes canoniques doivent trouver leur solution d’abord dans les documents législatifs. Ce principe est gros de conséquences pour les développements ultérieurs de la doctrine des sources du droit de l’Église, dans la mesure où Gratien le rattache directement à celui de la suprématie juridictionnelle de Rome.

  • 12 D. 20, dictum ante c. 1 : …divinarum scripturarum tractatores, etsi scientia Pontificibus preminean (...)

8Cependant le dessein immédiat du Maître bolonais n’est pas d’exclure les auctoritates patristiques. Comme ses devanciers, Gratien ménage une large part aux textes des Pères de l’Église dans la Concordantia discordantium canonum et il applique à ses documents les méthodes dialectiques en honneur de son temps. Si le célèbre dictum de la Distinction 20 12 contient en germe les principes d’une hiérarchie des sources, l’auteur du Décret les ignore quand il entreprend de résoudre les divergences entre ses auctoritates. Comme l’indique le titre de son ouvrage, l’objectif de Gratien est de ramener à l’unité la multiplicité des canons discordants. Mais nulle part il ne tranche les conflits des témoignages qu’il allègue pour rejeter les autorités patristiques, en se référant à la place de ces derniers dans une hiérarchie des sources du droit. Dans le Décret de Gratien, les textes des Pères conservent l’égalité de fait avec les autres auctoritates qu’ils avaient acquise dès leur entrée dans les collections méthodiques du haut moyen-âge.

  • 13 Nous avons donné une bibliographie abondante sur les études classiques relatives au droit divin pos (...)
  • 14 Une quinzaine en tout, dont douze sont empruntées à la Glose ordinaire.

9Nous avons constaté enfin qu’en explicitant de plus en plus, en faveur de la puissance pontificale, les principes formulés par Gratien à la Distinction 20, les Décrétistes ont orienté définitivement le traité des sources du droit vers les solutions modernes. En mettant en évidence la suprématie juridictionnelle de Rome, ils furent amenés à réduire d’autant l’importance donnée aux écrits des Pères dans l’ancien droit. En effet, tandis que Gratien reconnaissait à ces auteurs une sorte de prérogative dans l’interprétation des Saintes Écritures, les Décrétistes soumettent davantage les auctoritates au contrôle de la ratio, tout en reconnaissant en priorité au Souverain Pontife le pouvoir de définir les règles du droit naturel et du droit divin exprimées par la Bible 13. Ce recul de l’auctoritas Patrum est renforcé par les progrès réalisés dans le domaine des sources du droit par la notion de hiérarchie des auctoritates. Désormais les canonistes dressent des listes d’auctoritates classées selon l’ordre de leur préséance ; les Pères n’occupent plus que la dernière ou l’avant-dernière place. D’autre part, les occasions de recourir à leurs écrits se raréfient, du fait de la multiplication des décisions législatives émanées de Rome, tandis que les conciles et synodes locaux ne font plus guère qu’enregistrer les Acta du Saint-Siège. La documentation patristique des recueils de droit semble donc arrêtée aux textes contenus dans le Décret de Gratien ; les Quinque Compilationes et les Décrétales de Grégoire IX († 1241) n’allèguent déjà plus que quelques rares citations tirées des écrits des Pères 14.

  • 15 Ils sont de plus en plus nombreux et spécialisés sous les Papes d’Avignon, avant même de constituer (...)
  • 16 Jusqu’à la fin du 19e siècle, nombreux étaient les presbytères, dans lesquels le curé possédait une (...)

10L’ère des recueils méthodiques et composites est bel et bien révolue ; le Sexte de Boniface VIII († 1303) et les Constitutions Clémentines (1312) sont essentiellement des recueils de décrétales et de canons conciliaires. Les Papes prennent l’habitude de promulguer les collections nouvelles qui concernent le droit de l’Église, afin d’en garantir l’authenticité. Par suite de ces progrès continus de la législation canonique, les auctoritates, qui constituaient le droit commun de l’Église jusqu’au 12e siècle, se trouvent placées dans une situation nouvelle. Elles continuent d’être invoquées, car l’enseignement de la science canonique se faisait à partir du Décret de Gratien et des nouveaux textes législatifs édictés par les organismes compétents 15. Grâce à cette méthode complexe d’enseigner et de commenter le droit, les témoignages traditionnels conservaient leur valeur. C’est dire que les auctoritates patristiques, accueillies dans la Concordantia discordantia canonum sont toujours en honneur dans le clergé 16 et que les canonistes de profession s’y réfèrent toujours, même en matière de droit.

  • 17 Lettre 222, PL 162, col. 226-227.
  • 18 Yves de Chartres, Prologue, traduit, introduit et annoté par Jean Werckmeister, Paris, Cerf, 1997, (...)

11Pour conclure cette première approche d’un problème crucial, nous voudrions souligner, avec Jean Werckmeister, qu’une cinquantaine d’années avant Gratien, Yves de Chartres (†1116) avait proposé dans son Prologue d’excellentes règles en vue de parvenir à la « concordance des canons discordants ». Comme le faisaient les théologiens des 11e et 12e siècles, et déjà les Pères de l’Église, qui cherchaient à montrer l’accord des Saintes Écritures malgré les divergences apparentes, entre l’Ancien et le Nouveau testament, voire entre les quatre évangiles, Yves suggère d’appliquer au droit canonique la même théorie qu’il utilisait à propos des passages divergents de la Bible. « Parce que les voies du Seigneur sont miséricorde et vérité, écrit-il dans une de ses lettres, nous ne pensons pas que les Écritures divines se contredisent, mais que dans les unes s’exprime la rigueur de la justice et dans les autres la dispensation de l’indulgence 17 ». Ce thème de la non-contradiction entre miséricorde et vérité, entre indulgence et justice est clairement exprimé dans le Prologue : Toutes les voies du Seigneur sont miséricorde et vérité (Ps. 24, 10 : Vg) 18.

  • 19 Le plus remarquable des exemples illustrant la méthode proposée par Yves en ces cas est celui du ma (...)
  • 20 Yves allègue le grand commandement : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et ton proc (...)

12Le lecteur trouvera dans l’ouvrage de Jean Werckmeister non seulement des exemples concrets 19 de la manière dont Yves conseille ses correspondants affrontés à des situations difficiles, dans lesquelles les auctoritates divergent et s’affrontent la justice et la miséricorde, mais aussi la liste des lois « immobiles » ou « immuables », les préceptes de la loi éternelle (§ 7, § 9) ; leur observance confère le salut, leur non-observance le fait perdre. Tous les exemples de lois immuables que donne Yves sont tirés du Décalogue 20. À ses yeux, le champ des lois « immobiles » ou « immuables » est extrêmement restreint ; il se limite à un tout petit nombre de préceptes ou de prohibitions. Toutes les autres lois admettent des exceptions : elles sont « mobiles » ou contingentes. Les règles canoniques, qui sont « utiles » doivent être respectées, « parce que l’autorité des Pères les a établies » (§ 12), mais on peut en faire une application modérée ou même en dispenser.

  • 21 Werckmeister, Yves de Chartres…, p. 33.

13Qui est l’auteur de la dispense, qui est qualifié pour juger de l’opportunité d’urger ou non l’application d’une loi ? Jean Werckmeister observe que le Prologue n’est pas explicite à ce sujet ? Au § 19, il parle des chefs des églises (principes ecclesiarum), au § 44, il cite un texte du pape Léon le Grand déclarant que c’est celui qui détient le pouvoir (qui potestatem habet) qui accorde la dispense. Les exemples donnés par Yves sont pour la plupart le fait de papes : Léon le Grand (§ 20-21), Innocent Ier (§ 30-31), Grégoire le Grand (§ 48). Mais il cite aussi longuement des Pères de l’Église, tels Augustin (§§ 29 et 40) ou Cyrille d’Alexandrie (§§ 33 et 35-37). Et l’auteur de conclure : Toute personne qui détient un pouvoir dans l’Église, pape, patriarche, évêque ou juge, peut user de « miséricorde », c’est-à-dire ne pas appliquer la loi dans toute sa rigueur 21.

14Comme on le voit, pour Yves de Chartres, Gratien et les Décrétistes, les questions relatives aux auctoritates sont encore confinées à des domaines restreints, celui de l’auctoritas Patrum quand il s’agit de définir les règles de droit naturel ou de droit divin contenues dans les Livres saints ; ou bien quand il s’agit d’accorder la justice et la miséricorde dans l’examen de cas concrets.

  • 22 C’est la date à laquelle il abandonne ses fonctions de régent de la Faculté des arts de Paris, pour (...)
  • 23 Pour la vie, l’œuvre et la spiritualité de Guibert, voir l’article de Baudouin d’Amsterdam, « Guibe (...)

15D’autres questions concernant les auctoritates alléguées par les enseignants des nouvelles Universités (Paris, Oxford, Bologne, Padoue…) et les prédicateurs formés à leur école, surgissent dès les premières décennies du 13e siècle ; elles vont prendre une dimension inattendue lorsque le conflit se durcira entre les enseignants séculiers et leurs collègues des ordres mendiants de l’Université de Paris. Dans le cadre limité du présent article, nous ne pourrons donner qu’un bref aperçu de la manière dont furent traitées les auctoritates utilisées par un Maître-ès-arts de l’Université de Paris, le franciscain Guibert de Tournai, qui fut résident du couvent des Cordeliers, depuis 1240 22 jusqu’à sa mort, en 1284 23.

16Pour illustrer notre propos, nous avons choisi de présenter la traduction de quelques pages de son traité  intitulé : De morte, qui date des années 1261/1262. Ce traité nous est parvenu sous deux formes : la première, conservée en trois manuscrits du 13e siècle, ne comporte que huit sermons, dont le dernier est incomplet. Une seconde édition du même traité offre onze sermons complets ; elle est conservée par un manuscrit du 15e siècle et un incunable ; imprimé à Paris en 1494 et conservé à la Bibliothèque nationale de France.

17Le texte n° 1 présente deux passages du Sermon IV. Le premier (A) donne la douzaine de lignes qui l’introduisent, la suite (B), à peine plus longue, est exemplaire de la manière dont Guibert utilise les textes bibliques pour enrichir ses développements.

Texte n° 1 : Codex Duacensis 374, f. 116

  • 24 Verset thématique, placé en exergue de chacun des sermons du traité De morte. Nous citons d’après l (...)
  • 25 Éloge (laudatio) du nouvel usage homilétique (sermo scolasticus – vel : universitarius) qui consist (...)
  • 26 Par ces deux mots (2 R 14, 2), Guibert convie le lecteur à relire tout le chapitre, 2 Rois 14, dont (...)
  • 27 L’exemplum du silex qui allume le feu, auquel Guibert a recours pour illustrer la pertinence du dis (...)
  • 28 La citation biblique (2 R 14, 14), est appropriée (congruum), parce qu’elle dit que les eaux (de pl (...)
  • 29 Ce développement, tiré de l’observation des phénomènes naturels, est évidemment le fait de Guibert.
  • 30 Coutumier des divisions quadripartites, comme ses contemporains, et déjà Bernard de Clairvaux, Guib (...)

18A) Tous nous mourons et nous serons comme des eaux répandues sur la terre et qui ne se rassemblent plus [2 R 14, 14] 24. // Le maître expérimenté vient à l’aide des esprits de ses disciples au moyen de comparaisons et d’exemples, afin de réveiller leur torpeur, de convier leur attention, d’éclairer leur intelligence, d’enflammer leurs sentiments 25// ; de même cette femme sage [2 R 14, 2] 26 travaille contre notre paresse, quand sa parole est éclairée par la comparaison que voici :.//comme le feu qui dort dans la pierre et qui repose dans le fer s’enflamme au choc du fer et de la pierre// 27. //Ce faisant, elle propose un exemplum approprié, elle nous montre les différences espèces de morts. Tous nous mourons, dit-elle et nous serons comme des eaux répandues sur la terre. Vraiment, nombreuses sont les eaux, nombreux sont les peuples [cf. Ap 17, 15],  pendant qu’une génération passe et qu’advient une autre génération [Eccle = Qo 1, 4], les eaux coulent et refluent, à l’instar d’un fleuve ou d’un flot. Mais les eaux qui sont répandues sur la terre suivent divers parcours 28// : tantôt elles se réunissent dans une source, tantôt rassemblées dans les entrailles de la terre elles se purifient dans un fleuve, tantôt par un cours précipité elles sont portées dans la mer, tantôt par la force de la chaleur et en vertu de leur caractère subtil elles s’évaporent dans l’air 29//. // Dès maintenant, il me plaît d’attirer l’attention sur quatre différentes espèces de morts : il y a les justes, morts au cours du présent exil, ceux qui doivent être purifiés dans le purgatoire, les réprouvés qui sont en enfer, les bienheureux, enfin, qui sont dans le royaume 30//.

  • 31 On pourrait traduire : « le lieu du rafraîchissement et du bonheur éternel ». Le paradis étant souv (...)
  • 32 Certains systèmes cosmologiques de l’Antiquité désignaient par ce terme la partie supérieure des sp (...)
  • 33 Ce développement ne contient que des citations bibliques, jamais identifiées par Guibert, mais aucu (...)

19B) //Quand ils gardent la pureté en eux-mêmes et la rendent visible à leurs proches en leur personne, les justes, comme l’eau d’une fontaine délectable, éteignent l’ardeur de la concupiscence et de la volupté chez leurs proches et ainsi, leurs passions se trouvant apaisées, les eaux sont puisées aux sources du Sauveur [Is 12, 3]. Quant à ceux qui doivent être purifiés par le feu et l’eau, ils effectuent leur passage et compte tenu de la nature de leurs fautes, ils sont conduits dans le refrigerium 31 ; une fois purifiés, ils passent vers la communauté des élus : c’est ainsi que l’eau retardée par les obstacles des montagnes s’échauffe, elle se répartit et enfin purifiée est reçue dans un fleuve ; elle est devenue potable après avoir été purifiée, lorsqu’elle a déposé son amertume naturelle. C’est ainsi que Moïse a frappé le rocher et des eaux ont coulé et se sont répandues comme un fleuve dans les lieux arides [cf. Ps 77, 20 ; 104, 41], car la dette de la coulpe une fois payée, à l’instar de la dureté du rocher une fois brisée, on est transféré du purgatoire dans les règnes célestes. C’est ainsi qu’Élisée assainit les eaux amères, afin que ne demeurent plus en elles désormais ni la mort ni la stérilité [cf. 4 R 2, 19, 21]. Quant aux réprouvés, leurs corps une fois décomposés, ils se hâtent vers les parties inférieures de la terre, comme les eaux des fleuves se hâtent vers la mer, parce que, au souffle de ta fureur, Seigneur, les eaux se sont amoncelées [Ex 15, 8]. C’est ici la Mer morte, vers laquelle on lit <dans l’Écriture>] qu’une partie des eaux est descendue [cf. Jos 3, 16]. Quant aux bienheureux, lorsque par la grâce et le libre arbitre ils sont élevés au ciel empyrée 32, ils s’évaporent comme l’eau dans l’air. A ce propos il est écrit : Quand il donne de la voix, les eaux mugissent dans les cieux, et il fait monter les nuages des extrémités de la terre [Jer 10, 13]. C’est donc de ces quatre manières – mise à part la mort dite naturelle, puisqu’elle est commune à tous, dont nous avons parlé succinctement – que meurent les hommes, comme les eaux tombées à terre se divisent pour des parcours variés 33 //.

Texte n° 2 : S. V. Codex Duacensis 374, f. 122v.

  • 34 La Bible de Jérusalem (10e édition en format de poche, 1965, p. 1870) traduit : « J’ai choisi d’êtr (...)
  • 35 Emprunt tacite à Cassien, Conférences IX, 4 (SC 54, 43)
  • 36 Emprunt tacite à Thomas Gallus, Commentaire du Cantique, 52-54.
  • 37 Comparaison (similitudo) empruntée par Guibert au monde des oiseaux de proie, aigles, milans, éperv (...)
  • 38 Guibert étend sa comparaison au monde des poissons volants ; il s’agit toujours d’illustrer les deg (...)
  • 39 Guibert peut s’être inspiré ici par S. Bernard, De consideratione II, c. 2, ou par le traité de Ric (...)
  • 40 L’exemplum biblique d’Aaron, qui gravit la montage de Hor, où il mourra, introduit élégamment toute (...)
  • 41 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 76 (SC 419, 310)
  • 42 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 78 (SC 419, 316).
  • 43 Développement et transition de Guibert.
  • 44 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 77 (SC 419, 314)
  • 45 Transition de Guibert.
  • 46 Emprunt tacite au Beniamin minor, c. 75 (SC 419, 308). Guibert aborde ici la délicate question de l (...)
  • 47 Tout ce passage s’inspire largement du Beniamin minor, c. 81 (SC 419, 322)
  • 48 Transition de Guibert.
  • 49 Emprunt explicite de Guibert à Cassien, Conférences II, 8 (SC 42, 119.

20Au huitième degré, l’âme (spiritus) [122v] quitte le corps, libre, car elle n’est entravée par aucune attache venant des choses temporelles. A ce degré, l’esprit (mens) s’élève vers les hauteurs et il médite librement sur les choses célestes. Mon âme, dit Job, a choisi la pendaison, et mes os la mort [Jb 7, 15] 34. // La plume légère, si elle n’a pas été altérée accidentellement par un épanchement extérieur d’humidité, s’élève vers les hauteurs avec l’aide du moindre souffle, grâce à la subtilité de sa substance 35//. Cependant, si elle a été alourdie par une aspersion liquide, elle descend jusqu’à terre. C’est ainsi que l’esprit humain s’élève facilement jusqu’à Dieu par la méditation ; je parle de celui qui n’est pas alourdi par l’amour ou le souci des choses temporelles. // Telle est la « pendaison » <la suspension> que choisit l’esprit 36 // C’est ainsi que l’oiseau se tient en l’air, <comme> suspendu 37//. //Les animaux de la terre ont aussi l’habitude de faire des sauts dans certains de leurs jeux et de tenir, si peu que ce soit, leur corps en l’air, en sautant. Les poissons qui se cachent dans les eaux, sautent au-dessus des eaux et franchissent les limites de leur habitat naturel, quand ils se tiennent sans appui dans les airs 38// ; //quand l’âme par la méditation se maintient dans les hauteurs (in altum suspensa), elle scrute les mystères divins, elle s’étonne elle-même d’avoir dépassé ses propres limites 39//. // A l’approche de la mort, Aaron reçoit l’ordre de gravir la montagne [cf. Nb 20, 25] ; quant à nous, par la méditation nous devons passer vers les choses d’en-haut 40//. //C’est un privilège réservé à très peu de gens de faire l’ascension de cette montagne, à moins de gens encore de rester debout sur le sommet, et vraiment à un tout petit nombre d’y mourir et d’y reposer 41 //. Qui pourra monter jusqu’à la montagne du Seigneur ? Qui s’élèvera jusqu’à son lieu saint [Ps 23, 3] ? Que dis-je ?, Seigneur, qui habitera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte [Ps 14, 1] ? // L’ascension est difficile, la demeure sublime, le repos délicieux 42//. //Méditer sur le divin est une opération d’une grande difficulté pour des esprits qui n’y sont pas habitués, pour des yeux qui s’enténèbrent aux lumières du ciel ; s’exercer en ces matières, réfléchir et purifier son esprit par la méditation, est une opération d’une grande dignité ; y trouver le repos, sans être rappelé vers les choses d’en bas, une opération pleine de délices. Cependant tu ne pourras pas gravir la montagne par toi-même, si tu n’as pas pour guide le Christ, qui a conduit ses disciples sur la montagne, à part et jusqu’au sommet [cf. Mt 17, 1]. Envoie ta lumière, dit le prophète, et ta vérité ; elles m’ont conduit à ta montagne sainte [Ps 42, 3] 43//. //Qui que tu sois, donc, si t’élevant par la méditation tu scrutes les secrets divins, et si par là tu es conduit jusqu’à la contemplation, tu tombes facilement dans l’erreur, si tu n’as pas le Christ pour guide 44 //. //C’est lui qui t’enseigne les choses terrestres dans la vallée, mais les choses célestes il les enseigne sur la montagne. Mais toi 45//, // si tu es monté au sommet de ton cœur [cf. Ps 63, 7] et si tu crois avoir atteint le sommet de la montagne par un ravissement de l’esprit 46, ne crois pas facilement tout ce que tu vois au sujet des secrets du ciel, à moins que Moïse et Élie ne t’apparaissent avec le Christ [cf. Mt 17, 3]. Tiens pour suspecte toute révélation des secrets du ciel qui ne peut pas être confirmée par le témoignage du Nouveau et de l’Ancien Testament 47 // ; // ce que la Loi, les prophètes, ce que l’Évangile auront pu confirmer, empêchera que l’on ne s’égare, ou que l’on trébuche, si peu que ce soit. Il n’y a rien d’étonnant si nous ne prêtons pas foi aux révélations qui surgissent de toutes parts, puisque nous lisons souvent que l’ange de Satan s’est déguisé en ange de lumière [cf. 2 Co 11, 14] 48//. // Cassien atteste qu’en multipliant les visions Satan persuada un moine que la secte religieuse des Juifs était excellente, qu’il le poussa jusqu’à se faire circoncire et même jusqu’à professer le judaïsme. Par une vision il lui montra le Christ s’entretenant dans une affreuse prison avec les princes de la religion chrétienne tout languissants, tandis que Moïse, les prophètes et le peuple qui leur était attaché brillaient d’une admirable lumière, comblés de joie 49/

  • 50 Transition de Guibert.
  • 51 Emprunt tacite de Guibert à Jérôme, Livre des interprétations hébraïques 19, 29 (CCSL 72, 83)
  • 52 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin maior I, c. 6 (PL 196, 70-72)
  • 53 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 74 (SC 419, 302).

21// Voici un détail digne d’être souligné : Aaron meurt au sommet de la montagne de Hor [cf. Nb 20, 25], <car> le sommet et le point culminant de la méditation est la contemplation 50//. // La traduction de « Hor » est « lumière » 51// : //par l’application zélée à la méditation on s’élève jusqu’à la clarté de la contemplation. 52 // Considère ce processus et son ordonnance : par la méditation tu t’élèves jusqu’à la contemplation, par la contemplation, jusqu’à l’admiration, par l’admiration jusqu’au ravissement (alienationem) de l’esprit 53.

  • 54 Il a été édité par A. De Poorter, dans la collection : Les philosophes belges 9, Louvain 1914.
  • 55 Bipartite au départ (1240), le Speculum maius offre un Speculum naturale et un Speculum historiale.(...)

22Nous pouvons arrêter ici notre enquête sur la particularité la plus étrange qui caractérise le style de Guibert de Tournai dans son traité De morte : pas une seule citation biblique, sur un ensemble de 19, n’est explicitée, et une seule auctoritas patristique, sur un ensemble de 15. Tout le reste demeure confiné dans l’anonymat le plus rigoureux. Or le même Guibert avait procédé d’une manière toute différente deux ans plus tôt, lorsqu’à la demande du roi Louis IX il composa le traité intitulé : Eruditio regum et principum 54. Il puisa largement dans la riche documentation, littéraire et historique, que le lecteur de Royaumont, le frère dominicain Vincent de Beauvais avait rassemblée en vue d’étoffer le Speculum maius, cette audacieuse encyclopédie qui devait couvrir tout le champ des connaissances de l’époque 55.

  • 56 Le fait a été signalé dès 1925 par Éphrem Longpré, dans son édition du traité De pace de Guibert ; (...)
  • 57 Voir l’édition du traité De bono timoris d’Étienne de Bourbon, par Christine Boyer au CCCM 218, Tur (...)

23S’agissant cette fois de prédication, Guibert se trouvait assez dépourvu. Certes, il avait pu puiser dans ceux de Jacques de Vitry pour rédiger les sermons sur le mariage qui figurent dans ses propres Sermons ad status 56. Mais la lutte devenait de plus en plus inégale entre les prédicateurs dominicains, qui disposaient des recueils d’exempla composés à leur intention et les franciscains pour lesquels Guibert travaillait d’arrache-pied, avec les moyens du bord. Nous avons constaté, par exemple, que des 288 exempla identifiés par Jacques Berlioz et ses collaborateurs dans le traité De diuersis materiis d’Étienne de Bourbon, O.P., aucun ne se retrouve dans le De morte de Guibert 57.

  • 58 Il existe près d’une centaine de manuscrits du florilège patristique de Guibert, appelé la Pharetra(...)
  • 59 Prologue du traité de Guibert, De modo addiscendi, cité par E. Longpré, Tractatus De pace, auctore (...)
  • 60 Citation de Cicéron, De oratore 2, 237.

24À dire vrai, Guibert n’était pas complètement démuni. Il avait, dès ses jeunes années d’étudiant, composé ses propres florilèges 58. « Dans les premiers temps de ma conversion, explique-t-il à ce propos, comme je lisais les ‘autorités’ des Pères, pour reposer mon esprit et que je repérais diverses erreurs au fil de ma lecture, j’ai décidé de recourir à la source même des <textes> originaux et d’en faire moi-même des extraits, afin de disposer d’un <texte> plus sûr. Dans un deuxième temps, j’ai classé ces extraits, comme j’ai pu, afin de pouvoir retrouver plus facilement ceux qui pourraient être utiles pour la méditation, la prédication ou la discussion (disputatio) 59. Et Guibert d’ajouter à l’intention de ses jeunes lecteurs : « Puisque le temps est court, que nous sommes accaparés par nos affaires, que notre mémoire est émoussée, que les livres sont nombreux, que leur rédaction coûte très cher, il nous faut tirer de leur multitude ce qu’il y a de meilleur et ‘nous astreindre à la concision’ » 60.

  • 61 IV pars, cap. 3.
  • 62 D. d’Avray, The Preaching of the Friars. Sermons diffused from Paris before 1300, Oxford, Clarendon (...)

25Guibert considérait que ses florilèges étaient devenus sa propriété, à sa libre disposition. Il s’explique à ce sujet dans son traité De modo addiscendi 61 : « si le matériau recueilli par ses soins est retravaillé et intégré à une unité nouvelle, au point de devenir son œuvre personnelle – quasi unum nostrum, il n’est pas nécessaire de mentionner expressément les auteurs ainsi réutilisés ». On le voit : la notion moderne de la « propriété littéraire » n’appartenait pas à l’univers mental de Guibert. David d’Avray constate le fait à propos du réemploi massif que Guibert a opéré des Sermons de Jacques de Vitry. À l’intention des lecteurs modernes que ces procédés pourraient indigner au point de conclure que Guibert « was not a clever man », il conclut très posément : « It is not so much because he borrows from the earlier Jacques de Vitry on a large scale : he did try to reorder it, and his age was more concerned with usefulness and less with literary property than ours is 62 ».

26Reste que la méthode de travailler de Guibert ne facilite pas la tâche de ses éditeurs laissés sans indices de provenance au sujet des matériaux disparates retravaillés par Guibert. C’est pourquoi, avant même de donner à l’éditeur le texte latin du traité De morte et la liste impressionnante, mais certainement incomplète, de ses citations et allusions bibliques, et celle, non moins considérable, de ses auctoritates classiques, patristiques et médiévales, nous voudrions exprimer d’ores et déjà notre reconnaissance à tous les savants philologues qui voudront bien nous faire connaître les textes de toute provenance utilisés par Guibert pour composer le dit traité, qui auraient échappé à nos recherches, au risque de trahir sa pensée, dans notre traduction.

Haut de page

Annexe

Ouvrages publiés par Charles Munier

• Les sources patristiques du droit de l’Église du viiie au xiiie siècle, Mulhouse, Salvator, 1957.

• Les Statuta ecclesiae antiqua, Édition, études critiques, Paris, PUF, 1960.

• Concilia Galliae a. 314- a. 506. Turnhout, Brepols, 1963, CCSL, 148.

• Concilia Africae a. 345-a. 525, Turnhout, Brepols, 1974, CCSL, 149.

• L’Église dans l’Empire romain (iie-iii e siècles), IIIe partie : Église et cité, Paris, Cujas, 1979, coll. « Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident », publiée sous la direction de Gabriel Le Bras et Jean Gaudemet, tome II, vol. 3.

• Tertullien, A son épouse, Introduction, texte critique, traduction et notes, Paris, Le Cerf, 1980, SC 273.

• Tertullien, La pénitence. Introduction, texte critique, traduction et notes, Paris, Le Cerf, 1984, coll. SC 316.

• Mariage et virginité dans l’Église ancienne (ier-iiie siècles), Berne. Francfort s. Main. New York, Paris, Peter Lang, 1987, coll. Traditio christiana, n° 6.

• Vie conciliaire et collections canoniques en Occident, ive-xiie siècles, Londres, 1987, coll. Variorum reprints, n. 265.

• Autorité épiscopale et sollicitude pastorale, IIe-VIe siècles, Londres, 1990, coll. Variorum reprints, n°  341.

• Tertullien, La pudicité. Tome 2. Texte critique et traduction, Paris, 1993, Le Cerf, SC 394.

• L’Apologie de saint Justin philosophe et martyr. Fribourg Suisse, 1994, Éditions universitaires, coll. « Paradosis », n° 38.

• Le baptême dans l’Église ancienne (ier-iiie siècles), en collaboration avec André Benoît, Berne. Francfort s. Main. New York. Paris, Peter Lang, 1994, coll. « Traditio Christiana », n° 9.

• Saint Justin. Apologie pour les chrétiens. Édition et traduction. Fribourg Suisse, 1995, Éditions universitaires, coll. « Paradosis », n° 40.

• Petite vie de Tertullien, Paris 1996, Desclée de Brouwer.

• L’évasion d’un prisonnier. Ecbasis cuiusdam captivi. Introduction, traduction, commentaire et tables par Charles Munier, CNRS Éditions. Brepols, 1998.

• La Vie de sainte Hildegarde de Bingen et Les actes de l’enquête en vue de sa canonisation. Introduction, traduction, commentaire et tables par Charles Munier. Paris 2000, Éditions du Cerf, coll. « Sagesses chrétiennes ».

• Le pape Léon IX et la réforme de l’Église (1002-1054), Strasbourg 2002, Les éditions du Signe.

• Justin. Apologie pour les chrétiens. Introduction, texte critique, traduction et notes par Charles Munier, SC 507, Paris, 2006.

• Justin martyr. Apologie pour les chrétiens. par Charles Munier, coll. « Patrimoines. Christianisme », Éditions du Cerf, Paris 2006.

• Hildebert de Lavardin. Vie de sainte Marie l’Egyptienne. Présentation et traduction par Charles Munier. Coll. « Miroir du Moyen Âge », Turnhout, Brepols, 2007.

• Vincent de Beauvais. De l’institution morale du prince. Édition établie, présentée et annotée par Charles Munier, coll. « Sagesses chrétiennes », Paris, Éditions du Cerf, 2010.

• Guibertus Tornacensis. De morte – De septem uerbis Domini in cruce, cura et studio Charles Munier, CCCM 242, Brepols, Turnhout, 2011.

Haut de page

Notes

1 Ch. Munier, Les sources patristiques du droit de l’Église du VIIIe au XIIIe siècle, Mulhouse, Salvator, 1957.

2 Le corps enseignant comprenait deux professeurs ecclésiastiques, MM. Metz et Torquebiau, chargés de commenter le Code de droit canonique, et quatre professeurs laïcs, des Facultés de droit de Paris et de Strasbourg. Le Doyen Gabriel Le Bras donnait un cours sur « L’histoire générale du droit canonique », Jean Gaudemet un cours sur « L’histoire du mariage », sans parler des notions de Droit romain, dispensées par M. Desnoyers et des considérations de M. Villey sur les relations du Droit et de la Philosophie.

3 Le fait que nous avions obtenu la licence ès lettres classiques (français, latin, grec, philologie), à l’Université de Toulouse, entre 1942 et 1945, explique sans doute cette première impression favorable, dont dépendra tout notre avenir scientifique et universitaire.

4 Nous empruntons ce terme à la Préface donnée par Jean Gaudemet à l’édition du Prologue d’Yves de Chartres (1040-1115), publiée par Jean Werckmeister aux éditions du Cerf, en 1997, p. 8.

5 Ibid., p. 9.

6 G. Le Bras, « La doctrine, source des collections canoniques », dans Mélanges Gény. Recueil d’études sur les sources du droit, Paris, 1934, t. 1, p. 69-75 ; « Les Écritures dans le Décret de Gratien », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgesschichte 1936, kanonistische Abteilung, t. 25, p. 47- 80.

7 G. Le Bras, « Inventaire théologique du Décret et de la Glose ordinaire », dans Mélanges J. de Ghellinck, t. II, 1951, p. 603-615. La Glose ordinaire attend toujours une édition critique qui permettrait de mener à bien cette étude, dont l’importance ne saurait être surestimée.

8 À l’instar de l’Hibernensis, un recueil de textes scripturaires et patristiques, où l’auteur irlandais (vers 710) croit reconnaître les premières sources du droit, les nouvelles collections méthodiques ont rapidement supplanté les anciennes collections qui présentaient les documents selon l’ordre chronologique. 

9 Ch. Munier, voir supra, note 1. Nous sommes heureux de pouvoir rappeler que le jury réunissait, sous l’égide de Mgr M. Andrieu, doyen de la Faculté de théologie catholique, MM. G. Le Bras, président, J. Gaudemet, assesseur, R. Metz, assesseur.

10 Comme leur nom l’indique, les Décrétistes sont les commentateurs du Décret de Gratien. En 1937, Stefan KUTTNER les a répertoriés dans le Repertorium der Kanonistik (1140-1234), t. 1, Prodromus corporis Glossarum, dans Studi e testi, t . 71. Le Maître de Berkeley nous a conseillé dans nos recherches sur le sort de l’auctoritas Patrum dans les principaux commentaires des écoles bolonaise, française et anglo-normande, jusqu’au Rosarium Decretorum de Guy de Baysio (l’Archidiaconus ; † 1313 à Avignon). Voir Munier, Les sources patristiques …, p. 188-193.

11 R. Metz, « Saint Augustin et le Code de droit canonique de 1917 », Revue de Droit canonique, t. 4, 1954, p. 405-419.

12 D. 20, dictum ante c. 1 : …divinarum scripturarum tractatores, etsi scientia Pontificibus premineant, tamen quia dignitatis apicem non sunt adepti, in sacrarum scripturarum expositionibus eis proponuntur, in causis diffiniendis secundum post eos locum merentur. Negotiis diffiniendis non solum est necessaria scientia sed potestas.

13 Nous avons donné une bibliographie abondante sur les études classiques relatives au droit divin positif et au droit naturel chez Gratien et les scolastiques, dans notre thèse, p. 177, notes 116 et 120. Plus récemment, voir K. DEMMER, « Naturrecht. II. Theologisch-ethisch », Lexikon für Theologie und Kirche 7 (1998) c. 688-690, avec bibliographie.

14 Une quinzaine en tout, dont douze sont empruntées à la Glose ordinaire.

15 Ils sont de plus en plus nombreux et spécialisés sous les Papes d’Avignon, avant même de constituer dans la Ville éternelle l’imposant ensemble administratif et judiciaire des services de la Curie romaine. Pour une première orientation sur son extension depuis le 13e siècle, voir par exemple l’article de G. May, « Römische Kurie », Lexikon für Theologie und Kirche 8 (1999), col. 1287-1290, avec la bibliographie sur l’état alors actuel.

16 Jusqu’à la fin du 19e siècle, nombreux étaient les presbytères, dans lesquels le curé possédait une édition du Corpus iuris canonici, dont le Décret de Gratien forme la première partie. C’est là, et dans son bréviaire, qu’il lisait régulièrement, en latin, les textes, patristiques et autres, dont il nourrissait son esprit.

17 Lettre 222, PL 162, col. 226-227.

18 Yves de Chartres, Prologue, traduit, introduit et annoté par Jean Werckmeister, Paris, Cerf, 1997, p. 28-29.

19 Le plus remarquable des exemples illustrant la méthode proposée par Yves en ces cas est celui du mariage éventuel du roi de France Philippe Ier avec Bertrade, sa « concubine », après la mort de Berthe, sa première femme. À Gautier, évêque de Meaux, qui le consulte à ce sujet, Yves répond par une liste d’auctoritates « diverses », non point « adverses », selon la formule consacrée.

20 Yves allègue le grand commandement : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et ton prochain comme toi-même (Deut. 10, 12) », ainsi que les articles du Décalogue : « Honore ton père et ta mère » (cf. Deut. 27, 16) ; « Tu ne tueras pas » (cf. Ex. 20, 13 ; Deut. 5, 17) ; « Tu ne commettras pas d’adultère » (cf. Ex. 20, 12-16 ; Mt, 19, 18).

21 Werckmeister, Yves de Chartres…, p. 33.

22 C’est la date à laquelle il abandonne ses fonctions de régent de la Faculté des arts de Paris, pour entrer chez les frères mineurs.

23 Pour la vie, l’œuvre et la spiritualité de Guibert, voir l’article de Baudouin d’Amsterdam, « Guibert de Tournai », Dictionnaire de Spiritualité VI (1966), col. 1139-1046.

24 Verset thématique, placé en exergue de chacun des sermons du traité De morte. Nous citons d’après la Vulgate ; les lecteurs, qui suivent de préférence le texte hébreu ou grec de l’Ancien Testament voudront bien tenir compte de cette information.

25 Éloge (laudatio) du nouvel usage homilétique (sermo scolasticus – vel : universitarius) qui consiste à recourir le plus possible aux similitudines et aux exempla.

26 Par ces deux mots (2 R 14, 2), Guibert convie le lecteur à relire tout le chapitre, 2 Rois 14, dont une femme de Téquoa est l’héroïne.

27 L’exemplum du silex qui allume le feu, auquel Guibert a recours pour illustrer la pertinence du discours de la femme de Téquoa, est tiré en fait du Sermon 96, 1 de Pierre Chrysologue (CCSL 24A, 594). Notons dès à présent que Guibert ne donne ici aucune indication sur la provenance de ses citations bibliques ni de ses emprunts aux auteurs classiques, patristiques ou autres, qu’il pille sans vergogne – mais pourquoi agit-il ainsi ?

28 La citation biblique (2 R 14, 14), est appropriée (congruum), parce qu’elle dit que les eaux (de pluie) qui tombent sur la terre suivent divers parcours, comme les défunts, qui ne reviendront plus.

29 Ce développement, tiré de l’observation des phénomènes naturels, est évidemment le fait de Guibert.

30 Coutumier des divisions quadripartites, comme ses contemporains, et déjà Bernard de Clairvaux, Guibert distingue quatre différentes espèces de morts ; il annonce ainsi le contenu des S. IV-VIII (le dernier étant le complément et la conclusion du S. VII, inachevé, parce que trop long.

31 On pourrait traduire : « le lieu du rafraîchissement et du bonheur éternel ». Le paradis étant souvent comparé à un repas dans l’Écriture (Mt 22,2 ; 25, 10 ; Ap. 19, 7). Le terme : refrigerium désigne au figuré le festin céleste qui procure soulagement et rafraîchissement. Citons le livre de la Sagesse, 4, 7, d’après la Vulgate : Iustus, si praeoccupatus fuerit morte, in refrigerio erit. La Bible de Jérusalem traduit : Le juste, même s’il meurt avant l’âge, trouvera le repos.

32 Certains systèmes cosmologiques de l’Antiquité désignaient par ce terme la partie supérieure des sphères célestes où était réuni l’élément igné. Ce lieu était aussi considéré comme la demeure des dieux.

33 Ce développement ne contient que des citations bibliques, jamais identifiées par Guibert, mais aucune auctoritas ni classique ni patristique. Il en va différemment dans le texte n° 2.

34 La Bible de Jérusalem (10e édition en format de poche, 1965, p. 1870) traduit : « J’ai choisi d’être étranglé », et commente en ces termes : « Job souhaite une mort violente mais n’envisage pas le suicide. Hormis les cas où un guerrier se fait achever pour échapper au déshonneur (Jg 9, 14 ; 1 S 31, 4 ; 2 M 14, 41), l’A.T. ne rapporte qu’un cas de suicide, celui du traître Ahitophel, 2 S 17, 23.

35 Emprunt tacite à Cassien, Conférences IX, 4 (SC 54, 43)

36 Emprunt tacite à Thomas Gallus, Commentaire du Cantique, 52-54.

37 Comparaison (similitudo) empruntée par Guibert au monde des oiseaux de proie, aigles, milans, éperviers.

38 Guibert étend sa comparaison au monde des poissons volants ; il s’agit toujours d’illustrer les degrés de l’ascension de l’âme vers Dieu, des diverses étapes qui la conduisent de la méditation à la contemplation, voire au ravissement et à l’extase.

39 Guibert peut s’être inspiré ici par S. Bernard, De consideratione II, c. 2, ou par le traité de Richard de Saint-Victor, De gratia contemplationis, appelé aussi Beniamin maior, I, 4 (PL 196, 67 CD).

40 L’exemplum biblique d’Aaron, qui gravit la montage de Hor, où il mourra, introduit élégamment toute une série d’emprunts tacites de Guibert au traité de Richard de Saint-Victor intitulé Les douze patriarches ou Beniamin minor (SC 410).

41 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 76 (SC 419, 310)

42 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 78 (SC 419, 316).

43 Développement et transition de Guibert.

44 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 77 (SC 419, 314)

45 Transition de Guibert.

46 Emprunt tacite au Beniamin minor, c. 75 (SC 419, 308). Guibert aborde ici la délicate question de la contemplation et des phénomènes qui l’accompagnent. Il emploie plusieurs termes ou expressions, plus ou moins synonymes à ses yeux, mais dont chacun s’inscrit dans la longue tradition de la théologie mystique chrétienne : mentis excessus ; celestia docere ; secretorum celestium reuelatio ; excelsum admirationis ; super se ascendere ; mentis alienatio, per mentis eminentiam promissam fidelibus patriam contemplare, quodammodo deiformis per gratiam effici. Son vocabulaire est polymorphe et imprécis. On peut le comparer à celui du traité Liber de spiritu et anima d’Alcher de Clairvaux, c. 34 (PL 40, 803-804). Mais l’influence des auteurs Victorins, Hugues, Richard et Thomas a été décisive.

47 Tout ce passage s’inspire largement du Beniamin minor, c. 81 (SC 419, 322)

48 Transition de Guibert.

49 Emprunt explicite de Guibert à Cassien, Conférences II, 8 (SC 42, 119.

50 Transition de Guibert.

51 Emprunt tacite de Guibert à Jérôme, Livre des interprétations hébraïques 19, 29 (CCSL 72, 83)

52 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin maior I, c. 6 (PL 196, 70-72)

53 Emprunt tacite de Guibert au Beniamin minor, c. 74 (SC 419, 302).

54 Il a été édité par A. De Poorter, dans la collection : Les philosophes belges 9, Louvain 1914.

55 Bipartite au départ (1240), le Speculum maius offre un Speculum naturale et un Speculum historiale. Une version tripartite paraît à partir de 1250 : le « Miroir de la nature » est subdivisé en deux parties : la première garde son titre, mais est amputée de plusieurs sections au bénéfice de la seconde, intitulée Speculum doctrinale le « Miroir des sciences », qui donne un aperçu des arts, métiers et sciences techniques. Le « Miroir de l’histoire » connaît deux nouvelles rédactions, entre 1256 et 1259.

56 Le fait a été signalé dès 1925 par Éphrem Longpré, dans son édition du traité De pace de Guibert ; il a été confirmé par David d’Avray et l’équipe de l’EHSS de Lyon, dirigée par Nicole Bériou.

57 Voir l’édition du traité De bono timoris d’Étienne de Bourbon, par Christine Boyer au CCCM 218, Turnhout, 2008.

58 Il existe près d’une centaine de manuscrits du florilège patristique de Guibert, appelé la Pharetra, plusieurs fois publié sous le nom de S. Bonaventure.

59 Prologue du traité de Guibert, De modo addiscendi, cité par E. Longpré, Tractatus De pace, auctore Gilberto de Tornaco, dans la Bibliotheca Franciscana Ascetica Mediid Aevi, VI, 1925, p. XXV.

60 Citation de Cicéron, De oratore 2, 237.

61 IV pars, cap. 3.

62 D. d’Avray, The Preaching of the Friars. Sermons diffused from Paris before 1300, Oxford, Clarendon Press, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Munier, « Des « auctoritates » du décret de Gratien (1125-1140) à celles du traité De morte de Guibert de Tournai (1261-62) », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 217-232.

Référence électronique

Charles Munier, « Des « auctoritates » du décret de Gratien (1125-1140) à celles du traité De morte de Guibert de Tournai (1261-62) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1471 ; DOI : 10.4000/rsr.1471

Haut de page

Auteur

Charles Munier

Professeur émérite de l’Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page