Navigation – Plan du site

La prolifération des sectes en Côte d’Ivoire : l’expression d’une réalité sociale

Raoul Germain Blé
p. 77-92

Résumés

La présence de nombreuses sectes et mouvements religieux en Côte d’Ivoire invite à réfléchir à nouveau à ce qui caractérise la secte par rapport aux Églises institutionnelles. L’auteur rappelle également le statut juridique de ces divers groupes dans la république laïque de Côte d’Ivoire. Pour expliquer leur multiplication et leur succès dans une situation sociale et économique difficile et, en conséquence, la perte d’influence des Églises, les concepts de rigidité et de souplesse s’avèrent pertinents.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, le christianisme est une réalité familière, marquée par la pluralité des communautés, catholiques, protestantes, évangéliques ou autres. Partout, dans les villes de l’intérieur et surtout dans les dix communes d’Abidjan, foisonnent les lieux de culte. Dans la plupart des quartiers, des salles de cinéma sont transformées en maisons de prière. On peut ainsi comprendre que pour bon nombre de chrétiens, la prière justifie la vie en montrant le chemin à suivre si bien que tout comportement qui s’éloigne de la parole de Dieu est désormais inadmissible.

  • 1 E.H. Lévy, cité par P. N’dri (2000 : 24).

2Certaines mutations à l’intérieur de la communauté catholique, à laquelle nous appartenons, et la prolifération des sectes sur toute l’étendue du territoire nous ont amené à nous interroger. Le nombre grandissant de groupements religieux fait dire à Edouard H. Levy1 : « en Côte d’Ivoire, on note de façon générale trois grands groupes de croyants. Il y a d’abord les adeptes des religions traditionnelles africaines ; ensuite nous relevons ceux de la foi islamique ; enfin viennent les chrétiens qui se composent de catholiques, de protestants et de membres de nouveaux mouvements religieux. Il convient de signaler ici que ces derniers sont issus dans leur majorité des églises catholiques et protestantes ».

3Ainsi, en dépit d’une multitude d’Églises reconnues et organisées, les sectes continuent, chaque année, de se multiplier au nez et à la barbe des révérends pasteurs et prêtres. Pour le croyant inséré dans l’une ou l’autre des Églises traditionnelles comme pour le chercheur, il importe d’examiner pourquoi des croyants décident de rompre avec leur propre communauté confessionnelle pour adhérer à une nouvelle structure. Pourquoi à l’intérieur d’une même Église se forme-t-il de nouveaux mouvements ? Par exemple, à côté des sectes, se sont constitués, à l’intérieur même de l’Église catholique, des mouvements comme le Renouveau charismatique, la Légion de Marie, le Rosaire, etc., dont l’importance est notable et qui se manifestent efficacement dans toutes les paroisses.

4Il nous semble que les concepts de rigidité et de souplesse, tels qu’on peut les appliquer aux réalités institutionnelles, peuvent être des outils pertinents pour essayer de comprendre cette prolifération des Églises ou des mouvements de prière. Nous posons par hypothèse que la multitude de sectes est un phénomène qui interpelle en nous renvoyant aux contraintes nées de l’augmentation de la pauvreté, d’une part, et, d’autre part, aux réactions à des orientations ecclésiales perçues comme trop exigeantes et peu ouvertes aux questions sociales et aux pratiques de notre temps. C’est ce qui explique, dans certains cas, l’éloignement de certains croyants, gagnés par le doute dans l’interprétation et la pratique de la parole de Dieu que font les dignitaires de leurs Églises. Le message de Jésus reconnu comme libérateur devient alors à leurs yeux déformé et insaisissable par la faute des seuls responsables religieux dont le sectarisme et le dogmatisme ne permettent plus de vivre ouvertement la parole de Dieu. D’où la naissance de tendances qui s’opposent, exactement comme dans les partis politiques, à « l’idéologie dominante ».

5Pour notre recherche, nous avons rencontré des fidèles, des pasteurs, des prêtres, des journalistes, des théologiens, des « gourous », etc., tout en utilisant, d’autre part, la documentation disponible sur ces questions. Enfin, bien que ce travail porte sur les sectes, nous avons maintenu un regard sur les Églises protestantes et catholique pour étayer notre réflexion.

I. Un essai de définition des mots-clés

6Il n’est pas question de se lancer dans une pesante définition des termes et concepts utilisés dans ce travail. D’un point de vue étymologique, on peut rappeler que le mot « secte » peut être rattaché à deux termes latins, sequi, « suivre », et de secare, « couper ». On voit là deux caractéristiques essentielles de la création des sectes : soit elles prennent forme par le charisme d’un leader regroupant et organisant des adeptes sous sa coupe ; soit elles se forment à la suite d’une rupture avec un groupe existant.

7On a pu parler de « sectes » dans l’histoire pour désigner une école philosophique, comme dans la Grèce ancienne, par exemple les épicuriens, les stoïciens, les cyniques ; des courants religieux, comme au sein du judaïsme au temps de Jésus Christ (pharisiens, zélotes, etc.) et enfin des courants dissidents au fil de l’évolution de l’Église.

  • 2  X. Ternisien, 2007 – 88.

8La première réflexion importante sur le concept de secte est l’œuvre de Max Weber (1864-1920). Allemand de confession protestante, il s’est très tôt intéressé aux différentes problématiques sociales d’existence des groupes chrétiens, à leur mode d’évolution dans leur environnement propre et à leurs rapports aux dimensions politique et économique, etc. Les résultats de son analyse se sont soldés par la mise au point d’une typologie comparative qui prend soin de distinguer la secte de l’Église. Il n’est pas vain de noter ici que son approche fut reprise et enrichie par la contribution d’un autre Allemand, théologien, Ernst Troeltsch (1865-1922), de culture également protestante. On peut avancer que Weber et Troeltsch ont repris les reproches formulés par les Réformateurs pour mieux appréhender la nature de l’Église et montrer en quoi la secte en est différente. La revue de la littérature sur la question montre clairement que les deux auteurs définissent la secte par opposition à l’Église. Nous convoquons ici Xavier Ternisien2 qui cite Max Weber et Ernst Troeltsch : selon le premier, « l’Église est une institution de salut qui vise à accroitre son influence, tandis que la secte est un groupe contractuel, qui met l’accent sur l’intensité de la vie de ses membres ». Quant au second, il avance qu’« une Église est prête à passer des compromis avec la société, tandis que la secte se situe en retrait par rapport au reste de la société ».

9Nous retenons de ces deux auteurs que la secte est un groupe volontaire de croyants auquel on adhère par une conversion voulue et dont tous les membres sont en principe égaux. Y sont généralement mis en avant l’élection divine, le refus du compromis, le charisme du fondateur. L’enseignement y est de type doctrinaire, l’adhésion est sélective et les lois des pays d’accueil ne sont pas toujours respectées. C’est donc un groupe intransigeant, qui peut être en rupture avec la société. Enfin, elle s’oppose aux Églises instituées, le plus souvent communautés d’origine des adeptes, parce que, en quelque sorte, on leur appartient d’office par la naissance ; et si, habituellement, les Églises comptent en leur sein des religieux et des laïcs - au clergé, il revient d’observer une morale exigeante et aux autres une règle de vie plus souple –, dans la secte, tous les membres sont tenus à une même rigueur morale.

10De nos jours, « secte » renvoie également à certains nouveaux mouvements religieux (notion introduite par les sociologues) avec une connotation négative pour attirer l’attention sur les dangers que représentent ces organisations pour les individus et pour la société. En Côte d’Ivoire, le terme de secte n’existe pas juridiquement en raison du principe de laïcité, mentionné dans la constitution ; cependant, compte tenu des définitions et caractéristiques des sectes qu’on vient de mentionner et au regard des pratiques de leurs adeptes, on constate qu’elles y sont présentes. Mais, en l’absence de définition officielle, l’État ivoirien continue aujourd’hui encore de signer des autorisations pour la création de nouveaux mouvements confessionnels.

11Les responsables de Moon, les pasteurs du Christianisme céleste et des témoins de Jéhovah que nous avons rencontrés à Abidjan refusent qu’on les traite de sectaires parce qu’ils ne dépendent ni de l’Église catholique, ni des Églises protestantes. Ils trouvent celles-ci « rigides » et dépassées face aux mutations de la société actuelle. D’ailleurs, en apparence, il est difficile de les distinguer des religions établies parce que ces dernières se placent sur le même terrain et emploient sensiblement le même vocabulaire. On se rend ainsi compte que les religions reconnues ne sont plus les seules à proposer des messages ou des formes de société promettant aux croyants plus d’épanouissement intérieur car « quasi-religions » et sectes de tous ordres se multiplient.

12On peut entendre par « quasi-religions » un groupe n’ayant rien de religieux mais qui offre tout de même à ses adeptes un environnement identique à celui des confessions reconnues : solidarité, amour fraternel, rites d’initiation, pèlerinages, etc. Par exemple, les francs-maçons, les rosicruciens, les partis politiques et les clubs sportifs peuvent constituer, entre autres, des « quasi-religions » pour bon nombre de leurs membres : affirmation de l’excellence du groupe par rapport aux autres, pensée pré-digérée, observations de rites et signes de reconnaissance (bannières ou vêtements de cérémonie), etc. Il conviendrait de mentionner également ici la distinction importante entre « religion » (ou « quasi-religion », comme on vient de le dire) et vie spirituelle des croyants/adeptes, celle-ci ayant un caractère plus personnel.

II. La situation juridique en Côte d’Ivoire

13Au niveau juridique, la Côte-d’Ivoire est un État laïc. Cependant en son article 6, la constitution ivoirienne de 1960 garantit la liberté religieuse ou le droit pour chaque individu de choisir entre l’incroyance et la croyance. Lors des évènements du 24 décembre 1999, suite au coup d’État de la junte militaire qui mit fin au pouvoir du président Henri Konan Bédié et de son gouvernement, cette constitution fut suspendue, mais l’article sur la liberté religieuse a été reconduit par celle du 23 juillet 2000, en son article 30, alinéas 1 et 2 qui affirment clairement :

Alinéa 1 : la Côte d’Ivoire est une et indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Alinéa 2 : la constitution assure à tous l’égalité devant la loi, sans distinction d’origine, de race, d’ethnie, de sexe et de religion. Elle respecte toutes les croyances.

  • 3 P. N’Dri (2000 :9).

14Cet article indique donc clairement qu’en Côte d’Ivoire, nul ne doit être inquiété pour ses opinions religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre établi par la loi. Cette réalité ivoirienne s’inscrit exactement dans l’esprit de la déclaration des droits de l’homme du 10 décembre 1948, en son article 18 qui dit : « toute personne a la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de manifester sa conviction, seul ou en commun tant en public qu’en privé, par l’enseignement des pratiques, le culte et l’accomplissement des rites ». Paul N’dri3 commente : « toutes les libertés concernent aussi les sectes. Cela implique que l’égalité entre tous les cultes résulte du principe de la liberté religieuse. Cette égalité signifie, avant tout, l’absence de discrimination entre ceux–ci. En d’autres termes, la liberté religieuse renvoie elle-même à un principe. Ce concept s’identifie à l’état républicain et gouverne la loi dite de séparation : la laïcité ».

15La loi est donc sans ambiguïtés, indiquant que chaque citoyen est libre de pratiquer une confession ou de ne pas en avoir. De plus, le respect dû aux croyances de chacun empêche tout jugement sur le « message » transmis. À cela, on peut ajouter une réalité propre à l’Afrique noire : il y est difficile de parler de « sectes », de reconnaître leur existence, parce que les communautés sont fondées sur des cultures particulières et différenciées dès la base et la religion fait partie intégrante de ces cultures spécifiques. Il ne viendrait donc à l’idée de quiconque de remettre en cause la manière dont un groupe humain gère sa relation avec son dieu.

16Les documents que nous avons récemment consultés au Ministère de l’Intérieur à Abidjan attestent que la Côte-d’Ivoire abrite plus de 120 groupements religieux reconnus, issus uniquement du protestantisme, de 1942 à nos jours. Le tout premier fut la mission protestante méthodiste enregistrée sous le n° 2448/AP/S/A du 20 Mai 1942 et dont le premier responsable fut le révérend Emmanuel Yando. On note également les Assemblées de Dieu, créées sous le n° 303/1/cab du 01/03/1960 du Ministère de l’Intérieur, les Témoins de Jéhovah enregistrés sous le n° 1082/IN/AG du 03/069/1960 et le Christianisme Céleste dont l’acte de reconnaissance porte le n° 352/IN/AG du 27/02/1973 du Ministère de l’Intérieur. Dans le même registre que ces Assemblées de Dieu, on peut encore citer, parmi les groupes les plus récents : Faith Tabernacle Church (sous le n° 109/INT/AT/AG/1 du 04/05/1983 Ministère de l’intérieur), l’Église Protestante Baptiste Œuvres et Missions (n° 91/INT/AT/AGP/1 du 19/04/1984 Ministère de l’intérieur), l’Église Universelle du Royaume de Dieu (n° 118/INT/ATAP/AGP3 du 16/04/1996 Ministère de l’intérieur).

  • 4 D. Hervieu-Leger et F. Champion, 1990 – 17.

17Même en Europe, les sociologues ont été surpris de la prolifération des sectes. C’est ce que rappellent Danièle Hervieu-Léger et Françoise Champion4 lorsqu’elles disent :

Il est important de rappeler à quel point l’émergence de tous ces nouveaux groupes, qui sont devenus une véritable obsession pour les sociologues des religions, est intervenue à un moment où l’on pensait en avoir fini avec la question du religieux dans les sociétés modernes… On s’est aperçu que ces mouvements ne se développaient pas uniquement dans les couches sociales les plus touchées par la crise de l’économie ou par le chômage. Ils se développaient au contraire de façon privilégiée dans des couches sociales parfaitement intégrées à la modernité culturelle et qui n’étaient certainement pas les premières victimes de la crise… .

18Leurs analyses soulignent également qu’il y a dans les sectes des individus parfois fragiles mentalement et qu’ils proviennent de toutes les couches sociales.

  • 5 F. Kpatinde, Jeune Afrique n° 1945, avril 1998.

19En Afrique noire, d’une manière générale, cette situation a fait naitre une catégorie d’acteurs qui ne sont ni vraiment politiques, ni vraiment économiques, ni seulement spirituels, mais qui se déterminent prioritairement en fonction de considérations morales et engagent, à partir d’une réaction de type religieux, des formes d’actions très novatrices. Ils veulent immédiatement mettre du sens, de l’humain et apporter aux adeptes malheureux un certain équilibre et la joie de vivre que les religions établies semblent ne pas leur offrir. En Côte-d’Ivoire, en particulier, l’émergence de ces groupes a fait dire au journaliste Francis Kpatindé5 :

« Le marché de Dieu se porte bien. La prolifération des sectes est telle que les titres de révérend ou de pasteur sont galvaudés. Des Ivoiriens, des Béninois, des Libériens, des Nigérians se font appeler pasteur ou révérend simplement parce qu’ils ont transformé leur demeure ou leur arrière-cour en temples éphémères ou durables. Les sectes foisonnent : les unes sont “africaines”, les autres sont “importées”, certaines sectes demandent aux femmes de se couvrir la tête, de ne pas porter de boucles d’oreilles, ou de s’habiller comme les anciennes esclaves. D’autres interdisent à leurs adeptes les soins hospitaliers. Il fut un temps où, en bordure d’océan, sur la route d’Abidjan-Bassam existait une mystérieuse église au nom évocateur “multipliez-vous” » !

20En Côte d’Ivoire, une cinquantaine de sectes ou groupes religieux attendent encore leurs actes de reconnaissance, à cause de la guerre qui a longtemps paralysé l’administration. Il s’agit de celles dont les dossiers ont été finalisés depuis 2000 et proposés à la signature du Ministre de l’intérieur.

21En lisant ce qui précède, on pourrait légitimement se demander ce qui fait se convertir les Ivoiriens à ce rythme.

III. Un contexte favorable à la prolifération des sectes

22Trois conditions nous paraissent être réunies pour favoriser l’implantation et la diffusion des sectes en Afrique noire et notamment en Côte-d’Ivoire : d’abord, il faut rappeler les circonstances de l’évangélisation en Afrique dans la période de la colonisation : les missionnaires catholiques furent des intermédiaires importants pour l’expansion coloniale. Et de manière plus critique, on peut dire que l’évangélisation des populations africaines a été une bonne stratégie de conquête du continent. Nous en avons des souvenirs : quand nous étions enfants, dans les écoles catholiques, les cours de catéchisme et la messe du dimanche étaient obligatoires. En semaine, avant de commencer les cours, l’instituteur et ses élèves confient leur classe au Seigneur par le rituel d’une prière. Même avant les repas, toute famille chrétienne digne de ce nom doit prier. Tous ces moments constituent des lieux de socialisation fraternelle servant de repères à la communauté. Quiconque veut « aller au paradis » doit se défaire des traditions locales et vivre désormais selon la parole de la Bible.

23Les prêtres étaient à cette époque les principaux éducateurs religieux et académiques. Mais dès les premières années de l’indépendance du pays (1960-1970), les choses ont changé avec l’émergence de nombreux établissements scolaires publics dont les frais de scolarité sont, encore aujourd’hui, gratuits sur toute l’étendue du territoire dans un contexte de fragilité économique. Pour de nombreux parents déjà assez pauvres, la gratuité de l’école publique a été déterminante pour y inscrire massivement leurs enfants. L’État laïc a ainsi fait le pari de la formation d’un nombre important d’enfants puisque désormais le développement du pays va dépendre d’eux. Avec la laïcité, c’est le pluralisme religieux qui peut se développer.

24Ces nouvelles écoles d’État, ayant inscrit le respect de la laïcité dans leur gestion quotidienne, ont naturellement relégué la religion catholique au plan privé. Danièle Hervieu-Léger et Françoise Champion, que nous avons citées plus haut, font remarquer : « dans les sociétés modernes, les grands systèmes religieux qui pourvoyaient au sens et fournissaient aux sociétés et aux individus des codes, de normes et de références pour leur vie quotidienne sont dévalués et perdent leur influence. Ils éclatent et, faute de repères fixes, l’incertitude se développe ». De tels propos méritent cependant d’être relativisés dans le cas de la Côte-d’Ivoire. Bien que les écoles catholiques aient vu leurs effectifs se réduire, cette situation n’a ni dévalué leur influence ni leur image, encore moins celle de l’Église catholique, car les chrétiens ayant inscrit leur progéniture dans les établissements publics continuent de pratiquer leur confession. Dès le départ les missionnaires catholiques avaient compris que la formation scolaire des enfants constituait une promesse d’éducation, de prospérité et, à la longue, de démocratie et de paix. Aujourd’hui, les Églises protestantes ont investi dans l’enseignement mais demeurent en majorité dans la région d’Abidjan. La notoriété de l’Église catholique tient à sa présence historique sur toute l’étendue du territoire. De ce fait, elle possède une somme d’expériences et parfois de proximité accumulées au fil des ans.

  • 6 N. Luca et F. Lenoir, 1998 – 145.

25Ensuite, il faut aussi prendre en compte les évolutions économiques : à l’indépendance, le président Félix Houphouët-Boigny a fait le choix d’une économie libérale, avec son lot de besoins croissants pour lesquels, en retour, les populations n’ont pas les moyens d’y faire face. Cette situation a créé aujourd’hui un nouvel apartheid économique et social dans lequel vivent des populations soumises à la tyrannie de la misère sociale et de toutes sortes de maladies. Dans ces conditions, « les sectes fleurissent en périodes d’insatisfaction sociale parce qu’elles s’appuient sur les faiblesses de la société pour proposer un monde meilleur. Elles veulent créer la société parfaite ou, tout au moins, l’individu idéal », selon Nathalie Luca et Frédéric Lenoir6.

  • 7 P.-M. Kamdem, www.afrik.com, site consulté le 10 avril 2009.
  • 8 J. Domnou consulté à la même date sur le même site.

26Il est clair que toute religion cherche avant tout à transmettre une doctrine religieuse ou à proposer des solutions aux préoccupations de ses adeptes, ce qui implique leur formation, leur motivation et la préservation des traditions qui enracinent l’identité du groupe. Mais entre Églises et sectes, face à cette vision commune et fort légitime, sont proposés des pratiques et des idéaux différents, dont certains sont contraires aux valeurs éthiques et morales indispensables dans les sphères religieuses. Dans ce sens, les propos du pasteur Pierre-Marie Kamdem7 sont révélateurs : « les Camerounais qui s’adonnent aux nouvelles églises sont ceux qui veulent verser dans la facilité parce qu’ils croient qu’en priant ou en se soumettant à certaines pratiques, tel que le jeûne à sec pendant des jours, l’élimination de produits carnés de leur alimentation et le port obligatoire des foulards chez les femmes, ils iront droit au paradis ». Quant au pasteur Jonas Domnou8, il reproche à ces confréries d’abuser des individus pauvres en les détournant du droit chemin quand elles ne font pas d’eux tout simplement leurs « esclaves ».

27Nous n’hésitons pas à ajouter que les sectes manipulent leurs adeptes à leur guise en leur proposant en échange des certitudes factices. L’individu est déresponsabilisé, ce qui est à l’opposé du message de l’Église catholique, par exemple. Les victimes, parce qu’elles sont manipulées, sont généralement consentantes, d’où l’impossibilité de poursuivre les gourous en justice. De plus, les dirigeants politiques s’en accommodent, car plus les populations embrassent ces religions « virtuelles », moins elles ont le temps de s’intéresser à ce qu’ils font.

28Enfin les guerres successives (2002 et 2010) et la mauvaise gouvernance en Côte-d’Ivoire ont renforcé la pauvreté et l’incivisme dans le pays, d’où l’effritement du tissu social car il manque une sorte de repère susceptible d’interpeller la conscience de chaque citoyen. La prolifération des sectes s’en est trouvée favorisée et elle est donc l’expression d’une réalité sociale dont les aspects sont multiples et récurrents. Ici, à titre indicatif, nous en retiendrons quelques-unes, d’ailleurs bien connues : injustice, corruption, pauvreté, chômage, maladies, égoïsme, etc.

29Ces mots/maux constituent une réalité que nous tenterons d’expliquer avec quelques exemples. Ainsi, pour l’ensemble des jeunes de familles démunies qui représentent les trois quarts de cette tranche de la population, l’école et les diplômes qu’elle procure sont les seules chances d’accéder à une position sociale. Malheureusement, lors des examens et des concours, certains, bien qu’intelligents, échouent parce que la corruption est souvent intégrée au fonctionnement de l’État. À l’époque des présidents Félix Houphouët-Boigny (1960-1993), ça s’appelait « le couloir » ; au temps de Henri Konan Bédié (1993-1999), on désigne la corruption en ces termes : « parler bon français » ou « fais on va faire ». Sous le règne de Laurent Gbagbo (2000-2010), ça s’appelle « Je mange tu manges ». Aujourd’hui, avec Alassane Dramane Ouattara, depuis 2011, ça s’appelle « yroukou-yroukou ».

  • 9 N. Luca (2004 :14).

30Devant l’injustice et la pauvreté qui sont désormais au cœur de la plupart des familles, un nombre important d’individus sans ressources, ne pouvant honorer des frais de loyer, se refugient dans des lieux communautaires de prière pour y loger gratuitement ou pour y recevoir des soins médicaux. C’est ce qui fait dire à Nathalie Luca9 que « les sectes nuisent à la santé publique en détournant les adeptes des médecins attitrés au profit des promesses illusoires de guérison ». Il arrive même que certaines organisent des séances de prière pour les personnes qui souhaitent rencontrer une âme sœur ou passer avec succès un examen, un concours ou même pour obtenir un emploi.

31Si l’on tente de rapprocher cette problématique du champ des sciences politiques, la secte peut être comparée à un nouvel espace public où des individus viennent prier de manière « métisse » en mélangeant la Bible (occident) et les danses/musiques (d’Afrique) dans une atmosphère profane. Ici la hiérarchie est moins visible et le fidèle, dans ce contexte, manifeste sa « citoyenneté croyante » car il y est entré par conviction comme on adhère librement à un parti politique, par engagement idéologique.

32Les différentes causes ci-dessus énumérées sont autant d’éléments qui aident à comprendre le foisonnement de ces lieux de culte, car plus la pauvreté augmente, plus un nombre important de « desperados » s’accroche aux « représentants » de Dieu sur la terre, dans un sentiment naturel de survie.

IV. Essai d’interprétation : les églises entre rigidité et souplesse, l’expression d’une réalité sociale

  • 10 A. Woodrow (rééd. 1997 :15).
  • 11 É. Durkheim (1897 ; rééd.1983 : 149-159).

33Structures rigides et structures souples sont de toutes les cultures, de tous les continents et de toutes les époques. Elles ne sont souvent que les expressions ambivalentes du phénomène social global. Les mutations de tout genre que subit le monde n’épargnent également aucune des institutions, même parmi les plus reconnues (famille, école, armée) ; l’Église n’est pas à l’abri de la contestation. Sur ces questions, rappelons ce qu’Alain Woodrow10 écrivait : « menacée aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur par les germes de la division, l’Église est en plein désarroi… Tiraillée entre les intégristes et les progressistes, l’Église catholique se trouve impuissante face aux ferments schismatiques qui la déchirent ». Autrement dit, le temps n’est plus où Émile Durkheim11 pouvait écrire sans sourciller que « le catholique reçoit sa foi toute faite, sans examen. Il ne peut même pas la soumettre à un contrôle historique, puisque les textes originaux sur lesquels on l’instruit lui sont interdits. Tout un système hiérarchique d’autorité est organisé, et avec un art merveilleux, pour rendre la tradition invariable ».

34Il est vrai que l’Église catholique, en certaines circonstances, a développé (et développe encore) des formes de rigidité que personne ne saurait nier ; mais elle n’oblige personne à les subir, car ses règles fondamentales présupposent la liberté de pensée sans contrainte physique ou psychique. Il est aussi vrai qu’en Afrique noire, le respect du droit d’aînesse et de l’autorité sont des vertus inviolables. Certains prêtres locaux les ont intégrées dans leur comportement à l’égard de leur hiérarchie, ce qui pourrait donner, de l’extérieur, l’impression d’une institution rigide, refusant toute initiative personnelle. Pourtant le code de droit canonique protège les libertés afin d’éviter les excès de la hiérarchie. Les Supérieurs doivent exercer leur responsabilité dans le respect de la personne humaine en reconnaissant aux membres subalternes la liberté qui leur est reconnue. La foi et l’appartenance à l’Église ne peuvent et ne doivent être qu’une adhésion libre et volontaire.

35De ce qui précède, on peut avancer que l’Église catholique est une structure ouverte et à l’écoute de la société. Cette ouverture a favorisé l’émergence de communautés nouvelles (le Renouveau charismatique, le Rosaire, la Légion de Marie, le Chemin de béatitude, etc.) rassemblant des prêtres et des laïcs des deux sexes dont les activités reposent sur la prière, le chant, l’accueil, l’évangélisation, la fraternité, les charismes envoyés par l’Esprit saint. Rappelons que le Renouveau charismatique a été reconnu officiellement en 1975 par le Pape VI comme « une chance pour l’Église et pour le monde ». Il faut noter que ces mouvements à l’intérieur de l’Église catholique ne sont nullement des sectes parce qu’ils s’enracinent dans le catholicisme et reconnaissent définitivement l’autorité d’un magistère et d’une hiérarchie.

36Quant aux sectes, bien des aspects permettent de comprendre leur succès. On en vient à y développer deux types de communication bien construits à fois en interne (rigidité) et en externe (souplesse). À l’extérieur de la secte, on réduit la catéchèse à un programme socio-moral et la prédication se lance dans des croisades sociopolitiques pour « défendre » les plus faibles de la société. Pendant ce temps, les Églises établies sont trop prudentes à prendre position sur des problématiques urgentes qui préoccupent les populations et certains, déçus, partent ailleurs à la recherche d’un dérivatif. Les gourous des sectes en profitent pour les récupérer en mettant en place une machine stratégique de recrutement. Toujours en externe, les sectes s’installent dans les carrefours et dans les rues pour évangéliser dans un comportement totalement liberticide. Elles développent des techniques de séduction pour gagner l’estime des riverains. Se présentant comme de nouveaux mouvements religieux, elles argumentent sur la liberté confessionnelle pour légitimer leur existence, en traitant les Églises reconnues comme dépassées. Dans certains quartiers populaires, les sectes offrent des écoles maternelles, des foyers de jeunes pour attirer des clientèles naïves grâce à une communication d’image bien menée.

37Par contre, en interne, la situation est différente : les sectes proposent au contraire des structures rigides possédant leurs propres règles d’existence, leur langage, leur culture, leur code et même leur « police » spécifique. Elles éloignent leurs adeptes des réalités de la vie par des techniques de manipulation, de persuasion et de marketing. Avec un fort taux d’analphabètes en Côte d’Ivoire, leur tâche est aisée. Ensuite, elles étouffent leur personnalité pour mieux les contraindre au format de l’identité du groupe sectaire. Chaque fois que la victime intègre la secte, elle s’enferme dans la dépendance parce que ses défenses naturelles sont submergées par la pensée totalitaire du gourou.

38De ce qui précède, on peut comprendre que la problématique de la rigidité et de la souplesse ne date pas d’aujourd’hui car, dans l’histoire, ce sont des périodes de rigueur qui ont engendré de nouvelles prises de conscience et qui ont ainsi permis à l’homme de rêver à « autre chose » et de s’organiser pour faire reculer le niveau des contraintes jugées inconfortables. En Afrique, pour le dire en quelques mots, d’abord les peuples face aux colons, ensuite les progressistes africains contre les dictateurs, puis la démocratie contre les partis uniques, et enfin la rébellion contre l’armée régulière. Décidément, l’histoire est riche d’exemples où une certaine situation sécrète les conditions d’une autre qui permet aux individus de s’organiser de façon différente.

39Les structures souples sont donc l’expression de la liberté. Elles ne seront jamais le reflet de la stabilité, mais plutôt celui de l’adaptation continue dans un monde en pleine mutation. Tout ceci contribue à l’idée qu’il n’y a ni modèle, ni évolution linéaire. Il y a enchevêtrement de transactions, d’interactions entre les contraintes. L’évolution du monde est faite de résultantes entre forces opposées et de cassures au sens du matérialisme historique de Karl Marx. Ce sont les crises qui représentent les coupures et les cassures. En période de crise, on réorganise, on dépose ses propres contradictions, on choisit des voies nouvelles. Chaque organisation envisage son futur, en fonction des informations qu’elle possède. Mais nous ajouterons que la masse des informations disponibles privilégie fortement le présent ou le futur immédiat. Les structures souples ne s’enferment dans aucun déterminisme. Ce sont les crises qui permettent de chercher et d’adopter les structures nouvelles, en fonction des contraintes et des besoins du moment.

40Le corps ecclésial établi, à l’inverse, craint l’intrusion et veille au bon fonctionnement des mécanismes dont il a la charge, en évitant également tous ceux qui, sans label officiel, osent se prétendre saints ou messies. Il s’agit là d’observation des règles du fonctionnement de l’institution. Chemin faisant, les Églises deviennent leur propre gardien pour le maintien de la fonction qui leur a donné naissance et qui relève de ce que, analogiquement, on pourrait nommer leur « culture d’entreprise ». Elles affrontent là un risque de rigidité. Or elles ont besoin de liberté pour répondre à leur nature qui est créatrice.

  • 12 A. Vivien (2003).

41Pour revenir aux sectes, il arrive qu’en effaçant la signification, c’est-à-dire le but originel, le contenant sécrète un contenu sectaire qui lui ressemble, un contenu hiérarchisé, parfaitement adapté au contexte de paupérisation des populations. L’institution, après avoir, par la nature même de son fonctionnement, évacué les valeurs et les ferveurs qu’elle est chargée d’entretenir, cherche à masquer le vide en rationalisant son but au risque de se séculariser. C’est ce qui arrive avec ces publicités utilisées pour recruter des adeptes auxquels on promet une meilleure santé, la certitude de trouver un emploi, un(e) époux(se), etc. Les sectes invitent les populations d’Abidjan à « essayer la prière », comme dans les supermarchés où l’on pratique les promotions sur les lieux de vente. On invite les gens à « déguster Dieu » comme on le fait pour un bout de chocolat ou pour essayer un nouveau parfum. On exige même des prédicateurs l’utilisation de l’accent brésilien comme si nous étions à Rio de Janeiro ou quelque part d’autre au Brésil. Dans les carrefours stratégiques de la ville d’Abidjan, on peut voir des panneaux où des « révérends pasteurs » font la publicité de leurs églises ou des « produits spirituels nouveaux » à expérimenter. Cette technique se fonde sur ce qu’il faut appeler un cynisme technico-marketing qui désacralise totalement le sanctuaire. L’essentiel étant de vendre « du dieu » dans une concurrence intense, car le marché est bénéfique. Selon Alain Vivien12, « pour parvenir à leurs fins, les sectes ont longtemps hésité, ne proposant à leur origine que des recettes plus ou moins élaborées. Mais vendre des recettes censées favoriser l’épanouissement de l’homme, sans résultats rationnellement vérifiables, n’entraine pas loin. Les sectes ont alors recentré leurs doctrines sur le religieux, acquérant ainsi gratuitement une apparence de respectabilité ».

  • 13 G. Langrod, 1964, p. 242.n

42Conscientes de la « concurrence », certaines Églises cherchent à se renouveler, multipliant les expériences, les recherches, les procédés de séduction sans réussir à capter les formes nouvelles de l’authentique besoin religieux. Elles réduisent le poids des croyances et des rites jusqu’à, parfois, les effacer. Dans un article déjà ancien, Georges Langrod13 a analysé le fonctionnement administratif de l’Église catholique et montré comment les nécessités de l’administration ont fini par triompher des réticences et scrupules d’une société ecclésiale qui supportait mal sa dérive. « On ne peut se protéger de la bureaucratisation : c’est un phénomène que nous ne maîtrisons pas et qui gère, selon des lois irréfragables, l’organisation générale des vivants ». Toutes les institutions religieuses seraient ainsi vouées à subir une mutation qui les dépasse, c’est-à-dire l’évolution irréversible du souple vers le rigide, de la création aléatoire vers la fabrication programmée, de l’autonomie personnelle vers la normalité et le conformisme. La transition pour elles passe par une relecture des enjeux sociétaux et la redéfinition de leurs objectifs pour ne pas perdre leur signification afin de pérenniser leur utilité.

43En Côte-d’Ivoire, il est difficile de cerner ce qui est religieux et ce qui ne l’est pas. Certains concerts de zouglou, de coupé-décalé et de mapouka (musiques des jeunes en Côte d’Ivoire) sont dionysiaques et ce que les jeunes y cherchent, c’est avant tout un parti pris de déraison, de déferlement, de folie collective. Une sorte de croyances collectives partagées par tous autour de quelque chose qui les transcende et qui les dépasse. De même, avec la prolifération des lieux de culte, on devrait tenter de mesurer le potentiel religieux qui s’accroît avec la perte des repères. L’augmentation de la pauvreté fait fuser du religieux partout, si bien qu’on constate un vaste transfert dont on n’a peut-être pas assez pris conscience, un champ aux bornes incertaines et dont l’étendue même empêche la réappropriation des valeurs par les Églises. On assiste à un réinvestissement des statuts réservés aux laïcs qui se manifeste jusque dans les comportements politiques où souvent règnent une foi, un militantisme, un goût du sacrifice et une vibration collective. C’est le cas de l’Église Universelle du Royaume de Dieu, un groupe peu organisé, sans dogme précis, sans morale véritablement restrictive, mais qui offre des activités variées avec la participation du public, et cela dans une atmosphère de gaieté qu’aucune entreprise professionnelle de divertissement ne réussit à atteindre.

*    *
*

44Les sectes existent en Côte-d’Ivoire depuis 1942 et pourtant elles ont toujours eu mauvaise réputation. Jamais non plus l’engouement pour elles n’a été aussi grand de la part de nombreux Ivoiriens qui s’éloignent de plus en plus de leur religion pour les rejoindre. Fatigués d’une société multipliant les problèmes sociaux, les Ivoiriens s’accrochent aux sectes qui leur proposent du bonheur. Pourtant le message sectaire est réduit au strict minimum.

45En ce qui nous concerne, parti au départ avec un « background » chrétien catholique pour réaliser ce travail, nous avons bénéficié de l’apport des sociologues de la religion. Cela ne nous donne pas la prétention de saisir le phénomène des sectes dans son entier : celui qui s’y intéresse doit avoir l’humilité d’accepter d’en proposer une description partielle. Que conclure de ce parcours ? Même si les Églises établies et les sectes ont quelques ressemblances en ce qui concerne la place faite à Dieu, la compassion, l’amour, la solidarité, force est de reconnaitre qu’elles diffèrent fondamentalement dans leur fonctionnement et dans leurs pratiques. Extérieurement souples et intérieurement rigides, les sectes font peu de cas de la liberté de leurs adeptes. En revanche, les confessions reconnues, à l’instar de l’Église catholique, sont des institutions structurées qui peuvent donner une apparence rigide et peu séduisante ; mais elles sont fermement fondées sur la liberté. On y adhère librement tout comme on en sort librement. Même sorti librement, on peut, si on le souhaite, revenir car la porte de l’Église demeure ouverte : le clergé n’a pas les rancunes d’un gourou.

Haut de page

Bibliographie

Boulhol, P. (2002), « De la ligne de conduite au groupe hétérodoxe », Revue de l’histoire des religions, 219-1.

Cera (1994), « Sectes, cultures et sociétés », Cahier des religions africaines, Faculté catholique de Kinshasa, RDC.

Deconchy J.-P. (1971), L’orthodoxie religieuse, Paris, Éditions Ouvrières.

De Haes R. (1989), Les sectes, une interpellation, Kinshasa, SFA.

Durkheim É. (1897 ; rééd.1983, Le suicide, Paris, PUF, coll. Quadrige.

Ela, J.-M. (1980), Le cri de l’homme africain, Paris, l’Harmattan.

Esquerre, A. (2009), La manipulation mentale : sociologie des sectes, Paris, Calmann-Lévy.

Gazo, G (1998), Éternelles sectes, pour s’en délivrer, Abidjan, CDF Imprimeur.

Hervieu-Leger, D. (2001), La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.

Hervieu-Leger D, et Champion F (1990), De l’émotion en religion : renouveaux et traditions, Paris, Le Centurion.

Langrod, G. (1964), La fonction publique internationale, Éditions Sythoff. Luca N., Lenoir F. (1998), Les sectes : mensonges et idéaux, Paris, Bayard Editions.

Ndri Paul (2000), « Dynamique religieuse et vide juridique en Côte d’Ivoire », Mémoire de DEA, Faculté de Droit, Université de Cocody-Abidjan.

Qenum, A (1999), Évangéliser hier aujourd’hui, une vision africaine, Abidjan ICAO. 

Ternisien, X. (2007), État et religion, Paris, Editions Odile Jacob.

Troeltsch Ernst (rééd. 1991), Protestantisme et modernité, Paris, Gallimard.

Vernette, J, (1996), Sectes et réveil religieux, Paris, Salvator.

Weber Max (rééd. 1996), Sociologie des religions, trad. par J.-P. Grossein, Paris, Gallimard.

Woodrow, A (rééd. 1997), Les nouvelles sectes, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 E.H. Lévy, cité par P. N’dri (2000 : 24).

2  X. Ternisien, 2007 – 88.

3 P. N’Dri (2000 :9).

4 D. Hervieu-Leger et F. Champion, 1990 – 17.

5 F. Kpatinde, Jeune Afrique n° 1945, avril 1998.

6 N. Luca et F. Lenoir, 1998 – 145.

7 P.-M. Kamdem, www.afrik.com, site consulté le 10 avril 2009.

8 J. Domnou consulté à la même date sur le même site.

9 N. Luca (2004 :14).

10 A. Woodrow (rééd. 1997 :15).

11 É. Durkheim (1897 ; rééd.1983 : 149-159).

12 A. Vivien (2003).

13 G. Langrod, 1964, p. 242.n

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raoul Germain Blé, « La prolifération des sectes en Côte d’Ivoire : l’expression d’une réalité sociale », Revue des sciences religieuses, 87/1 | 2013, 77-92.

Référence électronique

Raoul Germain Blé, « La prolifération des sectes en Côte d’Ivoire : l’expression d’une réalité sociale », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/1 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1313 ; DOI : 10.4000/rsr.1313

Haut de page

Auteur

Raoul Germain Blé

Sciences de l’Information et Communication
Université de Cocody-Abidjan

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page