Navigation – Plan du site

Canon textuel et autorité magistérielle : une controverse entre Alfonso de Madrigal et Juan de Torquemada (Sienne, 1443)

Frédéric Gabriel
p. 127-142

Résumés

Une controverse restée méconnue, qui s’est tenue à Sienne en 1443, oppose Alfonso de Madrigal (dit « Tostat ») et Jean de Torquemada. À cette occasion, il est question de l’autorité du magistère comparée à celle du maître en théologie, et de leur rapport à l’institution. Derrière ces deux hommes, ce sont deux manières de concevoir l’Église qui s’affrontent, et deux rapports de l’autorité de cette théorisation, autrement dit : qui possède le droit de définir l’Ecclesia, et avec quelle autorité ? Selon les degrés d’autorité, quelle est la figure du magister qui se dessine ? Tostat confronte l’Église romaine à une conception plus large de la sphère ecclésiale et de l’autorité de l’enseignement, au sein de laquelle le maître en théologie définit et valide les bonnes conditions de l’exercice de l’ordo.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Acta Eugenii Papae IV (1431-1447) e vaticanis aliisque regestis collegit notisque illustravit Georg (...)
  • 2 [A. Du Chesne], Histoire des papes et souverains chefs de l’Église…, t. I, Paris, Nicolas Buon, 161 (...)
  • 3 Augustino Patricio, Summa conciliorum Basiliensis, Florentini… [1480], dans : Sacrosancta concilia (...)
  • 4 N. Antonio, Bibliotheca Hispana vetus…, t. II, Romae, Ex Typographia Antonii de Rubeis, 1696, lib.  (...)
  • 5 A. Touron, Histoire des hommes illustres de l’ordre de saint Dominique…, t. III, Paris, Babuty-Quil (...)

1À l’automne 1443, Eugène IV rentre à Rome, après une dizaine d’années d’absence, puisqu’il en avait été chassé en juin 1434 par les Visconti et les Sforza qui soutenaient le concile de Bâle. Sur le chemin, venant de Florence, il s’arrête à Sienne quelques mois1. En juin, il reçoit une délégation aragonaise, et lui qui avait jusque-là soutenu le parti angevin2 fait affaire avec Alphonse d’Aragon en lui cédant les villes de Bénévent et de Terracine (sur la côte tyrrhénienne)3. C’est dans ce contexte éminemment politique qu’un membre de la délégation soutient devant la cour pontificale des thèses théologiques. Né au début du siècle, au nord d’Avila, Alfonso de Madrigal fait des études brillantes dans la toute proche université de Salamanque, et devient rapidement recteur du collège San Bartolomé et écolâtre de la cathédrale. Très engagé dans la vie universitaire, ordonné prêtre, le jeune helléniste hébraïsant est aussi un exégète prolifique, et dès les années 1430, il a rédigé un grand nombre de commentaires bibliques4. Sans jamais entrer dans le détail des textes, l’historiographie a retenu comme une anecdote cette présentation des thèses à Sienne : l’historiographie dominicaine condamne l’arrogance enflammée d’un jeune maître étranger insoumis, l’historiographie espagnole souligne la situation inégale à laquelle est confronté le futur évêque d’Avila5.

  • 6 J. F. Stockmann, Joannis de Turrecremata O. P. vitam ejusque doctrinam de corpore Christi mystico. (...)
  • 7 Ioannes de Torquemada, Oratio synodalis de primatu, ed. Emmanuel Candal, Roma, Pontificium Institut (...)
  • 8 Stockmann, Joannis de Turrecremata, p. 25.
  • 9 F. Ughelli, Italia sacra, t. I, Roma, Apud Bernardinum Tanum, 1644, col. 209.
  • 10 P. O. Kristeller, Iter Italicum, vol. II, Leyde, Brill, 1998, p. 109 ; et surtout Th. Kaeppeli, Scr (...)
  • 11 Kristeller, Iter Italicum, ibid. ; et Scriptores ordinis praedicatorum recensiti, notisque historic (...)

2Qu’il ait été suspect doctrinalement, ou qu’il présente spontanément, pour éprouver sa réputation, ses vingt-et-une conclusiones, celui que l’on surnomme Tostat ne laisse pas indifférent. Eugène IV mandate trois cardinaux pour examiner ses positions, dont certaines, qui concernent la non-rémission des péchés et la date de la mort du Christ, sont mises en cause. À côté des cardinaux Taranto et Capranica, Juan de Torquemada s’occupe plus particulièrement de réfuter le maître de Salamanque6. Réputé pour sa forte opposition au conciliarisme lors de l’assemblée baloise de 1432 et son Oratio synodalis de primatu au concile de Florence7, son titre de « Maître du Sacré Palais » lui donne depuis 1435 une autorité toute particulière en matière de théologie et d’orthodoxie. Apologète par excellence de la fondation divine de la souveraineté pétrinienne et de son efficience immédiate sur l’ensemble de l’Église8, Torquemada est appelé Defensor fidei et il est nommé cardinal en 14399. Fort de cette autorité et de la demande pontificale, le dominicain rédige un Tractatus ubi ponuntur impugnationes propositionum quas quidam magister in theologia nominatus Alphonsus de Matricali posuit conservé dans divers fonds manuscrits romains10. Dans plusieurs recueils, cet opuscule jouxte les écrits du cardinal contre le concile de Bâle11. Tostat répond à cette mise en cause par un ouvrage beaucoup plus volumineux, sobrement intitulé Defensorium trium conclusionum. S’il répond sur les points techniques en question, une grande partie du texte est consacrée au cadre de l’accusation, aux fondations mêmes de la controverse : quelle instance possède quel type d’autorité ? D’où procède, sur ces matières doctrinales, l’autorité compétente ? Selon les degrés d’autorité, quelle est la figure du magister qui se dessine ?

I. L’institution de l’autorité : de l’inerrance au canon

  • 12 Alphonsi Tostati, Defensorium trium conclusionum, in : Alphonsi Tostati Hispani, Abulensis episcopi (...)

3Dans sa Défense, Tostat inclut, dans la première partie, une lettre à Eugène IV au sujet de ses « conclusiones scholasticè » qu’il prétend humblement soumettre à l’autorité de l’Église romaine et à la vérité de sa doctrine, les erreurs attaquées par Torquemada ne convenant pas à l’unanimité des docteurs12. Tostat insiste : il ne veut en rien dévier « a doctrinae sanctae Romanae Ecclesiae, et Sanctitatis vestrae ». Cette prétention de conformité est d’autant plus séditieuse qu’on la compare à la matière des pages qui suivent, même si le début semble confirmer cette conscience de l’erreur.

  • 13 D., p. 37.
  • 14 D., p. 38.
  • 15 D., p. 41, cap. XXI.
  • 16 D., p. 42, cap. XXIII : « Ita nunc, licet omnes articuli sint necessarii, tamen articulus de univer (...)
  • 17 D., p. 43, cap. XXIV.
  • 18 D., p. 43, cap. XXIV.
  • 19 Par exemple : D., p. 41, cap. XXII : In quo declaratur firmissime, quod ecclesia universalis non po (...)

4S’interrogeant sur le crédit que l’on peut apporter à un auteur (ici Augustin), et que l’on peut conférer à son œuvre, Tostat distingue entre un ordre supérieur d’autorité, dont témoignent les livres du canon biblique, et un autre dans lequel se retrouve l’homme singulier, sujet à l’erreur13. Un maître se corrige : l’évêque d’Hippone a d’ailleurs bien écrit des Retractationes qui amendent un massif qui fait déjà autorité14 ; alors que les scripteurs des textes canoniques étaient mus par l’Esprit Saint. Cette différence de nature s’incarne dans une distinction des autorités relatives à une institution. En effet, Tostat relie l’autorité du canon biblique à celle de l’Église comme principe de discernement, de décision et de véridiction15. C’est elle qui établit le canon, qui nous assure de la juste attribution des livres mosaïques, de leur vérité, et de la foi très ferme que l’on peut leur accorder16. C’est elle qui distingue et hiérarchise leur importance, les livres légaux et prophétiques étant plus nécessaires que ceux qui sont hagiographiques, ou a fortiori apocryphes. Ainsi des évangiles de Thaddée, André, élaborés « a viris haereticis17 ». Ils racontaient bien la même histoire que les autres, mais en y insérant des erreurs. L’Église fonctionne comme instance de référence et de jugement, elle donne foi et autorité aux livres bibliques : « sola auctoritas ecclesiae probat, quod sunt istorum evangelistarum18 ». C’est dire le poids de l’institution, et Tostat insiste : « maior est auctoritas ecclesiae quam sacrorum librorum veteris, vel novi testamenti ». Distinguant le vrai du faux, l’authentique de l’hérétique, l’Église apparaît comme la pierre de touche du critère qui sert de socle à la conception de l’autorité chez le maître de Salamanque. En effet, un axiome est martelé avec force tout au long de la Défense de Tostat : « ecclesia universalis non potest errare19 ».

  • 20 D., p. 43, cap. XXIII.
  • 21 D., p. 42.
  • 22 D., p. 43, cap. XXV : « Nam, quod non possit errare ecclesia universalis probatum est supra ex symb (...)
  • 23 D., p. 43, cap. XXV.

5S’appuyant sur le Symbole des Apôtres pour définir la « sanctam ecclesiam catholicam, id est universalem », il considère la fausseté de cet article de foi comme impossible, aussi bien du point de vue logique, qu’historique et théologique. Recourant aux sciences démonstratives, on constate que les « principia » sont plus nécessaires que les « conclusiones » : rien de mieux que de connaître les principes20. Quoi de plus vrai quand on parle d’autorité ? Toujours ramenée au commencement, elle détermine un développement, une transmission, un critère de vérité. Pour Tostat, les principes sont ces articles de foi, notamment celui de l’Église universelle caractérisée par son inerrance, centre du dispositif d’autorité. L’intitulé du vingt-troisième chapitre, où sont traités ces sujets, résume : « In quo pulchre declaratur, quod licet omnes articuli fidei sunt necessarij, ita quod nullus eorum posset esse falsus, tamen articulus de ecclesia universali, quod non possit errare, est primus, et magis necessarius, quam omnes, et quod maior est auctoritas ecclesiae, quam librorum sacrae Scripturae, et quod ecclesia universalis dat auctoritatem sacris libris. – Dans lequel il est élégamment montré que, bien que tous les articles de foi soient nécessaires, de la sorte qu’aucun ne peut être faux, l’article sur l’Église universelle, qui ne peut errer, est toutefois premier et plus nécessaire que tous, et l’autorité de l’Église est plus importante que celle des livres de l’Écriture sainte, et c’est l’Église universelle qui a donné autorité aux livres saints21 ». Si l’Église reçoit bien, elle aussi, une autorité de l’Écriture qui évoque sa dignité et son impeccabilité, Tostat incluant d’ailleurs dans le même corpus le symbole des apôtres, c’est d’abord l’Église qui donne autorité à l’Écriture22 : « Ad veritatem tamen non probatur auctoritas ecclesiae ex libris sacris, sed potius è contrario. Et ipsa auctoritas ecclesia non debet probari ex aliquo priori, sed oportet esse per se nota. – En vérité l’autorité de l’Église n’est pas prouvée à partir des livres saints, mais c’est bien plutôt le contraire. Et cette autorité de l’Église ne doit pas être prouvée à partir de quelque chose qui la précède, mais doit être en elle-même son propre signe23 ». Voilà un principe, qui, privé du socle de l’inerrance et remis en cause, ferait s’effondrer non seulement la religion, mais la capacité noétique elle-même, ce qui est impossible.

  • 24 D., p. 43, cap. XXVI.
  • 25 D., p. 43-44, cap. XXVI : « Sed est sensus, quod ecclesia dat auctoritatem Evangelio, & omnibus lib (...)
  • 26 D., p. 44.
  • 27 D., p. 44. Philippe Büttgen (Université Paris I) conduit actuellement une recherche sur l’usage de (...)
  • 28 D., p. 44 : « Et quantum ad hoc, ita dat ecclesia auctoritatem evangelii, sicut quibuslibet aliis l (...)
  • 29 D., p. 44.

6Outre la fixation canonique, comment se réalise l’autorité de l’Église ? Par le complément logique du discernement textuel et du développement du principe : l’Église diffuse et enseigne, l’autorité étant ici prise au sens d’augmentation24. Rien n’a plus de poids que les paroles du Christ, et l’Église ne fabrique pas de toutes pièces l’autorité, elle la révèle, la confirme, elle l’explique, elle institue la tradition25 : « Et istud ostendere satis potest vocari dare auctoritatem, eo quod nunquam sciremus evangelia, aut alios libros sacrae Scripturae alicuius auctoritatis esse, nisi ecclesia diceret26 ». D’où l’importance conjointe, au sein de l’Église, de la prédication et de l’enseignement, Tostat utilisant le fameux « Fides ex auditu » de Romains 10,17 : « Quomodo credent in eum, de quo non audierunt ? »27. L’Église fait connaître l’évangile grâce à son autorité, et plus une vérité est connue, plus elle gagne en utilité et en autorité28. Mais il ne suffit pas que la vérité soit annoncée comme telle, comme une simple conclusion, encore faut-il l’expliciter, la prouver, démontrer sa nécessité, et c’est là qu’intervient le maître en théologie : « magister ergo dedit sibi istam auctoritatem, quam habet, non quidem dando ei veritatem, vel necessitatem, quia hoc facere non poterat, sed ostendendo illam necessitatem, quam habet. – Ainsi le maître lui a donné sa propre autorité, qu’il possédait, non pas en lui procurant sa vérité ou sa nécessité, ce qu’il n’aurait pu faire, mais en montrant la nécessité qu’il possédait en propre29 ». Le maître est donc un élément essentiel de la diffusion du message évangélique, dans la mission procurée à l’Église par le Christ.

II. Modèles du maître et institution ecclésiale

  • 30 D., p. 43.
  • 31 D., p. 56, cap. LIII.
  • 32 Antonin de Florence, Summae Sacrae Theologiae…. Tertia pars…, Venetiis, Apud Iuntas, 1582, titulus (...)
  • 33 Voir Y. Congar, Église et papauté. Regards historiques, Paris, Cerf, 2002, chap. XI : « Pour une hi (...)
  • 34 Tostat commence à traiter ce sujet au chapitre XL (D., p. 49).
  • 35 D., p. 50.
  • 36 D., p. 54-55, cap. LI.
  • 37 D., cap. XLIV, LIII, et LVII.

7Dans ce même chapitre, Tostat parle de ce dernier comme « auctor30 », et plus loin, il décrit son activité : « docet31 ». Le même vocabulaire est employé pour désigner l’action des apôtres. Quelle plus prestigieuse généalogie pour le maître en théologie ? La figure du « magister meus Christus » n’est pas rare, et apparaît par exemple dans la Summa Sacrae Theologiae du « Doctor Eximius », Antonin, archevêque de Florence au moment de la controverse32. À plusieurs reprises, les évangiles nomment le Christ « didaskalos », traduit par la Vulgate en « magister », de même que le « kathègètès » de Mathieu 23,1033. Tostat donne aux termes toute leur extension : quand il emploie le docere, c’est dans un contexte juridique. Il s’agit de savoir ce qui a remplacé les modes vétérotestamentaires de consultation de Dieu34. Quels sont désormais les termes du couple quaero-respondo35 ? Le Christ a apporté non pas des « leges forales36 », comme dans l’Ancien Testament, mais une « lex nova », pure et parfaite37, dont le maître est l’un des vicaires, et d’autant plus important que cette loi enseigne, qu’elle est une voie de perfection et de liberté dont le Christ est l’exemple.

  • 38 D., p. 55, cap. LI.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid. : « Ita igitur sanctae & benedicta mater nostra alma Ecclesia sponsa Christi, quae maior est (...)
  • 41 D., p. 56, cap. LIV.
  • 42 D., p. 56, cap. LIV.
  • 43 D., p. 55, cap. LI. : « Cum ergo alma mater ecclesia sit maior omnibus Apostolis, & sanctis, & toto (...)

8Bien plus, ce dernier apporte des « impermutabili verborum » qui agissent au sein de l’Église de la même manière que s’il était présent38. Il a conféré à l’Église son assistance, comme celle du saint Esprit, et c’est pour cela qu’elle ne peut errer. Cette assistance magistérielle s’est d’abord manifestée dans les apôtres, qui, bien qu’étant modestes et sans éducation, « quando interrogabantur, […] respondebant plenissime ita prudentissime et efficaciter39 ». Mais une autorité bien plus grande encore a été donnée par le Christ à son épouse, l’Église, qu’il continue à gouverner même en son absence40. Cette co-présence du législateur au sein de l’Église permet à celle-ci d’agir « in nomine Christi41 », elle possède le pouvoir de lier et de délier qu’il lui a attribué42. Bien mieux que les apôtres qui ne régissaient chacun qu’une partie de l’Église, le Christ réalise l’unité de l’« alma mater ecclesia43 ».

  • 44 D., p. 46, cap. XXXI ; et de même cap. XXXII.
  • 45 D., p. 48, cap. XXXVI.
  • 46 Ibid. Sur l’institution immaculée : cap. XXXVII.
  • 47 D., p. 48, cap. XXXVII. Voir P. Fransen, « A Short History of the Meaning of the Formula ‘Fides et (...)

9Mais comment Tostat la définit-il ? L’Église en question est l’Église universelle, sans connotations temporelles ou géographiques, « sic dicimus ecclesiam Toletanam, vel Salamantinam44 ». Loin de toute particularité, l’Église qui ne peut errer désigne une totalité selon deux sens. Tout d’abord, « ecclesia universalis est universitas omnium Christianorum per totum orbem dispersorum in fide Christi, et sacramentis participantium ». Tostat précise : « isto modo ecclesia est quoddam corpus mysticum fide Christi et divinis charismatibus vivificatum, et regulatum45 ». Issue de la lettre paulinienne aux Éphésiens, cette conception de l’Église universelle utilise le sacrement du mariage pour désigner la présence du Christ dans cette institution immaculée : « Hoc est magnum sacramentum, ego autem dico inter Christum et ecclesiam46 ». Voilà la véritable nature de l’Église universelle, nulle mention du pape, ni de la cathedra Petri, ni de Rome. Cette Église ne peut errer « in fide et moribus », puisqu’elle est la référence de la doctrine et de la foi comme vie et sacrements dans la communauté47.

  • 48 D., p. 62, cap. LXVIII
  • 49 D., p. 48, cap. XXXVI. Sur la soumission des apôtres : cap. XXII, p. 42 : « Etiam omnes Apostoli ob (...)
  • 50 D., p. 48, cap. XXXVII.
  • 51 Ibid. : « Et sic patet ex superscriptionibus, quibus utuntur generales synodi in hac forma, scilice (...)
  • 52 D., p. 47, cap. XXXV.
  • 53 D., p. 48-49, cap. XXXVIII.
  • 54 D., p. 49, cap. XXXVIII.
  • 55 D., p. 49, cap. XXXVIII. Voir aussi p. 43, cap. XXII.
  • 56 D., p. 49, cap. XXXVIII. Tostat avait déjà cité Grégoire au chapitre XXII.
  • 57 D., p. 49, cap. XXXVIII.

10Enfin, en une deuxième acception, l’Église universelle est comprise comme multitude réunie, « congregata », autrement dit un concile général légitimement assemblé, à qui l’inerrance est également accordée. Tostat insiste à plusieurs reprises sur le fait qu’aucune personne, quelle que soit sa dignité et sa sainteté, ne peut mieux « sufficienter repraesentare » l’Église universelle48. Le premier exemple est donné par le concile de Jérusalem, auxquels tous les apôtres – même Pierre qui était alors pape – se sont soumis, reconnaissant son inerrance49. Le groupe ainsi désigné entretient avec l’Église comprise au premier sens une relation de représentation : « Generalis autem synodus legitime congregata non est realiter universalis ecclesia, sed per repraesentationem sufficientem50 ». Pour Tostat, la superscriptio des conciles indique parfaitement ce rôle et l’Esprit saint qui la préside51 – il est ici désigné comme « gubernator52 ». L’assemblée ainsi réalisée se prononce sur les doutes et les divisions « circa fidem et circa mores » et sa limitation numérique lui permet de prendre des résolutions qui ne pourraient être décidées par l’« universitas omnium Christianorum53 ». Cette élaboration dogmatique et antihérétique, que permettent l’inerrance et la représentativité, procurent bien évidemment aux premiers conciles généraux une autorité remarquable : « Tanta autem fuit semper in ecclesia auctoritas generalium conciliorum, quod nunquam fiebat aliqua determinatio circa fidem, nisi in generali concilio, & de hoc vere dicimus, quod non potest errare circa fidem. – En effet, l’autorité des conciles généraux fut telle dans l’Église qu’aucune détermination qui concernait la foi ne fut prise si ce n’est dans un concile général, et nous disons vraiment qu’il ne peut pas errer à propos de la foi54 ». Au point, souligne Tostat – s’appuyant sur les paroles de Constantin réagissant à la conclusion nicéenne sur la consubstantialité du Père et du Fils – que les déterminations conciliaires sont aussi fermes « sicut si fieret ore Dei55 ». Cette autorité est reconnue par le fameux paragraphe de Grégoire, cité deux fois par Tostat et intégré à la quinzième distinction du Décret, paragraphe qui, réunissant canon testamentaire et canon conciliaire, établit une analogie entre les quatre premiers conciles (Nicée, Constantinople, Éphèse, Chalcédoine) et les quatre évangiles. Chez Gratien, le titre en est « De auctoritas quatuor conciliorum » (dist. xv, cap. ii)56, Tostat rappelant à nouveau l’aspect vocal de la promulgation divine qui sert de modèle à l’analogie : « ore benedictissimo Christi promulgatae fuerunt57 ».

  • 58 G. Alberigo et alii (éd.), Conciliorum Oecumenicorum generaliumque decreta, t. I, Turnhout, Brepols (...)
  • 59 Kasper, Dogme et Évangile, p. 45.
  • 60 P. de Vooght, Les Sources de la doctrine chrétienne d’après les théologiens du XIVe et du début du  (...)

11Si le Symbole des Apôtres témoigne par excellence de cette autorité de l’Église, on ne peut manquer de remarquer que de Nicée à Chalcédoine, on passe – pour les formules de foi – d’un « credimus » pour le premier à un « docemus » pour le second58. Une tradition est déjà élaborée, et le credo baptismal et ecclésial s’adjoint d’une manière encore plus visible le vocabulaire de la didascalie et l’autorité d’un enseignement, et donc des maîtres en théologie. On passe d’une « confession liturgique » à une « formulation doctrinale59 ». Canon biblique d’une part, confession et canons conciliaires d’autre part expriment l’inerrance de l’Église en même temps qu’ils constituent le socle de l’enseignement entendu dans un parfait continuum entre Écriture et théologie60.

  • 61 D., p. 63, cap. LXVIII.
  • 62 « Ministerialiter » rime alors avec « instrumentaliter ». D., p. 60, fin du cap. LXII.
  • 63 D., p. 60, cap. LXII.
  • 64 D., p. 62, cap. LXV.
  • 65 D., p. 61, cap. LXIII et LXIV.

12C’est bien au sein du concile que s’exprime l’autorité magistrale et magistérielle à son plus haut point, que Tostat résume avec la formule : « sacrum Concilium est in fide magister omnium catholicorum et etiam Papae61 ». Sa fonction définitoire et pédagogique est d’autant plus autorisée, légitime et contraignante que son canon textuel est indissociable d’une force juridique. Rappelant la bipartition des pouvoirs d’ordre et de juridiction, Tostat situe la « potestas ordinis » du côté du « corpus verum » de l’ordre sacerdotal (l’homme n’est alors qu’un instrument du pouvoir donné par le Christ62), tandis que la « potestas jurisdictionis » concerne le « corpus mysticum » du Christ, qui est le tout de l’Église63. Si la « potestas iurisdictionis in foro conscientiae, et contentioso » a été confiée immédiatement au pape et à l’Église, cette dernière est toujours présente à côté du premier comme un cadre maternel essentiel, quand le Christ « ipse solus est executor plenarius legis Evangelicae64 ». Tostat avait remarqué plus haut : « origo iurisdictionis veniat à lege Evangelica », incluant les canons conciliaires dans l’expression de celle-ci65. Attaqué sur des points dogmatiques, il n’est pas anodin que le maître de Salamanque riposte en posant la question de l’autorité compétente en matière de définition et de jugement, et en s’interrogeant sur le sens de la correction fraternelle.

III. Qui a l’autorité de juger ?

  • 66 D., p. 46, cap. XXXIII.
  • 67 D., p. 47, cap. XXXV.
  • 68 D., p. 45, cap. XXX. Cf. p. 47-48, cap. XXXV : « Nam si Papa, qui est principale membrum totius ecc (...)
  • 69 D., p. 65, respectivement cap. LXXV et LXXIV.
  • 70 D., p. 65, cap. LXXIV.
  • 71 D., p. 63, cap. LXIX. Tostat insiste plus loin, dans le chapitre LXXVI intitulé : « Quod Christus d (...)
  • 72 D., p. 63, cap. LXIX.

13À plusieurs reprises, Tostat insiste sur l’erreur possible du juge et l’hérésie éventuelle du pape. Pour le juge, la défaillance est imputable non pas à l’ignorance du droit, mais à celle des accidents et des particularités de la situation66 : « Solus autem Christus homo habuit cognitionem omnium particularium, ita ut in nullo fallere, nec falli posset67 ». Quant au pape, il peut errer « frequenter » par ignorance, prononcer des sentences iniques, et même être hérétique sans le savoir68. En un chiasme éloquent, un glissement s’est opéré : une faille due à l’impossible connaissance divine est devenue consécutive à l’ignorance proprement humaine du pape. Tostat mentionne les exemples classiques de Libère et Jean XXII et enfonce le clou : si l’Église est une multitudo inerrante, on voit combien elle est loin d’un individu singulier sujet à l’ignorance. On juge aussi bien la foi que les actes du pape dont les crimes peuvent être dénoncés devant le concile général69, et Tostat poursuit : « Papa potest accusari, vel iudicari, vel deponi intelligitur per generale concilium. […] Ad hoc quasi innumerabiles sunt auctoritates Hieronymi, Augustini, Gregorii, & summorum pontificum, & decreta70 ». À quoi tient ce rapport d’autorité ? La proposition est forte et insiste, si besoin était, sur le rôle du concile : « Christus constituit supremum tribunal in ecclesia in sacro concilio, etiam supra Papam71 ». L’« auctoritas ecclesiae » manifestée par le concile est au-dessus de celle de n’importe lequel de ses membres. Non seulement le concile général est un « magister », comme l’auteur vient de l’affirmer quelques lignes plus haut, mais un « magister » qui juge. Cette proposition de Tostat est d’autant plus significative qu’elle est subtilement suivie et comme mise en relief par la thématique de la correction fraternelle : « Et non solum in pertinentibus ad fidem, sed etiam quantum ad actiones, quae omnia patent manifestissime ex illo verbo Domini Matt. 18 c. scilicet si peccaverit in te frater tuus, corrige eum inter te, & ipsum solum, quod si te non audierit, dic ecclesiae, et si non audierit ecclesiam, sit tibi quasi ethnicus, & publicanus. – Et il importe non seulement pour la foi, mais aussi quant aux actions, de considérer ce que montrent à tous avec la plus grande évidence ces mots du dix-huitième chapitre de Matthieu, il va sans dire que si ton frère a péché contre toi, corrige-le toi et toi seul, et s’il ne t’écoute pas, dis-le à l’Église, et s’il n’écoute pas l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain72 ». Dans les chapitres suivants, Tostat développe précisément ce lieu – qu’il qualifie comme autorité du Christ – en rapport avec sa conception de l’Église, avec la nature du siège pétrinien, et avec l’analyse de ce que fait l’Église quand elle approuve une œuvre théologique.

  • 73 D., p. 64, cap. LXXII. Déjà p. 63, cap. LXX : « Cap. LXX. Quomodo ex illa auctoritate Christi, scil (...)
  • 74 D., p. 63, cap. LXX ; et p. 64, cap. LXXIII : « Ex quo apparet, quod post mortem Christi Petrus in (...)
  • 75 D., p. 63, cap. LXX ; et p. 64, cap. LXXI : « Ecclesia ergo ista universalis, id est, concilium gen (...)
  • 76 D., p. 64, cap. LXXI.
  • 77 Les chapitres LXXIV-LXXV qui traitent de ce sujet sont au cœur du développement sur la correction f (...)

14Pour Tostat, en Matthieu 18, le Christ fait allusion au concile, et c’est l’occasion de développer longuement, avec l’énumération de preuves, la supériorité du concile général sur Pierre et sur le pape, supériorité qui découle tout naturellement de ce qui a été dit jusque-là de l’institution73. Une nouvelle preuve est ajoutée, qui concerne la forme de la correction fraternelle : si Pierre était bien titulaire de ce droit, après la mort du Christ, il l’a remis à l’Église74. À cette occasion, Tostat relie directement cet épisode au cas du pape hérétique : la donation première de la correction fraternelle du Christ à Pierre dépendrait de son statut pontifical, puisque le Christ lui indique aussi, que, s’il pèche, il devient une personne privée. Quant à l’Église dont il est question ici, ce ne peut être que celle du concile général en tant que « corpus iuris » puisque dans son premier sens extensif, l’Église universelle ne peut être en tant que telle saisie par un plaignant et procéder à un jugement75. Tostat s’appuie sur Jérôme pour répéter que le pouvoir des clefs a d’ailleurs bien été remis à l’Église, et non à un seul homme76. L’élargissement progressif des témoins invoqués pour la reconnaissance de l’erreur dans le cadre de la correction fraternelle ne peut donc être comprise que dans un cadre ecclésial et conciliaire, et non pétrinien. Comme l’appel juridique, par simple logique, s’adresse à une instance supérieure, il est tout naturel de considérer que le concile général est au-dessus de Pierre et du pape, et qu’il convient de présenter les crimes de ce dernier devant le concile, comme le prouve la procédure de la correction77. Le procédé du jugement curial imposé à Tostat par Eugène IV et Torquemada est retourné contre ceux qui prétendaient exercer légitimement leur autorité magistérielle : non seulement ils se trompent sur leur rôle, mais également sur la nature de l’institution et son processus juridique, et même sur l’éthique chrétienne qu’elle suppose, puisque c’est d’emblée au sein d’un espace public que Tostat aurait été pris à partie à Sienne.

  • 78 D., p. 72, cap. LXXXIII.
  • 79 D., p. 72, cap. LXXXIII.

15Ce n’est pas non plus un hasard, si la défense du maître de Salamanque se conclut sur l’analyse de ce que fait l’Église quand – au lieu de corriger – elle approuve une œuvre théologique. Tout d’abord, elle reconnaît que les chrétiens peuvent la lire, ensuite, elle la juge utile pour la doctrine, elle certifie qu’elle ne comporte pas d’hérésie volontaire, comme elle a fait en écartant les évangiles apocryphes78. En effet, dans l’Antiquité les chrétiens lisaient peu et ceux qui lisaient étaient effrayés par les erreurs et les hérésies qui pouvaient se cacher dans les textes. Ainsi, par l’approbation, l’Église procurait aux livres orthodoxes une autorité qu’ils ne possédaient pas auparavant et celle-ci permettait aux fidèles de ne pas errer79.

  • 80 D., p. 69, cap. LXXXI : « dicemus quod omnes partes istorum operum approbatorum per ecclesiam erant (...)
  • 81 D., p. 70, cap. LXXXII.
  • 82 D., p. 72, cap. LXXXII : « Septimo sit hoc, quia si talis approbatio fieret omnia scripta, quae app (...)
  • 83 D., p. 70, cap. LXXXI.
  • 84 D., p. 71, cap. LXXXII.
  • 85 D., p. 69, cap. LXXXI.
  • 86 D., p. 71, cap. LXXXII.
  • 87 D., p. 71, cap. LXXXII, « Et qui non vacat lectioni, & sapientiae non est dignus honore sacerdotali (...)
  • 88 D., p. 71, cap. LXXXII.

16Mais l’approbation n’a pas qu’une fonction positive. Lorsque la curie convoque des autorités approuvées, c’est aussi pour condamner des thèses qui ne s’inscrivent pas directement dans la tradition déjà constituée, et validée par Rome. Pour Tostat, l’approbation, si elle ajoute foi à un livre, ne lui apporte qu’une autorité d’ensemble, qui ne concerne pas tous les points de détail, quelques-uns pouvant d’ailleurs critiquer certaines déterminations de l’Église. L’approbation ne se prononce pas sur tous les doutes qui pourraient naître du texte, elle procure un assentiment général mais n’impose pas chaque lettre de l’œuvre comme une vérité absolue80. L’inverse poserait des problèmes matériels et conceptuels insolubles, d’autant que l’Église mettrait son autorité en péril81. Tout d’abord, l’approbation n’est pas univoque, ce qui supposerait de mettre sur le même plan d’autorité l’Écriture, ses commentaires, et tout nouveau livre de théologie approuvé82. Ensuite, l’approbation ne présume pas des contrariétés qui peuvent exister entre deux grandes autorités comme Augustin et Jérôme par exemple83. On peut donc contredire Augustin sans s’opposer pour autant à l’Église, et le maître en théologie dispose d’une liberté inaliénable pour « disputare et inquirere84 ». D’autant qu’il vaut mieux faire confiance au savoir des docteurs qu’à celui des papes, assure Tostat en alléguant la vingtième distinction de Gratien « circa auctoritatem sanctorum doctorum » : « pertinet ad fidei declarationem, & sacrae scripturae explanationem, magis credendum est sacris doctoribus, quam summis pontificibus85 ». Pour renforcer cette autorité, Tostat – exégète reconnu et prolifique – rappelle quelques lignes plus loin qu’on acquiert la « sapientia » par l’étude de l’Écriture sainte, citant alors la première épître canonique de Pierre (3,15) : « Soyez prêts à satisfaire quiconque vous demande raison de cette foi et espérance qui est en vous86 ». Mais cette « sapientia » n’est pas réservée à l’éthique personnelle puisque Tostat va jusqu’à faire dépendre la dignité du sacerdoce de la lecture et de la sagesse87. Cette nécessité maximale est présente, pour Tostat, dans ces paroles de Malachie (2,7) : « Les lèvres du prêtre gardent le savoir (scientia) et c’est de sa bouche qu’on recherche la loi88 ». Le maître en théologie, par la communauté d’autorités qu’il constitue, textuelles, conciliaires, doctrinales, est au centre de la théologie de la tradition et de l’expression même du magistère, puisque son autorité magistrale permet de définir et de valider les bonnes conditions de l’exercice de l’ordo.

* *
*

17L’ensemble des sujets traités par Tostat et leur mise en système me paraissent exemplaire d’une défense et illustration en règle du statut, de l’autorité et de l’utilité du maître en théologie. Le seul fait que Tostat choisisse ces sujets pour répondre aux accusations de Torquemada témoigne du rôle décisif que le maître doit tenir selon lui.

  • 89 Édition publiée à Venise, 1507-1508.

18Le maître en théologie est celui qui fait valoir son autorité, autorité qui n’est pas seulement magistrale, mais aussi magistérielle, en tant qu’elle détermine par son expertise même la bonne doctrine et le meilleur moyen de la transmettre et d’en juger. Dès lors, le maître est celui qui connaît la tradition et qui sait habilement s’y insérer, pour faire parler par sa bouche aussi bien l’autorité de l’origine, la présence du Christ Auctor, que la masse de textes qu’il a suscitée. Le maître contribue à augmenter cette masse, à augmenter l’autorité, en même temps qu’il en réalise à chaque fois le difficile point d’équilibre. Ainsi, être maître en théologie, c’est aussi apparaître comme tel dans la masse des œuvres dont l’édition enregistre ce titre. En ce qui concerne Tostat, le cardinal Cisneros prend lui-même en charge la première édition en treize énormes volumes de celui que son épitaphe appelle « Stupor Mundi89 ».

19L’autorité du maître en théologie fonctionne au sein d’un réseau d’autorisation : compétence personnelle, reconnue par un titre, par une fonction universitaire, par la transmission d’une tradition (qui fait autorité). Elle est surtout reliée à l’inerrance d’une institution ici conçue sous sa forme universelle et conciliaire. Telle la fameuse Loi des citations, l’autorité repose bien sur un enchaînement d’autorisations, du Christ à l’Église, de l’Église au canon biblique, de l’Église universelle au concile général. Réinscrire le maître soumis à la correction fraternelle au sein de ce contexte revient à minimiser grandement le magistère dont prétend faire usage le maître du Sacré Palais au nom du pape. Subsumant la fonction pontificale sous la singularité faillible d’un individu opposé à l’inerrance d’un concile qui est seul « magister », voilà la stratégie d’un maître en théologie dont l’œuvre exégétique s’inscrit au contraire dans la scientia qui nourrit la lex.

Haut de page

Notes

1 Acta Eugenii Papae IV (1431-1447) e vaticanis aliisque regestis collegit notisque illustravit Georgius Fedalto, Romae, Pontificia Comissio Codici Iuris Canonici (Fontes, series III, vol. xv), 1990, p. 490 : le 10 mars 1443 il signe de Florence, mais le 15, de Sienne, jusqu’au 5 septembre. Un acte du 14 octobre est daté de Rome. Plus généralement, voir F.-Ch. Uginet, « Eugène IV », dans : Ph. Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 642-645.

2 [A. Du Chesne], Histoire des papes et souverains chefs de l’Église…, t. I, Paris, Nicolas Buon, 1616, p. 1553.

3 Augustino Patricio, Summa conciliorum Basiliensis, Florentini… [1480], dans : Sacrosancta concilia ad Regiam editionem exacta quae nunc quarta parte prodit auctior Studio Philip. Labbei, & Gabr. Cossartii, t. 13, Lutetiae Parisiorum, Impensis Societatis Typographicae, 1672, col. 1609-1610.

4 N. Antonio, Bibliotheca Hispana vetus…, t. II, Romae, Ex Typographia Antonii de Rubeis, 1696, lib. X, cap. vii, p. 168-172 ; et plus récemment N. Belloso Martín, Política y humanismo en el siglo XV. El maestro Alfonso de Madrigal, el Tostado, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, p. 16-19.

5 A. Touron, Histoire des hommes illustres de l’ordre de saint Dominique…, t. III, Paris, Babuty-Quillau, 1746, p. 409. L’historiographie espagnole ne fait que suivre l’introduction de la réponse de Tostat que nous allons étudier ici. Voir aussi l’Appendix ad Historiam literariam clarissimi viri Guiliemi Cave… Henrici Wharton, altera Roberti Gerii, qui concilia Saeculorum XIV & XV recensuit, Coloniae Allobrogum, Sumptibus Chouet et alii, 1705, cap. Saeculum Synodale, p. 90.

6 J. F. Stockmann, Joannis de Turrecremata O. P. vitam ejusque doctrinam de corpore Christi mystico. Scholasticorum Medioaevalium Traditione illustratam et explicatam tractavit J. F. Stockmann… ad obtinendam Lauream in facultate theologica Almae Matris Friburgensis Helvetiorum, 1951, p. 28 ; T. M. Izbicki, Protector of the Faith. Cardinal Johannes de Turrecremata and the Defense of the Institutional Church, Washington (D.C.), The Catholic University of America Press, 1981, p. 16. Voir aussi K. Binder, Wesen und Eigenschaften der Kirche bei Kardinal Juan de Torquemada, O. P., Innsbruck, Verlagsanstalt Tyrolia, 1955.

7 Ioannes de Torquemada, Oratio synodalis de primatu, ed. Emmanuel Candal, Roma, Pontificium Institutum Orientalium Studiorum (« Concilium Florentinum Documenta et Scriptores », series B, vol. IV, fasc. II), 1954.

8 Stockmann, Joannis de Turrecremata, p. 25.

9 F. Ughelli, Italia sacra, t. I, Roma, Apud Bernardinum Tanum, 1644, col. 209.

10 P. O. Kristeller, Iter Italicum, vol. II, Leyde, Brill, 1998, p. 109 ; et surtout Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, vol. III, Romae ad S. Sabinae, Typis Polyglotti Vaticanis, 1980, p. 24-42 ; p. 35 : « n° 2725. Impugnationes quarumdam propositionum quas asseruit mag. Alphonsus <Tostatus> de Madrigali in disput. Publica in Romana curia (21 VI 1443) ». On trouve, page 36 la localisation des mss. : Genova, Bibl. Durazzo B. IV.1 (xv) ; Lucca, Bibl. Capitolare 312 (xv), f. 80v-88v ; Roma, Bibl. Corsiniana 66 (xvii), f. 1-32v ; Vat., Ottob. lat. 718 (xv-xvi), f. 119v-133v ; Vat. lat. 976 (xv), f. CXVIII-CXXXIv ; 2580 (xv), f. 81v-87v ; 5606 (xvi-xvii), f. 213-239v.

11 Kristeller, Iter Italicum, ibid. ; et Scriptores ordinis praedicatorum recensiti, notisque historicis et criticis… Inchoavit R. P. F. Jacobus Quetif… absolvit R. P. F. Jacobus Echard…, t. I, Lutetiae Parisiorum, Apud J.B. Christophorum Ballard et Nicolaum Simart, 1719, p. 842.

12 Alphonsi Tostati, Defensorium trium conclusionum, in : Alphonsi Tostati Hispani, Abulensis episcopi, philosophi, theologi, ac pontificii juris Caesarique Consultissimi, nec non linguae Graecae & Hebraeicae peritissimi, Operum tom. XII in tres part. divisus…, Coloniae Agrippinae, Sumptibus Ioannis Gymnici & Antonij Hierati, 1613, p. 16. Abrégé désormais en D. (sauf erreur, l’édition originale a vu le jour à Venise, en 1531).

13 D., p. 37.

14 D., p. 38.

15 D., p. 41, cap. XXI.

16 D., p. 42, cap. XXIII : « Ita nunc, licet omnes articuli sint necessarii, tamen articulus de universali ecclesia, quod non possit errare est magis necessarius, quia ex illo videntur caeteri necessitatem habere. Hoc patet, quia nos credimus, quod Deus creavit mundum, & quod eduxit Israelitas de Aegypto, & dedit illis legem, quia hoc scriptum est in libris Moysi, & tamen nos nesciremus, quod isti erant libri Moysi, vel quod erant authentici, nisi ecclesia assereret. […] Nunc autem credimus firmissime vera esse omnia, quae continentur in illis libris, & conscripta esse à Moyse maximo prophetarum, quia omnes nobis Christiani hoc concorditer dicunt, ergo nos adhibemus fidem libris ipsius Moysi propter ecclesiam hoc asserentem, & consequenter maior fides adhibetur ecclesiae, quam libris Moysi. » Voir A. Gardeil, La notion de Lieu théologique, Kain (Le Saulchoir)-Paris, Bureaux de la Revue des sciences philosophiques et théologiques, Librairie Victor Lecoffre, 1908, p. 52 : « La canonicité d’un livre n’étant autre chose que l’habilitation du contenu de ce livre à devenir officiellement règle de foi et, par là, principe de la Théologie (ce qui implique le fait de son inspiration divine), ne peut résulter adéquatement que de la sentence d’une autorité divine comme est l’autorité de l’Église. »

17 D., p. 43, cap. XXIV.

18 D., p. 43, cap. XXIV.

19 Par exemple : D., p. 41, cap. XXII : In quo declaratur firmissime, quod ecclesia universalis non potest errare in necessariis ad salutem, scilicet, in fide nec in moribus, & ibi de conditione fidei, & quod tantum creditur determinationi ecclesiae universalis, si ut evangelio, & quod in sacra Scriptura determinatio ecclesiae vocatur evangelium. Il n’est pas anodin que Jean-François Chiron commence ainsi son livre sur L’infaillibilité et son objet (un terme qui n’est toutefois pas tout à fait équivalent à l’inerrance) : « Enseigner : s’il est une mission que l’Église se doit de remplir pour rester fidèle à ce que son Seigneur a voulu qu’elle soit et fasse, c’est bien celle-là. » J.-F. Chiron, L’infaillibilité et son objet. L’autorité du magistère infaillible de l’Église s’étend-elle aux vérités non révélées ?, Paris, Cerf, 1999, p. 7.

20 D., p. 43, cap. XXIII.

21 D., p. 42.

22 D., p. 43, cap. XXV : « Nam, quod non possit errare ecclesia universalis probatum est supra ex symbolo Apostolorum, quem computamus inter scripturas Sacras. Dicendum, quod libri sacri bene declarant firmitatem, & dignitatem, & impeccabilitatem ecclesiae universalis, tamen non probant illam tanquam à priori, id est, quod ex illis constet solum ecclesiam non posse errare, & non aliunde, quia potius ecclesia dat auctoritatem illis scripturis, per quas conamur probare, quod ipsa non possit errare. »

23 D., p. 43, cap. XXV.

24 D., p. 43, cap. XXVI.

25 D., p. 43-44, cap. XXVI : « Sed est sensus, quod ecclesia dat auctoritatem Evangelio, & omnibus libris sacrae Scripturae non quidem aliquid apponendo, quod non habebant, sed ostendendo, quod habebant. »

26 D., p. 44.

27 D., p. 44. Philippe Büttgen (Université Paris I) conduit actuellement une recherche sur l’usage de « Fides ex auditu ».

28 D., p. 44 : « Et quantum ad hoc, ita dat ecclesia auctoritatem evangelii, sicut quibuslibet aliis libris sacrae Scripturae, & sine hac auctoritate Ecclesiae nihil valent evangelia ad utilitatem nostram. »

29 D., p. 44.

30 D., p. 43.

31 D., p. 56, cap. LIII.

32 Antonin de Florence, Summae Sacrae Theologiae…. Tertia pars…, Venetiis, Apud Iuntas, 1582, titulus trigesimusprimus, cap. VIII De apostolis, f. 523 v°.

33 Voir Y. Congar, Église et papauté. Regards historiques, Paris, Cerf, 2002, chap. XI : « Pour une histoire sémantique du terme magisterium » ; et sa reprise par B. Sesboüé, « La notion de magistère dans l’histoire de l’Église et de la théologie », L’année canonique, t. 31, 1988, p. 55-94. Voir aussi C. Spicq, Lexique théologique du Nouveau Testament, Paris-Fribourg, Cerf-Éditions universitaires de Fribourg, 1991, p. 745-747.

34 Tostat commence à traiter ce sujet au chapitre XL (D., p. 49).

35 D., p. 50.

36 D., p. 54-55, cap. LI.

37 D., cap. XLIV, LIII, et LVII.

38 D., p. 55, cap. LI.

39 Ibid.

40 Ibid. : « Ita igitur sanctae & benedicta mater nostra alma Ecclesia sponsa Christi, quae maior est quam quilibet Apostolus, imo maior quam omnes simul & omnes sancti, quam Christus dilexit super omnia » ; « sciens quod sponsus suus promisserit sibi assistentiam, & quod non posset errare, nec portae inferi praevalerent adversus eam, confidens de veritate impermutabili verborum sponsi sui Christi, aget quaecunque ei visa fuerint, & nunquam errabit, quia non est ipsa, quae operatur, sed Spiritussanctus, qui sibi assistit & eam regit. Cum magis verisimile sit, quod Christus regat ecclesiam suam, propter quam omnia fecit ».

41 D., p. 56, cap. LIV.

42 D., p. 56, cap. LIV.

43 D., p. 55, cap. LI. : « Cum ergo alma mater ecclesia sit maior omnibus Apostolis, & sanctis, & toto mundo, & omnibus rebus praeterquam Christo homine, & Christus tantam curam habebat de quolibet Apostolorum, quod per Spiritumsanctum movebat linguas eorum, ita ut non possent errare, nec in uno verbo, à fortiori reget Ecclesiam suam, ut illa in nullo possit errare diffiniendo ».

44 D., p. 46, cap. XXXI ; et de même cap. XXXII.

45 D., p. 48, cap. XXXVI.

46 Ibid. Sur l’institution immaculée : cap. XXXVII.

47 D., p. 48, cap. XXXVII. Voir P. Fransen, « A Short History of the Meaning of the Formula ‘Fides et Mores’ », Louvain Studies, 7, 1978-1979, p. 270-301 ; repris dans Id., Hermeneutics of the Councils and Other Studies, Leuven, Leuven University Press (« Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium », lxix), p. 287-318.

48 D., p. 62, cap. LXVIII

49 D., p. 48, cap. XXXVI. Sur la soumission des apôtres : cap. XXII, p. 42 : « Etiam omnes Apostoli obediebant ecclesiae. Nam beatus Petrus, qui erat Papa, & princeps obediebat ecclesiae, ut patet Actuum 8 ubi illi, qui congregati erant, & faciebant ecclesiam in Hierosolymis, miserunt beatum Petrum, & beatum Ioannem in Samariam, & illa ad mandatum ecclesiae iuerunt. Si tamen ecclesia universalis posset errare, non essent subiecti Apostoli determinationibus eius, cum Apostoli erant tales, qui non poterant errare, cum essent confirmati per Spiritum sanctum, ergo non potera ecclesia universalis errare in fide ».

50 D., p. 48, cap. XXXVII.

51 Ibid. : « Et sic patet ex superscriptionibus, quibus utuntur generales synodi in hac forma, scilicet, sacrosancta synodus generalis in Spiritu sancto legitime congregata concilium generale faciens, ecclesiam universalem repraesentans. » Voir de même p. 62-63, cap. LXVIII : « Nam dicitur congregata in Spiritu sancto. Sic patet ex superscriptione literarum, qua utitur quaelibet synodus generalis, & incipit scilicet sacrosancta synodus generalis, in Spiritusancto legitime congregata generale concilium faciens, ecclesiam universalem repraesentans ».

52 D., p. 47, cap. XXXV.

53 D., p. 48-49, cap. XXXVIII.

54 D., p. 49, cap. XXXVIII.

55 D., p. 49, cap. XXXVIII. Voir aussi p. 43, cap. XXII.

56 D., p. 49, cap. XXXVIII. Tostat avait déjà cité Grégoire au chapitre XXII.

57 D., p. 49, cap. XXXVIII.

58 G. Alberigo et alii (éd.), Conciliorum Oecumenicorum generaliumque decreta, t. I, Turnhout, Brepols (« Corpus Christianorum »), 2006, p. 136 : « Sequentes igitur sanctos patres unum eundemque confiteri filium dominum nostrum Iesum Christum consonanter omnes docemus eundem perfectum in deitate, eundem perfectum in humanitate ». Cette évolution a été soulignée par Ed. Schlink, « Die Struktur der dogmatischen Aussage als oekumeniches Problem », Kerygma und Dogma, 3, 1957, p. 251-306, repris par W. Kasper, Dogme et Évangile, Paris, Cerf, 2010. Sur la reprise du « credimus ecclesiam universalem » par Tostat, voir D., p. 42, cap. XXII.

59 Kasper, Dogme et Évangile, p. 45.

60 P. de Vooght, Les Sources de la doctrine chrétienne d’après les théologiens du XIVe et du début du XVe s., Bruges, Desclée de Brouwer, 1954, p. 254 ; Kasper, Dogme et Évangile, p. 44.

61 D., p. 63, cap. LXVIII.

62 « Ministerialiter » rime alors avec « instrumentaliter ». D., p. 60, fin du cap. LXII.

63 D., p. 60, cap. LXII.

64 D., p. 62, cap. LXV.

65 D., p. 61, cap. LXIII et LXIV.

66 D., p. 46, cap. XXXIII.

67 D., p. 47, cap. XXXV.

68 D., p. 45, cap. XXX. Cf. p. 47-48, cap. XXXV : « Nam si Papa, qui est principale membrum totius ecclesiae et est caput ministeriale ecclesiae potest in fide errare, ut probarum est supra, poterit errare quilibet alius homo, & tamen ecclesia non potest errare. Etiam quilibet iudex particularis potest errare in moribus, & effici iniustus, ecclesia autem non potest errare in moribus, ita ut efficiatur iniusta : cum semper sit sancta. »

69 D., p. 65, respectivement cap. LXXV et LXXIV.

70 D., p. 65, cap. LXXIV.

71 D., p. 63, cap. LXIX. Tostat insiste plus loin, dans le chapitre LXXVI intitulé : « Quod Christus dimisit in ecclesia unum supremum tribunal, quod non potest errare, scilicet, concilium, ad quod in omnibus dubijs, tam in fide, quam actionum recurrendum est […] ».

72 D., p. 63, cap. LXIX.

73 D., p. 64, cap. LXXII. Déjà p. 63, cap. LXX : « Cap. LXX. Quomodo ex illa auctoritate Christi, scilicet si peccaverit in te frater tuus, eliciuntur quatuor dicta de auctoritate concilii supra Papam, & quod non potest ibi accipi ecclesiae pro iudice particulari nec pro ecclesia universali, quae est universitas Christianorum dispersorum sed necessario accipitur pro concilio generali. Ex hac auctoritate quatuor probantur. Primum quod Christus loquitur hic de generali concilio. Secundum, quod posuit Christus ultimum tribunal Ecclesiae in sacro generali concilio, ita quod post eum non sit ad aliquem recurrendum. Tertium, quod etiam concilium sit supra Papam, & quod super statu Papae possit adiri generale concilium. Quartum, quod non solum sit hoc in pertinentibus ad fidem de quibus nemo dubitat concilium generale excedere Papam, sed etiam in pertinentibus ad actiones morales, de quibus aliqui interdum dubitant. »

74 D., p. 63, cap. LXX ; et p. 64, cap. LXXIII : « Ex quo apparet, quod post mortem Christi Petrus in correctione fraterna remittitur ultimate ad ecclesiam, & tamen Petrus erat tunc Papa : ergo Petrus, quando erat Papa, remittitur ad ecclesiam. »

75 D., p. 63, cap. LXX ; et p. 64, cap. LXXI : « Ecclesia ergo ista universalis, id est, concilium generale est ultimum tribunal, ad quod in ecclesia recurri debet, aut potest ».

76 D., p. 64, cap. LXXI.

77 Les chapitres LXXIV-LXXV qui traitent de ce sujet sont au cœur du développement sur la correction fraternelle.

78 D., p. 72, cap. LXXXIII.

79 D., p. 72, cap. LXXXIII.

80 D., p. 69, cap. LXXXI : « dicemus quod omnes partes istorum operum approbatorum per ecclesiam erant simpliciter aequales & eiusdem auctoritatis cum de nullius partis earum veritate dubitari possit. Hoc tamen falsum est, quia libri approbati non sunt eiusdem auctoritatis in singulis suis partibus ». Le titre du chapitre LXXXII indique : « Quid quando ecclesia approbat opera alicuius doctoris, non approbat omnia contenta in illis, nec asserit omnia illa esse vera imo nec unam propositionem ». De même p. 72, cap. LXXXIII : « Ex hoc autem tollitur error multorum vulgariter sentientium, qui putant, quod cum ecclesia approbat aliqua scripta, facit ea tantae fidei & necessitatis, quod non liceat eis contradicti, nec dubitari de veritate illorum. »

81 D., p. 70, cap. LXXXII.

82 D., p. 72, cap. LXXXII : « Septimo sit hoc, quia si talis approbatio fieret omnia scripta, quae approbarentur redderentur aequalis auctoritatis, quia non potest esse maior auctoritas scripturae, quam quod de veritate eius dubitari non liceat ».

83 D., p. 70, cap. LXXXI.

84 D., p. 71, cap. LXXXII.

85 D., p. 69, cap. LXXXI.

86 D., p. 71, cap. LXXXII.

87 D., p. 71, cap. LXXXII, « Et qui non vacat lectioni, & sapientiae non est dignus honore sacerdotali ».

88 D., p. 71, cap. LXXXII.

89 Édition publiée à Venise, 1507-1508.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gabriel, « Canon textuel et autorité magistérielle : une controverse entre Alfonso de Madrigal et Juan de Torquemada (Sienne, 1443) », Revue des sciences religieuses, 86/2 | 2012, 127-142.

Référence électronique

Frédéric Gabriel, « Canon textuel et autorité magistérielle : une controverse entre Alfonso de Madrigal et Juan de Torquemada (Sienne, 1443) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/2 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1440 ; DOI : 10.4000/rsr.1440

Haut de page

Auteur

Frédéric Gabriel

CNRS, ENS Lyon

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page