Navigation – Plan du site

Sanche Mulier († 1418) : l’engagement d’un maître toulousain au défi du grand schisme d’occident

Hugues Labarthe
p. 163-182

Résumés

Tour à tour délégué de l’université de Toulouse (1396-1398), conseiller officieux de Benoît XIII (1402-1407) puis Père conciliaire (1408-1418), Sanche Mulier s’est résolument engagé deux décennies durant dans les controverses du Grand Schisme d’Occident (1378-1329). L’analyse des témoignages de ses successifs combats – discours, argumentaires, sermons –, éclaire les fondements, les enjeux et l’exercice de l’autorité magistrale à l’orée du xve siècle. Quand le gouvernement, les maîtres et docteurs parisiens manœuvrent pour exiger de Benoît XIII (1394-1423) sa résignation, le maître toulousain défend avec force qu’une telle initiative ne peut émaner que d’un concile de l’obédience d’Avignon toute entière. Quand les mêmes envisagent une double déposition des contendants et l’élection d’un troisième pape reconnu de tous, il s’efforce, devenu évêque, de raviver les polémiques sur l’élection viciée d’Urbain VI, pape romain. Quand, à son entrée à Constance en 1416, il convoque les Pères en concile, il entérine le refus de Benoît XIII d’accéder au vœu des Pères de l’obédience d’Avignon à Perpignan (1408-1409), id est de résigner le pontificat, et milite contre tout affaiblissement de l’institution romaine. Ce faisant, Sanche Mulier maintient une ligne ecclésiologique cohérente. Au fil de ces combats, il fonde une ascension personnelle insoupçonnée sur des compétences discursives remarquées servies par un triple jeu éculé de citations doctrinales, scripturaires et juridiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toue référence alphanumérique associant un préfixe (e pour écrit, p pour personne) à un nombre renv (...)

1Le 24 février 1417, Sanche Mulier [p110] interpelle les Pères de Constance par un sermon au thème Convertimini ad me in toto (Joël 2 :12) 1. Il couronne ainsi deux décennies d’engagement au défi du Grand Schisme d’Occident lorsque, de 1378 à 1429, deux puis trois papes revendiquent simultanément la chaire de Pierre. Aux études dans la première phase du conflit, Sanche Mulier se jette dès 1396 dans l’arène des assemblées du clergé de France pour défendre coûte que coûte l’union de l’Église autour de Benoît XIII. S’exprimant tour à tour en son nom propre et comme procureur, au-devant d’une assemblée et dans le secret d’une chambre, sur la notion de responsabilité comme sur le droit de l’élection pontificale, ce maître en théologie recourt sans relâche au savoir scolastique pour justifier son engagement partisan. Or, après avoir soutenu sans faille Benoît XIII, Sanche Mulier se rallie in extremis aux Pères de Constance en 1416. Ce savoir universitaire est-il si souple qu’il puisse justifier une obédience et son contraire ? Quelle est la part dans son jeu d’autorités de convictions personnelles et de pragmatisme politique ? Pour analyser les fondements, les enjeux et l’exercice de l’autorité magistrale à l’orée du XVe siècle, nous suivrons la trajectoire partisane de Sanche Mulier selon qu’il intervient comme délégué de l’université de Toulouse (1396-1398), comme conseil de Benoît XIII (1402-1407) et enfin comme Père conciliaire (1408-1418).

*    *
*

  • 2 D’après le rotulus de l’université de Toulouse présenté à Clément VII : ASV, Reg. Suppl. 81, f. 167 (...)
  • 3 Les premières mentions de ces processions figurent dès août 1392 dans les comptes de dépenses du du (...)
  • 4 AM Toulouse, AA3, f. 263 ; cité par Roschach, Ville de Toulouse. Inventaire des archives communales (...)

2Le souvenir de Sanche Mulier se perpétue au sein des Libri de Schismate, collection d’écrits polémiques sur le schisme, à compter des premières assemblées du clergé de France, de 1396 à 1398. Sa première apparition date du 5 novembre 1393 : ancien prieur du couvent dominicain et maître en théologie de l’université de Toulouse, il est alors régent des écoles de la cathédrale Saint-Étienne 2. Charles VI ne se remettant pas d’une première crise de folie éprouvée à l’été 1392, Sanche Mulier participe à l’une des innombrables processions et messes dites pour sa santé à l’échelle du royaume 3. Seule une mention du syndic capitulaire, Pierre Robert, rapporte qu’il prononce en la cathédrale un sermon pour sa guérison à l’issue d’une procession solennelle composée des capitouls, des corps de métiers et des fidèles toulousains 4.

3Sanche Mulier reparaît dans les arcanes de la curie de Benoît XIII en 1396 à l’issue de la première assemblée du clergé de France. Cette assemblée organisée à l’initiative du duc de Berry et de son conseiller Simon de Cramaud parvient à rallier en février 1395 une très large majorité des prélats du royaume à la voie de cession : librement ou sous la contrainte, les contendants doivent renoncer à leur prétention et laisser place à l’élection d’un nouveau pape. À l’été, une ambassade des ducs de France vient signifier en Avignon les attentes du clergé français à Benoît XIII. Elle quitte Avignon le 10 juillet suivant avec la ferme intention de lui opposer un procès en hérésie et parjure : n’a-t-il pas refusé l’union de l’Église, qui est un article de foi, et renié son serment d’explorer toutes les voies de l’union, jusqu’à la cession ? Il faut donc instruire sa déposition. Sur la fin de l’été, l’université de Paris publie un appel urgent à la résignation des deux pontifes [Quoniam fideles e1043] et lance neuf questions pour stimuler la réflexion sur les modalités de la déposition de Benoît XIII [Reverende Domine e834].

Les neuf questions de l’université de Paris (fin août 1395)

  1. Le pape est-il tenu d’accepter la voie de cession telle quelle ? Dans le cas contraire peut-il être tenu de pécher mortellement, favoriser le schisme ou l’hérésie ?

  2. Est-ce que, au vu de la durée du schisme et des démarches du sacré collège, du roi et des princes de France, des prélats et de l’université de Paris, le pape peut alléguer l’ignorance ?

  3. Le serment du conclave et la décision de ses cardinaux le placent-ils dans l’alternative de suivre la voie de cession ou d’être parjure ?

  4. Le serment du conclave, sa conduite et ses déclarations en faveur de la cession font-elles de lui un schismatique ?

  5. Les cardinaux sont ils dispensés de lui obéir ?

  6. Peut-on contraindre le pape à suivre la voie de cession ? Si oui, comment ?

  7. Tout catholique doit-il œuvrer à contraindre le pape à la cession ? En quoi les princes sont-ils particulièrement concernés ?

  8. Le pape est-il, en cas d’obstination, justiciable du concile général de son obédience qui pourrait aller jusqu’à le déposer ?

  9. Est-ce que les sentences portées par le pape à l’encontre de ceux qui s’affairent contre lui sont valables ? Peut-on considérer un appel au concile général comme un remède ?

  • 5 Le premier arrive vers 1500 dans les collections de la Grande Chartreuse à la suite d’un don de l’o (...)

4Sanche Mulier est l’un des onze docteurs en droit canon et maîtres en théologie, notamment d’Avignon et Toulouse, à s’impliquer à réfuter les neuf questions de l’université de Paris. Benoît XIII orchestre ce tir de barrage, alors que s’annonce une partie bien mal engagée. Il n’est pas couronné depuis un an qu’il a déjà perdu le soutien de la presque totalité du Sacré Collège. Les conditions même de conservation de ces compositions montrent bien qu’elles n’étaient pas destinées à être largement divulguées. Elles sont aujourd’hui rassemblées dans deux manuscrits : BM Grenoble 988 et ASV, Armarium 54, t. 22 5. L’essentiel de ces dix-neuf écrits est resté inédit, à l’exception de quelques extraits d’un texte de Pierre Blau [Quia nuper e826]. Comment Mulier se positionne-t-il dans le conflit désormais ouvert entre les porte-parole de l’université de Paris et Benoît XIII ?

5Dans le cadre de cette contribution, j’ai analysé l’une des deux réponses conservées de Sanche Mulier [Salva determinatione, e883] sur la foi du témoin BM Grenoble 988, ff. 20-25. Sa composition est postérieure à la lettre envoyée le 17 mars 1396 par l’université d’Oxford au roi Richard II [Super lugubri scisma e1449]. Mulier a une formation de théologien : il suit une méthode dialectique, sic et non, ménageant un court rappel des arguments de ses contradicteurs, avant de répondre par une salve de conclusions négatives. Chacune de ses conclusions met en jeu mineure et majeure, conséquent et antécédent. Mulier souligne la complexité des questions ; il ne prétend pas à des solutions systématiques et rappelle le caractère préparatoire de son travail.

Tableau 1. Mulier répond aux neuf questions parisiennes

Questions de l’universiténce.

Réponses :

Sanche Mulier, Salva determinatione [e883] : Grenoble BM 988, f. 20-25r. Composé après 17.03.1396.

1.

1. Le pape ne doit pas commettre de péché mortel ou véniel à cause de la division de l’Église.

2. Il ne doit pas renoncer au pontificat sans le consentement de l’Église.

3. Il n’est pas tenu d’accepter la voie de cession telle quelle, sans en avoir discuté avec les autres rois, princes et prélats d’autres royaumes.

4. Parce que la méthode est mauvaise, le pape n’est pas tenu d’accepter la voie de cession telle quelle.

5. Il n’est pas acquis que le pape doive accepter la cession telle quelle sous peine de pécher mortellement et favoriser le schisme.

6. Si le pape était fauteur de schisme, ce qui n’est pas le cas, il ne s’ensuivrait pas qu’il soit fauteur d’hérésie etc.

7. Le pape n’est pas tenu d’accepter la voie de cession.

2.

1. Considérant la durée du schisme, les contemporains qui hésitent et doutent ne peuvent entièrement alléguer l’ignora

  • 6 « Et dato quod omnes Parisienses sint sapientes, tamen non omnes sapientes sunt Parisienses… » : Gr (...)

6Mulier considère que Benoît XIII ne doit pas accepter la voie de cession proposée par l’université de Paris : l’union ne justifie pas une mauvaise méthode. Il soulève la question de la représentation de l’Église : sans consentement de Benoît XIII, il n’y a pas de résignation et le concile parisien comme l’Église gallicane ne sont pas en capacité de donner ce consentement. Il n’est pas certain qu’un appel des cardinaux soit suffisant mais la question reste ouverte. En tout cas, cela ne peut se faire sans consulter les autres royaumes de l’obédience. Mulier dénonce la fausseté et l’invalidité de la demande de cession. Il attaque l’université de Paris : elle est loin d’être la seule dépositaire au monde des connaissances 6. Enfin, même si Benoît XIII était obligé d’abdiquer, on ne pourrait pas l’accuser d’hérésie. Il y a une différence de taille entre schisme et hérésie : la voie de cession n’étant pas un article de foi, le refus de la cession ne relève pas de l’hérésie. En revanche, et c’est là la réponse à la seconde question, la reconnaissance du vrai pape est un article de foi : personne n’ignore rien des événements de 1378. La vraie lignée pontificale est en Avignon. Ce sont donc ceux qui refusent d’admettre cette vérité qui sont passibles de l’accusation d’hérésie. L’autorité du maître toulousain est ici sollicitée, comme celle d’autres gradués pour faire pièce aux arguments du gouvernement de France relayés par l’université de Paris.

  • 7 Ehrle Franz éd., « Neue Materialen zur Geschichte Peters von Luna (Benedikts XIII.) ». Dans Archiv (...)

7Cet engagement ferme en faveur de Benoît XIII destine Mulier à donner le change aux adeptes de la cession et aux représentants de l’université de Paris lors de la seconde assemblée du clergé convoquée par le gouvernement de Charles VI, du 15 août au 15 septembre 1396. Sanche Mulier est invité à exposer, le 30 août, trois conclusions dont la première fait grande impression à Antoine de Lovier « Et in ista fuit maior vis verborum suorum ». Encore que nous ne conservions pas d’autres traces qu’une analyse de Lovier, les arguments de Mulier ne paraissent pas entièrement neufs 7 : nul ne doit pécher, a fortiori mortellement, en vue de l’union. La ligne argumentative déployée pour justifier l’impossibilité faite au pape de céder son siège reparaît dans le but de paralyser ceux qui souhaitent l’en déposséder. À l’issue de l’assemblée, le gouvernement sursoit à toute décision privilégiant une offensive diplomatique internationale dirigée contre les deux papes rivaux. Une triple ambassade, française, castillane et anglaise, n’obtenant guère plus que des promesses lénifiantes en 1397, une nouvelle assemblée est convoquée au printemps 1398. Sans tenir le haut de l’affiche, Sanche Mulier occupe encore une place de choix.

8Sanche Mulier intervient à l’ouverture des débats de la troisième assemblée du clergé de France. Dans son discours d’ouverture le 22 mai 1398 [Hoc pertinet ad reges e860], Simon de Cramaud démontre que, par son refus réitéré de la voie de cession, Benoît XIII s’est rendu schismatique, hérétique notoire et parjure : il a refusé la voie de l’union offerte par l’ambassade des ducs en 1395 et l’ultimatum de juillet 1397 ; il n’a pas tenu le serment du conclave de 1394. Cramaud annonce la volonté du roi de régler l’exécution de la voie de cession, par la soustraction ou d’une autre manière. Les débats ont lieu du 29 mai au 4 juin.

9Le 29 mai 1398, les toulousains Pierre Ravat, évêque de Saint-Pons, Sanche Mulier et Jean de Costa sont appelés à défendre la puissance pontificale. Sanche Mulier veut croire qu’une autre voie que celle esquissée par le patriarche est possible. Ni véhément, ni original [e427], il se déploie à la façon d’un scolastique, avançant majeure et mineure. Théologien, il se faufile sur le thème des époux adultères, entre citations des saints Thomas et Augustin, pour exprimer sa réprobation morale de la soustraction : les prélats s’apprêtent à commettre un péché mortel. Il argumente les six questions suivantes :

Nul chrétien ne peut contraindre le pape à la cession par la voie de fait ; il n’est ni permis ni utile à l’Église gallicane de s’exonérer des droits appartenant à l’office pontifical ; ce serait un plus grand péché pour les fidèles de Benoît XIII de le renier que pour les schismatiques romains de ne pas le rejoindre ; Benoît XIII défendant la voie de convention, qui est plus complexe que la voie de cession, ne peut être considéré comme schismatique ; par ses réponses, il n’a pas refusé la voie de cession. Enfin, s’il était tenu de céder et s’y refusait, il ne s’ensuivrait pas qu’il soit hérétique.

  • 8 Ehrle, Ibid., p. 282.
  • 9 Millet Hélène, Poulle Emmanuel, éd., Le vote de la soustraction d’obédience de 1398, Paris, 1988, n (...)

10Simon de Cramaud, Pierre Leroy, abbé du Mont-Saint-Michel, et le théologien Gilles Deschamps développent à la suite le programme de la soustraction. Pierre Ravat obtient alors un droit de réponse auquel réplique Pierre Leroy. Le 7 juin, Pierre Plaoul s’exprime en tant que porte-parole de l’université de Paris. Au terme de ce débat, les prélats, procureurs des chapitres et universités sont appelés à voter du 11 juin au 5 juillet sur la question posée par le chancelier : « Conseillez vous de soustraire l’obédience ou non ? » 8. Les votes sont très hétérogènes : certains votants établissent une vraie profession de foi ; d’autres hésitent. Le fait est qu’une très large majorité se dégage en faveur de la soustraction. La cédule des délégués toulousains, Sanche Mulier, Aimery Nadal [p119] et Jean de Costa [p17183] nous montre bien, s’il en était besoin, qu’au-delà des engagements partisans, on avait une claire conscience des projets alternatifs à la soustraction : ils s’emploient à démontrer la licéité et le caractère plus respectueux d’un concile d’obédience 9.

Il n’est pas permis de soustraire l’obédience totale ou partielle pour deux raisons : seul un concile de l’obédience peut juger le pape ; même si les objections contre le pape étaient notoires, la sentence de cette assemblée ne pourrait être exécutive.

La soustraction n’est pas décente : les prélats sont attachés au pape par un serment et tiennent de lui leur pouvoir juridictionnel et leurs bénéfices. Elle n’est pas utile : ce serait conforter l’intrus, endosser la faute du schisme, aller contre l’union. On ne pourra même plus s’exprimer au concile de l’obédience, rejeté au rang de schismatiques.

Il est absolument nécessaire de faire un concile de l’obédience. Les prélats doivent supplier une nouvelle fois le pape en ce sens. En cas d’échec, qu’ils requièrent la convocation du concile de l’obédience : il est obligé de s’y plier au regard du status universalis Ecclesie. Qu’on ne nous dise pas que ce serait une voie trop longue, il faudra en passer aussi par là après la soustraction ! Ce sera d’autant plus facile que l’obédience de Benoît XIII consiste en trois ou quatre royaumes aux liens étroits. En effet, plutôt que de faire un concile des deux obédiences il est préférable de procéder avec ordre et de ne pas se ridiculiser face à l’intrus.

  • 10 Valois Noël, La France et le grand Schisme d’Occident, 1967, vol. 3, p. 443 n. 3. Hélène Millet a r (...)

11Deux cent quarante sept voix sur trois cents ayant adopté la soustraction totale immédiate jusqu’à acceptation de la voie de cession par Benoît XIII, l’ordonnance de soustraction est promulguée le 28 juillet 1398. Le projet de Simon de Cramaud s’essouffle cependant au point de susciter au printemps 1402, l’indignation du corps enseignant de l’université de Toulouse qui compose une lettre à l’adresse du roi réclamant une restitution d’obédience. L’implication de Sanche Mulier dans la composition de l’Epistola tholosana est loin d’être aussi évidente que ne le laissait penser Noël Valois 10. L’université de Paris riposte par une lettre incendiaire [e1615]. Elle obtient de Louis d’Orléans, les 14 et 15 avril 1402, une confrontation avec les délégués de l’université de Toulouse et les ambassadeurs du roi de Castille. Les ducs de Berry et Bourgogne, qui continuent de soutenir la ligne officielle de la soustraction, obtiennent le 28 février 1403 la convocation le 15 mai suivant d’une assemblée de l’Église pour statuer sur la question. Sanche Mulier figure-t-il parmi les 80 évêques ou archevêques, 160 abbés, les députés des chapitres et les délégués des universités ? Là n’est pas l’essentiel. Le front des défenseurs de la soustraction, le patriarche Cramaud, le cardinal Thury, les ducs de Berry et Bourgogne, est désarçonné. Le 28 mai au matin, agissant dans la précipitation, Louis d’Orléans surprend Charles VI dans sa chapelle de l’hôtel Saint-Paul, lui place sous les yeux une liste des prélats favorables à la restitution d’obédience, interroge le roi et obtient son assentiment. Le 30 mai 1403, Pierre d’Ailly proclame la restitution d’obédience sur le parvis de Notre-Dame [e1614, e2030, e2031, e2081] et l’assemblée est congédiée sans avoir eu l’occasion de débattre.

12De 1396 à 1398, Sanche Mulier est reconduit comme délégué de l’université de Toulouse pour donner la réplique aux adeptes de la cession. Ses positions légalistes n’en font cependant pas un personnage arrogant. Il place son jeu d’autorités et ses compétences syllogistiques, sous couvert de légalisme, au double service de la défense d’une institution décriée, le pontificat romain, et d’un pontife honni, Benoît XIII. Ses positions sont marginalisées du fait du caractère éminemment politique des assemblées du clergé de France.

*    *
*

  • 11 Valois, Ibid., vol. 1, p. 176 n. 5.
  • 12 L’analyse codicologique ne peut être présentée dans le cadre de cette étude mais elle est accessibl (...)

13Benoît XIII se tourne à nouveau vers lui lorsque, libéré du palais d’Avignon où il était assiégé de 1398 à 1403, il manœuvre pour obtenir la résignation de son rival. Acculé à la cession par les princes et prélats de sa propre obédience, Benoît XIII promeut une voie alternative, dite de convention : un arbitrage préalablement accepté par les deux papes rivaux permettra bientôt de déterminer la lignée pontificale légitime. Pour anticiper la procédure judiciaire qu’il souhaite intenter à son adversaire, Benoît XIII commande à Sanche Mulier de prouver l’illicéité de l’élection d’avril 1378. C’est ainsi que j’explique la compilation du registre aujourd’hui conservé sous la cote, ASV, Armarium LIV, tome 35. Ce volume de papier est exclusivement consacré au traitement systématique de six questions sur le conclave d’avril 1378. Noël Valois proposait de voir dans cet ensemble les résultats de conciliabules tenus en Avignon au début du schisme, vers 1378-1382 11. Howard Kaminsky a proposé de le mettre en regard des préparatifs pour la voie de convention lancés à partir de 1397. En réalité, ce volume ne semble pas antérieur à 1402. C’est alors seulement que Sanche Mulier, qui se prévaut de son nouveau titre d’évêque d’Oloron, accède à ce siège. Fait inhabituel, dans son catalogue, Rovira ne dresse pas en 1404 l’inventaire détaillé des pièces du registre. Les observations codicologiques menées par Hélène Millet en 1981 induisent à penser que la rédaction des contributions s’est poursuivie jusqu’en 1407 12.

14Pourquoi avoir pressenti Sanche Mulier pour ce travail ? C’est vers un aréopage de maîtres et docteurs qui lui sont personnellement attachés que Benoît XIII se tourne. L’objectif du pontife est de parvenir à ramasser en un volume d’une centaine de folios tous les arguments pro et contra qui, in fine, mèneront à imposer sa seule légitimité. Dans son choix de personnalités jouissant d’une forte autorité intellectuelle et juridictionnelle, Benoît XIII a eu le souci de varier les profils des onze intervenants – je compte trois dominicains, un ancien ministre général des franciscains et quatre évêques –, et leur origine géographique – cinq Aragonais, trois Languedociens et un Anglais. Ce faisant, Benoît XIII ne prend aucun risque : il recrute dans sa garde rapprochée. Les réflexions conduites ne sont pas destinées à être publicisées : elles ont pour seul objectif de préparer la confrontation avec les défenseurs des papes romains.

15Ce recueil s’organise en six dossiers de longueurs inégales, comptant seize à trente-six folios chacun. Chaque dossier répond du formalisme scolastique. Les textes des contributeurs sont ventilés en deux ou trois parties : la partie négative ou adverse ; la partie affirmative, ou partisane ; et enfin la partie résolutoire par laquelle les arguments de la partie adverse sont dissous. Un même dossier compte une vingtaine de textes pour un total de cent quarante-deux contributions au volume. Signalons enfin le rassemblement par Etienne de Larbrella de ses propres réponses au sein du tome 32 de l’Armarium LIV, compilation personnelle. Ce tableau donne un aperçu de la participation de chaque auteur. La longueur des réponses varie de la simple mention d’un tiers ‘nichil scripsit’ à dix folios aérés.

  • 13 Dykmans Marc, ‘La troisième élection du pape Urbain VI’, dans Archivum Historiae Pontificiae, t. 15 (...)

16Chacun des six dossiers s’ouvre sur une question principale. Ces questions relèvent d’une liste plus longue de onze questions exposées en tête du tome 35 [Utrum electio pape e1266]. Une main fait le lien entre les quatre premières questions de la liste et les dossiers 1, 5, 3, 2. Alors que le dossier 4 peut être rapproché de la question 6, en revanche le dossier 6 semble axé sur une question non listée en frontispice du volume (voir le Tableau 2). Ces six questions traitées dans le tome 35 sont tenues pour essentielles par Étienne de Larbrella d’après une mention apposée au tome 32. D’où proviennent-elles ? L’intention de celui qui les pose ne nous échappe pas entièrement : ces questions ressurgissent du verus casus. Ce casus, narration ouvrant une procédure judiciaire, est nécessairement celui, remanié, des trois cardinaux Italiens mis par écrit en juillet 1378. Mais de quelle version s’agit-il ? On sait, d’après les collations effectuées par Marc Dykmans, que le texte à l’incipit Cum sancte memorie [e339] a fait l’objet de trois successives rédactions entre juillet 1378 et novembre 1380, et qu’il a largement circulé, incorporé aux Allegationes prime [e1056] de Giovanni da Lignano et au traité Quia res memoratu [e356] de Pierre Flandrin 13. Mulier s’est résolument enchaîné à Benoît XIII. Comment assume-t-il une telle position ?

Tableau 2 : Les onze questions sur l’élection de 1378… en 1404-1407

Liste des questions

Les onze questions posées en tête du tome 35 de l’Armarium LIV, ff. 5-6, éventuellement remaniées en tête du dossier.

t. 35 ff.

Ordre des dossiers

1

L’élection pontificale faite par peur, metus, est-elle juridiquement nulle ?

30-69

1

2

Une légère peur peut-elle provoquer l’annulation de l’élection pontificale ou faut-il que la peur soit telle qu’elle pourrait s’abattre sur un homme mûr, metus qui possit cadere in constantem ?

138-165

5

3

Est-ce que la seule suspicion de peur qui ne s’ensuit pas d’un trouble, impressio, suffit à casser une élection ?

83-102

3

4

Est-ce que selon le vrai casus, la peur infligée aux cardinaux électeurs à Rome fut telle qu’elle pouvait s’abattre sur des hommes mûrs ? Question retranscrite ainsi dans le second dossier : La peur doit-elle être réelle et forte pour qu’une élection soit considérée comme nulle ?

7-24v

2

5

Est-ce que le trouble et la cause de la rumeur se sont prolongées tout le temps que les cardinaux sont restés à Rome et que durèrent tous les actes particuliers concernant l’élu et l’élection ?

6

Est-ce qu’il en va de même si le trouble survient pour qu’on élise quelqu’un d’une nation ou d’une origine particulière ; ou pour qu’on élise quelqu’un en particulier ? Question retranscrite ainsi dans le quatrième dossier : La peur ou la violence qui annule l’élection doit elle porter sur une personne en particulier ou non ?

104-135v

4

7

Est-ce que l’élection est valide si, les fauteurs de trouble demandant que soit élu un Romain, les cardinaux électeurs élisent, sous l’effet du trouble et de la peur de la mort, un Italien ?

8

Est-ce que l’élection est valide si, durant le trouble, les cardinaux électeurs élisent volontairement un Italien, alors que les fauteurs de trouble veulent que soit élu un Romain ou un Italien ?

9

Est-ce que l’élection est valide si les cardinaux électeurs, votant le temps de l’élection sous l’emprise de la peur et du trouble, disent élire librement en esprit et en intention, et disent que l’élu est vrai pape ?

10

Est-ce que l’élection faite par crainte est valide si elle est réitérée sous la crainte ?

11

Est-ce que l’élection faite par crainte devient valide si elle est répétée lorsque la crainte a cessé ? Question propre au dernier dossier dont on ne retrouve pas l’équivalent dans cette liste : Est-ce que les paroles des cardinaux, ‘moi je dis la même chose que ce matin’ prononcées dans la chapelle du conclave après le déjeuner et la première élection de Barthélémy ont la vigueur d’une élection légitime ?

170-186

6

17Sanche Mulier est le principal contributeur de ce recueil : il en rédige le tiers du volume, 65 folios sur 186. Insérées en début de chaque partie, ses réponses fixent le cadre général de réflexion des autres participants : en témoignent le désaccord marqué par Étienne de Larbrella dans l’incipit de sa réponse à la première question [Non obstat quod dicit dominus Olorensis e1192] et plus généralement la brièveté des réponses des autres contributeurs. Sanche a lui aussi annoté en marge ses contributions au fil des lectures d’Étienne de Larbrella, ut dicit magister Stefanus, f. 31r, et de Toribio García de Sahagún, f. 44v. Noircissant le tiers du volume de ses determinationes, instruisant chaque question à charge et à décharge, Sanche Mulier fait-il la démonstration de son équité ? Tout au contraire, l’ensemble de son texte est entièrement orienté vers des thèses partisanes. Qu’on en juge déjà par le déséquilibre de sa participation au premier dossier : il privilégie outrageusement les deux dernières parties favorables à la nullité de l’élection, accordant deux folios à la première (contra), dix à la seconde (pro) et pas moins de huit à la dernière (resolutiones). Sur l’ensemble du volume, pour une contribution de près de 46 000 occurrences, Sanche Mulier réserve les huit dixièmes de son argumentation à la thèse partisane de l’élection viciée par la crainte, electio per metum.

18Ce déséquilibre procède de l’objectif assigné aux contributeurs : produire une somme permettant de ruiner les arguments de la partie adverse lors du procès à venir de la lignée romaine. Dans leur mission, les contributeurs s’appuient sur un catalogue raisonné des principaux arguments disputés entre partisans d’Urbain VI et de Clément VII que Sanche évoque à de nombreuses reprises et pour la première fois de façon extensive au folio 30r :

On trouve cet argument et les quatre suivants dans le traité composé à partir des multiples arguments des auteurs de traités sur le schisme principal ; ces arguments situés dans la partie négative de la seconde question dudit traité, relèvent de l’évêque Ot., § Item inmediate etc. avec les trois paragraphes suivants.

  • 14 On pourrait être tenté de voir dans ce catalogue des arguments sur le schisme principal l’Opus novu (...)

19Je ne suis parvenu à identifier ni le traité en question, ni le polémiste, désigné par son titre, episc. Ot. 14. Sanche puise dans ce ‘tractatu confecto ex diversis rationibus scribentium super principali scismate’ des arguments piochés aux Allegationes secunde [e618] de Baldo de Ubaldis, à un traité des docteurs de Padoue, au Fletus magnus [e1056] de Giovanni da Lignano et au casus des trois cardinaux italiens qui s’y trouve incorporé. Il cite encore pour la partie négative des arguments pris au De planctu bonorum [e1381] de Jean Le Fèvre, dont l’ambition, ne nous y trompons pas, était, à l’été 1379 à la demande de Charles V, de réfuter le De Fletu Ecclesie de Lignano. Même les traités abondamment mobilisés dans la partie affirmative, les traités du cardinal Pierre Flandrin Quia res memoratur [e356] et de Pierre de Barrière, évêque d’Autun, Serenissimo [e368], ne sont cités qu’au prisme de ce catalogue raisonné des arguments sur le schisme principal. On comprend que ce traité non identifié constitue dès lors la pierre angulaire de la préparation du prochain face-à-face judiciaire avec l’adversaire romain.

20Comment procède Sanche Mulier dans son analyse des arguments contra et pro ? Ouvrons sa principale contribution, ses réponses versées au premier dossier. Sanche considère la question de la nullité d’une élection faite par peur au regard de tout le spectre juridique passant en revue les six droits : naturel, divin, canon, civil, moral et coutumier. C’est en somme un exercice scolastique très formel auquel se prête Sanche Mulier : prolonger contre l’oubli les problématiques, références et citations mobilisées dans le corpus de traités polémiques des années 1380, dans l’espoir de voir son maître Benoît XIII présider un jour, tel saint Symmaque au IVe siècle, le concile où comparaîtra son adversaire. C’est une contribution purement intellectuelle qui reflète cependant la très forte mobilisation d’un groupe d’irréductibles autour de Benoît XIII, en une époque charnière, allant de la restitution d’obédience au concile de Perpignan.

La nullité d’une élection faite par peur au regard des six droits

En droit naturel, Sanche discute la notion de peur, metus. Qu’il s’agisse d’une peur légère ou d’une peur juste, la première saisissant les pusillanimes, la seconde les braves, n’est-il pas question en substance, ex natura ipsius rei, de la même peur, celle qui ne saurait ni annuler un mariage charnel, ni a fortiori un mariage spirituel ? Sanche n’a aucune difficulté à détricoter les arguments adverses en s’appuyant naturellement sur les fondations posées, à cet égard, par Pierre Flandrin.

D’après le droit divin, parce que l’Écriture ne fait mention d’aucune élection pontificale, – ou bien qu’on m’en indique le passage ! ajoute-t-il en lieu et place de son contradicteur, l’élection n’est pas nulle. Il taille en pièces ce raisonnement par l’absurde dans la partie affirmative par le recours à Matthieu 10 :8, « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement », et l’appel à quelques autres citations de l’Évangile considérant, notamment, que le choix de Simon procède de l’amour et non de la crainte ou de la terreur [Jean 21 :15-17].

  • 15 Respectivement édités par Friedberg au références suivantes : Friedberg 2000, vol.1, 1 :23 :1, 1 :7 (...)

Sans surprise, c’est le développement lié au droit canon qui est le plus ample. Dire en vertu des canons In nomine domini, Si quis, Si quis pecunia, Licet, Ubi maius et Ne Romani que l’élection n’est pas nulle ne résiste pas à l’examen 15. Sanche y consacre sept folios appuyant son interprétation de chaque canon par un récit des faits approprié à sa thèse ainsi qu’un tourbillon de citations, convoquant tour à tour tant les décrétalistes, les défenseurs de la suprématie pontificale Pierre de la Palude ou Pierre de Tarentaise, que Sénèque, Aristote, saints Ambroise, Augustin et Thomas d’Aquin.

Selon le droit civil, l’élection viciée par la peur ne serait pas nulle, d’abord parce le pontife n’a pas de juge au-dessus de lui, ensuite parce qu’il n’est pas question de l’élection pontificale dans le droit civil et qu’une vente faite par peur n’est pas nulle. Des arguments que Sanche retourne illico presto par de larges emprunts à Pierre Flandrin et Pierre Barrière.

Le droit moral ou philosophique s’oppose-t-il à la nullité de cette élection ? Pour les adversaires, l’élection faite par peur est volontaire et donc libre car où il n’y a pas liberté, il n’y a pas volonté ; et où il y a volonté, il y a liberté. Selon Aristote, la volonté contrainte est volonté ; l’élection procède du désir qui est un acte de volonté ; et Anselme enseigne qu’un homme peut être torturé, il ne peut vouloir contre son gré. Sanche est contre une telle lecture : parce que crainte et peur de la mort empêchent de faire un choix délibéré, impressio et metus mortis impediunt preconsiliationem, selon même le troisième livre de l’Éthique d’Aristote. On ne peut parler d’élection libre que précédée par une délibération. Or la peur fait trépider l’esprit, elle le tient : inutile de croire alors que l’esprit est disposé à délibérer : l’élection est donc nulle.

Enfin, dernier droit passé en revue, le droit de la coutume. On trouve, dans les chroniques, des papes créés par l’empereur ou par voie de fait : et pourtant il n’est pas dit que ces élections soient nulles. Mais, réagit Sanche dans la partie affirmative, il faut relire la chronique de Martin le Polonais à propos de Laurent, compétiteur de Symmaque, de Léon III, de Constantin, de Jean X, de Jean XII, Léon V, Damase II pour voir que l’élection faite sous le coup de la peur et par terreur de la mort est nulle selon la coutume de l’Église.

21Dans son entreprise, Sanche Mulier n’a pas manqué de se placer sous l’invocation de Marie, pieuse auxiliaire. Cela suffit-il pour que ce travail gagne l’estime de Benoît XIII et serve à ses négociateurs préparant dès 1407 une rencontre en terrain neutre avec le nouveau pape romain Grégoire XII ? La question reste entière. Parvenu au rang d’évêque, Sanche Mulier embrasse quelques compendia sur la littérature du schisme pour en faire le commentaire magistral dans une optique partisane. Au principe d’une union de l’Église respectueuse de la légalité, Sanche Mulier ajoute durant ces années une défense et illustration de la légitimité de la lignée d’Avignon. Ce bel édifice s’effondre cependant en 1407, lorsque la rencontre avec Grégoire VII échoue. Benoît XIII est de nouveau menacé par les siens : ses cardinaux revenus à résipiscence en 1403 s’apprêtent à le déposer en concile général à Pise en 1409. Il tente de prévenir la fronde en organisant lui-même un concile à Perpignan à l’automne 1408.

*    *
*

  • 16 Ehrle, Ibid., p. 396.
  • 17 Le 13 mars 1411, Sanche obtient une délégation de pouvoir de Benoît XIII pour nommer des universita (...)

22De Ligurie où il vit dans l’entourage de Benoît XIII, Sanche Mulier se replie à Perpignan. Là, l’évêque d’Oloron est invité à prononcer le sermon d’ouverture du concile, le jeudi 15 novembre 1408. Pour appeler les langues de feu à descendre sur les Pères, il prêche, sur le thème Inierunt concilium 16. Ce second sermon n’est pas conservé : le thème, emprunté aux Psaumes ou à l’Évangile selon Matthieu est une dénonciation claire des ennemis d’un vieillard (Ps 70 :10), du peuple (Ps 82 :4) et/ou du Christ (Mt 22 :15 et 27 :1). Nous ignorons la part prise par Sanche dans le déroulement houleux des successives commissions réunies en marge du concile pour répondre à deux questions soumises par Benoît XIII : quelles suites donner à la rébellion des cardinaux et du roi de France ? Quelle méthode faut-il suivre pour procéder à l’union ? L’opposition est frontale entre ceux qui exigent et ceux qui refusent une résignation immédiate de Benoît XIII. Le 12 février le pape exige quelques aménagements à la réponse présentée par le concile [e2078] puis autorise les Pères à se disperser. A l’issue du concile, Sanche Mulier persiste dans l’obédience de Benoît XIII, tel Jean de Costa au prix de sa destitution du siège de Mende par le pape pisan Alexandre V quand Aimery Nadal négocie en revanche son maintien sur l’évêché de Condom et s’installe dès 1411 à la curie pisane de Jean XXIII. À la différence de ses deux collègues toulousains, Sanche Mulier, évêque d’Oloron, n’a pas à se plier aux ordonnances du gouvernement du royaume de France : il préside un diocèse situé à l’abri des frontières de la vicomté souveraine de Béarn. Son prince, Archambaud de Grailly oscille entre sirènes pisanes et fidélité à Benoît XIII : le 23 octobre 1409, Alexandre V, promeut son fils Pierre [p81] comme évêque de Lescar. Benoît XIII charge, en février 1410, un abbé appaméen, de l’absoudre, recevoir sa renonciation et de lui re-signifier sa provision. Neuf mois plus tard, la situation est à ce point critique, que Benoît XIII exhorte très officiellement le conseil de Béarn de se maintenir dans son obédience. En 1411 encore Sanche sollicite Benoît XIII 17.

23Nous le retrouvons le 14 décembre 1416 aux côtés de Bernard de Brun [p. 143], évêque d’Aire-sur-l’Adour, faisant son entrée à Constance. L’empereur Sigismond qui a obtenu l’ouverture du concile au 16 novembre 1414 décide en juillet 1415 d’aller chercher en Catalogne la renonciation de Benoît XIII et l’adhésion des royaumes Ibériques. Les entretiens s’ouvrent le 19 septembre à Perpignan en présence de deux envoyés de l’université de Paris, des comtes d’Armagnac et de Foix-Béarn, des représentants de la France, de l’Angleterre, de la Navarre et de l’infant Alphonse V d’Aragon (1416-1458), héritier du trône. Égal à lui-même, Benoît XIII entend reprendre l’initiative sans rien céder à Sigismond. Sigismond convainc les autres parties de rallier Constance. Rentré à Narbonne, il fait procéder à trois sommations contre Benoît XIII puis obtient le 13 décembre 1415, la signature d’accords par lesquels, en présence de témoins français et écossais, Aragon, Navarre, Castille et comté de Foix-Béarn s’engagent à renier l’obédience de Benoît. Une nouvelle mise en demeure, présentée à Benoît XIII, obtient une réponse dilatoire. Les signataires se résolvent alors à publiciser ces accords. Le 6 janvier 1416, la déchéance de Benoît XIII est solennellement proclamée dans la cathédrale de Perpignan. C’est ainsi que le vicomte, les ecclésiastiques et les trois États de la vicomté Béarn, confèrent aux évêques d’Aire-sur-l’Adour et Oloron à Orthez, le 23 juillet 1416 des procurations. Jean Ier renonce publiquement le 3 août à l’obédience de Benoît XIII. Parvenu à Constance le 14 décembre, Sanche Mulier rappelle la conclusion des capitulations de Narbonne et la convocation de ce concile de Constance effectuée de concert avec les légats d’Aragon. L’archevêque de Milan accepte cette convocation. Sanche lit la cédule d’union de la vicomté au concile et l’archevêque accepte en retour au nom du concile. Les nations et le collège des cardinaux approuvent. Alors Sanche Mulier prononce le sermon non conservé ‘Congregavit bonos et malos’ [Mt 22 :10].

24Le mercredi des Cendres, 24 février 1417, Sanche Mulier déclame un quatrième sermon, sur le thème des épîtres du jour ‘Convertimini ad me in toto’ [Joël 2 :12] 18. J’ignore si, dans sa forme écrite, ce sermon est destiné à être lu, si Sanche Mulier en a fait circuler une ou des copies dont Nicolas de Cues se serait procuré un exemplaire : son seul sermon conservé provient du manuscrit 54 (xv) de la bibliothèque de Cues aux ff. 156-164v. Invitant les Pères à faire amende honorable, il propose de faire table rase de tous les errements passés pour renouer avec l’union, la paix et la confiance dans le Seigneur. Il s’agit là d’un appel à la réforme dans les cœurs. Sanche Mulier capte l’attention de l’assemblée par une série de vingt-deux métaphores sur la conversion avant d’aborder trois thèmes. Le message se fonde sur un travail d’exégèse original, spécifiquement destiné à l’oratoire. Ainsi Sanche Mulier se fonde-t-il sur l’épître du jour pour faire écho aux dominicains saint Thomas d’Aquin, Guillaume de Peyraut (ca. 1200-1271 ?, Summa de viciis aurea), aux Pères de l’Église, saint Jérôme, saint Jean Chrysostome, saint Augustin (De civitate Dei, Super Genesim, De penitentia), saint Ambroise, saint Grégoire (Moralia), saint Bernard et enfin aux fondateurs de la scolastique, Pierre Lombard, Richard et Hugues de Saint-Victor. Avec quelques semaines d’avance sur l’agenda de l’assemblée conciliaire, Sanche Mulier exhorte les Pères à se limiter pour l’immédiat à une réforme de l’Église in peto : chacun doit se convertir, fuir les vices et cultiver la vertu dans l’exercice de ses responsabilités pastorales.

Linéaments du sermon de Sanche Mulier à Constance, 1417

Préambule : Il en va de la justification comme de la conversion : elle ne peut, ni n’a pu, être réalisée sans la rémission des péchés préalables. C’est de cela dont parle Joël lorsqu’il dit ‘Revenez à votre Dieu, car il est tendresse et pitié… Qu’entre l’autel et le portique pleurent les prêtres ! ‘Pitié, Seigneur pour ton peuple !’ [Joël 2 :13 & 17]. Cette conversion des impies est aussi évoquée au Psaume 51 :13 : ‘J’enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, Et les pécheurs reviendront à toi’.

Cette conversion est une mutation à décomposer ainsi : terminus a quo ou péché mortel, medium per quod ou pénitence, terminus ad quem ou grâce de Dieu. La conversion opère la transmutation d’un état de péché mortel en état de grâce divine. Revenez à Dieu de tout cœur, car saint Thomas le dit, la conversion est réconciliation.

Les 22 conversions. 1. La conversion est illumination de l’esprit auparavant ténébreux. Convertissez-vous de tout cœur. 2. La conversion est blanchiment d’un esprit auparavant noir [Jérémie 13 :23]. Convertissez-vous…3. La conversion est libération de la poix du péché [Isaïe 34 :9]. Convertissez-vous… 4. Le péché est la rouille d’un esprit obstiné. La pénitence est polissage, la grâce brillance. Convertissez-vous. 5. Le péché enlève au Seigneur ; la pénitence sépare du péché ; la grâce est accès vers Dieu. Convertissez-vous. 6 Le péché est le visage de l’âme tourné vers l’arrière ; pour ne pas avancer à reculons vers Satan, convertissez-vous. 7. La conversion est passage de l’ombre du préjudice au confort de la lumière. Convertissez-vous. 8. La conversion c’est quitter la voie erronée pour le droit chemin. Convertissez-vous. 9. La conversion est lavement par les larmes des menstrues de l’âme, le péché. Convertissez-vous. 10 La conversion c’est faire de la nuit le jour [Job 17 :12]. Convertissez-vous. 11. Le péché est maladie de l’âme, la pénitence potion amère, la grâce santé de l’âme, la conversion guérison. Convertissez-vous. 12. La pénitence est comme une aiguille perçante et la grâce comme chair neuve et vivante. Convertissez-vous. 13. La conversion est transition de l’impureté lépreuse à la pureté de l’innocence. Convertissez-vous. 14. La conversion est régénération de l’esprit corrompu. Convertissez-vous. 15. La conversion est passage de la haute mer au havre. Convertissez-vous. 16. La conversion c’est guérir d’une morsure de vipère. Convertissez-vous. 17. La conversion est libération de la mort et résurrection. Convertissez-vous. 18. La conversion est transfiguration de la figure du diable à l’image de Dieu. Convertissez-vous. 19. La conversion est transformation de la forme de bête à celle d’homme. Convertissez-vous. 20. La conversion change la pierre en eaux [Psaume 114 :8]. Convertissez-vous. 21. La conversion est passage du vinaigre au vin. Convertissez-vous. 22. La conversion est douceur de l’âme et pureté. Convertissez-vous de tout cœur. Ces métaphores rappellent les mots d’Ézéchiel, 18 :30-31 : ‘Revenez et détournez-vous de toutes vos transgressions […] Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché ; faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau.

De vos péchés mortels détournez-vous de tout votre cœur ! 1. Commettre un péché mortel c’est s’opposer à Dieu ; 2. se soumettre au diable ; 3. corrompre son âme ; 4. s’obliger à un éternel supplice ; 5. s’accabler d’un poids extraordinaire ; 6. se priver de tout mérite antérieur ; 7. s’interdire tout mérite au présent.

Pour vos péchés mortels, repentez-vous de tout votre cœur ! En tout nous avons péché par le cœur, la parole et les œuvres contre la loi divine ; convertissez-vous, avouez-tous vos péchés, mortels comme véniels, faites amende honorable par des jeûnes, des prières, des aumônes ; enfin repentissez-vous.

Contre le péché mortel, atteignez la grâce de Dieu de tout votre cœur ! Si vous vous repentez de tout cœur, vous vous purgez de tout péché mortel ; vous vous libérez de toute peine éternelle, du purgatoire et vous atteignez la grâce, qui justifie vos péchés préalables et vous préserve du péché à venir.

25Le 26 avril 1417, Sanche Mulier participe au procès de Pedro de Luna sous la présidence du roi des Romains Sigismond. Le 27 juillet, Benoît XIII est destitué et condamné. Alors seulement, pour concrétiser l’union des Chrétiens, les Pères s’apprêtent à élire un nouveau pontife. Sanche Mulier assiste aux premiers mois d’une Église largement réunifiée autour de Martin V avant de s’éteindre, en février 1418, sur les bords du lac de Constance.

*    *
*

26À l’aune de son engagement Sanche Mulier apparaît, de par ses origines et son absence de postérité, comme une personnalité de rang modeste, de par ses multiples prises de paroles publiques, comme un maître cependant charismatique, de par sa persévérance légaliste, comme un défenseur de l’Église romaine. Délégué de son université, il jouit à Toulouse d’une autorité bien plus considérable sur ces questions qu’un Pierre d’Ailly à l’université de Paris. Et pourtant, ses prises de paroles s’inscrivent bien dans une rivalité corporatiste acerbe qui culmine au moment de l’Epitola tholosana. Il accepte dans la décennie 1400 de dédier ses compétences discursives et son triple jeu de citations scripturaires, doctrinales et juridiques à la relecture partisane des événements d’avril 1378 : ce faisant, devenu évêque d’Oloron, il scelle son sort à celui de Benoît XIII. A l’abri des frontières du Béarn, il lui reste fidèle jusqu’à tant que Jean Ier, comte de Foix-Béarn prenne l’initiative de rejoindre Constance.

27Comment Sanche Mulier donne-t-il du sens à cette bifurcation ? A-t-il tenu un discours à géométrie variable ? Pour peu que l’on distingue bien ses trois ancrages successifs de 1396 à 1417, il parvient à maintenir une ligne ecclésiologique cohérente au fil d’une carrière accélérée par son pragmatisme politique. Il défend successivement : qu’il n’appartient qu’au concile d’obédience de demander au pape sa résignation, et non à quelque autre assemblée que ce soit ; que la nécessité du salut engage chacun à soutenir la vraie lignée pontificale d’Avignon, celle de Rome étant fondée sur une élection viciée ; que la préservation de l’institution romaine, enfin, commandait à Benoît XIII de résigner à l’invitation du concile.

28Son parcours témoigne de l’investissement de dizaines de théologiens, civilistes et décrétalistes, au défi d’une crise géopolitique. Au cours des assemblées, conseils et délibérations des années 1390-1400 ressurgit constamment le débat sur la réforme de l’institution ecclésiale. En février 1417, Sanche Mulier objurgue les Pères à s’en tenir à une réforme in peto, repoussant le spectre d’une amputation de l’autorité pontificale. Sur cette question, la ligne de fracture ne passe pas, loin s’en faut, entre théologiens, d’une part, et juristes, d’autre part : le maître en théologie Gilles des Champs est un adversaire résolu de Sanche Mulier, tandis que son collègue docteur en décrets Aimery Nadal est un zélé défenseur du manifeste théocratique Unam Sanctam. Ce dossier consacré aux interventions de Sanche Mulier permet de reconsidérer l’autorité magistrale d’un évêque béarnais qui, dès 1415, tire un trait sur son engagement partisan passé, pour aller défendre à Constance devant ses adversaires d’hier des convictions ecclésiologiques inchangées.

Haut de page

Notes

1 Toue référence alphanumérique associant un préfixe (e pour écrit, p pour personne) à un nombre renvoie à des ressources archivistiques, bibliographiques et thématiques librement consultables et éditables sur http://obediences.net. Ainsi la notice biographique de Sanche Mulier se situe à l’adresse : http://obediences.net/p110. Obediences.net est un espace documentaire sur les acteurs, les lieux et les controverses du Grand Schisme d’Occident édité par Hugues Labarthe depuis son doctorat, soutenu le 28 novembre 2009 à l’Université de Toulouse-II : Labarthe Hugues, Un espace frontière au défi d’une crise internationale (Grand Schisme d’Occident – Gascogne, vers 1370-1430), 2009. Thèse en cours de publication.

2 D’après le rotulus de l’université de Toulouse présenté à Clément VII : ASV, Reg. Suppl. 81, f. 167v. 1395. Il serait l’auteur d’un Commentaire sur le 1er Livre des Sentences, autrefois conservé au couvent des Dominicains de Toulouse : Catalogue général des manuscrits des Bibliothèques publiques de France – Départements, t. VII, Paris, 1885, XLV.

3 Les premières mentions de ces processions figurent dès août 1392 dans les comptes de dépenses du duc d’Orléans : Jarry, La Vie politique de Louis de France, duc d’Orléans, 1372-1407, Paris, annexe xvi, p. 430. Dans le même temps se multiplient les messes ad tollendum schisma concédées par Clément VII : Millet, Hélène, « La prière pour l’unité de l’Église », dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, 2004, pp. 531-570.

4 AM Toulouse, AA3, f. 263 ; cité par Roschach, Ville de Toulouse. Inventaire des archives communales antérieures à 1790, 1891.

5 Le premier arrive vers 1500 dans les collections de la Grande Chartreuse à la suite d’un don de l’official de Grenoble, François du Puy. C’est un dossier de travail, amplement raturé, dont les pièces datées s’échelonnent de 1380 à 1398. Le second manuscrit semble constitué à l’intention de Martin de Zalba. C’est un volume sans apprêt rassemblant principalement une documentation des années 1394-1396.

6 « Et dato quod omnes Parisienses sint sapientes, tamen non omnes sapientes sunt Parisienses… » : Grenoble BM 988, f. 22r.

7 Ehrle Franz éd., « Neue Materialen zur Geschichte Peters von Luna (Benedikts XIII.) ». Dans Archiv fur Literatur- und Kirchengeschichte des Mittlalters, t. 6, 1892, p. 222.

8 Ehrle, Ibid., p. 282.

9 Millet Hélène, Poulle Emmanuel, éd., Le vote de la soustraction d’obédience de 1398, Paris, 1988, n° 141, p. 175-177.

10 Valois Noël, La France et le grand Schisme d’Occident, 1967, vol. 3, p. 443 n. 3. Hélène Millet a révélé l’existence de l’un des quatorze exemplaires conservés de ce document ; et non le moindre, puisqu’il s’agit de la copie destinée à Benoît XIII, suivie au dernier folio d’une dédicace signée le 24 février 1402 par vingt-six membres de l’université. Aux côtés des grands signataires, tels le chancelier de l’université de Toulouse, le recteur, le syndic de l’université, on trouve au moins sept clercs possessionnés ou envisageant de l’être, en Gascogne. Sanche Mulier n’en est pas.

11 Valois, Ibid., vol. 1, p. 176 n. 5.

12 L’analyse codicologique ne peut être présentée dans le cadre de cette étude mais elle est accessible ici : Labarthe, Ibid., pp. 320-328.

13 Dykmans Marc, ‘La troisième élection du pape Urbain VI’, dans Archivum Historiae Pontificiae, t. 15 (1977), pp. 217-264.

14 On pourrait être tenté de voir dans ce catalogue des arguments sur le schisme principal l’Opus novum [e491], un ouvrage fort de deux cent cinquante folios, tenu pour anonyme, achevé à l’été 1380, attribué sur la foi d’indices par Jacques Monfrin à Gilles de Bellemère. Aucune édition de ce texte n’est disponible qui permettrait de tester la correspondance entre l’agencement de l’Opus novum et les courtes citations données par Sanche Mulier.

15 Respectivement édités par Friedberg au références suivantes : Friedberg 2000, vol.1, 1 :23 :1, 1 :79 :1 & 9 ; vol. 2, X 1 :6 :6, Sexte 1 :6 :3, Clémentines 1 :3 :2.

16 Ehrle, Ibid., p. 396.

17 Le 13 mars 1411, Sanche obtient une délégation de pouvoir de Benoît XIII pour nommer des universitaires au chapitre d’Oloron : ASV, Reg. Aven. 336, ff. 460r-461r, 543r-544v.

18 Muzerelle, http://millesimo.irht.cnrs.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Labarthe, « Sanche Mulier († 1418) : l’engagement d’un maître toulousain au défi du grand schisme d’occident », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 163-182.

Référence électronique

Hugues Labarthe, « Sanche Mulier († 1418) : l’engagement d’un maître toulousain au défi du grand schisme d’occident », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1462 ; DOI : 10.4000/rsr.1462

Haut de page

Auteur

Hugues Labarthe

LAMOP UMR 8589
CNRS – Université de Paris I

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page