Navigation – Plan du site
Recensions

Alexandre Faivre, Chrétiens et Églises, des identités en construction. Acteurs, Structures, frontières du champ religieux chrétien

Paris, Cerf, coll. « Cerf Histoire », 2011, 608 p.
Françoise Vinel
p. 118-119
Référence(s) :

Alexandre Faivre, Chrétiens et Églises, des identités en construction. Acteurs, Structures, frontières du champ religieux chrétien, Paris, Cerf, coll. « Cerf Histoire », 2011, 608 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est un recueil des articles les plus récents d’A. Faivre (A.F.) réunis par Marc Aoun, en hommage à A.F. et son épouse, souvent co-signataire des publications.

2Les termes et expressions regroupés dans le titre définissent les axes de réflexion de l’Équipe de Recherches sur l’Antiquité Chrétienne qu’A.F. a dirigée jusqu’à sa retraite à la Faculté de théologie catholique. Les différentes études sont regroupées en trois parties, dont la dernière, « Focalisations et analyses » fait place aux écrits chrétiens des trois premiers siècles, textes-sources dont l’interprétation, sans cesse approfondie, a nourri la recherche de l’historien : Clément de Rome, Ignace d’Antioche, la documentation canonico-liturgique, un dossier complexe et aux contours discutés (chap. X, p. 489-550). Dans des communautés d’horizons et de cultures très différents émergent les questions liées à la naissance de l’institution ecclésiale : « acteurs, structures, frontières », ce sont bien les termes qui prennent sens au fil des patientes analyses d’A.F., par exemple dans l’étude sur les « modes de communication et rapports de pouvoir dans les Lettres d’Ignace d’Antio-che », article paru en 2006 dans la Rivista di storia del cristianesimo. C’est d’une manière plus synthétique que les deux premières parties du recueil mettent en évidence les aspects décisifs de cette première période d’expansion du christianisme. En jeu, le sens même du mot « chrétien », A.F. démontrant comment l’appellation christianos s’est imposée face à chrestianos, d’attestation plus ancienne. Au plan des institutions, la distinction klèros/laïkos et la fonction diaconale dans sa relation à l’évêque (épiscope) et aux presbytres, montrent que la construction des identités ne va pas sans conflit. Le chapitre III a proposé à la fin de la primière partie une approche globale de ces questions (« La question des ministères à l’époque paléochrétienne. Problématique et enjeux d’une périodisation ») et c’est bien le rôle des quatre chapitres de cette partie de poser, en quelque sorte, les bonnes questions, éclairées ensuite par les analyses textuelles mais aussi par le rappel que la compréhension des premières décennies du christianisme fait toujours débat parmi les historiens. Mais A.F. et son épouse ne sauraient non plus oublier la question des femmes et de leur place, discutée, dans les écrits néotestamentaires et les sources mentionnées plus haut.

3Pas de conclusion, ce qui est reconnaître que le dernier mot de la recherche sur les institutions paléochrétiennes n’est pas dit !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Alexandre Faivre, Chrétiens et Églises, des identités en construction. Acteurs, Structures, frontières du champ religieux chrétien », Revue des sciences religieuses, 87/1 | 2013, 118-119.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Alexandre Faivre, Chrétiens et Églises, des identités en construction. Acteurs, Structures, frontières du champ religieux chrétien », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/1 | 2013, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1335

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page