Navigation – Plan du site
Recensions

Clément d’Alexandrie, Quel riche sera sauvé ? et Riches et pauvres dans l’Église ancienne

coll. « Sources chrétiennes » n° 537, Cerf, Paris 2011 et coll. « Lettres chrétiennes », Éditions J.-P. Migne, Paris
Françoise Vinel
p. 526-527
Référence(s) :

Clément d’Alexandrie, Quel riche sera sauvé ? Texte grec édité par O. Stählin et L. Früchtel (GCS 17), introduction, traduction, notes et index de C. Nardi et P. Descourtieux, coll. » Sources chrétiennes » n° 537, Cerf, Paris 2011, 250 p.

Clément d’Alexandrie, Riches et pauvres dans l’Église ancienne, nouvelle édition revue et augmentée, coll. » Lettres chrétiennes », Éditions J.-P. Migne, Paris, 404 p.

Texte intégral

1Il est heureux que l’homélie de Clément d’Alexandrie, Quel riche sera sauvé ?, si connue et diffusée dans l’Antiquité, soit désormais disponible dans la collection Sources chrétiennes. Le manuscrit Scorialensis Ω III 19, du xie-xiie siècle sert de base à l’édition du GCS, et le texte publié par P. Descourtieux s’en écarte bien peu, comme l’atteste l’apparat critique (sur l’établissement du texte, p. 66-67). Les traductions déjà existantes de l’homélie sont nombreuses (p. 67-71) et le volume Riches et pauvres dans l’Église ancienne, présenté ensuite, en donne également une, due à F. Quéré et revue par M.‑H. Congourdeau.

2L’introduction de P. Descourtieux rend le lecteur attentif au fait que l’homélie, même si elle est évidemment centrée sur des préoccupations morales, ne peut être isolée de la théologie de Clément, développée dans les Stromates, peut-être antérieurs à l’homélie (p.15). Les interrogations et avertissements de Clément sur la nécessité d’un juste rapport aux richesses s’élargissent à une invitation à mieux connaître Dieu et sa philanthropie. Et dans des pages qu’on ne peut se contenter de définir comme bel exercice de rhétorique, Clément veut rendre ses auditeurs sensibles à une image maternelle de Dieu : « Ce qui est inexprimable en lui est père ; ce qui a de la compassion pour nous est devenu mère. En aimant, le Père est devenu féminin, et le grand signe en est celui qu’il a engendré à partir de lui-même : le fruit enfanté par amour est amour » (§ 37, p. 195) – image biblique et développement théologique sur le féminin de Dieu, de quoi nous inviter à revoir quelques idées trop répandues sur les écrivains des débuts du christianisme ! Quant à l’œuvre de Clément, les nombreuses références aux Stromates signalées dans les notes accompagnant la traduction de l’homélie suggèrent une redécouverte de l’unité de sa pensée à partir de l’homélie.

3Riches et pauvres dans l’Église ancienne. Publié une première fois en 1963 par le Père A. Hammann, puis réédité avec succès en 1982, ce recueil est aujourd’hui augmenté d’une préface de Mgr Herrouard, d’une introduction historique de Jean-Marie Salamito, professeur d’Histoire du christianisme à l’Université de Paris-Sorbonne, et, bien sûr, d’une bibliographie mise à jour. Le choix de textes reste le même mais les traductions sont toutes révisées ou faites à nouveaux frais – c’est le cas de l’homélie 6 de Basile, traduite par M. Poirier, et des trois homélies de Grégoire de Nysse, traduites par M. Cassin sur la base du volume IX des Gregorii Nysseni Opera (dans les deux premières éditions, c’est le texte de la PG qui servait de référence). Clément d’Alexandrie, les trois Pères Cappadociens, Jean Chrysostome, Ambroise et Augustin nous donnent à lire combien préoccupations sociales, morales et théologiques sont liées. J.-M. Salamito montre l’intérêt, voire la nécessité d’une lecture historique de ces textes, qu’il s’agisse de prendre en compte l’origine sociale des Pères eux-mêmes ou la diversité de sens, selon les situations, des termes « riches » et « pauvres ». La question de l’accaparement des terres et de l’usure est au cœur de la réflexion des Pères et de leur appel à la justice. Quant à la description des différents visages du malheur et aux réflexions qu’elles suscite, elle renvoie à des affirmations inscrites au fondement de la foi chrétienne : tout homme est « à l’image de Dieu », le Christ lui-même s’est fait pauvre et, selon le verset bien connu de Mt 25, 40, il est lui-même présent dans les pauvres.

4Inutile de dire toute l’actualité de ce recueil de textes patristiques ainsi mis à la portée d’un large public – tout en prenant garde, l’introduction nous y invite, de ne pas céder à une actualisation trompeuse qui nous ferait chercher chez les Pères des solutions toutes faites pour aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Clément d’Alexandrie, Quel riche sera sauvé ? et Riches et pauvres dans l’Église ancienne », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 526-527.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Clément d’Alexandrie, Quel riche sera sauvé ? et Riches et pauvres dans l’Église ancienne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1421

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page