Navigation – Plan du site

Dire la guerre, penser la paix

Un point de vue de l’aumônerie protestante aux armées
Frank Bourgeois
p. 475-492

Résumés

Les aumôniers militaires protestants bénéficient d’un statut privilégié pour dire la guerre, qu’ils connaissent de l’intérieur, et par conséquent pour penser la paix. Sur le mode d’une série de témoignages et de reprises analytiques et théologique, la contribution de l’aumônerie aux armées est ici exposée dans sa spécificité : l’aumônier est à la fois ministre de la Parole, témoin du Christ, et ambassadeur de la réconciliation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’une conférence que Frank Bourgeois a donnée à Strasbourg le 29 novembre 2010. Il était alors Aumônier en chef adjoint terre. Il est devenu Directeur de l’aumônerie protestante aux armées le 12 septembre 2011. Il est décédé le 4 février 2012, à cinquante-deux ans, d’une crise de paludisme qu’il avait contracté lors d’une mission en Côte d’Ivoire.

Texte intégral

  • 1 L’objet du présent article n’est pas de débattre de la légitimité de l’usage de la violence par l’É (...)

1Les aumôniers aux armées ne peuvent se prévaloir d’aucune compétence particulière sur les questions de la guerre et de la paix. Comme tous les pasteurs, ils ont suivi un cursus en théologie qui les a plus ou moins bien préparés à l’exercice de leur ministère spécialisé, ainsi qu’à la réflexion éthique qui est, à mon sens, une composante indispensable de tout ministère pastoral. Si les aumôniers militaires ont quelque chose à énoncer qui puisse présenter quelque intérêt, ce ne peut être qu’en vertu de la spécificité de leur positionnement. Ministres de l’Évangile au sein de l’institution militaire, militaires eux-mêmes, présents sur les théâtres d’opérations, ils bénéficient d’un point de vue unique sur les manifestations de la violence d’État, qu’on la considère comme légitime ou non 1. Animés du souci pastoral des militaires auprès desquels leur Église les envoie, ils portent sur les « gens d’armes » un regard dénué de toute animosité, mais aussi souvent sans complaisance. Il me semble que le partage de leurs expériences et de leurs réflexions est susceptible d’apporter des éléments constructifs aux recherches sur la guerre et la paix. Mon propos se tiendra donc quelque part entre ces deux genres : témoignage, parce qu’il a comme point de départ des expériences vécues par des aumôniers aux armées ; réflexion, parce qu’il n’entend pas rester purement narratif mais tentera une certaine distanciation, première et nécessaire étape d’une réflexion qui se construit avec tous.

  • 2 Il s’agit du Séminaire interdisciplinaire du groupe « Éthique et droits de l’homme » de l’Universit (...)

2Je voudrais maintenant, en deux points, exprimer quelques réactions sur le thème de ce Séminaire : « Dire la guerre, penser la paix » 2, ces réactions ayant pour but d’aider le lecteur à appréhender mon approche globale de la problématique proposée.

I. Dire la guerre…

3« Dire la guerre », c’est à mes yeux une évidence, est un préalable indispensable pour penser la paix. Car la paix ne se donne que si l’on a le courage de la penser, comme un architecte se doit de penser le monument avant d’en entreprendre la construction. La paix ne se donne pas à ceux qui ne sont pas disposés à en payer le prix. Elle exige des sacrifices et des renoncements auxquels seuls ceux qui connaissent le vrai prix de revient de la guerre sont en mesure de consentir. Il faut connaître le risque pour y faire face, il faut connaître la guerre pour être attaché à la paix. Et plus on connaît intimement la guerre et son cortège de souffrances, plus on est attaché à la préservation de la paix.

4« Dire la guerre », c’est saisir sa nature fondamentalement irrationnelle. Je voudrais d’ailleurs commenter une expression utilisée dans l’argumentaire du Séminaire, à propos des évolutions récentes des conflits et de leurs causes :

  • 3 Argumentaire du séminaire, p. 1.

Plus qu’à un changement de paradigme, ne sommes-nous pas confrontés, à l’endroit des conflits internationaux, à une sortie de la rationalité instrumentale 3 ?

5« Une sortie de la rationalité instrumentale » : cette expression présuppose que la guerre l’ait un jour habitée. Rien n’est moins sûr. Je ne mets pas en doute la réalité de l’élaboration d’un discours rationnel justifiant la guerre, quelles que soient les références ultimes de ce discours. En Occident, il est idéologiquement important de montrer que si l’on part en guerre, ce n’est pas en raison de passions désordonnées mais pour des raisons rationnelles et, de ce fait, justifiées. Avec la sécularisation du discours politique et sa cristallisation autour de l’État-nation, la raison d’État qui justifie toutes les entorses à l’éthique commune permet de voiler les passions des gouvernants derrière une pseudo-rationalité. Cette rationalisation ne vise pas seulement les causes de la guerre, mais également sa conduite. On a constaté de longue date que l’ordonnancement rationnel des combattants et l’optimisation des techniques de combat permettent la victoire sur des ennemis plus nombreux, très combatifs, mais désorganisés.

  • 4 Que Mayer considère comme l’expression ultime de la culture puritaine : cf. J.-P. Mayer, Dieu de co (...)

6Donc la rationalité instrumentale a servi de justification à la guerre et elle a conduit à maximaliser l’efficacité des différents systèmes d’armes. Mais n’a-t-elle pas in fine occulté la source authentique des conflits armés : les passions humaines ? Pour paraphraser en le détournant quelque peu l’argumentaire de notre Séminaire, ne peut-on pas considérer que les catégories de la polémologie traditionnelle n’ont été efficientes que durant l’âge classique, l’entrée dans la modernité coïncidant avec la levée en masse, c’est-à-dire avec la montée aux extrêmes qui trouve son plein accomplissement dans la doctrine nucléaire américaine de la destruction mutuelle assurée (MAD) 4 ? En un mot, cette « sortie de la rationalité instrumentale » n’est-elle pas simplement le retour à la norme, le fruit d’une lecture plus honnête de l’origine et du déroulement des conflits ?

  • 5 Cf. F. Bourgeois, « La théorie de la guerre juste: un héritage chrétien? », Études Théologiques et (...)
  • 6 Cf. J. Flori, L’idéologie du glaive, Préhistoire de la chevalerie, Genève, Droz, 2010 (1984), préfa (...)
  • 7 Réflexion d’autant plus nécessaire qu’hors d’Europe, mais parfois même en Europe, les faillites d’É (...)

7Pour penser la guerre, il faut aussi se départir de la pensée majoritaire, voire même consensuelle, de notre milieu intellectuel. Je suis souvent frappé par le fait que la réflexion sur la théologie de la guerre semble, pour la majorité des auteurs chrétiens, commencer avec Constantin, puis on passe à saint Thomas d’Aquin, en mentionnant seulement entre les deux la réflexion augustinienne sur la guerre juste. Or, il me semble que nous sommes largement héritiers non seulement des Lumières, mais aussi du Moyen-âge. J’ai tenté de le montrer dans un article sur l’origine de la théologie de la guerre juste publié en 2006 5. Ses sources augustiniennes et thomistes me paraissent en effet largement surestimées aux dépens des apports plus décisifs de Cicéron dans l’Antiquité, et du moine Gratien à l’occasion de la querelle des Investitures au Moyen-âge. Je trouve un autre exemple de l’apport de cette longue période à la conception occidentale de la guerre dans un livre de Jean Flori récemment réédité. L’idéologie du glaive 6 nous rappelle comment l’Église d’Occident, face à la déliquescence de l’État aux xe et xie siècles, a confié la défense des faibles aux châtelains tout en la régulant par les institutions de la Trêve de Dieu et de la Paix de Dieu. Même si la conversion constantinienne reste un événement fondateur dans la réflexion chrétienne sur la guerre, le raccourci emprunté si légèrement par nombre d’auteurs génère un point aveugle. Une fois au moins dans notre histoire, il est arrivé que l’Église se trouve en position de responsabilité devant une situation sécuritaire extrêmement dégradée, l’ordre n’étant plus maintenu par un État incapable de résister aux pressions extérieures (Vikings, Sarrazins, Bulgares,…). L’examen des choix qu’elle fit dans ces circonstances, si contestables qu’ils fussent, me semble indispensable à toute réflexion actuelle sur l’attitude des chrétiens devant la violence d’État 7.

  • 8 J. Lasserre, Les chrétiens et la violence, Lyon, Olivétan, 2008 (1965), préface de F. Rognon. L’aut (...)

8Cette absence de recul historique se retrouve dans l’argumentation de nombreux pacifistes chrétiens ou non. Jean Lasserre par exemple, dans un livre réédité en 2008 répond ainsi à un opuscule de Paul Ricœur 8 :

  • 9 Lasserre, Les chrétiens et la violence, p. 130.

Par ailleurs, notre ami [Paul Ricœur] considère comme acquis sans discussion que les moyens militaires sont les seuls propres à sauvegarder l’existence de l’État ou de la nation. Mais voilà encore qui aurait besoin d’être prouvé ! Des expériences comme celles de William Penn, Savorgnan de Brazza, Rondon, Gandhi et Martin Luther King, entre autres, tendraient à infirmer une telle hypothèse 9.

9Sans aborder le fond du débat entre Jean Lasserre et Paul Ricœur, je relève que tous les exemples invoqués viennent de l’époque contemporaine. Ce n’est pas un hasard ! L’expérience du Moyen-âge montre que ceux qui désiraient s’abstenir de l’usage des armes (les moines et les clercs en l’occurrence) se sont vus contraints de déléguer la responsabilité morale de leur sécurité à des spécialistes. Passer sans étape de l’Empire romain à l’État moderne post-westphalien évite de se poser sérieusement la question de la déficience de l’État et du devoir de protection des faibles face aux barbares de toutes espèces. Un tel auto-aveuglement, associé à une sacralisation de la vie humaine qui mériterait d’être interrogée théologiquement et philosophiquement, rend possible le refus de toute violence létale et la qualification de la guerre comme « mal absolu » :

  • 10 Ibid., p. 137.

[Sur un curseur de 0 à 100] nous placerons la peine de mort à 80 : ce sera le sujet de notre prochain chapitre. Enfin, la guerre se trouve à 100 : c’est le crime absolu, où l’on multiplie indéfiniment les massacres et les destructions, où le crime, nationalisé, industrialisé, devient une sorte de folie criminelle collective et où la volonté de Dieu et l’intérêt des hommes sont totalement méprisés et piétinés 10.

  • 11 Force d’Interposition des Nations Unies au Liban.
  • 12 Je m’en tiens ici au soldat engagé volontaire en raison du contexte actuel où la conscription est s (...)
  • 13 Elle est, en tout cas, bien éloignée de l’attitude de Jésus et des apôtres à l’égard des nombreux o (...)

10Cette vision de la guerre ne correspond pas à notre expérience. Il y a heureusement bien des gradations avant d’arriver à la guerre nucléaire totale, ou même aux génocides et crimes de masse tels que nous avons pu en vivre au cours de ces dernières décennies. L’expérience du soldat français en mission au Liban, dans le cadre de la FINUL 11, n’est pas celle du soldat serbe ou croate durant la guerre de Bosnie. La simplification moralisatrice de situations extrêmement complexes a plusieurs conséquences néfastes. La première, et non la moindre, est de rejeter sans appel le soldat volontaire 12 dans le camp des réprouvés, dans celui de ceux qui ont choisi « le monde » contre Jésus. Il est très douteux qu’un tel rejet soit dans l’esprit de l’Évangile 13… La seconde est tout simplement d’empêcher de penser la guerre, de la dire, car on ne pense pas le mal absolu. Or, comme l’intitulé de ce Séminaire le laisse entendre, une telle démarche intellectuelle est un obstacle majeur à la construction d’une paix authentique.

II. Penser la paix…

  • 14 Ce qui a été le cas de tous les engagements français depuis les années 90, à l’exception des interv (...)

11Le travail effectué par la théologie, et notamment la théologie biblique, sur la notion de « paix » fournit une matière incontournable que des aumôniers ont l’opportunité d’emporter avec eux sur les lieux mêmes du conflit. Cette possibilité est particulièrement appropriée lorsqu’ils accompagnent des troupes chargées par l’ONU d’un mandat de rétablissement ou de stabilisation de la paix 14.

12Cette richesse théologique nous astreint à penser à toutes les dimensions de la paix dès le début du processus de reconstruction. La plénitude de l’objectif ainsi poursuivi pourrait cependant se heurter à deux écueils :

13– Imaginer que l’état de paix soit l’état naturel des nations et des peuples, état auquel il suffirait de retourner pour qu’il se maintienne par les seuls ressorts de sa dynamique interne. Kant, dans son Projet de paix perpétuelle, nous avertit contre cette illusion :

  • 15 E. Kant, Projet de paix perpétuelle, Esquisse philosophique, édition bilingue, texte allemand tradu (...)

L’état de paix entre des hommes vivant côte-à-côte n’est pas un état de nature (status naturalis) ; celui-ci est bien plutôt un état de guerre ; sinon toujours une ouverture d’hostilités, cependant une menace permanente d’hostilités 15.

  • 16 Juges 6, 24. Le contexte est la nécessité de rétablir la paix par la force pour pouvoir rendre un v (...)

14N’est-il pas par ailleurs significatif que, selon l’histoire sainte, la première mention de Dieu comme Adonaï Shalom, Dieu de paix, soit le fait de Gédéon, un homme de guerre 16 ?

15– Ne se satisfaire que de cette paix pleine et riche et négliger tout objectif concret qui ne la réaliserait pas immédiatement. Cette paix parfaite, voulue et dispensée par Dieu, doit être l’horizon de notre praxis, sans toutefois perdre de vue que l’on n’atteint jamais la ligne d’horizon.

  • 17 Argumentaire du Séminaire, p. 2.

16Ceci posé, je pense que le travail des aumôniers touche plus particulièrement à ce que l’argumentaire de ce Séminaire appelle « les vecteurs du passage de ce concept théorique de ‘paix’ aux modalités concrètes de son effectuation et de sa pérennisation 17 ». Là se niche l’intérêt du témoignage de l’aumônier aux armées. Celui-ci, militaire, mais non combattant, à la fois impliqué et distancié, est en mesure de porter un regard particulier sur l’action en cours. Arrivant sur le théâtre d’opérations avec le bagage théologique qui lui est propre, sa conception de la paix se trouve immédiatement confrontée à celle qui est sous-jacente au projet politique que les militaires ont reçu pour mission de conduire dans le pays où ils se trouvent. Interroger cette confrontation, comment, où et sous quelles conditions les vues des militaires et des pasteurs ont pu converger ou diverger, me semble être une méthode de travail potentiellement heuristique.

17Parmi les expériences vécues au cours de ces dernières années au sein de l’aumônerie protestante, j’en sélectionnerai donc quelques-unes. Les choix opérés sont assez arbitraires, puisqu’ils dépendent en partie de l’expérience de l’auteur de ces lignes. Prenons-les pour ce qu’ils sont : une incursion dans un champ d’expériences peu exploité à ce jour, et la tentative de faire émerger une méthode de travail permettant de mettre à profit cette expérience en vue d’une recherche sur les conditions et méthodes nécessaires au rétablissement d’une paix durable, là où la guerre et la haine ont brisé toute possibilité apparente de vivre ensemble.

III. Expériences : narration et lectures théologiques 

18Avant de parler du positionnement statutaire de l’aumônier protestant dans les armées françaises, je vais très simplement, sur le mode du témoignage, tenter de l’illustrer par quelques expériences porteuses de sens. Nous poursuivrons par quelques éclaircissements sur la place des aumôniers dans les armées et les attentes des militaires à leur endroit. Nous tenterons enfin d’en déduire une élaboration théologique de leur praxis.

A. Récits et expériences 18

1. Un pays d’Afrique, 19..

19Un jeune aumônier, entendez qu’il est entré dans l’aumônerie protestante aux armées cinq mois auparavant, débarque en Afrique fin avril 19… Une centaine de militaires de l’armée locale s’étaient mutinés, mais des négociations en cours laissaient croire à un retour rapide à la normale. Dès son arrivée, le jeune aumônier est confronté aux réalités de la vie africaine. Accompagné des prévôts (les gendarmes français), il est invité à déjeûner par le commandant d’une unité de police dévouée au gouvernement. Il se réjouit d’abord de l’accueil du commandant qui lui annonce fièrement son protestantisme. Il se réjouit beaucoup moins lorsque celui-ci se vante des tortures qu’il inflige aux malheureux qui tentent de s’évader de ses « geôles ». À l’issue du repas, le commandant exécute au pistolet automatique un homme soupçonné de vol. Écœuré et refusant de cautionner l’acte par sa présence, l’aumônier se retire peu avant sous un prétexte dilatoire. Les gendarmes français n’ont pas eu cette liberté : ils ont dû assister à la scène jusqu’au bout.

20Deux semaines après, la mutinerie reprend alors que l’aumônier accompagne un convoi sur la piste de C…. Il fait connaissance avec le feu et réalise concrètement que sa propre finitude n’est pas seulement un concept théologique. Il regagne la capitale le plus rapidement possible où il est bloqué à l’aéroport. Là, il assiste au départ des troupes qui vont reprendre la maison de la radio aux mutins et à l’afflux de civils réfugiés, la ville étant alors livrée au pillage. Il organise avec les pasteurs et les sœurs catholiques réfugiées des temps de prière œcuméniques. Au cours des deux journées les plus intenses, il accompagne 3000 réfugiés dans les formalités d’embarquement précédant leur évacuation. Le témoignage au Christ est prodigué à travers cet accompagnement fraternel et le soin apporté aux plus faibles dans ces circonstances tragiques. Quelques jours après, les soldats français ont pris en charge des mutins qui étaient tombés aux mains de la Garde Présidentielle. En fait, il s’agit de ceux qui ont survécu à la torture. Après avoir été soignés par les médecins militaires français, ils sont enfermés sous bonne garde. L’aumônier demande à les visiter. La plupart sont protestants. Après les avoir écoutés individuellement et avoir prié avec eux, il demande l’autorisation de leur amener leur aumônier militaire protestant. Le commandement français ayant donné son accord, le pasteur africain vient s’occuper de ses ouailles et célèbre avec elles un culte, pendant que l’aumônier français, dehors, tente d’expliquer aux légionnaires qui les gardent que les aumôniers doivent leur ministère à toutes les parties en présence, et que nos ennemis ont également droit aux secours de leur religion.

  • 19 Ce fait, connu des autorités militaires africaines, lui vaudra d’être décoré par les autorités du p (...)
  • 20 Cette ligne de séparation correspondait à la division ethnique.

21Dès que les combats ont cessé, l’aumônier est le premier militaire français à se rendre seul et désarmé dans les camps des militaires révoltés 19. Il est invité à prêcher dans ces unités lors des rapports du matin. Tout en reconnaissant le droit à la révolte face à un pouvoir qui ne paie pas ses militaires, il récuse la tentative de coup d’État et condamne fermement les pillages. Enfin, les aumôniers protestants africains s’étant divisés entre partisans du gouvernement légitime et partisans des mutins 20, il contribue à la mise en place et au travail d’une commission composée de représentants des Églises protestantes du pays. Ils examinèrent l’attitude des aumôniers durant la révolte, ne condamnant moralement que ceux qui avaient pris les armes. Pour les autres, les Églises, via leurs représentants, aménagèrent les conditions de possibilité de la réconciliation. En raison de son action reconnue plutôt par les Africains que par les militaires français, l’aumônier fut invité à parler à la radio nationale où il s’exprima évidemment sur le thème de la réconciliation.

2. République de Côte d’Ivoire, 2004-2005

  • 21 30 et 31 juillet 2007. Le 31 est désormais férié en Côte d’Ivoire. On ne peut être que déçu par le (...)

22Le 6 novembre 2004, l’armée de l’air ivoirienne bombarde les forces françaises en interposition au nord de la zone de confiance à Bouaké. Le bombardement fera 10 morts (9 soldats français et un américain) et 39 blessés. L’aumônerie protestante a sur place en permanence un pasteur depuis fin 2003. (Auparavant, cette présence n’était pas permanente.) Celui-ci participe à l’identification des corps et à la cérémonie de levée de corps. Son ministère sort de l’ordinaire lorsque les événements survenus à Abidjan provoquent la destruction du collège. Pendant quelques semaines encore, les familles des militaires en affectation sur place ne sont pas évacuées. Il faut donc organiser la scolarisation des enfants dans le camp de Port-Bouët. Cette tâche revient à l’aumônier. Durant plusieurs mois après ces événements, les relations entre les armées française et ivoirienne demeurent extrêmement difficiles. Or, les aumôniers protestants français entretiennent des relations privilégiées avec de hauts responsables protestants de l’armée ivoirienne. C’est donc l’aumônier qui permettra la reprise du dialogue, en organisant une rencontre entre ces militaires de haut rang et le général commandant la force française Licorne. À cette occasion, il dirigera un moment de prière pour la paix et la réconciliation. Il est donc permis de croire que, même lorsque les deux États ayant un différend entre eux sont laïcs, la prière commune peut faciliter le dialogue ! Par la suite, d’autres aumôniers protestants français se montreront très actifs dans l’organisation des journées de prière pour la paix, archétypes des journées de la flamme de la paix 21, commémorées par un jour férié officiel du calendrier ivoirien.

3. Liban, depuis 2006

23Depuis les débuts de la FINUL, l’aumônerie protestante a envoyé des pasteurs auprès des Casques bleus déployés au Liban, au moment des fêtes de Noël et de Pâques. Depuis la guerre israélo-libanaise de 2006, les effectifs des militaires français ayant sensiblement augmenté, un aumônier protestant français est présent en permanence au sud-Liban. Depuis 2008, un aumônier musulman s’est joint à lui. Il y a donc en permanence sur place trois aumôniers : un catholique, un protestant et un musulman. Cependant, le commandant français, souvent chiche en ce qui concerne les aumôniers (la République aimant ainsi à rappeler qu’elle est laïque), n’a prévu qu’un véhicule pour trois. Or, les militaires français sont répartis sur trois sites principaux et sur plusieurs points hauts, ainsi que le long de la frontière avec Israël. Pour bien comprendre le dispositif, il faut savoir que les aumôniers sont les seuls militaires français à être autorisés à se déplacer sans escorte et sans armes dans la zone de responsabilités des Casques bleus français, à condition toutefois de se déplacer à deux ou trois. Bref, s’ils veulent faire leur travail, lequel consiste principalement à célébrer leur culte sur les trois principales emprises et à visiter leurs ouailles sur toutes les implantations, ils sont condamnés à s’entendre. Comme on peut l’imaginer, cela ne va pas toujours de soi. Mais bon gré mal gré, la plupart du temps, ça marche !

  • 22 Baptistes et pentecôtistes au sud-Liban.

24Il y a dans cette simple situation, en l’absence même de faits tragiques tels que ceux évoqués dans les exemples précédents, un signe. Ce signe a deux destinataires. Le plus évident, et le plus attendu, est l’ensemble des Casques bleus français. Il s’agit de montrer qu’en certaines circonstances, les représentants des trois cultes considérés sont capables de travailler ensemble, voire de sympathiser et de nouer des amitiés authentiques. Face au discours dominant dans les armées, discours selon lequel les religions sont surtout cause de troubles et de conflits, il y a là un signe du contraire qui est bien compris. Mais le plus intéressant est certainement la manière dont ce mode de fonctionnement est reçu par les Libanais. Pour le bien comprendre, il faut savoir comment est organisée la nation libanaise. Toutes les communautés religieuses, y compris la communauté protestante, y ont leur place. Au Liban, cela signifie que chaque communauté a ses députés, ses ministres (selon un partage des pouvoirs qui est toujours l’objet d’âpres négociations), et même ses tribunaux. Il n’y est donc pas surprenant que des ministres des différents cultes puissent se parler et négocier une manière de vivre au nom de leur communauté. Mais il est beaucoup plus étonnant qu’ils travaillent dans une relation d’égalité au profit de toutes les communautés, y compris celle des incroyants. Or, les aumôniers sont connus et reconnus par la population libanaise. Ils entretiennent des contacts avec les communautés protestantes 22, maronites et avec les mosquées. Tous ont à faire avec les commerçants chrétiens et musulmans, ces derniers étant généralement membres du Hezbollah ou des milices Amal. Ils sont ainsi témoins au quotidien d’une manière pacifiée de vivre la laïcité.

B. D’où parle l’aumônier ?

25Après avoir exposé ces trois exemples, le moment est venu d’interroger le lieu d’où parle l’aumônier aux armées. Qui est-il ? D’où observe-t-il le monde qui l’entoure ? Quels sont ses moyens d’agir ?

  • 23 Il est prévu que l’administration des aumôniers soit reprise par le commissariat des armées (autref (...)
  • 24 Les autorités religieuses nommant les aumôniers en chef sont le Président de la Fédération Protesta (...)

26L’aumônier aux armées est responsable devant une double chaîne de responsabilités. Sur le plan militaire, il est systématiquement affecté auprès de la plus haute autorité de son unité ou du théâtre d’opérations. Non-combattant administré par le service de santé des armées 23, ses activités relèvent directement de l’État-major des armées. Sur le plan religieux, il dépend uniquement de son autorité religieuse 24, dont le visage immédiat au sein des armées est l’aumônier en chef (évêque aux armées pour les catholiques, directeur de l’aumônerie pour les autres cultes).

  • 25 Le « spiritual » débordant amplement ce que l’on entend usuellement par « religieux ».

27En opérations, sa priorité est le soutien religieux et spirituel 25 du personnel militaire français. Il œuvre ensuite au profit des militaires alliés, puis des personnels civils sous contrat local, surtout lorsqu’ils sont protestants. Enfin, dans la mesure où les conditions de sécurité le permettent, il veille au contact avec les Églises locales, quand elles existent. Ce cadre posé, il est en charge de trois fonctions principales.

1. Conseiller le commandement

  • 26 Si ce n’est du commandant de la formation à laquelle il est rattaché. Ces dispositions relèvent du (...)
  • 27 Vers l’extérieur, la communication des aumôniers est astreinte au devoir de réserve, conformément a (...)

28L’aumônier aux armées possède un grade sans équivalent dans la hiérarchie. À ce titre, il ne peut pas recevoir d’ordres 26 ni en donner. De ce fait, il a un accès direct aux chefs de l’opération militaire en cours. En cas de difficulté, il répond de ses activités devant l’aumônier en chef de son culte, lequel rend compte directement au Chef d’état-major des armées. Il peut donc faire preuve, en interne, d’une grande liberté de langage 27. Les militaires s’attendent d’ailleurs à ce que les aumôniers rappellent les règles éthiques si les chefs dérivent, tant en ce qui concerne le respect du droit humanitaire que dans la manière de commander. Quand il y a de nombreux protestants dans le pays d’accueil, le commandement s’attend également à ce que l’aumônier protestant soit en mesure de décrypter le paysage protestant local et, le cas échéant, de faciliter ses relations avec les autorités militaires, politiques et religieuses de confession protestante. Enfin, indépendamment de leur foi personnelle, les chefs ont fréquemment une demande de compagnonnage.

2. Assurer la satisfaction des besoins religieux du personnel

  • 28 Cf. S. Fath et J.-P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxi(...)

29Cette fonction conduit naturellement l’aumônier à organiser des cultes, à procéder à des actes pastoraux, à organiser et diriger des temps de prière, et à répondre aux demandes d’enseignement religieux. Selon l’article 2 de la loi de 1905, les aumôniers sont garants du respect de la liberté de culte des protestants intégrés au sein des armées. Ils ont donc le devoir de proposer un culte, qu’ils aient des ouailles ou non. Il faut avouer que globalement, les protestants sont peu demandeurs d’activités cultuelles, à l’exception des évangéliques qui prennent part plus volontiers aux activités proposées. Ce constat rejoint celui qui a été fait récemment à l’occasion du Colloque organisé par la Fédération Protestante de France : « Les protestants en France, une famille recomposée. État des lieux et repères 28 ». Les personnels civils de recrutement local sont parfois les plus fidèles assistants au culte.

3. Accompagnement de l’ensemble du personnel

  • 29 D’où l’importance de porter ses décorations, au risque de déplaire à quelques-uns.
  • 30 L’aumônerie aux armées veille à ce que les aumôniers recrutés soient inscrits au rôle d’une des Égl (...)
  • 31 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1996.

30Les aumôniers sont très attendus dans ce domaine. Il s’agit d’accompagner les combattants partout, à nos risques et périls. Il faut gagner respect et confiance : un combattant ne peut se confier qu’à un autre combattant, ou à quelqu’un qui a partagé avec eux le stress du combat 29. À la différence du psychologue de théâtre, l’aumônier est présent sur le théâtre d’opérations dans la durée (en Afghanistan, 6 mois pour les aumôniers contre 2 mois pour les psychologues). Il écoute généralement le militaire « hors cadre », le plus souvent durant ses moments de détente, parfois au détour d’un chemin ou dans la cabine d’un camion. Le fait qu’il soit hors hiérarchie implique que ce qui lui est confié n’aura aucune conséquence sur la carrière du militaire. Le pasteur a normalement les qualifications nécessaires pour orienter le soldat vers le psychologue quand il détecte un risque 30. Mais sa principale spécificité est de recevoir les questionnements métaphysiques, ce qui conduit parfois les psychologues militaires à renvoyer les soldats vers les aumôniers lorsque ces questionnements surgissent. Or, il se trouve que les questions existentielles affleurent constamment lorsque l’on est au combat. Voir un camarade se faire tuer ou être gravement blessé (et souvent définitivement handicapé) conduit nécessairement à questionner les raisons de sa présence en opérations, et par là même, son projet de vie. Les aumôniers sont là pour accompagner ce questionnement, en toute liberté. La réponse apportée à l’issue est plus souvent qu’on ne l’imagine : « je termine mon contrat et je quitte l’armée ». Face à de telles interrogations, l’aumônerie aux armées a considéré qu’elle se devait de réfléchir de façon holistique à cette question du projet de vie. Elle a été abordée à Cherbourg au cours de nos dernières journées d’étude (2010), à partir de la proposition de Paul Ricœur, formulée dans Soi-même comme un autre 31 : « Viser à la vie bonne, avec et pour les autres, dans des institutions justes ». Considéré ainsi, l’être du militaire s’inscrit dans un projet qui implique un désir de paix et de justice pour son propre pays. Le militaire est et doit être d’abord un citoyen et porter avec lui, en lui, les valeurs de la République indivisible, laïque, démocratique et sociale, République qui assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion, et qui respecte toutes les croyances.

IV. Tentative d’élaboration théologique

31Nous avons vu, tant par les exemples donnés que par l’examen de la situation concrète de l’aumônier protestant en opérations, qu’il ne manque pas de moyens d’agir, même modestement, sur les mentalités des personnes engagées dans un conflit, et ce à tous les niveaux de responsabilité.

32Il me semble que l’on peut tenter une synthèse des modalités d’action des aumôniers, telles qu’illustrées par les trois exemples évoqués précédemment, en les catégorisant selon trois axes correspondant aux destinataires de ces actions :

33– Vis-à-vis de tous les militaires :

Encourager le respect de la République et de ses règles, à commencer par les principes exprimés dans le bloc de constitutionnalité. Il s’agit de servir une République indivisible, sociale et laïque, c’est-à-dire qui n’exerce aucune discrimination quant à l’origine sociale, ethnique ou religieuse. Une telle approche de l’homme me semble exclure toute diabolisation de l’adversaire.

Encourager le respect du droit humanitaire que la France s’est engagée à appliquer. Il implique que le militaire fasse preuve de la plus grande retenue dans l’usage de la violence, et qu’il refuse d’utiliser des moyens illégaux, tels que la torture, pour arriver à ses fins (respect des droits des prisonniers).

34– Vis-à-vis des chefs militaires :

En tant que conseillers du commandement, les aumôniers ont la responsabilité de veiller à ce que les officiers soient bien informés sur les aspects religieux des conflits en cours, ainsi que sur la culture religieuse des populations au sein desquelles les armées manœuvrent. L’inculture religieuse actuelle des cadres français, leur ignorance du protestantisme, les conduisent fréquemment à des erreurs dans l’interpré- tation du comportement de leurs interlocuteurs.

  • 32 Sondage réalisé par plusieurs instituts de sondage pour le Reader’s Digest et publié en mars 2005. (...)

Les aumôniers sont parfois en mesure d’agir avec leurs moyens spirituels en vue d’une réconciliation des adversaires. Il est faux de croire que la religion n’a plus les moyens d’agir sur les consciences en raison de la sécularisation. Outre le fait que de nombreux conflits se déroulent dans des sociétés peu sécularisées, il ne faut pas sous-estimer l’importance du fait religieux dans une Europe où 75 % des habitants déclaraient en 2005 croire en Dieu 32. On a vu que l’action des aumôniers protestants est d’autant plus forte que l’interlocuteur est protestant (vecteur confessionnel).

35– Vis-à-vis des belligérants :

Ils peuvent montrer l’exemple d’une cohabitation pacifiée des religions au sein de la République laïque.

Ils ont la possibilité d’aider à la conception et à la réalisation de gestes liturgiques et symboliques forts, de manière à faire advenir chez les anciens belligérants un imaginaire de la réconciliation et de la paix.

36Le « service minimum » des aumôniers est donc de veiller au respect des principes républicains et du droit humanitaire. Pour cela, ils disposent de moyens d’agir sur les théâtres d’opérations, mais l’aumônerie dans son ensemble se doit de travailler à une réflexion qui contribue à faire du militaire français un citoyen modèle, en vue de l’édification d’une société de paix fondée sur le respect de l’autre.

37Bien que ce programme soit déjà ambitieux, nous ne saurions nous en contenter. Comment en effet parler aux hommes du pardon, comment parler de réconciliation sans les fonder théologiquement, sans en aborder les fondements religieux ? Il faudrait être aveugle pour ne pas voir ce que le respect profond dû à l’adversaire, selon le droit humanitaire, doit à l’amour des ennemis prêché par le Christ !

38Considéré sous cet angle, la fonction de l’aumônier protestant aux armées revêt une triple signification. L’aumônier est à la fois :

  • Ministre de la Parole ;

  • Témoin du Christ ;

  • Ambassadeur de la réconciliation.

39Ministre de la Parole, il l’est par ses fonctions traditionnelles et reconnues par la loi. Il célèbre le culte, il conseille le commandement et tous ceux qui lui en font la demande, il accompagne les militaires dans les difficultés professionnelles, familiales et personnelles qu’ils traversent.

40Il est témoin du Christ, tout d’abord parce qu’il est clairement identifié comme tel par les militaires. Son rôle est distinct de celui du psychologue. Mais plus encore, sa présence sur les lieux des combats est signe de la présence du Christ. Par la présence de l’aumônier, le Christ rappelle aux militaires qu’ils sont humains, et il les enjoint de se conduire comme tels. L’histoire nous montre malheureusement que cette injonction n’est jamais superflue sur un champ de bataille, lieu par excellence de la déshumanisation de l’homme par sa réduction à un simple moyen consommable.

  • 33 Cf. 2 Cor. 5, 18.

41Il est aussi ambassadeur de la réconciliation 33. Il prêche la réconciliation du militaire avec Dieu, et partant avec lui-même. Ce dernier doit accepter d’être accepté par Dieu tel qu’il est, sans avoir à expier quelque péché inhérent à son état, et ainsi il doit apprendre à pratiquer le métier des armes d’une manière digne de sa foi en Dieu et en l’homme.

42L’aumônier prêche également la réconciliation avec l’ennemi, être humain comme lui, au service d’une cause qu’il n’a peut-être pas choisie. L’ennemi est fils du même Père que le soldat, et digne du même respect. Le militaire chrétien doit pleurer chaque mort qu’il provoque chez l’ennemi. Pour éviter les errements théologiques des guerres passées, ne serait-il pas urgent de bâtir une anthropologie du temps de guerre, une anthropologie de l’ennemi ?

43Enfin, l’aumônier est prédicateur de la réconciliation entre les hommes en général, notamment lorsque le militaire français n’a pas d’ennemis à affronter, mais des parties entre lesquelles il doit s’interposer. S’adressant aux parties en présence, bien souvent à la recherche d’une réconciliation à buts exclusivement politiques, l’aumônier peut l’ancrer dans la transcendance et poser ainsi le fondement d’une paix durable.

En guise de conclusion

  • 34 Cf. J.-J. Becker, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre. Contribution à l’étude de (...)

44La paix ne peut se penser que si la guerre a été dite, c’est le thème du présent Séminaire. Dire la guerre, c’est évidemment exprimer les raisons (ou prétextes) officielles de la guerre, et les solder. Reprendre l’histoire, élargir le point de vue, montrer l’inanité des revendications lorsqu’elles sont portées par la violence… Ce travail doit être fait, mais il ne constitue qu’un prologue, l’approche nécessaire mais non suffisante d’une autre parole. Celle qui ne transparaît nulle part ou si peu, celle qui exprime les souffrances des peuples, les souffrances qui les ont conduits à accepter la violence comme une solution possible à leurs conflits. Il est assez rare que les peuples aillent à la guerre dans l’insouciance, et le spectacle de soldats partant gaiement « la fleur au fusil » relève en général de la reconstruction à fins de propagande 34. Dans la plupart des cas, l’acceptation de la guerre par la population résulte d’une somme de souffrances et de frustrations sur lesquelles il faut revenir afin de déconstruire leurs liens avec l’entrée en guerre.

  • 35 Se pose alors en régime laïque la question jamais résolue de la religion civile.

45Dire la guerre, c’est aussi dire les souffrances engendrées par la guerre elle-même. Ces souffrances justifient souvent, aux yeux de ceux qui les ont subies, la perpétuation du cycle de la violence, au nom même de la justice. Le seul moyen de briser ce cycle est de rendre justice de manière symbolique, tout en libérant la parole. La violence ressentie lors de l’accouchement de cette parole a valeur thérapeutique. Tout se passe comme si cette parole était performative, comme si la violence des mots suffisait à retourner la violence subie contre ses acteurs. La souffrance exprimée et symboliquement reconnue ne crie plus vengeance. Le sujet souffrant peut alors entrer en résilience. Il semble que ce qui est dit ici des individus fonctionne également pour les groupes sociaux, ethniques, religieux, et même pour les nations.
Cette reconnaissance symbolique implique, outre la fonction langagière, un rituel qui vienne amplifier et inscrire le discours dans la profondeur du sujet. Ce rituel peut être individuel ou collectif. Lorsqu’il est collectif, il peut être pris en charge par les autorités du ou des groupes concernés 35. Il est évident que les autorités religieuses ont ici une expertise particulière qui peut parfois passer, nous l’avons vu, par celle des aumôniers aux armées.

46Nous nous sommes interrogé sur leur contribution au dire de la guerre et à la préparation de la paix. Nous les avons vus, parfois au cœur de l’action, déployant leur savoir théologique et leur savoir-faire d’aumôniers militaires au service de la paix, au risque parfois de se faire instrumentaliser. Ce faisant, on aura certainement remarqué que de leur point de vue, les questions les plus sensibles relèvent du jus in bello. Le jus ad bellum relève en effet du politique, et non du soldat. Son questionnement concernant la justice de la guerre est en effet limité. Il en admet la possibilité dès lors qu’il s’engage dans l’armée. Après, il doit faire confiance au politique autant qu’il le peut. Et lorsqu’il ne le peut plus, le régime actuel de l’armée professionnelle lui permet de démissionner…

  • 36 Anti-Ballistic Missiles.

47Pour ce qui est de penser la guerre, bien des questions n’ont pas été abordées. Que dire, quelle parole porter lorsque l’on est l’aumônier d’une unité servant des armes nucléaires ? Est-on aujourd’hui capable d’élaborer une réflexion fondée théologiquement sur la doctrine nucléaire en fonction de l’évolution des armes offensives et défensives (ABM 36), de la prolifération, et de l’européanisation souhaitée de la défense ?

48Nous n’avons pas abordé non plus les multiples questions délicates qui font le quotidien des aumôniers. Ces questions sont inévitables, dès lors que l’on détient une arme, que l’on soit militaire au sens habituel du terme ou gendarme. Comment gérer les risques de l’usage de l’arme dès lors qu’il y a des civils alentour ? Que faire lorsque la menace vient d’enfants, armés ou bardés d’explosifs ? Et bien d’autres encore… Il me semble que ces questions ne sont pas sans lien avec notre objet : penser la paix. Les lignes entre les opérations de guerre et de police sont de plus en plus floues, comme elles l’étaient avant les traités de Westphalie, et la nature des questions posées se rapproche également. On passe de moins en moins brusquement d’un état de non-belligérance à celui de la guerre totale, et c’est heureux. Mais comment penser l’action dans ces zones grises que sont la lutte contre la piraterie ou le terrorisme, par exemple ? Je reste persuadé que le passage expérimental par ces difficultés de base permet de concevoir une méthode de réflexion heuristique sur la gestion de la violence en général.

49Bref, pour penser la paix, il faut certes dire la guerre, mais pour dire la guerre, il faut y participer, avec un certain recul toutefois, une distanciation salutaire pour éviter de se perdre soi-même dans le déferlement de la violence. Pour cela, j’ai la faiblesse de penser que les aumôniers aux armées sont particulièrement bien placés.

Haut de page

Notes

1 L’objet du présent article n’est pas de débattre de la légitimité de l’usage de la violence par l’État, mais de montrer l’intérêt du témoignage de pasteurs que leur ministère amène au plus près des combattants.

2 Il s’agit du Séminaire interdisciplinaire du groupe « Éthique et droits de l’homme » de l’Université de Strasbourg, qui a traité durant les années 2008-2012 la thématique : « Dire la guerre, penser la paix ».

3 Argumentaire du séminaire, p. 1.

4 Que Mayer considère comme l’expression ultime de la culture puritaine : cf. J.-P. Mayer, Dieu de colère, Stratégie et puritanisme aux États-Unis, Château-Chinon, ADDIM, 1995.

5 Cf. F. Bourgeois, « La théorie de la guerre juste: un héritage chrétien? », Études Théologiques et Religieuses, vol. 81, n4 (2006), p. 449-474.

6 Cf. J. Flori, L’idéologie du glaive, Préhistoire de la chevalerie, Genève, Droz, 2010 (1984), préface de G. Duby, p. 200.

7 Réflexion d’autant plus nécessaire qu’hors d’Europe, mais parfois même en Europe, les faillites d’États se multiplient, générant des zones de non-droit où font souche de multiples bandes de terroristes et de pirates. Est-il alors sérieux d’en appeler à la mise en place de « corridors humanitaires », en imaginant que l’aide humanitaire aura la moindre chance d’arriver à ses destinataires sans l’appui d’une force armée? On glisse alors rapidement vers le droit, voire le devoir d’ingérence avec tous les risques que cela comporte. L’alternative consistant à se désintéresser du sort de ces populations au nom d’un pacifisme mal compris ou de la souveraineté des États me paraît encore moins responsable.

8 J. Lasserre, Les chrétiens et la violence, Lyon, Olivétan, 2008 (1965), préface de F. Rognon. L’auteur répond dans cette partie du livre à la conférence de Paul Ricœur intitulée « État et violence », rééditée dans : P. Ricœur, Histoire et vérité, Paris, Seuil, 1955, p. 246-259.

9 Lasserre, Les chrétiens et la violence, p. 130.

10 Ibid., p. 137.

11 Force d’Interposition des Nations Unies au Liban.

12 Je m’en tiens ici au soldat engagé volontaire en raison du contexte actuel où la conscription est suspendue. Il me semble cependant que la condamnation impliquée par les propos de Jean Lasserre englobe l’appelé chrétien qui ne refuserait pas de porter les armes dans un conflit.

13 Elle est, en tout cas, bien éloignée de l’attitude de Jésus et des apôtres à l’égard des nombreux officiers romains qu’ils ont croisés, mais c’est l’objet d’une autre étude…

14 Ce qui a été le cas de tous les engagements français depuis les années 90, à l’exception des interventions relevant des accords de défense nous liant à certains pays, notamment en Afrique, de l’évacuation de ressortissants français ou européens dont la sécurité était compromise, et du sauvetage des ressortissants français pris en otage par des pirates au large de la Somalie.

15 E. Kant, Projet de paix perpétuelle, Esquisse philosophique, édition bilingue, texte allemand traduit par J. Gibelin, Paris, Vrin, 2002 (1795), p. 27.

16 Juges 6, 24. Le contexte est la nécessité de rétablir la paix par la force pour pouvoir rendre un vrai culte au Dieu de la paix. Il est judicieux de remarquer que Dieu impose à Gédéon un usage minimal de la force (Juges 7, 1-8). La doctrine d’emploi des forces militaires françaises stipule qu’il faut user la force minimale nécessaire (juste suffisante) pour obtenir l’effet désiré. Cette modération est souvent contrariée par la nécessité de réduire les pertes dans ses propres rangs, les appuis feux pouvant, plus que d’autres actions militaires, provoquer des pertes chez les civils.

17 Argumentaire du Séminaire, p. 2.

18 Les acteurs des récits présentés ici étant pour la plupart toujours en activité, aucun nom ne sera mentionné. Les lieux et les dates du premier récit ont été changés afin que les personnes impliquées ne puissent être identifiées. Les événements survenus en Côte d’Ivoire sont trop spécifiques pour que leur évocation ne soit pas transparente.

19 Ce fait, connu des autorités militaires africaines, lui vaudra d’être décoré par les autorités du pays.

20 Cette ligne de séparation correspondait à la division ethnique.

21 30 et 31 juillet 2007. Le 31 est désormais férié en Côte d’Ivoire. On ne peut être que déçu par le tour qu’ont pris les événements à la suite des élections présidentielles de novembre 2010.

22 Baptistes et pentecôtistes au sud-Liban.

23 Il est prévu que l’administration des aumôniers soit reprise par le commissariat des armées (autrefois appelé l’intendance) à partir du 1er janvier 2012.

24 Les autorités religieuses nommant les aumôniers en chef sont le Président de la Fédération Protestante de France, le Président du Conseil National du Culte Musulman, le Président du Consistoire Central Israélite et le Pape.

25 Le « spiritual » débordant amplement ce que l’on entend usuellement par « religieux ».

26 Si ce n’est du commandant de la formation à laquelle il est rattaché. Ces dispositions relèvent du décret n° 2008-1524 du 30 décembre 2008, article 4.

27 Vers l’extérieur, la communication des aumôniers est astreinte au devoir de réserve, conformément au Statut Général des Militaires, article 2 : « Les opinions ou croyances, notamment philosophiques, religieuses ou politiques, sont libres. Elles ne peuvent cependant être exprimées qu’en dehors du service et avec la réserve exigée par l’état militaire. Cette règle s’applique à tous les moyens d’expression. Elle ne fait pas obstacle au libre exercice des cultes dans les enceintes militaires et à bord des bâtiments de la flotte. Indépendamment des dispositions du Code pénal relatives à la violation du secret de la défense nationale et du secret professionnel, les militaires doivent faire preuve de discrétion pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions. En dehors des cas expressément prévus par la loi, les militaires ne peuvent être déliés de cette obligation que par décision expresse de l’autorité dont ils dépendent. L’usage de moyens de communication et d’information, quels qu’ils soient, peut être restreint ou interdit pour assurer la protection des militaires en opération, l’exécution de leur mission ou la sécurité des activités militaires. »

28 Cf. S. Fath et J.-P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides (Religions et modernités), 2011.

29 D’où l’importance de porter ses décorations, au risque de déplaire à quelques-uns.

30 L’aumônerie aux armées veille à ce que les aumôniers recrutés soient inscrits au rôle d’une des Églises ou Unions d’Églises de la Fédération Protestante de France. À ce titre, ils ont été normalement au bénéfice d’une formation théologique de niveau universitaire qui intègre une formation à l’écoute. Les « non-pasteurs » recrutés sont obligatoirement détenteurs d’une entière délégation pastorale d’une de ces Églises. L’aumônerie aux armées s’assure en outre au moment du recrutement qu’ils ont suivi une formation à l’écoute pastorale.

31 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1996.

32 Sondage réalisé par plusieurs instituts de sondage pour le Reader’s Digest et publié en mars 2005. En France, le sondage a été réalisé par téléphone le 9 décembre 2004 auprès d’un échantillon national représentatif de 1006 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Plus récemment, un sondage IFOP, commandé par le journal La Croix, réalisé dans cinq pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne et Italie) et publié en mars 2010, révèle que 61% des Européens (51% des Français) pensent que « le message et les valeurs du christianisme sont toujours d’actualité ».

33 Cf. 2 Cor. 5, 18.

34 Cf. J.-J. Becker, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre. Contribution à l’étude de l’opinion publique, printemps-été 1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

35 Se pose alors en régime laïque la question jamais résolue de la religion civile.

36 Anti-Ballistic Missiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Bourgeois, « Dire la guerre, penser la paix », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 475-492.

Référence électronique

Frank Bourgeois, « Dire la guerre, penser la paix », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1390 ; DOI : 10.4000/rsr.1390

Haut de page

Auteur

Frank Bourgeois

Pasteur de l’Église Réformée de France
Directeur de l’aumônerie protestante aux armées

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page