Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Maraval, Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien (306-337)

Paris, Tallandier, 2011, 400 p.
Françoise Vinel
p. 116-117
Référence(s) :

Pierre Maraval, Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien (306-337), Paris, Tallandier, 2011, 400 p.

Texte intégral

1Pierre Maraval (PM) a déjà publié une biographie de Théodose (Théodose le Grand. Le pouvoir et la foi, Paris, 2009) et son intérêt pour l’empereur Constantin a déjà donné lieu à plusieurs ouvrages (Eusèbe de Césarée, La théologie politique de l’Empire chrétien. Louanges de Constantin, traduction annotée, Paris, Cerf, 2001 ; La véritable histoire de Constantin, traduction de textes choisis, Les Belles Lettres, Paris, 2010 ; Constantin Discours et Lettres, traduction annotée, Les Belles Lettres, Paris, 2010). Qui dit biographie dit récit, centré sur le personnage lui-même plus que sur le contexte, et le lecteur se laisse prendre au plaisir d’une lecture en continu, l’apparat savant des notes, références aux sources et aux études, étant reporté en fin d’ouvrage (p. 321-378).

2Bien des aspects du règne de Constantin et de l’histoire de l’empire romain qui s’écrit avec lui ont fait l’objet de publications des meilleurs historiens et PM signale aussi que des biographies de Constantin existent en anglais, allemand, italien – c’est dire que les notes rassemblées en fin de volume renvoient à une bibliothèque entière ! PM ajoute avec bonheur une biographie en français et c’est avec grande dextérité qu’il rassemble, mentionne et commente une multiplicité impressionnante de faits : il suit pour cela les étapes de la vie de Constantin (chapitres I à IX) puis ajoute quatre chapitres plus synthétiques : politique extérieure, politique intérieure ; et deux chapitres sur la politique religieuse (p. 265-307).

3L’introduction nous met d’emblée dans le vif du travail de l’historien, sans cesse repris au fil des treize chapitres : PM montre en effet comment coexistent, d’un côté, la multiplicité des sources et leurs divergences, et, d’un autre côté, des lacunes, des incertitudes. Aux sources textuelles – principalement les historiens, chrétiens et païens –, PM ajoute en particulier les données numismatiques, commentant les nombreuses émissions monétaires des tétrarques et de Constantin lui-même, prêtant également attention à la politique, traditionnelle dans l’Empire, de fondation ou de développement de cités portant son nom (chap. VIII : « Constantinople (330-335) »). Les quatre derniers chapitres et la conclusion (« Bilan d’un règne ») montrent la complexité, voire les contradictions d’un règne et d’un personnage. La politique religieuse est analysée à travers le rappel des attitudes de Constantin à l’égard de la religion traditionnelle (tolérance et restrictions) et de sa politique largement favorable à l’Église.

4Cette biographie du premier empereur chrétien offre donc à un large public francophone un « état de la question ». Dans ses pages de conclusion, PM ne se pose ni en détracteur ni en défenseur de Constantin mais rappelle que même les écrivains anciens critiques à son égard reconnaissent sa grandeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Pierre Maraval, Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien (306-337) », Revue des sciences religieuses, 87/1 | 2013, 116-117.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Pierre Maraval, Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien (306-337) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/1 | 2013, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1331

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page