Navigation – Plan du site

Liminaire

Frédéric Rognon
p. 389-391

Texte intégral

1Depuis deux siècles, la guerre a radicalement changé de visage. Armements et stratégies ont connu de profondes transformations mais c’est la conception même du conflit militaire qui a subi les mutations les plus considérables. La Révolution française avait déjà introduit une césure dans l’histoire de la guerre, en instituant la conscription, c’est-à-dire en universalisant l’engagement de la population masculine en âge de combattre dans les opérations militaires. C’est ainsi que Napoléon a bénéficié d’un peuple en armes pour mener ses campagnes et que Clausewitz a cru discerner dans cette « guerre à but absolu » et dans cette « montée aux extrêmes », une véritable accélération de l’histoire. Les conflits européens du xixe siècle, les deux guerres mondiales, les génocides et crimes contre l’humanité qui ont ponctué le xxe siècle, l’entrée dans l’ère nucléaire, la guerre froide, n’ont pas démenti cette analyse, d’autant que les populations civiles ont été de plus en plus directement concernées par les effets de la guerre.

2Et pourtant, il semble bien que nous soyons désormais face à une nouvelle mutation, totalement inédite. Depuis les guerres de décolonisation et les tensions révolutionnaires dans le Tiers Monde, mais surtout depuis la sortie de la guerre froide, nous n’avons plus affaire à deux ennemis clairement identifiés qui respectent tacitement les mêmes règles de l’art militaire, mais à ce que Gérard Chaliand appelle « les guerres irrégulières » : guérillas, guerres de harcèlement et d’usure, attentats terroristes, qui compensent largement l’infériorité technique des insurgés par un intense travail psychologique sur l’opinion publique de l’adversaire. Dans cette guerre idéologique, la dissymétrie fondamentale entre les camps opposés tient alors à la valeur différentielle attribuée à la vie d’un homme de part et d’autre. Lorsque l’ennemi a constamment recours à la ruse et au sacrifice, sans crainte de la mort si ce n’est en y aspirant même résolument, les normes traditionnelles de l’art militaire sont totalement mises à mal.

3Dans ces conditions, il semble qu’il soit de nos jours devenu passablement difficile de penser la guerre. L’aporie tient au caractère insaisissable, fugace et pour tout dire irrationnel du conflit : les catégories classiques de la polémologie ne s’avèrent plus opérationnelles. Même les tentatives les plus sérieuses pour rationaliser le fait militaire aujourd’hui sont amenées à reconnaître leurs limites. Plus qu’à un changement de paradigme, ne sommes-nous pas confrontés, à l’endroit des conflits internationaux, à une sortie de la rationalité instrumentale ?

4Si nous ne pouvons plus penser la guerre, peut-être pouvons-nous encore la dire. On a de tout temps dit la guerre : soit pour la déclarer et donc pour la faire (selon le principe de l’énoncé performatif), soit pour la justifier et la légitimer par un discours idéologique ou théologique. On a plus rarement donné la parole à la subjectivité des acteurs, encore moins souvent à celle des victimes. Il reste donc à explorer la possibilité de dire la guerre précisément pour ne pas avoir à la faire : la mettre non seulement en discours, mais en intrigue, pour la dévoiler telle qu’elle est vécue, la dénuder, la dépouiller de ses oripeaux idéologiques. On connaît la formule de Rudyard Kipling : « La première victime d’une guerre, c’est la vérité ». On peut donc légitimement nourrir l’ambition de dire la guerre, de formuler un certain type d’énoncé le plus ajusté possible à son sujet, non pour prétendre atteindre à la véracité objective, mais au moins pour traquer le mensonge qui lui est consubstantiel.

5En ce sens, dire la guerre peut être un premier pas sur le chemin qui consiste à penser la paix. Il ne s’agit pas en effet de se contenter de dire la paix, au risque de glisser vers le registre purement invocatoire, si ce n’est incantatoire, d’une paix factice que stigmatisait déjà en son temps le prophète Jérémie. Il importe au contraire d’élaborer une conceptualité de la paix qui contribue à la construire dans la réalité. Si l’on peut espérer dire la guerre pour éviter de la faire, on peut inversement oser penser la paix pour être en mesure de la faire. La première étape consisterait à préciser les différentes acceptions de la notion de « paix », de manière à évaluer la teneur de chacune d’entre elles, de critiquer les plus inconsistantes et de sélectionner les plus efficientes. Les conditions historiques, économiques, juridiques, sociologiques, éthiques, philosophiques et théologiques d’une paix véritable devraient ensuite être discernées, articulées et problématisées. Enfin, on pourrait interroger les vecteurs du passage de ce concept théorique de « paix » aux modalités concrètes de son effectuation et de sa pérennisation.

6C’est à cette fin que s’est tenu, à Strasbourg, de 2008 à 2012, un Séminaire interdisciplinaire, suivi d’un Colloque international en mai 2012. Leur ambition était de faire dialoguer des chercheurs de différentes disciplines pour nous aider à comprendre les tensions spécifiques au monde dans lequel nous vivons, mais aussi les divers efforts de rapprochement entre les peuples. Nous espérions ainsi contribuer à réduire l’opacité qui entoure notre condition ultra-moderne. Les cinq articles qui sont présentés dans ce numéro de la Revue des Sciences Religieuses sont issus de certaines des contributions données dans ce cadre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Rognon, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 86/4 | 2012, 389-391.

Référence électronique

Frédéric Rognon, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/4 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1344

Haut de page

Auteur

Frédéric Rognon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page