Navigation – Plan du site

Un professeur de la faculté de théologie à l’index en 1930

Étienne Fouilloux
p. 503-523

Résumés

Son travail sur Le Messianisme dans la Bible vaut à L. Dennefeld une mise à l’index, mais il peut continuer à enseigner. Les données de l’enquête ordonnée par le Saint-Office montrent que le reproche majeur fait à l’exégète strasbourgeois est sa manière de lire les prophéties de l’Ancien Testament trop indépendamment du Nouveau. Plus largement est condamnée une « méthode exclusivement scientifique », qui n’est que la parure d’un modernisme résurgent. L’entreprise du Dictionnaire de théologie catholique est à son tour soupçonnée et l’évêque de Strasbourg, Mgr Ruch, mis en cause. Pour Rome, l’épisode moderniste n’est pas clos.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Décret repris dans les Acta Apostolicae Sedis du 15 janvier 1931, p. 14.
  • 2 Fascicules LXXXV-LXXXVI, colonnes 1404-1568 ; imprimatur de l’évêque de Strasbourg, Mgr Charles Ruc (...)
  • 3 Paris, Letouzey et Ané, 1929, VI-302 p., (imprimatur du 30 janvier) ; citation de l’Avant-propos, p (...)
  • 4 Alors que le décret est en latin, comme il se doit, cette note additionnelle est en italien.

1L’Osservatore Romano du 18 décembre 1930 publie le décret de mise à l’Index du travail de l’abbé Louis Dennefeld, professeur d’Écriture sainte à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, sur Le Messianisme dans la Bible 1. D’abord publié comme article dans le Dictionnaire de théologie catholique 2, ce travail a été aussitôt repris en livre, moyennant quelques « remaniements secondaires 3 ». Première curiosité : le décret, daté du 16 décembre 1930, remonte à une décision du 16 juillet précédent, approuvée par le pape Pie XI le 17. Pourquoi ce délai de six mois passablement inhabituel dans une telle procédure ? Autre curiosité : vu « les bonnes dispositions et les propositions manifestées par l’auteur […] de corriger et réformer son écrit et son enseignement », on n’a pas « cru nécessaire de prendre à son encontre d’autre mesure 4 ». En clair, si Le Messianisme est bien condamné, Louis Dennefeld peut continuer à enseigner. Mais qui est ce bibliste strasbourgeois, pourquoi est-il sanctionné et qu’est-ce qui lui vaut cette relative indulgence ?

I. Un exégète alsacien de formation allemande

  • 5 Der alttestamentliche Kanon der antiochenischen Schule, Biblische Studien, XIV, III, Fribourg-en-Br (...)
  • 6 Babylonisch-assyrische Geburts-Omina. Zugleich ein Beitrag zur Geschichte der Medizin, Assyriologis (...)
  • 7 Amann regrette que son souci de « tout faire gründlich », ait empêché la publication d’un article « (...)
  • 8 É. Fouilloux, « La Faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », Revue des Sciences Reli (...)
  • 9 Respectivement, Paris, Letouzey et Ané, 178 p. et 86 p. ; et 176 p.

2Né le 11 janvier 1883 à Zellwiller, entre Molsheim et Sélestat, il appartient à une famille paysanne d’Alsace dans laquelle s’épanouit sa vocation. Lorsqu’il est ordonné prêtre pour le diocèse de Strasbourg le 25 juillet 1906, l’abbé Dennefeld est depuis près de trois ans étudiant à la Faculté de théologie catholique récemment créée, dont il devient l’un des premiers docteurs en mai 1908 avec une thèse sur le canon biblique chez les Pères de l’Église d’Antioche 5. Entre octobre 1908 et juillet 1914, il poursuit ses études à Berlin auprès de Franz Delitsch et à l’Institut biblique pontifical avec le jésuite Anton Deimel, tout en exerçant divers ministères dans son diocèse. Il soutient alors une thèse sur la divination chez les Babyloniens et les Assyriens qui assoit sa réputation d’orientaliste 6. Vicaire à Strasbourg, puis professeur de religion au lycée de la ville et directeur au grand séminaire, il échappe à la guerre. Lors du retour de l’Alsace à la France, et bien que de formation entièrement allemande 7, il est de ceux qui appuient la reconstitution de la Faculté de théologie sous égide française. Aussi est-il nommé maître de conférences sur la chaire de sciences bibliques en 1919, avant d’en devenir le professeur titulaire 8. Sa production érudite ou de vulgarisation en fait l’un des meilleurs spécialistes de l’Ancien Testament en France. On en veut pour preuves Le judaïsme biblique en 1925, qui est déjà la reprise d’un article du Dictionnaire de théologie catholique, Les problèmes du livre de Joël l’année suivante et une Histoire des livres de l’Ancien Testament dans la Bibliothèque catholique des sciences religieuses de Bloud et Gay en 1929 9. Il a été nommé chanoine honoraire de la cathédrale de Strasbourg en novembre 1928.

  • 10 Sept chapitres du livre, p. 15-236.
  • 11 Citation, p. 289.
  • 12 Citations, p. 297.

3Fondé sur une remarquable connaissance du texte biblique et de ses commentaires savants, de langue allemande principalement, Le Messianisme comporte deux parties fort inégales. La première, de loin la plus longue, intitulée « Étude analytique des textes », passe en revue les épisodes à tonalité messianique de l’Ancien Testament selon une démarche chronologique, depuis les premières formes de cette espérance jusqu’à la littérature juive apocryphe ou rabbinique, en passant par le temps de Moïse, celui de David, les prophéties antérieures à l’exil, contemporaines de celui-ci ou postérieures 10. La seconde partie reprend en une soixantaine de pages la matière de façon synthétique : après la caractérisation des « traits principaux du messianisme » juif et le déroulé de son histoire, Louis Dennefeld élargit le champ à l’ensemble des religions antiques, voire à l’hindouisme et aux « mythes germaniques » pour mieux en manifester la singularité : « historiquement l’espérance messianique reste un phénomène unique dont aucune comparaison ne parvient à réduire l’originalité », conclut-il 11. Il ne lui reste dès lors plus qu’à évaluer la réalisation de cette espérance dans le Nouveau Testament. Pour Dennefeld, la religion chrétienne est bien « l’épanouissement complet des éléments spirituels qui sont l’essentiel de l’espérance messianique ». L’adjectif « spirituel » est important, car les espoirs temporels des juifs sont loin d’avoir été réalisés. « Malgré le désaccord apparent, il y a donc, au fond, pour qui de la lettre s’élève jusqu’à l’esprit, l’accord le plus parfait entre l’attente des Israélites et le salut des chrétiens ». « La vraie portée du messianisme n’est saisissable qu’à la lumière de la révélation du Christ 12 ». Inacceptable pour un juif, cette conclusion n’aurait pas dû susciter la critique d’un point de vue chrétien. Et pourtant…

II. Censures romaines

  • 13 Chez l’éditeur lyonnais Emmanuel Vitte.
  • 14 Pièce numéro 1 du dossier Dennefeld dans les Archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi (...)
  • 15 Note d’audience, pièce 2.
  • 16 É. Fouilloux, « Un regain d’antimodernisme ? », Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920 ( (...)

4Le Messianisme est déféré au Saint-Office par une simple lettre manuscrite que le mariste français Jules-Édouard Renié, professeur d’Écriture sainte au séminaire des missions d’Océanie à Sainte-Foy-lès-Lyon et auteur d’un Manuel d’Écriture sainte en cours de publication 13, adresse le 15 novembre 1929 au secrétaire de la Suprême Congrégation, le cardinal Merry del Val. « Je ne l’ai pas lu intégralement, écrit-il de l’article du Dictionnaire de théologie catholique, mais certaines allégations m’ont paru peu conformes à l’enseignement reçu, pour ne point dire davantage ». Les citations qui suivent concernent principalement le traitement de l’époque mosaïque et du livre d’Isaïe 14. Le sujet demeure suffisamment sensible en 1929 pour que cette unique lettre entraîne une enquête romaine. Le 20 février 1930 en audience 15, Pie XI décide de faire procéder à l’examen de l’étude dénoncée par deux consulteurs, dont un jésuite de l’Institut biblique pontifical, qu’un motu proprio de 1924, consécutif à l’affaire Brassac, a vivement recommandé aux futurs professeurs d’Écriture sainte 16. L’enquête est menée avec diligence, en dépit du décès de Merry del Val le 26 février 1930.

  • 17 Lettre d’envoi, pièce 3 ; version originale dactylographiée de 13 pages avec signature manuscrite e (...)
  • 18 « Avant-propos », p. VI.
  • 19 L’expression est soulignée, p. 6 du texte imprimé.

5Ainsi est sollicité le père Augustin Bea, professeur au Biblicum depuis 1924, bien qu’il n’appartienne pas encore à la Suprême Congrégation. Il envoie son votum sur Le Messianisme le 8 mars 1930 17. S’il reconnaît que l’étude comporte de bonnes choses, contre les « théories des rationalistes », le jésuite allemand relève aussi bien des insuffisances regroupées sous trois rubriques. Tout d’abord « un faux principe herméneutique » qui consiste à étudier les prophéties de l’Ancien Testament pour elles-mêmes et non à la lumière du Nouveau Testament, puis de la tradition ecclésiale. « Conformément aux règles d’une saine herméneutique, écrit en effet Dennefeld, nous devions demander avant tout au sens littéral la pensée des prophètes ; c’est pourquoi nous avons pris soin de montrer les idées messianiques telles qu’elles apparaissent à qui les considère englobées dans leur contexte, enracinées dans leur milieu 18 ». Une telle méthode aboutit, selon Bea, à multiplier les désaccords entre les prophéties, et surtout les désaccords avec l’interprétation qui en est donnée dans le Nouveau Testament. Dennefeld s’éloignerait ainsi de leur « vrai sens ». D’ailleurs, un exégète catholique ne devrait pas utiliser le « langage impertinent (pour ne pas dire insolent) des auteurs rationalistes » pour parler de « livres inspirés 19 ». D’autant, second grief, que nombre d’assertions de Dennefeld sont incompatibles avec l’inerrance de l’Écriture sainte : doute sur les visions de Moïse ou sur celles d’Aggée et de Zacharie. Enfin, le père Bea conteste les positions ambiguës du professeur alsacien sur l’authenticité de plusieurs livres bibliques. Certes, Dennefeld ne nie pas formellement qu’Isaïe soit l’auteur de la seconde partie du livre qui lui est attribué, mais il ne cite jamais son nom, préférant utiliser le terme générique de « prophète » ; et il traite cette partie après Ézéchiel, en situation post-exilique, dans son parcours chronologique. L’Église ne s’est pas prononcée sur le livre de Daniel, mais il paraît curieux au jésuite que Dennefeld emboîte le pas aux « rationalistes » dans sa datation tardive. Sur le psaume 21 en revanche, l’exégète alsacien contrevient explicitement à une décision de la Commission biblique de 1910 en négligeant de l’attribuer à David et en repoussant sa rédaction à une date bien postérieure. Dans tous les cas de figure, il dépend trop des critiques indépendants, alors qu’il ne cite ni les Pères de l’Église ni les grands commentateurs catholiques. Herméneutique, inerrance, authenticité : la barque des erreurs attribuées par Bea au Messianisme est chargée. Le cas est d’autant plus sérieux, selon le jésuite, que l’auteur fait figure d’autorité sur l’Orient ancien et que le Dictionnaire de théologie catholique est devenu un outil de référence : l’étude incriminée ne manquera pas d’attirer l’attention. Bea préconise donc sa « prohibition formelle », assortie d’un ordre de remplacement de l’article jugé fautif dans le Dictionnaire.

  • 20 Version originale dactylographiée et version imprimée, 24 p. (pièce 5).
  • 21 Le jésuite Albert Condamin, qui ne peut publier son commentaire d’Isaïe ; le dominicain Marie-Josep (...)
  • 22 Mgr Eudoxe-Irénée Mignot, archevêque d’Aix-en-Provence mort en 1919, qui défendit Alfred Loisy ; l’ (...)

6Le second votum, daté du 27 juin 1930, est dû à Mgr Ernesto Ruffini, professeur d’Écriture sainte aux athénées pontificaux du Latran et de la Propagande, mais surtout substitut chargé de la censure des livres au Saint-Office 20. Sa longue critique suit d’abord pas à pas le texte de Dennefeld en y épinglant chemin faisant les principales erreurs, ou supposées telles, avant de s’étendre sur la principale d’entre elles aux yeux du professeur romain : le désaccord affiché entre les prophéties de l’Ancien Testament et leur réalisation dans le Nouveau. Pour cette manière inédite de présenter l’argument prophétique, Dennefeld s’appuie sur des exégètes suspects comme Condamin, Lagrange ou Touzard 21, et sur des théologiens non moins suspects comme Mignot, Rivière ou Tanquerey 22. Tels sont en effet les auteurs que le professeur de Strasbourg invoque à l’appui de la « nouvelle forme de l’argument prophétique » qu’il propose. « Pour démontrer le caractère surnaturel du christianisme », celui-ci « ne doit pas et ne peut pas consister en premier lieu en une confrontation d’une foule aussi grande que possible d’indications détaillées, ramassées dans la littérature prophétique, et d’un nombre non moins considérable de traits particuliers de la vie et de l’œuvre du Christ. Il faut, au contraire, le faire valoir en fixant d’abord l’attention sur l’ensemble, et en dégageant dans les oracles les grandes lignes. Alors seulement on voit le messianisme juif converger d’une façon admirable avec le christianisme et l’Ancien Testament se réaliser pleinement dans le Nouveau », méthode vivement contestée par Ruffini. La conclusion de celui-ci est plus sévère que celle de Bea. Dennefeld fait fi des principes catholiques en exégèse ; il nie la valeur messianique de célèbres prophéties ; il relève dans l’Ancien Testament des éléments secondaires caducs ; il souligne les discordances entre les prophéties et leur réalisation et va même jusqu’à laisser entendre que les apôtres ont pu mal comprendre certaines d’entre elles ; il doute de la paternité d’Isaïe et de Daniel sur tout ou partie des écrits réunis sous leur nom. Une seule de ces erreurs suffirait à le faire condamner. Certes, l’auteur est un bon prêtre et tout n’est pas mauvais dans son travail, mais il n’en propose pas moins « une véritable révolution dans l’exégèse de l’Ancien et du Nouveau Testament ». Il faut donc mettre à l’Index l’œuvre fautive et la remplacer dans le Dictionnaire. Dennefeld doit en outre être écarté de l’enseignement et recevoir l’interdiction d’écrire sur le sujet.

  • 23 Revue des Sciences Religieuses, octobre 1929, p. 577-578.
  • 24 Selon le père Léon Merklen, rédacteur en chef du quotidien, Journal 1927-1932, Archives romaines de (...)
  • 25 « Nos prophéties messianiques », La Croix, 1er août 1929, p. 4.
  • 26 Octobre 1929, p. 374-375.
  • 27 Le 27 janvier 1929.

7Les deux censeurs romains sont donc d’accord pour condamner l’exégète alsacien. La constatation ne manque pas de sel quand on sait combien ils s’opposeront au concile Vatican II. Beaucoup d’eau aura alors coulé sous les ponts du Tibre… Si le cardinal Ruffini demeure le parangon d’intransigeance qu’il était dès ses premières armes romaines, le cardinal Bea est devenu l’artisan de l’ouverture voulue par Jean XXIII, qu’on aurait peine à deviner dans le très classique professeur des années 1920. Les divergences ne manquent pourtant pas entre leurs deux vota. Le jésuite s’en tient au cas Dennefeld, sans extrapoler. Ruffini élargit sa critique aux recensions louangeuses du Messianisme. « Historiens et apologistes trouveront dans ces pages des renseignements aussi abondants que sûrs », a écrit dans la revue de Strasbourg l’abbé Jean Rivière, qui insiste sur « le service capital que cette publication rend à notre littérature catholique 23 ». Jugement confirmé dans son compte rendu pour La Croix, rédigé à la demande de Mgr Ruch inquiet des rumeurs venues de Rome 24 : avec « un sens très averti des méthodes exégétiques » et la solidité d’un « livre de science », le Messianisme de Dennefeld constitue également une « précieuse contribution à l’apologétique du christianisme 25 ». Comme Rivière, dom Hilaire Duesberg souligne, dans la Revue bénédictine, la modération des choix exégétiques du professeur strasbourgeois : « M. Dennefeld est à droite, et beaucoup plus que ne pourraient le croire à première vue des lecteurs peu informés de ce qui se publie sur le sujet. Telle solution moyenne qui peut sembler insuffisante a été dictée par le souci de maintenir une position traditionnelle en tenant compte des difficultés opposées par une critique aux légitimes exigences 26 ». Ruffini balaie ces arguments et constate avec amertume que peu nombreux sont les esprits qui ont à cœur la « rectitude doctrinale » et que ceux qui contestent les erreurs ambiantes ont peur de s’exprimer ou ne trouvent pas d’organe pour le faire : aucun évêque n’a dénoncé le travail de Dennefeld, aucun théologien, aucun exégète n’en a combattu les idées. Sa diffusion implique au contraire quatre professeurs d’une Faculté de théologie catholique : outre l’auteur, l’abbé Auguste Gaudel qui lui a donné le nihil obstat 27, l’abbé Émile Amann, directeur du Dictionnaire de théologie catholique depuis la mort d’Eugène Mangenot en 1922, qui l’a publié, et l’abbé Jean Rivière qui en a fait deux recensions favorables.

III. Un regain du modernisme à Strasbourg ?

  • 28 Pie XI a contraint Paredes à la démission en mars 1929 et le chapitre général de septembre 1929 a p (...)
  • 29 « Voici […] plus de vingt-cinq ans qu’a éclaté la crise moderniste. Cela fait plus d’une génération (...)
  • 30 Quatre pages manuscrites et trois pages dactylographiées (pièce 6).
  • 31 Respectivement fascicules LXXXVII-LXXXVIII, 1929, colonnes 2009-2047 ; XC/2 et XCI-XCII, 1930, colo (...)
  • 32 Note annexée au procès-verbal de la consulte (pièce 8).

8La réunion des consulteurs, saisie des deux vota, se tient le 7 juillet 1930. Le père Martin-Stanislas Gillet, récemment élu maître général des dominicains en remplacement du père Paredes victime des suites de l’affaire de l’Action française 28, y soumet un votum qui prend prétexte du cas Dennefeld pour dénoncer les ravages d’une « méthode exclusivement scientifique » dont on trouverait d’autres cas « aussi répréhensibles » dans le Dictionnaire de théologie catholique. « Le modernisme renaît, estime-t-il, ou plutôt il continue d’exercer son action malfaisante » : « modernisme larvé » certes, et non plus modernisme « arrogant », « empoisonnement de l’esprit » sous couvert de « la méthode scientifique, comme expression normale authentique de la vérité ». Sans réaction de l’autorité, le risque existe que « le clergé sans s’en douter se réveille moderniste, et moderniste sans le savoir ». Suit une violente charge contre Le problème de Dieu d’Édouard Le Roy, successeur de Bergson au Collège de France. Gillet se plaint que certains disent ou écrivent « que le temps du modernisme est passé et qu’à Rome on est plus accueillant aux idées et aux méthodes modernes », position qui est en effet celle de l’abbé Bruno de Solages dans sa recension de la première histoire du modernisme, due… à Jean Rivière 29. Gillet juge insuffisantes les condamnations au coup par coup et souhaite qu’un document solennel de l’Église vienne rappeler l’enseignement traditionnel en divers domaines 30. Une note issue de la consulte prouve que l’appel du supérieur des frères prêcheurs n’est pas tombé dans le vide. Des voix s’y sont élevées pour qu’un avertissement soit envoyé à l’évêque et à la curie diocésaine qui n’ont pas vu d’objection à la publication de Dennefeld. Certaines ont suggéré l’examen d’autres articles du Dictionnaire, comme l’entrée « Modernisme » de Rivière, ou l’entrée « Nestorius » d’ Amann 31. D’autres encore ont relayé l’inquiétude de Gillet à l’encontre de « tendances anti-doctrinales » qui seraient un « vrai modernisme 32 ».

  • 33 Quatre pages manuscrites et une feuille dactylographiée recto verso, datée du 8 juillet (pièce 8 bi (...)

9Le lendemain de la consulte, Ruffini élargit également la perspective dans un appendice à son votum. Pour lui, « un grand nombre des chercheurs, des professeurs et des auteurs catholiques est moderniste », mais d’un modernisme « couvert du manteau de la science, retranché derrière la critique historique ». Après Touzard et Brassac, Dennefeld n’est pas une exception, mais « un signe révélateur d’une mentalité quasi générale », comme le prouvent d’ailleurs les félicitations décernées à leurs travaux. Il s’en prend également au Problème de Dieu de Le Roy, symbole du modernisme philosophique diffusé au nom de Laberthonnier [sic], Blondel et Bergson. Des figures majeures de l’Église seraient diffamées dans certains articles du Dictionnaire de théologie catholique. En Allemagne, des étudiants en théologie douteraient que certains de leurs professeurs aient la foi. Si Dennefeld n’est pas digne d’enseigner, pas plus Gaudel qui lui a donné le nihil obstat, et Rivière qui l’a loué publiquement. Il faut les démettre de leur chaire et convaincre les évêques français de trouver des gens sûrs pour les remplacer afin de « combattre avec efficacité les erreurs dont une bonne partie de la soi-disant culture catholique est infectée 33 ».

  • 34 Fouilloux, « La Faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », article cité (infra n.8).
  • 35 Lettre du 7 août, Bulletin de littérature ecclésiastique, octobre-décembre 1973, p. 270.
  • 36 Lettre à Mgr Tisserant du 15 octobre 1929.
  • 37 « Justifierons-nous pour autant tous les procédés qui furent mis en œuvre contre lui ? Hélas ! Les (...)
  • 38 4 décembre 1928 et 30 janvier 1929 respectivement.
  • 39 Lettre d’Amann à Tisserant, 19 janvier 1931.
  • 40 Clamer, Fonck, Godefroy, Marchal, Tisserant.
  • 41 « Messe dans l’Écriture et dans l’Antiquité chrétienne » pour Ruch (tome X, colonnes 795-964) et «  (...)

10Ces trois pièces du dossier dépassent de beaucoup le cas Dennefeld. Au-delà de son travail, c’est le milieu catholique strasbourgeois qui est accusé de modernisme par des membres influents du Saint-Office. En premier lieu, la Faculté de théologie, dont on sait que Rome n’a accepté la reconstitution sous égide française qu’avec bien des réticences 34, plusieurs de ses professeurs ayant fait l’objet de soupçons : Amann, Baudin ou Rivière, dont la mise à distance de la crise moderniste dans son article du Dictionnaire et son livre ont certainement déplu. « On est aussi menacé à Strasbourg qu’à Lille », écrivait l’abbé Gustave Bardy au jésuite Ferdinand Cavallera en 1924 35. Le jugement de Rome sur une Faculté dont le contrôle lui échappe pour partie n’a pas dû s’améliorer depuis. La défiance s’étend au Dictionnaire de théologie catholique, fleuron de la science française, désormais dirigé par un professeur de la Faculté dont une importante contribution historique est contestée. Ayant eu vent de la menace pesant sur Dennefeld dès le mois de juin 1929, et « n’ayant pas le moins du monde l’intention de [se] faire fusiller », Amann a pris ses « précautions » en soumettant son « Nestorius » à la lecture de Mgr Ruch, après celle de Gaudel et de Rivière 36. En vain : cet article paru en 1930 fait tiquer, car il est jugé trop indulgent envers le patriarche de Constantinople condamné en 431 au concile d’Éphèse pour avoir nié que Marie puisse être appelée « Mère de Dieu » 37. La défiance s’étend d’ailleurs à l’évêque de Strasbourg, Mgr Ruch, qui a donné l’imprimatur au fascicule du Dictionnaire où est paru l’article « Messianisme », et à sa curie diocésaine, responsable de l’imprimatur du livre en la personne du vicaire général Marie-Joseph Kolb, maître de conférences de théologie à la Faculté entre 1920 et 1924 38. On n’ignore pas à Rome que « M. Gaudel est l’intime ami de M. Amann » depuis leurs études au grand séminaire de Nancy, et que « tous deux sont les intimes de l’évêque » qui y fut leur professeur 39. Comme nombre d’anciens élèves ou professeurs de Nancy 40, lieu de naissance du Dictionnaire, Gaudel et Ruch lui-même figurent parmi ses collaborateurs : ils ont fourni une importante contribution à l’article « Messe » paru en 1928 41.

  • 42 « Chez quelques apologistes de l’Église, ou soi-disant tels, “modernisme” fut un terme commode pour (...)
  • 43 « La fin du modernisme », chapitre IV de la 6e partie du livre, p. 522-549.
  • 44 Sur ce point, l’étude de Claude Troisfontaines, « Maurice Blondel et la condamnation de l’Action fr (...)

11L’alerte strasbourgeoise manifeste en outre la persistance des critiques romaines contre l’application de la méthode historique aux sources de la foi et à la tradition de l’Église. Au cœur de la crise moderniste, ainsi qu’on le sait, la contestation de l’innocuité d’une telle méthode reste centrale dans l’affaire Dennefeld, de même que dans celles de Touzard, Brassac ou Bardy auparavant. Comme un quart de siècle auparavant, elle est le pivot de la stigmatisation d’un regain de modernisme camouflé sous des dehors scientifiques. Comme en 1907, elle va de pair avec la dénonciation des philosophies qui refusent le monopole du thomisme scolastique pour rendre compte de la foi, désormais incarnées par l’œuvre d’Édouard Le Roy, qui sera mise à l’Index le 27 juin 1931. Alors que pour Rivière, qui regrette les outrances de la réaction antimoderniste 42, la crise étant terminée et le modernisme vaincu 43, le travail historique, philosophique ou théologique de fond peut reprendre, pour Ruffini comme pour Gillet, le danger demeure et le combat continue. Ils sentent toutefois que l’ambiance romaine n’est plus tout à fait la même que sous Pie X : les adversaires du thomisme intransigeant compromis avec l’Action française redressent la tête 44. Une vigilance redoublée n’en continue pas moins de s’imposer sur le terrain philosophique comme sur le terrain exégétique ou patristique. Cette divergence radicale de diagnostic explique les critiques romaines envers le remarquable travail historique de Rivière sur la crise récente.

IV. Rigueur doctrinale et pragmatisme politique

  • 45 Gillet, Sales, Lottini, Maroto, Ruffini, Lorenzo, Vidal, Ottaviani, Hudal, Gasperini, Latini.
  • 46 L’assesseur Mgr Nicola Canali et le frère mineur conventuel Luigi Santoro (procès verbal, 1 p. dact (...)

12On est alors bien loin de Dennefeld, auquel il faut revenir. Le 7 juillet 1930 lors de la consulte, seuls deux des théologiens présents plaident plutôt l’indulgence. Bien que favorable à une condamnation, le servite français Joachim Marie Dourche souligne que le travail de l’exégète « est généralement estimé et mérite pour cela quelque ménagement ». Il pointe aussi la gravité d’une condamnation à l’encontre d’un Dictionnaire « tellement diffusé et estimé ». Et il est hostile à une éventuelle sanction contre d’autres professeurs de Strasbourg. Dans son votum, le jésuite Guillaume Arendt estime pour sa part que l’auteur doit être averti, prié de se soumettre et de corriger son étude avant d’être sanctionné, selon la procédure prescrite naguère par Benoît XIV, assortie d’une mise à l’Index dépourvue de publicité. Ce serait justice pour un travail « subjectivement et objectivement catholique », bien qu’erroné sur certains points particuliers ; et pour un prêtre qui n’a aucune intention de « déserter l’école catholique ». On ne saurait le condamner s’il ne se condamne pas lui-même. Arendt est déjà intervenu à décharge dans l’affaire Touzard, et Dourche dans les affaires Brassac ou Bardy. Ainsi maintiennent-ils au sein du Saint-Office un point de vue modéré, certes minoritaire, mais distinct de l’intransigeance dominante. Onze des consulteurs ont toutefois été d’avis de mettre Le Messianisme à l’Index et d’écarter Dennefeld de l’enseignement 45. Deux d’entre eux rajouteraient volontiers une interdiction d’écrire sur le sujet, le remplacement de son article dans le Dictionnaire et la mise à l’écart des trois autres professeurs de Strasbourg impliqués 46.

  • 47 Article 3 de la convention du 5 décembre 1902 entre l’Empire allemand et le Saint-Siège, qui figure (...)
  • 48 Procès-verbal, 2 p. dactyl. (pièce 11).
  • 49 Note d’audience (pièce 12).
  • 50 Eugenio Pacelli a remplacé Pietro Gasparri en février 1930.
  • 51 Ajout à la pièce 12.

13Le 16 juillet 1930, les cardinaux membres du Saint-Office décident la publication de la condamnation. Le nonce Maglione convoquera Mgr Ruch à Paris afin de lui signifier la mise à l’Index et la révocation de Dennefeld, pour infraction à la mission canonique inscrite dans la convention fondatrice de la Faculté de Strasbourg, entérinée par le gouvernement français : « la nomination des professeurs se fera après entente préalable avec l’évêque. Avant d’entrer en fonctions, les professeurs auront à faire la profession de foi entre les mains du Doyen, suivant les formes et règles de l’Église 47 ». Ruch devra admonester les autres professeurs impliqués et les responsables du Dictionnaire où l’article fautif devra être remplacé et pour lequel des auteurs compétents et sûrs devront être recrutés. Les cardinaux suggèrent en outre au pape la rédaction d’un document sur l’interprétation de l’Écriture et l’enseignement de la philosophie, pour lutter contre le « rationalisme » dans le premier cas et contre la « philosophie kantienne » dans le second : sorte de nouvelle encyclique Pascendi, si l’on comprend bien 48. Le lendemain en audience, Pie XI accepte le décret de mise à l’Index, ainsi que la levée du secret du Saint-Office pour Mgr Ruch. Le nonce doit lui déclarer « expressément » que ce n’est pas le Saint-Siège qui démet le professeur Dennefeld, mais que c’est lui, évêque de Strasbourg, qui doit agir « de munere suo » pour faire respecter l’orthodoxie de la Faculté : il n’est pas autorisé à dire d’où vient la sanction. Mgr Ruch doit par ailleurs être interrogé sur l’imprimatur donné au fascicule du Dictionnaire comportant l’article « Messianisme » et sermonner Amann, Godel [sic] et Kolb pour leur négligence ainsi que Rivier [sic] pour ses recensions. Le Dictionnaire devra publier la condamnation et remplacer l’article. Le nonce doit aussi alerter l’archevêque de Paris sur d’autres articles litigieux afin qu’une commission de contrôle en lien avec l’Institut catholique de Paris puisse réviser ces articles « sur lesquels les doutes ne manquent pas ». Le pape demande à l’assesseur Mgr Canali, sous l’autorité duquel s’est déroulée l’instruction en l’absence de secrétaire, la succession de Merry del Val n’ayant échu au cardinal Sbarretti que le 4 juillet, de préparer pour le lendemain les minutes du décret et de la lettre au nonce 49. Le 18 juillet en audience avec l’assesseur et le nouveau secrétaire d’État Pacelli 50, Pie XI effectue des corrections mineures sur les deux documents : le décret doit être publié dans L’Osservatore Romano du 21 juillet après envoi de la lettre au nonce 51.

  • 52 Article 4 de la convention.

14Le 20 juillet, changement de programme, explicitement lié à l’intervention dans l’affaire du cardinal Pacelli. Un télégramme à Mgr Maglione modifie les instructions de la lettre : si ses autres dispositions sont maintenues, la publicité de la mise à l’Index est différée pour que l’auteur puisse en être averti et signifier sa soumission ; et il n’est plus question de son éviction de l’enseignement. Le retrait par rapport à ce qui était prévu paraît donc net. À la différence du Saint-Office, exclusivement soucieux d’orthodoxie doctrinale, la Secrétairerie d’État ne peut ignorer les possibles conséquences politiques des mesures contre l’exégète. La Faculté de théologie catholique de Strasbourg ne dépend pas d’abord ni seulement du Saint-Siège, mais de la République française, difficulté qui a été pointée par le père Bea à la fin de son votum. Certes, la convention de 1902, acceptée par Paris, permet la révocation d’un professeur, « si la preuve est fournie par l’autorité ecclésiastique » qu’il « doit être considéré comme incapable de continuer son professorat soit pour manque d’orthodoxie, soit en raison de manquements grave aux règles de vie et de conduite d’un prêtre » ; mais la révocation, comme la nomination d’ailleurs, dépend de l’autorité de tutelle laïque 52. S’ils reçoivent leur mission canonique de l’Église, les professeurs de la Faculté sont des universitaires nommés par le gouvernement français et ne sont révocables que par lui. Toute interférence ecclésiale dans ce dispositif risque d’entraîner un incident diplomatique avec la France et de susciter des réactions en Alsace où la situation politico-religieuse demeure tendue depuis les velléités du Cartel des gauches d’y abolir le régime concordataire.

  • 53 Lettre du nonce au cardinal Sbarretti du 12 août (pièce 17).
  • 54 Lettre manuscrite (pièce 18).
  • 55 Lettre manuscrite (pièce 19).
  • 56 Relation sur l’affaire du 16 octobre (pièce 24).
  • 57 Lettre manuscrite du 20 août (pièce 22). « On lui répondit qu’une approbation de La Croix avait un (...)

15Convoqué à Paris par Maglione le 24 juillet, Mgr Ruch apprend de lui les termes de la sanction le 26 53. Le 6 août, il exprime au Saint-Office « son très vif regret d’avoir accordé l’imprimatur » au travail de l’abbé Dennefeld tout en louant les qualités sacerdotales de celui-ci 54. Datée du même jour, « l’entière soumission » de l’exégète est assortie d’un engagement à réviser son texte « d’après les modifications des censeurs et à soumettre le nouveau texte avant sa publication à la Sacrée Congrégation ». Il se propose d’ailleurs de venir à Rome pour s’« entendre personnellement avec eux 55 ». Il comprend à tort, ou feint de comprendre, que sa mise à l’Index est suspendue donec corrigatur, ce qui n’est pas le cas : elle n’est que différée, sans référence à une possible correction. Une note postérieure signale qu’il s’est bien présenté au Saint-Office, mais en vain : on a chargé l’archiviste, Mgr Facchini, qui assurait une permanence en cette période de vacances, de lui dire… qu’on n’a rien de nouveau pour lui 56. Le 19 août, Maglione signale que les remontrances ont bien été faites à Amann, à Gaudel et au père Merklen, rédacteur en chef de La Croix. La réaction de celui-ci est plutôt vive : après avoir signalé qu’il n’a pas au journal « l’autorité que semble croire la S. C. » puisqu’il ne choisit « pas les collaborateurs et ne voi[t] la plupart des articles qu’après leur publication », il précise que ses subordonnés « ont toujours eu en horreur le modernisme et tiennent à rester fidèles à l’orthodoxie la plus pure ». Ce qui vaut pour la recension de Rivière, dont les « sentiments antimodernistes sont connus » et « la compétence indiscutée » : aucun des collaborateurs de Merklen n’a donc attiré son attention sur la recension d’un livre qu’il n’a pas lu 57.

  • 58 Lettre manuscrite (pièce 27). Cette démarche aurait été effectuée à la « requête instante » de l’ab (...)
  • 59 Lettre du 23 octobre (pièce 30).
  • 60 Entre guillemets dans la lettre.
  • 61 Lettre manuscrite (pièce 29).

16Sur la même ligne que Dennefeld, Mgr Ruch expose le 24 septembre au pape les graves inconvénients d’une publication du décret à la veille de la rentrée universitaire : elle risque de faire fuir les étudiants et d’être exploitée par les libres penseurs qui n’aiment guère la Faculté de Strasbourg. Comme dans les précédents concernant Charles Maurras ou l’abbé Bardy, bien différents l’un de l’autre pourtant, il suggère de subordonner la publication à la production d’une nouvelle édition du Messianisme qui ne saurait tarder, Dennefeld étant aussi studieux que pieux. Celui-ci pourrait aussi rédiger un article afin de rétracter les erreurs qui lui sont reprochées. Et il sera très vigilant sur son enseignement, qui n’a jamais été suspecté. L’évêque de Strasbourg plaide aussi l’indulgence pour Amann et pour le Dictionnaire de théologie catholique, « cette belle, utile entreprise qui rend chaque jour tant de services 58 ». L’imminence du danger incite Mgr Victor Martin, doyen de la Faculté, à faire le voyage de Rome en octobre. Faute d’avoir pu rencontrer Pie XI, il défend auprès de lui son subordonné d’une manière entachée de préjugés nationalistes : si Dennefeld est « tout l’opposé d’un esprit aventureux », « il écrit en français, mais pense en allemand » sans trop avoir le sens des nuances, ce qui implique de faire revoir ses travaux par un théologien 59. Sa réserve est plus nette encore dans une lettre à Mgr Ruffini du 8 novembre : si la révision d’un livre peu diffusé dont l’auteur a racheté les nombreux invendus lui semble une bonne solution, Martin déconseille la rédaction d’un article de fond pour en amender les positions. En effet, Dennefeld ne possède pas la « finesse » nécessaire 60. « C’est un savant, certes, et fort érudit ; mais sa formation, toute allemande, est un peu lourde, un peu massive : je crains qu’il n’évolue pas, dans un exposé en langue française avec le tact désiré, qu’il ne fasse son “rétablissement” avec gaucherie, et que par là il ne provoque de nouvelles polémiques ». On pourrait se contenter de la refonte de son livre, assortie d’une promesse de ne traiter à l’avenir que des questions de pure érudition, dépourvues d’implication doctrinale 61.

  • 62 Lettre citée du 23 octobre.

17Pour Pie XI en revanche, Martin défend avec vigueur sa Faculté : son immersion parmi les « protestants et libres penseurs » la conduit parfois, pour contrer leurs arguments, à « laisser dans l’ombre certains aspects des questions parce qu’ils nous paraissent hors de cause et que nous devons insister sur les points litigieux » ; à éviter « de nier a priori les affirmations de nos adversaires, qui autrement ne nous liraient même plus » ; et à manœuvrer « plutôt pour saper leurs conclusions par des arguments capables de les atteindre ». Il serait « dur de nous voir frappés pour avoir tâché de servir l’Église en usant des procédés que le milieu et les circonstances commandent », écrit-il. La condamnation de Dennefeld « atteindrait douloureusement toute la Faculté et la mettrait dans une situation extrêmement difficile et préjudiciable à son action », au risque d’annihiler tous ses efforts alors que des conversions se dessinent dans les milieux intellectuels strasbourgeois. Même plaidoyer argumenté pour le Dictionnaire de théologie catholique qui « est un peu notre œuvre collective » depuis la mort de ses fondateurs, précise Martin. Il invoque enfin l’argument alsacien : la mise à l’écart d’un « cadre local » cher au clergé diocésain, risque de provoquer une campagne dans la presse régionale sur le thème : on sacrifie un Alsacien ; s’il venait « de l’intérieur », l’évêque aurait su le défendre. Sans compter « le danger politique de révoquer ce “fonctionnaire” » de la République, insiste le doyen 62 ; et un « fonctionnaire » nommé dans la conjoncture bien particulière de la reprise d’activité de la Faculté sous égide française.

  • 63 Prot. n. 3190/30, copie (pièce 28).
  • 64 Note d’audience (pièce 31).
  • 65 Compte rendu d’audience (pièce 33).

18Comment les autorités romaines réagissent-elles à ces plaidoiries venues de Strasbourg ? Le pape se fait présenter un résumé de l’affaire le 30 septembre. Il est décidé que la Secrétairerie d’État répondra à Mgr Ruch. Sa lettre du 1er octobre concède « qu’il n’y aura pas de difficulté à ce que la dilation [sic] du Décret de condamnation ait lieu », tout en maintenant que les « connaissances théologiques » de Dennefeld ne sont « peut-être pas au niveau des autres ». Et qu’un « défaut d’exactitude » a été relevé dans d’autres articles du Dictionnaire 63. En audience avec Pacelli le 15 novembre, le pape s’impatiente : un délai a déjà été donné. Faut-il le prolonger plus ? Le nonce Maglione doit demander à Ruch si l’article est prêt. En cas contraire, « on ne pourrait reporter la chose indéfiniment ». Il faut fixer une date butoir, par exemple la mi-décembre 64. Un télégramme pour Paris part le 18 novembre. Le 20 en audience avec Mgr Canali, Pie XI dit avoir pris connaissance de la lettre de Martin à Ruffini, mais décide d’attendre la réponse de Mgr Ruch 65. Le 27 novembre, celui-ci transmet une requête de Dennefeld : ne pourrait-on lui préciser ce que lui reprochent ses censeurs, puisqu’il n’a pu obtenir aucune information sur ce point à Rome ? Mgr Pizzardo, secrétaire de la Congrégation pour les Affaires ecclésiastiques extraordinaires, répond le 30 que faute de nouvel article, il n’y aura pas d’ajournement sine die : la publication du décret est prévue pour la mi-décembre. Il est malgré tout décidé le 10 décembre d’envoyer au nonce, qui fera suivre à Ruch pour Dennefeld, la liste des principales erreurs qui sont reprochées à celui-ci, afin qu’il puisse s’en inspirer pour son article et pour la révision du livre.

  • 66 Note des 10 et 11 décembre (pièce 38).
  • 67 Document en latin, 4 p. dactyl. (pièce 37 a).

19La liste des « errores praecipui », établie au Saint-Office par « une personne de confiance et compétente 66 », reprend les arguments de Bea et de Ruffini. Elle comporte sept rubriques. Dennefeld négligerait les interprétations authentiques de l’Ancien Testament fournies par le Nouveau, par la tradition de l’Église et par les décisions du magistère. Il contesterait l’inerrance absolue de l’Écriture en doutant des prophéties attribuées à Moïse et à Isaïe. Il soulignerait à plaisir les contradictions entre prophéties ainsi qu’entre celles-ci et leur réalisation, dans le domaine temporel en particulier, avec une insistance déplacée sur le nationalisme juif. En contradiction avec l’encyclique de Benoît XV Spiritus Paraclitus, il affirmerait que des éléments secondaires et caducs de la Bible ne sont pas d’origine divine, utilisant à leur égard un langage « grossier » (en français dans le texte). Il décèlerait à tort des erreurs d’interprétation des prophéties par les apôtres. Aux thèses classiques, il substituerait une interprétation de l’argument prophétique par les grandes lignes ou par l’ensemble. Il contesterait enfin l’authenticité de certains livres de la Bible : le second Isaïe, Daniel ou le psaume 21. En résumé, il se fierait plus aux explications des critiques protestants et rationalistes qu’à la tradition catholique 67. On a vu que, sur le moment déjà, un critique averti comme dom Hilaire Duesberg estimait modérés et parfaitement défendables les choix exégétiques de Dennefeld. La plupart d’entre eux ont ensuite été validés par la communauté scientifique.

  • 68 Note d’audience du 17 décembre (pièce 44).
  • 69 Acta congregatio generalis, Archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi (Gasparri, Van R (...)
  • 70 Marie Levant, « Une terre de consolation ? La France dans les audiences de Pacelli auprès de Pie XI (...)

20Le document, envoyé au nonce le 12 décembre avec interdiction de révéler sa provenance, arrive trop tard. Alors que Mgr Ruch demande à Pie XI un nouveau délai dans un télégramme où il annonce sa venue à Rome, le couperet tombe. C’est même ce télégramme qui détermine le pape, fort contrarié de l’affaire, à en hâter l’issue pour éviter d’« ultérieures discussions sur l’argument 68 ». Le 17 décembre, les cardinaux du Saint-Office décident la publication du décret auquel le cardinal Gasparri, qui n’est pas sans responsabilité dans la création de la Faculté de Strasbourg, fait ajouter la note d’indulgence pour Dennefeld 69. D’abord favorable à l’insertion de celle-ci dans le décret, Pie XI l’en fait ensuite retirer et mettre en annexe 70.

V. Suites

  • 71 D’origine alsacienne, mais de formation lorraine, Mgr Ruch est un patriote français auquel son oppo (...)
  • 72 Lettre de Tisserant à Ruch du 20 décembre 1930 (Archives Tisserant).

21Le sentiment personnel de l’évêque de Strasbourg n’apparaît guère dans le dossier du Saint-Office où il est pourtant mis en cause ; et les archives ecclésiastiques alsaciennes ont trop souffert de la Seconde Guerre mondiale pour combler cette lacune. D’où l’intérêt de ses brefs commentaires manuscrits en marge d’une lettre de son dirigé Mgr Eugène Tisserant, pro-préfet de la Bibliothèque vaticane, qui lui reproche après coup de ne pas être intervenu de façon plus énergique pour sauver Dennefeld. Tisserant invoque d’abord l’argument local : « On dira en Alsace que si l’affaire avait eu lieu du temps des Allemands il n’y aurait pas eu de condamnation », l’Empire de Guillaume II protégeant les professeurs de ses facultés de théologie qui ont été dispensés du serment antimoderniste. « Ce qu’on dira m’est indifférent », répond Ruch 71. Tisserant suggère ensuite qu’il aurait pu demander le soutien du Quai d’Orsay ou de son ambassade à Rome. « Je m’en serais bien gardé : une intervention dans les affaires religieuses, c’est la danse de l’ours dans une plate-bande de fleurs », réplique sans ambiguïté l’évêque. « Vous ignorez si je n’ai pas écrit au Saint Père », ce qu’il a effectivement fait, oppose-t-il à une autre objection. « Si vous avez confiance au censeur que vous avez chargé de surveiller le Dictionnaire, vous pouviez dire au Saint-Père : si un article que j’ai approuvé vient à être condamné, je me trouverai assez disqualifié pour ne plus pouvoir demeurer sur mon siège et me retirerai immédiatement à la Trappe, en attendant que vous m’autorisiez à y rester », insiste Tisserant. « Je ne me sens nullement disqualifié parce que le Saint-Père a condamné un ouvrage que mon excellent censeur a laissé passer », objecte l’évêque. « On eût trouvé immédiatement une solution, ou du moins vos prêtres, vos professeurs, votre censeur, auraient su que leur évêque les défendait et l’on ne continuerait pas de dire que vous êtes faible », ajoute Tisserant. « Si ne pas être impertinent à l’égard du Pape c’est être faible, je le suis et le serai toujours » répond Mgr Ruch que le secret du Saint-Office empêche de dévoiler les dessous de l’affaire à son ancien élève 72.

  • 73 Le journal du père Merklen, déjà cité, évoque une protestation de Rivière.

22Même embarras de La Croix après la protestation compréhensible de Rivière à son entrefilet du 19 décembre 1930 consécutif à l’annonce de la sanction : « Quand parut en 1929 le volume de M. Dennefeld, un collaborateur occasionnel envoya à La Croix un compte rendu dont nous avons regretté l’insertion dans nos colonnes et qui évidemment ne peut faire autorité pour nos lecteurs 73 ». Car la publication de la sanction ne clôt pas tout à fait le dossier. Mgr Tisserant s’inquiète aussi de l’avenir du Dictionnaire de théologie catholique dont il est un fidèle collaborateur. « Vous avez vu d’où sont parties les attaques et vous savez trop bien qui a intérêt à prendre le contrôle du Dictionnaire », écrit-il à Mgr Ruch. « Or je sais qu’on se propose de vous retirer l’imprimatur à donner au Dictionnaire, pour le faire passer à Paris, et vous savez bien qui l’on obligera le Cardinal à choisir : il faudra bien qu’il délègue un des professeurs de sa Faculté de théologie », un jésuite selon toute vraisemblance. « C’est ainsi que le tour sera joué et que le Dictionnaire, gloire du clergé séculier et de la remarquable école de sciences sacrées que fut le séminaire de Nancy passera en d’autres mains… avec la complicité par omission et scrupule d’un ancien professeur dudit séminaire. Voilà qui m’attriste plus que je ne saurais vous dire », conclut Tisserant. Toujours lié par le secret, Mgr Ruch rétorque qu’il ignore tout des menées contre le Dictionnaire et va même jusqu’à affirmer, de façon peu crédible : « Je serai très heureux si je n’ai plus l’imprimatur du Dictionnaire ».

  • 74 « Pie XI a insisté sur la mise à l’Index de l’article “Messianisme” dans le Dictionnaire de théolog (...)
  • 75 « Mgr Ruch m’avait paru très affecté en janvier et cela lui avait arraché des paroles amères », let (...)
  • 76 Dernier imprimatur de Ruch, 26 juin 1931 ; premier imprimatur de Dupin, 3 février 1932.

23Une lettre d’Émile Amann à Eugène Tisserant du 10 janvier 1931 semble en effet prouver le contraire. « Lors de la visite à Rome du Cal Verdier, fin décembre, le pape, dans la dernière audience qu’il lui a accordée (je crois même qu’il avait rappelé expressément le Cardinal qui était sur son départ), lui a fait part de ses desiderata ou plutôt de ses méfiances à l’égard du D.T.C. et il a demandé au Cal Verdier d’en assumer désormais l’imprimatur. Le Cardinal s’est excusé en disant qu’il ne voyait personne à Paris à [sic] confier ce soin de la censure (en réservant implicitement l’idée qu’il lui semblait peu indiqué de confier la censure à l’I. C. de Paris). Je crois qu’il n’a pris aucun engagement, se réservant de traiter la chose avec Mgr Ruch que l’on veut dessaisir en somme de l’imprimatur. Le Cal Verdier a vu Mgr Ruch à Paris le jour des funérailles de Joffre (7 j[anvier]), lui a rapporté cet entretien et Mgr Ruch m’a mis lui-même au courant. Il ne s’agit donc pas de racontars mais de garants de la plus grande autorité 74. Mgr Ruch avec qui je me suis entretenu longtemps le surlendemain (9 jan[vier]) m’a paru très peiné de cette mesure de défiance prise à son égard et à l’égard de la Faculté 75. Rien n’avait été décidé entre lui et le Cal Verdier, lequel serait désolé de faire de la peine à Mgr Ruch et a dit très explicitement qu’il excluait de confier la censure du D. T. C. aux Jésuites de l’I. C. de Paris. Ils sont convenus d’attendre pour prendre une décision que Mgr Ruch soit allé à Rome ». Au printemps, l’évêque de Strasbourg se rend ad limina où le dessaisissement de l’imprimatur lui est confirmé, à la colère d’Amann pour lequel il s’agit d’une « énormité ». Mais cet imprimatur ne va pas à l’Institut catholique de Paris, comme Tisserant et lui le craignaient pour des raisons qui tiennent à leur commune défiance envers les jésuites. À partir de 1932, les fascicules du Dictionnaire portent l’imprimatur du chanoine Victor Dupin, vicaire général du diocèse de Paris préposé à cette tâche 76.

  • 77 Lettre au cardinal Sbarretti du 7 juillet (pièce 51).
  • 78 Dernière pièce du dossier, sans numéro.
  • 79 Selon Maurice Nédoncelle, « Entre les deux guerres », Mémorial du cinquantenaire de la Faculté de t (...)

24L’évêque de Strasbourg Mgr Ruch, auquel on reproche d’avoir accepté la publication d’un article passible de l’Index, est donc la victime collatérale d’une affaire qui ne paraît pas avoir eu d’autre conséquence fâcheuse pour le Dictionnaire : l’article incriminé n’est pas remplacé ; les articles « Modernisme » et « Nestorius » échappent à la censure. La Faculté de théologie de Strasbourg, protégée par son statut spécifique, s’en tire mieux qu’elle ne pouvait le craindre : aucun de ses professeurs n’est écarté, pas même Dennefeld, et la mise à l’Index du Messianisme survient alors que l’année universitaire 1930-1931 est bien entamée. Quelques mois plus tard, Mgr Ruch envoie à Rome le manuscrit corrigé par Dennefeld 77. La « position » de celui-ci est confiée au dominicain Marco Sales, maître du Sacré Palais apostolique, qui est intervenu sans indulgence dans le dossier Bardy en 1926. « Le P. Sales répond que les corrections ne sont pas suffisantes », mais Mgr Canali, assesseur du Saint-Office, ajoute « dilata 78 ». Il n’y aura donc pas de suite. Le décret de condamnation reste valide, mais la note bénigne qui lui a été ajoutée in extremis évite d’autres sanctions à Dennefeld. Son « prix de Rome », comme il le baptise plaisamment 79, ne l’empêche pas de poursuivre sa carrière universitaire à Strasbourg jusqu’au départ à la retraite en 1953.

  • 80 « Pentateuque », tome XII, 1ère partie, colonnes 1180-1184.
  • 81 É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant (1884-1972). Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 201 (...)

25Un quart de siècle après l’acmé de la crise moderniste, l’affaire prouve cependant la persistance à Rome d’une méfiance à l’encontre des exégètes, patrologues ou historiens qui entendent appliquer sans préjugé la méthode critique aux textes fondateurs des traditions juive et chrétienne. Cette méfiance n’est pas seulement le fait de censeurs attardés : l’implication personnelle de Pie XI dans le cas Dennefeld, comme dans le cas Bardy, montre qu’elle est partagée jusqu’au sommet de l’Église. Après bien d’autres, la censure prononcée contre le Messianisme de Dennefeld afflige des savants qui estimaient que, la tourmente moderniste passée, ils allaient pouvoir reprendre leurs recherches sans être obligés de les soumettre étroitement aux décisions récentes du magistère. Leur déception est à la mesure de leurs espoirs, comme en témoigne l’abbé Amann. « Il est une question plus générale, écrit-il à Mgr Tisserant le 19 janvier 1931. “L’état de siège” doit-il indéfiniment continuer ? Et les gens qui travaillent, qu’ils s’appellent Duchesne, Batiffol, Lagrange, Desnoyers, Brassac, etc., n’ont-ils jamais qu’à attendre des horions ? Ne connaîtra-t-on jamais leurs livres et leurs travaux que pour les condamner ? » Au vu de l’affaire Dennefeld, et contrairement à l’optimisme affiché par Rivière, la réponse paraît négative : pour Rome, l’épisode moderniste n’est pas clos. Ces éminents représentants de l’« école large » entre modernisme avéré et antimodernisme rigoureux restent suspects. Amann en tire personnellement les conséquences. « Je suis à peu près décidé à supprimer purement et simplement l’art. Pentateuque » prévu pour le Dictionnaire de théologie catholique, écrivait-il à Tisserant le 19 novembre 1930. « D’une part je ne veux pas me suicider, d’autre part je suis absolument résolu à ne pas défendre les indéfendables décisions de la Commission biblique ». Plutôt que de publier à nouveaux frais dans le Dictionnaire un article éminemment risqué, il préfère renvoyer aux articles existants sur les cinq livres qui le composent et se contenter d’un état des questions en suspens, sans se hasarder à les résoudre 80. La délivrance ne viendra pour l’exégèse qu’en 1943, avec l’encyclique Divino afflante Spiritu de Pie XII, préparée sous les auspices du cardinal Tisserant par une Commission biblique renouvelée 81.

Haut de page

Notes

1 Décret repris dans les Acta Apostolicae Sedis du 15 janvier 1931, p. 14.

2 Fascicules LXXXV-LXXXVI, colonnes 1404-1568 ; imprimatur de l’évêque de Strasbourg, Mgr Charles Ruch, 4 décembre 1928. « J’ai reçu le fasc. qui le contient pour mon petit Noël », écrit l’abbé Émile Amann à son ami Eugène Tisserant le 12 janvier 1929 (Archives Tisserant, conservées par l’association Les Amis du Cardinal Tisserant et mises à notre disposition par Madame Paule Hennequin, que nous remercions de son aide).

3 Paris, Letouzey et Ané, 1929, VI-302 p., (imprimatur du 30 janvier) ; citation de l’Avant-propos, p. V.

4 Alors que le décret est en latin, comme il se doit, cette note additionnelle est en italien.

5 Der alttestamentliche Kanon der antiochenischen Schule, Biblische Studien, XIV, III, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1909, IV-93 p.

6 Babylonisch-assyrische Geburts-Omina. Zugleich ein Beitrag zur Geschichte der Medizin, Assyriologische Bibliothek, XXII, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1914, VI-232 p.

7 Amann regrette que son souci de « tout faire gründlich », ait empêché la publication d’un article « Mosaïsme », lettre citée à Tisserant.

8 É. Fouilloux, « La Faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », Revue des Sciences Religieuses, 86/1, janvier 2012, p. 3-24.

9 Respectivement, Paris, Letouzey et Ané, 178 p. et 86 p. ; et 176 p.

10 Sept chapitres du livre, p. 15-236.

11 Citation, p. 289.

12 Citations, p. 297.

13 Chez l’éditeur lyonnais Emmanuel Vitte.

14 Pièce numéro 1 du dossier Dennefeld dans les Archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Censura librorum, n. 2602/29.

15 Note d’audience, pièce 2.

16 É. Fouilloux, « Un regain d’antimodernisme ? », Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920 (sous la direction de Pierre Colin), Paris, Cerf, 1997, p. 83-114 ; « L’affaire Brassac vue de Rome », en cours de publication.

17 Lettre d’envoi, pièce 3 ; version originale dactylographiée de 13 pages avec signature manuscrite et version imprimée de 12 pages, pièce 4.

18 « Avant-propos », p. VI.

19 L’expression est soulignée, p. 6 du texte imprimé.

20 Version originale dactylographiée et version imprimée, 24 p. (pièce 5).

21 Le jésuite Albert Condamin, qui ne peut publier son commentaire d’Isaïe ; le dominicain Marie-Joseph Lagrange, fondateur de l’École biblique de Jérusalem ; le sulpicien Jules Touzard, averti en 1920 pour ses hypothèses sur Moïse.

22 Mgr Eudoxe-Irénée Mignot, archevêque d’Aix-en-Provence mort en 1919, qui défendit Alfred Loisy ; l’abbé Jean Rivière, professeur de théologie à la Faculté de Strasbourg ; le sulpicien Adolphe Tanquerey, auteur de manuels d’utilisation courante dans les séminaires (voir les notes 2 et 3 de Dennefeld, p. 293).

23 Revue des Sciences Religieuses, octobre 1929, p. 577-578.

24 Selon le père Léon Merklen, rédacteur en chef du quotidien, Journal 1927-1932, Archives romaines des Augustins de l’Assomption, Papiers Merklen, carton 23, p. 123-124.

25 « Nos prophéties messianiques », La Croix, 1er août 1929, p. 4.

26 Octobre 1929, p. 374-375.

27 Le 27 janvier 1929.

28 Pie XI a contraint Paredes à la démission en mars 1929 et le chapitre général de septembre 1929 a porté le provincial de Paris à la tête de l’Ordre.

29 « Voici […] plus de vingt-cinq ans qu’a éclaté la crise moderniste. Cela fait plus d’une génération. La fièvre est depuis longtemps tombée et l’équilibre semble bien rétabli. Le temps est peut-être proche où il faudra reprendre le travail interrompu », écrit-il dans la Revue apologétique en juillet 1930 (p. 25), à propos du Modernisme dans l’Église. Étude d’histoire contemporaine, Paris, Letouzey et Ané, 1929, XXIX-590 p.

30 Quatre pages manuscrites et trois pages dactylographiées (pièce 6).

31 Respectivement fascicules LXXXVII-LXXXVIII, 1929, colonnes 2009-2047 ; XC/2 et XCI-XCII, 1930, colonnes 76-157.

32 Note annexée au procès-verbal de la consulte (pièce 8).

33 Quatre pages manuscrites et une feuille dactylographiée recto verso, datée du 8 juillet (pièce 8 bis).

34 Fouilloux, « La Faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », article cité (infra n.8).

35 Lettre du 7 août, Bulletin de littérature ecclésiastique, octobre-décembre 1973, p. 270.

36 Lettre à Mgr Tisserant du 15 octobre 1929.

37 « Justifierons-nous pour autant tous les procédés qui furent mis en œuvre contre lui ? Hélas ! Les affaires où interviennent les hommes n’offrent point, à qui les voit dans le détail, que des côtés admirables. Les anciens conciles, ne l’oublions jamais, étaient plus encore des tribunaux jugeant des personnes que des aréopages étudiant à loisir des problèmes doctrinaux. Or, la “tragédie” de Nestorius n’est pas un fait isolé dans l’histoire de l’Église ; ce n’est pas la seule fois où l’on ait vu des considérations étrangères peser sur des décisions relatives aux personnes. Il ne doit pas être interdit de regretter que le concile d’Éphèse ait tranché le cas personnel de Nestorius sans s’être entouré de toutes les garanties suffisantes. Mais ses décisions, en ce qu’elles ont de dogmatique, ont été éminemment salutaires ; elles ont coupé court, une fois pour toutes, aux tentatives de dissocier l’unité profonde du Sauveur ; et c’est ce que la théologie a le devoir de retenir », article cité, colonnes 155-156 (imprimatur de Mgr Ruch, 21 décembre 1929 et 16 juin 1930).

38 4 décembre 1928 et 30 janvier 1929 respectivement.

39 Lettre d’Amann à Tisserant, 19 janvier 1931.

40 Clamer, Fonck, Godefroy, Marchal, Tisserant.

41 « Messe dans l’Écriture et dans l’Antiquité chrétienne » pour Ruch (tome X, colonnes 795-964) et « Messe dans l’Église latine du ive siècle à la Réforme » pour Gaudel (tome X, colonnes 964-1085).

42 « Chez quelques apologistes de l’Église, ou soi-disant tels, “modernisme” fut un terme commode pour stigmatiser toute attitude qui contrariait sur n’importe quel point leurs préjugés conservateurs », article cité, colonne 2010 ; et chapitre III de la 6e partie du livre, « Exploitation polémique du modernisme », p. 506-521.

43 « La fin du modernisme », chapitre IV de la 6e partie du livre, p. 522-549.

44 Sur ce point, l’étude de Claude Troisfontaines, « Maurice Blondel et la condamnation de l’Action française » (Pie XI et la France. Études réunies par Jacques Prévotat, Collection de l’École française de Rome, 438, 2010, p. 260-267) nuance l’optimisme de notre Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962) (Paris, Desclée de Brouwer, 2006). Bien que Pie XI se soit félicité du concours de Blondel contre Maurras et les siens, son œuvre philosophique demeure sous la menace d’une censure.

45 Gillet, Sales, Lottini, Maroto, Ruffini, Lorenzo, Vidal, Ottaviani, Hudal, Gasperini, Latini.

46 L’assesseur Mgr Nicola Canali et le frère mineur conventuel Luigi Santoro (procès verbal, 1 p. dactyl., pièce 8).

47 Article 3 de la convention du 5 décembre 1902 entre l’Empire allemand et le Saint-Siège, qui figure dans le dossier du Saint-Office avec la lettre du président du Conseil Raymond Poincaré au nonce à Paris Cerretti du 17 novembre 1923 la maintenant en vigueur (pièce 9, 11 pages imprimées).

48 Procès-verbal, 2 p. dactyl. (pièce 11).

49 Note d’audience (pièce 12).

50 Eugenio Pacelli a remplacé Pietro Gasparri en février 1930.

51 Ajout à la pièce 12.

52 Article 4 de la convention.

53 Lettre du nonce au cardinal Sbarretti du 12 août (pièce 17).

54 Lettre manuscrite (pièce 18).

55 Lettre manuscrite (pièce 19).

56 Relation sur l’affaire du 16 octobre (pièce 24).

57 Lettre manuscrite du 20 août (pièce 22). « On lui répondit qu’une approbation de La Croix avait un caractère autrement grave que les approbations des revues » dans lesquelles Dennefeld avait reçu des louanges (et Léon Merklen, Journal 1927-1932, déjà cité).

58 Lettre manuscrite (pièce 27). Cette démarche aurait été effectuée à la « requête instante » de l’abbé Amann, selon la lettre de celui-ci à son ami Tisserant, du 19 janvier 1931, qui concorde en tous points avec le dossier du Saint-Office.

59 Lettre du 23 octobre (pièce 30).

60 Entre guillemets dans la lettre.

61 Lettre manuscrite (pièce 29).

62 Lettre citée du 23 octobre.

63 Prot. n. 3190/30, copie (pièce 28).

64 Note d’audience (pièce 31).

65 Compte rendu d’audience (pièce 33).

66 Note des 10 et 11 décembre (pièce 38).

67 Document en latin, 4 p. dactyl. (pièce 37 a).

68 Note d’audience du 17 décembre (pièce 44).

69 Acta congregatio generalis, Archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi (Gasparri, Van Rossum, Lauri, Lépicier, Bisleti étant présents).

70 Marie Levant, « Une terre de consolation ? La France dans les audiences de Pacelli auprès de Pie XI (1930-1938) », Pie XI et la France, p. 134.

71 D’origine alsacienne, mais de formation lorraine, Mgr Ruch est un patriote français auquel son opposition à l’autonomisme alsacien vaut des oppositions parmi ses ouailles et son clergé.

72 Lettre de Tisserant à Ruch du 20 décembre 1930 (Archives Tisserant).

73 Le journal du père Merklen, déjà cité, évoque une protestation de Rivière.

74 « Pie XI a insisté sur la mise à l’Index de l’article “Messianisme” dans le Dictionnaire de théologie catholique, article qui est l’œuvre d’un professeur alsacien de la Faculté de Strasbourg. Cette condamnation cause de l’émotion à Strasbourg », note Mgr Baudrillart le 23 décembre, après la réunion du Conseil de l’archevêché de Paris auquel Verdier a rendu compte de son voyage à Rome (Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart, 26 décembre 1928-12 février 1932, texte présenté, établi et annoté par Paul Christophe, Paris, Cerf, 2003, p. 703).

75 « Mgr Ruch m’avait paru très affecté en janvier et cela lui avait arraché des paroles amères », lettre d’Amann à Tisserant, 30 mai 1931.

76 Dernier imprimatur de Ruch, 26 juin 1931 ; premier imprimatur de Dupin, 3 février 1932.

77 Lettre au cardinal Sbarretti du 7 juillet (pièce 51).

78 Dernière pièce du dossier, sans numéro.

79 Selon Maurice Nédoncelle, « Entre les deux guerres », Mémorial du cinquantenaire de la Faculté de théologie catholique, 1919-1969, Revue des Sciences Religieuses, octobre-décembre 1969, p. 276.

80 « Pentateuque », tome XII, 1ère partie, colonnes 1180-1184.

81 É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant (1884-1972). Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011, p. 233-277.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Un professeur de la faculté de théologie à l’index en 1930 », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 503-523.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Un professeur de la faculté de théologie à l’index en 1930 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1405 ; DOI : 10.4000/rsr.1405

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Professeur émérite d’Histoire contemporaine
Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page