Navigation – Plan du site

Que s’est-il passé au jardin d’Eden ?

Jan Joosten
p. 493-501

Résumés

Après avoir rappelé que l’événement central de l’Ancien Testament est la sortie d’Egypte, l’article montre comment le modèle « exodique » sous-tend les récits de Genèse 1-11, y compris le récit de la « chute ». Après avoir analysé les divergences entre les paroles adressées par Dieu à Adam en Genèse 2 et celles adressées par la femme au serpent, on est conduit à revenir au véritable archétype du péché humain dans la Bible, le veau d’or et non la consommation du fruit interdit. Genèse 2-3 préfigure Exode 20-24.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte légèrement retravaillé d’un exposé présenté le 24 mars 2011 dans le cadre d’une conférence à trois voix (avec Michel Deneken et Shmuel Trigano) sur le thème : « Que s’est-il passé dans le jardin (Gn 3) ? », organisée par l’Amitié Judéo-chrétienne de Strasbourg.

Texte intégral

1L’Ancien Testament — la Bible hébraïque — est comme une mare tranquille dans laquelle on a lancé une pierre : tout s’ordonne autour d’un événement central. Le fait primordial est la sortie d’Égypte. C’est à partir de l’expérience de l’exode qu’Israël a ordonné le temps : « Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude ».

2Cette structure particulière de la Bible hébraïque éclaire et relativise le sens du terme « mythe » souvent appliqué aux récits qui figurent en début du livre de la Genèse. Le mythe par excellence du peuple qui a produit la Bible, le récit qui explique ses origines et son identité, ne se trouve pas dans la Genèse, mais dans le livre de l’Exode. Or, il s’agit d’un mythe d’un type tout à fait particulier. L’Exode met en scène l’intervention de Dieu dans l’histoire. Même si les faits réels sont difficiles à restituer, dans la mémoire du peuple d’Israël la sortie d’Égypte se présente comme un apprentissage accéléré du « désenchantement du monde ». Dans l’univers marqué par la sortie d’Égypte, il y a Dieu, les être humains, la nature, et rien d’autre.

  • 1 Voir, par exemple, la belle étude de Gary Anderson, The Genesis of Perfection. Adam and Eve in Jewi (...)

3Le modèle « exodique » sous-tend les récits de Genèse 1-11 1. Il ne s’agit pas de mythes dans le sens mésopotamien, égyptien ou grec : récits mettant en scène des êtres miraculeux, des univers gouvernés par des règles complètement différentes du nôtre. Le monde créé en Gn 1 est notre monde — ou plus précisément, le monde de l’Israélite, celui dans lequel va avoir lieu la sortie d’Égypte. En dépit de quelques survivances de l’enchantement — le serpent qui parle, les chérubins qui gardent l’entrée du jardin, l’âge élevé des personnages — Adam et Ève sont essentiellement des humains comme tout un chacun. La causalité qui domine le récit est d’ordre historique, elle ne relève pas de la magie, ni d’un quelconque déterminisme ontologique.

La conversation de la femme avec le serpent

4Considérons le dernier verset de Gn 2 et les sept premiers de Gn 3 :

25 L’homme et sa femme étaient tous deux nus (‘arummim), et ils n’en avaient point honte.

3 :1 Le serpent était le plus rusé (‘arum) de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? 2 La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

4 Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal.

6 La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. 7 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.

5Le Seigneur Dieu a créé l’homme et l’a placé dans un magnifique jardin ; il l’a entouré des animaux et il lui fait, à partir d’une partie de lui-même, une femme pour qu’elle soit son aide et son vis-à-vis. Le couple se trouve maintenant dans le jardin, l’aventure humaine va commencer. Elle commence bien mal.

6En effet, entre la fin du chapitre 2 de la Genèse et le début du chapitre 3 intervient une rupture. Au chapitre 2, tout n’est que sollicitude divine et innocence humaine ; dès le début du chapitre 3 s’insinuent le doute, les questions, la suspicion. Logiquement, le récit du chapitre 2 aurait pu se poursuivre par la notice selon laquelle Dieu avait fait des vêtements pour les êtres humains (c’est ce que dit Rashi), ou bien par l’information concernant le nom que l’homme a donné à sa femme. Elle se poursuit, au contraire, par le récit de la « chute ». L’auteur biblique raccroche la péricope sur le serpent au verset précédent au moyen d’un jeu de mots : l’homme et sa femme étaient nus (‘arummim) – le serpent était rusé (‘arum). La continuité narrative fait place à l’association poétique. Ceci indique que l’auteur est bien conscient de la rupture.

7Comme nous allons le voir, la rupture est cependant plus apparente que réelle. Le doute exprimé par le serpent et ensuite ressenti par la femme s’enracine dans ce qui est raconté au chapitre 2. La suspicion qui éclate au grand jour était déjà là à l’état latent — le ver était dans le fruit. Mais la rupture reste sensible à la surface du texte. Le serpent tombe comme un cheveu sur la soupe.

  • 2 Voir André Wénin, D’Adam à Abraham ou les errances des humains. Lecture de Genèse 1,1 – 12,4, Paris (...)

8Le serpent dit à la femme : « Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » C’est vrai qu’il est rusé, le serpent. Tout d’abord en ce qu’il présente ses insinuations sous forme d’interrogation. Comment contredire les questions ? Qui plus est, l’affirmation sous-jacente à la question n’est même pas fausse : « Dieu a-t-il interdit de manger de tous les arbres ? » La réponse est oui : il a interdit de manger de tous les arbres, puisqu’il y en a un dont on ne peut pas manger 2. On peut cependant comprendre aussi : « Dieu a-t-il interdit tous les arbres à la consommation ? » Ne doit-on manger d’aucun arbre du jardin ? C’est ce que comprend la femme. Là, la réponse est non : on peut manger de tous les arbres, sauf un. La question du serpent est ambiguë, elle a un double sens. La femme répond donc au serpent en corrigeant l’interprétation fausse :

Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

  • 3 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 98-99.

9En mettant les choses au point, la femme tombe toutefois dans le piège tendu par le serpent : elle focalise son discours sur l’aspect interdiction 3. Quand le Seigneur Dieu avait donné son commandement il avait commencé en disant : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin » ; ensuite seulement il avait ajouté l’interdit : « mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (Gn 2,16-17). Le commandement divin se fonde dans la grâce : Dieu donne à l’homme l’être, il lui communique son propre souffle ; il le choie en le mettant dans un jardin de délices, et ensuite il commence son éducation. De même, dans sa parole, Dieu évoque d’abord le don qu’il a fait : « Tu mangeras de tous les arbres… », et introduit ensuite la limite à observer : « Tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». La démarche préfigure celle du don de la loi au Sinaï : Dieu a fait sortir son peuple de l’esclavage, l’a mis en liberté, et maintenant il lui donne ses commandements. Et de même, dans sa parole, le rappel du don précède l’imposition de la loi : « Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Égypte. Tu n’auras pas d’autres dieux… ».

10Aiguillée par le serpent, la femme escamote ce schéma biblique et met en avant l’interdiction : « Nous mangeons du fruit des arbres » — c’est un acquis, le don n’est pas nommé — mais voici ce que Dieu a dit : « Vous ne mangerez point de l’arbre qui est au milieu du jardin ».

  • 4 L’attitude suspicieuse et ingrate est poussée à son comble en Gn 3,12, où Adam dit à Dieu : « Cette (...)

11Le serpent sème ainsi la zizanie entre les êtres humains et le Seigneur Dieu. À la place de la foi et de la reconnaissance viennent la suspicion et l’ingratitude 4. L’aspect religieux du récit mérite d’être creusé davantage. Mais dans ce qui suit j’aimerais regarder de près un autre aspect, à savoir l’aspect interhumain. En effet, le serpent sème dans un champ préparé d’avance.

D’où la femme tire-t-elle ses connaissances de la loi ?

12Si l’on compare la citation des paroles divines par la femme à ce que le Seigneur Dieu avait dit lui-même au chapitre précédent, on ne peut qu’être frappé par une série de divergences. En plus de l’articulation différente du don et de l’interdiction, déjà mentionnée, on pourrait énumérer les détails suivants :

  • Dieu avait parlé des arbres alors que la femme met en avant le fruit des arbres ;

  • Dieu avait formulé sa règle au singulier : « Tu ne mangeras pas » mais la femme évoque un discours au pluriel : « Vous ne mangerez pas » ;

  • Dieu avait interdit un arbre nommé, « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », mais pour la femme il s’agit d’un arbre localisé : « l’arbre qui est au milieu du jardin » ;

  • Dieu avait interdit de manger, alors que la femme ajoute une interdiction de toucher ;

    • 5 La conséquence de l’acte de manger du fruit interdit est formulé comme le verdict d’un juge, cf. Gn (...)

    La sanction de la transgression est formulée comme une punition par Dieu : « le jour où tu mangeras de l’arbre, tu mourras certainement (mot tamut) 5 », mais comme une conséquence par la femme : « (ne mangez pas…) de peur que vous ne mouriez ».

  • 6 Voir Meir Sternberg, The Poetics of Biblical Narrative. Ideological Literature and the Drama of Rea (...)

13Comment faut-il expliquer ces écarts ? Un lecteur européen sera tenté d’y voir de simples variations stylistiques. Mais ce serait méconnaître les voies de la narration biblique 6. Les récits bibliques sont extrêmement concis, et tout détail est signifiant. Si la citation du discours divin faite par la femme diverge des paroles que le récit avait attribuées directement à Dieu, c’est qu’il y a une raison. Le lecteur est censé combler les blancs du récit afin de restituer la logique des faits narrés. Comment donc expliquer les écarts signalés ?

14Une première possibilité serait d’en rendre responsable le narrateur. Cette solution peut notamment s’appliquer aux divergences quantitatives. Le récit de Gn 2 ne serait pas complet. Dieu a pu dire à Adam : « ne mange pas et ne touche pas », et le narrateur a pu passer sous silence la seconde partie de l’interdiction, pour l’exprimer plus tard par la bouche de la femme. Cependant, cette solution ne peut pas expliquer les divergences qualitatives : Dieu a parlé au singulier ou au pluriel, par exemple, tertium non datur.

  • 7 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 99.

15Plutôt qu’au narrateur, beaucoup d’exégètes préfèrent attribuer les changements à la femme. Les écarts seraient dus à l’interprétation qu’elle donne du commandement divin. « La femme surenchérit sur l’ordre divin — écrit André Wénin — qu’elle complète en ajoutant : ‘Et vous n’y toucherez pas’ (…) elle se protège en fait de sa propre envie 7 ». Voilà un scénario possible.

  • 8 Les Dix Paroles sont prononcées en présence de tout le monde, mais même là, la loi est formellement (...)

16Mais il existe une troisième possibilité. Il faut se rappeler que la femme n’était pas encore présente quand le Seigneur Dieu a donné son commandement. Elle est créée plus tard. En toute logique, la femme ne peut donc connaître le commandement divin que parce que quelqu’un lui en a parlé après coup, soit Dieu, soit, plus vraisemblablement, l’homme. La loi du Sinaï, aussi, est ordonnée au « Fils d’Israël » stricto sensu. Elle est proclamée dans l’assemblée aux hommes pères de famille et ensuite transmise par chacun d’eux dans sa famille 8. La création du couple humain est un événement unique, mais la préséance du sexe masculin est une réalité quotidienne dans la vie de l’Israélite à qui le texte s’adresse en premier lieu. Bref, il est possible que certains écarts ne relèvent pas de l’interprétation de la femme, mais de l’enseignement de l’homme.

17Cette solution est certainement celle qui convient le mieux pour expliquer le changement de personne grammaticale : le Seigneur Dieu avait parlé à l’homme au masculin singulier (« Tu ne mangeras pas »), mais la femme ne semble connaître que la version au pluriel : « Vous ne mangerez pas ». L’homme a, semble-t-il, raisonné par analogie : Si moi, l’homme, je ne dois pas manger de cet arbre, alors évidemment la femme, tirée de ma côte, ne doit pas en manger non plus ! Fort de ce raisonnement, il a pu adapter la formulation de la loi. Et il a pu apporter d’autres changements encore.

  • 9 Voir S. Schechter, Avoth de-Rabbi Nathan, Nouvelle impression avec une introduction par M. Kister, (...)

18Selon une opinion rapportée dans le Midrash Avot de Rabbi Nathan, Adam a voulu « faire une haie autour de la parole de Dieu » : Dieu avait interdit de manger de l’arbre, Adam a ajouté le commandement de ne pas toucher 9. Selon ce même midrash, les choses auraient ensuite mal tourné : le serpent, voyant bien qu’Adam avait ajouté à la parole de Dieu, s’est approché de la femme en lui disant : « Si c’est toucher qu’il ne faut pas faire, voici je touche et je ne meurs pas ! » Et il aurait secoué l’arbre au point de faire tomber ses fruits. Ève en aurait déduit : « Tout ce que mon maître (rabbi) m’a commandé est faux », et ainsi elle aurait mangé du fruit interdit.

19Les hypothèses de lecture développées par le midrash sont fantaisistes, mais pas entièrement. Sur un point au moins, elles me semblent faire mouche : la femme connaît le commandement grâce aux informations qu’elle a reçues de l’homme, mais ce dernier n’a pas fidèlement transmis la parole de Dieu. Il l’a adaptée en fonction de sa propre compréhension, et pis encore en fonction de son appréciation des capacités de la femme. En langage contemporain en pourrait dire que l’homme infantilise sa femme : « Attention, il ne faut pas manger du fruit de l’arbre ! Il ne faut même pas toucher ! » Au lieu d’utiliser le nom compliqué donné par Dieu, « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », l’homme a fait plus simple, en parlant de l’arbre situé au centre du jardin. Et au lieu de présenter la conséquence comme une sanction de la désobéissance, il la présente comme un danger inhérent à l’action elle-même : l’arbre lui-même est dangereux, il ne faut pas toucher.

20Ce scénario explique pourquoi le serpent s’adresse à la femme. L’homme savait de première main ce que Dieu avait exigé ; il aurait été plus difficile d’insinuer le doute auprès de lui. La femme le savait seulement à travers son homme.

Les dysfonctionnements du premier couple

  • 10 La bénédiction qu’on prononce lorsqu’on voit une belle fille, TB Berakhot 58b.
  • 11 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 79.

21Gn 3,1-7 ne mentionne pas l’homme, mais contribue en creux à sa caractérisation. L’image qui en résulte n’est pas très flatteuse. Mais elle se trouve dans le droit fil du récit qui précède. On ne dit pas beaucoup sur Adam, mais ce qu’on en dit est plutôt problématique. Lorsque Dieu lui présente la femme qu’il vient de bâtir, l’homme aurait pu remercier Dieu : Baruch atah Adonai Eloheinu Melech Haolam, shekacha lo beolamo (« Béni sois-tu, Seigneur, qui as de telles choses dans ta création ») 10. Mieux, il aurait pu s’adresser à sa nouvelle compagne, lui souhaiter la bienvenue, apprendre à la connaître. Mais Adam s’en tient à un monologue centré sur sa propre personne 11 :

Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme (’isha), parce qu’elle a été prise de l’homme (’ish).

22Au lieu de la reconnaître comme un vis-à-vis, de découvrir en elle l’autre avec qui il pourra partager son existence, Adam assimile la femme à lui-même. Avec une telle attitude, on ne s’étonne pas qu’Adam ait pu avoir un comportement condescendant envers sa femme.

  • 12 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 102-105.

23Pour sa part, il semble qu’Ève s’est laissé enfermer dans le rôle qu’Adam lui attribue. Quand le serpent l’aborde avec ses questions, elle entre tout de suite dans sa logique. Si elle amplifie, comme nous l’avons vu, les soupçons du serpent c’est que, vraisemblablement, le serpent n’est rien d’autre que la personnification de ses propres interrogations 12. Au lieu d’aller trouver son homme pour essayer de tirer les choses au clair, elle reste captive de l’attitude immature qu’Adam lui a imputée.

24Tout cela est éminemment humain et reconnaissable. Nous aimerions faire mieux, mais autour de nous nous reconnaissons ces mêmes mécanismes : le refus de prendre l’autre au sérieux, l’égocentrisme, le manque de vérité dans les relations. Encore aujourd’hui, de tels mécanismes causent des drames sans fin. La fameuse « chute » n’est pas un péché mythique qui a changé la nature des choses : c’est un enchaînement de choix malheureux tels que n’importe quel être humain aurait pu en faire. On peut lire Gn 3 comme le récit d’une journée — décisive, il est vrai — dans la vie du premier homme et de sa femme, une scène de ménage qui échappe au contrôle de ceux qui l’ont vécue.

* *
*

25Pour conclure j’aimerais brièvement revenir sur ce qui a été appelé le modèle « exodique » des récits de Gn 1-11. J’ai déjà souligné quelques détails dans le texte de Gn 2-3 qui se conforment à des schémas bibliques plus développés dans le livre de l’Exode, notamment l’inscription de la loi dans le cadre de la grâce, et le fait d’adresser les commandements d’abord aux hommes pour qu’ils les transmettent dans leurs familles.

  • 13 Anderson, Genesis of Perfection, p. 207.
  • 14 Sanhédrin 102a.

26Au-delà de ces analogies ponctuelles, la trame narrative du récit sur le jardin d’Éden suit elle aussi un modèle développé dans le livre de l’Exode. L’archétype du péché humain dans la Bible n’est pas la consommation du fruit interdit dans le jardin d’Éden, mais la fabrication du veau d’or 13. Dieu s’est choisi un peuple, l’a libéré de l’esclavage, lui a donné la Torah. La première chose que fait le peuple dans la suite est de transgresser le premier commandement ! Voilà le péché primordial. Selon le Talmud de Babylone, dans chaque catastrophe survenant dans le monde entier il y une petite fraction de rétribution pour le péché du veau d’or 14.

27Les détails de l’intrigue sont différents en Gn 2-3 et en Ex 20-34, mais dans les grandes lignes, il y a beaucoup de ressemblances. J’en énumère trois :

  • Le commandement procède de la sollicitude de Dieu pour l’être humain (le rôle de l’être humain étant joué en Exode par le peuple d’Israël). Le but des commandements, dans les deux récits, est de structurer l’existence des destinataires. Par la loi Dieu n’entend pas se ménager un domaine propre, ni manifester arbitrairement sa seigneurie, mais éduquer ceux à qui il s’adresse.

    • 15 De façon semblable on lit chez Mark Twain : « Adam était seulement humain, cela explique tout ; il (...)

    La transgression du commandement intervient immédiatement après le don de la loi : « Quand le commandement est venu, le péché a pris vie », dira l’apôtre Paul (Rm 7,9) 15.

  • Les conséquences du péché ne sont pas celles qu’on aurait pu prévoir : Adam et Ève ne meurent pas, le peuple d’Israël n’est pas annihilé. Les sanctions apportées sont tempérées par la grâce de Dieu.

  • 16 Je prends ici position dans un débat exégétique qui n’est pas entièrement réglé. À mon sens une lec (...)

28Le récit de la « chute » des premiers humains est comme une préfiguration du récit du veau d’or. Il faut lire le premier récit à la lumière du second. Le récit de Gn 3 n’est pas une étiologie de la mort, il n’est pas un mythe qui doit expliquer pourquoi l’être humain meurt 16. Il s’agit plutôt d’une mise à nu de la condition humaine analysée selon le paradigme de l’Exode : que se passe-t-il lorsque Dieu entre en contact avec les humains qu’il a créés ?

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, la belle étude de Gary Anderson, The Genesis of Perfection. Adam and Eve in Jewish and Christian Imagination, Louisville, Westminster John Knox, 2001.

2 Voir André Wénin, D’Adam à Abraham ou les errances des humains. Lecture de Genèse 1,1 – 12,4, Paris, Cerf, 2007, p. 95-96.

3 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 98-99.

4 L’attitude suspicieuse et ingrate est poussée à son comble en Gn 3,12, où Adam dit à Dieu : « Cette femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé ».

5 La conséquence de l’acte de manger du fruit interdit est formulé comme le verdict d’un juge, cf. Gn 20,7 ; Nb 26,65 ; 1 S 14,39 ; 22, 16.

6 Voir Meir Sternberg, The Poetics of Biblical Narrative. Ideological Literature and the Drama of Reading, Bloomington, Indiana University, 1987, p. 365-440.

7 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 99.

8 Les Dix Paroles sont prononcées en présence de tout le monde, mais même là, la loi est formellement adressée aux hommes au moyen de la deuxième personne du masculin singulier. La loi s’adresse d’ailleurs directement aux hommes lorsqu’elle emploie des termes comme : « ta femme », « ta maison ».

9 Voir S. Schechter, Avoth de-Rabbi Nathan, Nouvelle impression avec une introduction par M. Kister, New York & Jérusalem, JTS, 1997, p. 4.

10 La bénédiction qu’on prononce lorsqu’on voit une belle fille, TB Berakhot 58b.

11 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 79.

12 Wénin, D’Adam à Abraham, p. 102-105.

13 Anderson, Genesis of Perfection, p. 207.

14 Sanhédrin 102a.

15 De façon semblable on lit chez Mark Twain : « Adam était seulement humain, cela explique tout ; il ne voulait pas la pomme pour la pomme, mais parce qu’elle était interdite ; si Dieu avait interdit de manger le serpent, il aurait mangé le serpent ».

16 Je prends ici position dans un débat exégétique qui n’est pas entièrement réglé. À mon sens une lecture qui suppose que les premiers humains étaient créés immortels fausse le sens du texte. En Gn 1 comme en Gn 2, l’homme est présenté d’emblée comme un être en manque, fragile, incomplet et mortel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Joosten, « Que s’est-il passé au jardin d’Eden ? », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 493-501.

Référence électronique

Jan Joosten, « Que s’est-il passé au jardin d’Eden ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1396 ; DOI : 10.4000/rsr.1396

Haut de page

Auteur

Jan Joosten

Faculté de Théologie protestante
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page