Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Hezser, Jewish Travel in Antiquity

Tübingen, Mohr Siebeck, « Texts and Studies in Ancient Judaism », 144, 2011, 529 p.
Françoise Vinel
p. 117-118
Référence(s) :

Catherine Hezser, Jewish Travel in Antiquity, Tübingen, Mohr Siebeck, « Texts and Studies in Ancient Judaism », 144, 2011, 529 p.

Texte intégral

1Plusieurs publications ont étudié le voyage et ses modalités dans l’Empire romain et elles constituent les références de départ de C. Hezser, voire les différents aspects de la question : L. Casson, Travel in the Ancient World (21994) ou J.-M. André et M.-F. Baslez, Voyager dans l’Antiquité (Paris 1993) et J. Elzner et J. P. Rubies (éds), Voyages and Visions. Towards a cultural History of Travel (London 1999). Face à l’évidence d’une société gréco-romaine voyageuse, l’image souvent présentée du caractère sédentaire des rabbins et des communautés juives doit être abandonnée, suggère l’A. en présentant ses recherches.

2L’ouvrage, reposant sur une imposante documentation toujours minutieusement présentée, se compose de deux parties : d’abord, l’étude des différentes formes de voyages (ou de simple déplacement de village à village) et des conditions matérielles, puis celle de la représentation du voyage dans les textes. Par bien des aspects, ces deux approches rejoignent les études générales sur le voyage dans l’Antiquité mentionnées plus haut, mais l’attention aux réalités géographiques, sociales et religieuses de la Palestine romaine puis, surtout dans la seconde partie, une lecture approfondie de la littérature rabbinique (index des références, p. 500-512) constituent un apport original.

3La variabilité des noms géographiques et la constatation qu’on n’a guère de traces de cartes établies dans les communautés juives à l’époque hellénistique et romaine conduisent l’A. à souligner le caractère sans doute flou de la représentation de l’espace et des « frontières » ; est-il si facile de définir la « terre d’Israël », réalité pourtant si centrale dans la conscience des rabbins, et la question devient concrète, par exemple lorsqu’il s’agit du respect des lois agricoles ou des distances à ne pas franchir pendant le sabbat.

4Aux voyages des Juifs à l’intérieur de la Palestine ou vers les régions proches, l’A. ajoute ce qui concerne la diaspora juive, tout particulièrement grâce à sa lecture de Philon, avec une fine analyse de la Legatio ad Caium, et de Flavius Josèphe, et la dissymétrie apparaît assez sensible entre les attitudes à l’égard des possibilités de voyager en Palestine et dans la diaspora.

5La description des différents aspects matériels du voyage, surtout dans le cas de grandes distances, montre quelle est la question récurrente : les Juifs, qu’ils soient commerçants ou surtout rabbins et étudiants passant d’un maître à l’autre, peuvent-ils voyager comme tout le monde, rencontrer les autres voyageurs et partager les mêmes hôtelleries ? Les témoignages rabbiniques rapportés par l’A. présentent les discussions confrontant situations réelles et prescriptions de la Loi, et l’on voit les rabbins préférer loger ou prendre leurs repas dans des synagogues ou des locaux y attenant ; l’hospitalité privée a sûrement eu son rôle aussi – comme les Actes en témoignent pour Paul –, mais la documentation sur ce point reste ténue. Dans le cas des femmes qui voyagent note l’A. (p. 389-408), la différence avec le monde païen est encore plus nette.

6Un lien fort unit donc le mouvement rabbinique et le fait de voyager. Voyager fait ici partie du travail d’éducation et de transmission des traditions, mais il marque aussi les relations de pouvoir ou tout au moins d’autorité entre rabbins, tout comme circulaient philosophes et intellectuels païens, ou plus tard des évêques. Pourtant, souligne l’A. (p. 445), le caractère limité des déplacements, le plus souvent à l’intérieur de la terre d’Israël et des régions limitrophes, est évident par comparaison avec ce qui va faire l’expansion du christianisme.

7C. Hezser annonce son intention de continuer à dresser le tableau de cet univers rabbinique jusqu’au début de la période byzantine ; cet ouvrage fait déjà mesurer l’apport que cela constitue pour les historiens de l’Antiquité tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Catherine Hezser, Jewish Travel in Antiquity », Revue des sciences religieuses, 87/1 | 2013, 117-118.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Catherine Hezser, Jewish Travel in Antiquity », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/1 | 2013, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1333

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page