Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Pascal Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700)

Paris, Cerf, coll. » Histoire », 2011
René Heyer
p. 530-532
Référence(s) :

Jean-Pascal Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700), Paris, Cerf, coll. » Histoire », 2011, 984 p.

Texte intégral

1Pour cette discipline relativement récente qu’est la théologie morale (son émergence précède tout juste les temps modernes), les théologiens qui se sont appliqués à en retracer l’histoire sont peu nombreux, une dizaine tout au plus, parmi lesquels on notera L. Vereecke, J. Theiner, E. Hamel, J. Mahoney, J. A. Gallagher. On leur ajoutera les moralistes qui ont été amenés à faire une incursion sur ce terrain pour justifier des évolutions ou des reprises : B. Häring, S. T. Pinckaers, notre ancien collègue J.-M. Aubert… Certains moments de cette histoire sont cependant particulièrement célèbres, bien au-delà de la discipline et de l’Église catholique elle-même. C’est le cas de la querelle entre laxisme et rigorisme au xviie siècle, popularisée par les Provinciales de Pascal. Avec une telle lunette, la difficulté réside dans le fait qu’on croit tout savoir à travers elle, sans trop nous inquiéter des déformations de la vision dont elle est capable. Or cet épisode célèbre du Grand Siècle, voici qu’il prend un intérêt nouveau à notre époque, marquée par le retour d’une casuistique proliférante. C’est un historien qui relève – et avec quel talent ! – le défi de « dé-provincialiser » le conflit ancien autour des morales : Jean-Pascal Gay, notre collègue historien de l’Université de Strasbourg. Le texte que publient aujourd’hui les Éditions du Cerf dans leur collection « Histoire » est issu de la thèse qu’il a soutenue en décembre 2005 et dans le jury de laquelle figurait notre regretté collègue canoniste J. Werckmeister.

2L’historien met en scène un conflit interne au catholicisme, et au catholicisme français plus particulièrement : c’est en effet l’assemblée générale du clergé de France réunie pendant l’été 1700 qui finit par censurer 121 propositions de « morale relâchée » tirées des casuistes ; elle confirme, en exerçant ce pouvoir de décision doctrinale, la position gallicane adoptée par la même assemblée en 1682. Or il faut, dans le même temps, se garder des attaques des protestants et ne pas paraître céder aux objurgations des jansénistes… Dans la 1ère partie, narrative, l’auteur commence par ce terminus ad quem du conflit pour remonter ensuite à son déclenchement. À partir de 1640 en effet, les attaques contre les jésuites, qui ne sont certes pas nouvelles, arrivent sur le terrain de la théologie morale et mettent en cause, à propos de la casuistique, le probabilisme. Le dossier de la querelle est ouvert posément, de manière à montrer comment les thèmes se présentent (homicide, régicide, mariage…) et comment ils finissent par lier à la mise en accusation leur traitement générique – l’examen de cas, pourtant lui-même enraciné dans la scolastique. Ce premier temps comporte déjà l’essentiel de la critique, selon J.-P. Gay, mais – c’est sa thèse – elle n’aurait pas été suivie d’effet. À preuve, les attaques cessent après 1645, et elles ne reprennent qu’en 1656.

3L’importance des Provinciales, alimentées par les dossiers d’Arnauld, serait en somme d’avoir réussi ce que la première campagne, lancée par Saint-Cyran, avait manqué. On ne cherchera donc pas de contenu vraiment original dans la longue série de lettres que Blaise Pascal consacre à décrypter la théologie morale prétendue des jésuites : le terrain est celui de la polémique sur lequel se déplacent les discours aussi bien critique qu’apologétique, en sorte qu’« il s’agit de tout sauf d’un dialogue » (p. 167). Ce déplacement est rendu possible par un changement de public : le langage commun aux spécialistes (dans une langue fermée : le latin) est exposé aux yeux de lecteurs qui ne le sont pas, en sorte que l’expertise des clercs en matière morale se trouve soumise au sentiment des non-clercs et que la juridiction religieuse est elle-même ébréchée par la possible intrusion du pouvoir politique. Dans les dix ans qui suivent le choc des Provinciales, la polémique revient sur la méthode théologique, les attaques contre le probabilisme ne réussissant cependant pas à jeter un discrédit total sur les auteurs de la seconde scolastique. Les tensions sont telles qu’une « paix de l’Église » doit être autoritairement imposée. La fin du siècle semble cependant consacrer la victoire du rigorisme : ce dont témoignent les décisions de l’assemblée du clergé en 1700, sur lesquelles commençait précisément l’ouvrage.

4Entre la thèse de 2005 et l’ouvrage publié, il y a peu de changements. Il en est un tout de même qui est significatif : le titre, car celui du livre tire la leçon de l’entreprise historique. La thèse portait : « Morale sévère/Morale relâchée ». C’était reprendre les termes que les antagonistes se lançaient de part et d’autre ; mais c’était donner à entendre qu’il n’y a malgré tout qu’une morale, allant en continu d’un excès à l’autre. Dire Morales en conflit est sortir de l’ambiguïté en évoquant des positions inconciliables. Le sous-titre confirme le trait – là où la thèse parlait simplement de « la crise de la casuistique classique » – en mettant sur le même pied « théologie » et « polémique », deux « réalités culturelles » qui appellent des fonctionnements différents. De fait, le lecteur est un peu dérouté de se voir affronté à un conflit dont le contenu paraît moins important que les positions. Or c’est bien ce que veut montrer l’A. Comme il l’explique dans la 2e partie, la polémique est autant structurante qu’elle est structurée, les milieux jansénistes attaqués répondant par une mise en accusation des casuistes pour relâchement moral et laxisme. Les camps opposés – « curés de Paris » et université d’un côté, la Compagnie de Jésus de l’autre – se confortent mutuellement par des signes identitaires d’attraction et de répulsion. Cette manière de voir détache les réactions sociologiques et politiques de ce qui serait proprement la controverse doctrinale.

5La 3e partie, précisément, essaie de faire le point sur la théologie morale en France dans les deux derniers tiers du xviie siècle. L’A. cherche à comprendre pourquoi, sur le terrain, la persistance de la tradition indulgente et de la formation casuistique semble démentir le triomphe de la morale sévère. Le tournant rigoriste n’est pas aussi net qu’il a pu sembler, le dépouillement d’une importante documentation et d’archives inédites le montre. Mais la polémique – et le fait qu’elle ait associé le public laïc à la dénonciation morale – réussit à obtenir ce que la doctrine rigoriste peine à élaborer en termes de théologie morale : elle déporte le socle encore largement commun de la formation théologique vers de nouvelles postures. Cette évolution ne va pas sans paradoxe, puisque le rigorisme affiché comme lien incontestable entre spiritualité et morale conduit en fait à désinvestir des champs pratiques (économiques, politiques, familiaux) jusque là soumis à expertise et ainsi à favoriser une certaine sécularisation des savoirs théologiques.

6Venant après les travaux de J.-L. Quantin sur le rigorisme, de P. Hurtubise sur la casuistique ou d’O. Jouslin sur Les Provinciales, le livre de J.-P. Gay est une mine pour qui s’intéresse à la théologie morale du xviie siècle. Le nombre d’ouvrages consultés, de documents dépouillés (et traduits le plus souvent du latin), la diversité des archives ouvertes en font d’emblée un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Jean-Pascal Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700) », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 530-532.

Référence électronique

René Heyer, « Jean-Pascal Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1433

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page