Navigation – Plan du site

L’exposition missionnaire de 1925. Une affirmation de la puissance de l’Église catholique

Érick Cakpo
p. 41-59

Résumés

L’Exposition Missionnaire Vaticane de 1925 fut sans doute la plus grande exposition jamais organisée par l’Église catholique. Pourquoi un tel événement dans un contexte d’après guerre et de sécularisation ? C’est la principale question que pose cet article. Derrière le projet d’exhibition d’objets des pays de mission se dessine une stratégie bien orchestrée que le terme romanita résume. Ce terme convoque tour à tour les notions d’universalité et de centralité qui vont gouverner l’action de Pie XI vis-à-vis des missions. À travers sa principale visée – la propagande –, l’exposition missionnaire de 1925 se révèle un véritable instrument scientifique et politique d’affirmation de la grandeur de l’Église.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L. Zerbini de l’Université de Lyon II a consacré plusieurs articles à cette exposition abordant not (...)

1Durant l’Année Sainte de 1925 eut lieu dans les jardins du Vatican la plus grande exposition missionnaire jamais organisée par l’Église catholique. Cet événement sans précédent dans l’histoire de l’Église a peu intéressé la recherche si bien qu’il n’a fait, sauf erreur, l’objet d’aucun livre qui lui est dûment consacré. Les articles sur le sujet, par ailleurs peu nombreux, s’intéressent rarement à la question des motivations de l’événement1. Et pourtant, l’importance de cette exposition dépasse la seule exhibition d’objets tant elle tend, dans un contexte particulier d’après guerre et de sécularisation (I), à affirmer la toute- puissance de l’Église catholique. Les objectifs et les moyens (II) déployés, à l’instar des expositions internationales alors en vogue, ne sont pas sans confirmer la volonté de montrer que l’Église, à l’inverse du contexte européen, est en pleine expansion et sait s’adapter à la modernité. Mais dans quelle mesure ? Tout en reprenant certains aspects des expositions internationales coloniales, celle du Vatican entend rompre notamment avec les pratiques des exhibitions ethnologiques (III).

  • 2 La mission connaît aujourd’hui le mouvement inverse (ou réciproque) du Sud vers le Nord. On estime (...)
  • 3 Une dernière exposition missionnaire, de moindre envergure, prévue en 1940 et empêchée par la Secon (...)
  • 4 Le bulletin Les Missions Catholiques et différents documents des archives de la Société des Mission (...)

2La présente contribution paraît doublement opportune. À l’heure où l’on peut difficilement imaginer la mission chrétienne dans un mouvement unique, d’Europe vers les autres continents2, il s’avère nécessaire de montrer en quoi l’exposition missionnaire de 1925 apparaît comme l’une des dernières tentatives de centralisation romaine des missions3. Rendre compte des événements majeurs passés étant l’apanage de l’histoire, nous avons jugé indispensable de ne pas faire l’impasse sur cet événement de l’histoire « récente » des missions catholiques en mettant au jour une documentation peu exploitée4. Plus qu’un simple exposé, on adopte ici une position critique qui tend à interroger le bien-fondé et les raisons de l’organisation d’un tel événement par l’Église.

I. Contextes d’organisation

À l’origine, la volonté d’un seul homme

  • 5 On retrouve dans les documents plusieurs appellations pour l’exposition : « Exposition Missionnaire (...)
  • 6 Voici un extrait de la lettre qui jette les bases de l’événement : Statuimus ut anno sancto MCMXXV (...)

3À l’initiative de l’Exposition Missionnaire Vaticane de 1925 un seul homme, le pape Pie XI (1922-1939)5. Il nourrit le projet bien avant. Il trouva un fidèle allié en la personne du Cardinal-Préfet de la Sacrée Congrégation de la Propagande, Willem Marinus Van Rossum (1918-1932). Ce dernier réunit dans un premier temps, pour consultation, tous les Procureurs et Représentants des Instituts missionnaires en résidence à Rome. Ensuite, la lettre du 24 avril 1923 que le pape adressa au cardinal officialisa le projet. Elle constitue la charte canonique décrétant l’exposition et conférant toute autorité au Préfet de la Propagande pour la mise en place de l’événement6. Dès lors, un Comité directeur fut créé, présidé par Mgr Francesco Marchetti-Selvaggiani et assisté de Messeigneurs Nogara, Pecorari, Pizzardo, Ercole, Ghezzi, Belvederi, Roncalli, Mercati, du marquis Sacchetti et de Mgr Caccia Dominioni, Maître de Chambre du pape. À ce comité fut adjoint un sous-comité, composé de 36 membres des différents Instituts missionnaires.

  • 7 A. Rétif, « Le développement des jeunes Églises, 1914-1939 », dans C. Delacroix (dir.), Histoire un (...)
  • 8 L. Riboud, « La politique missionnaire de sa Sainteté le pape Pie XI », 1935, Archives des Missions (...)

4Pourquoi une telle volonté de Pie XI ? Pour en comprendre les raisons, il est nécessaire d’examiner sa conception des missions. Il est considéré par l’historien André Rétif comme « le Pape des missions7 » et pour cause. Il développe une vraie politique missionnaire que le Pensiero Missionario, organe missionnaire italien, résume en six principales directives8 : 1/ L’occupation effective et complète du territoire à évangéliser, 2/ L’effort pour arriver à une plus grande collaboration dans l’Église elle-même, et l’utilisation de toute coopération extérieure possible, pourvu que ni l’intégrité de la doctrine, ni la hiérarchie n’en soient compromises, 3/ Une confiance des plus optimistes qui tienne entièrement compte des bonnes dispositions et des qualités des races, même les plus méprisées, 4/ Un esprit scientifique d’organisation et de méthode, non seulement dans l’apostolat lui-même, mais aussi dans sa préparation, 5/ La recherche d’une apologétique plus élevée pour le bien de l’Église et la défense générale de la foi, 6/ Une merveilleuse stratégie de lumière et d’amour envers les centaines de millions d’âmes égarées par les fausses religions, les schismes, l’Islam, le Bouddhisme, etc…., basée sur un triple élément : a) une étude approfondie de leur histoire passée, b) une compréhension complète de leur condition présente et c) une préparation étendue et précise (pratique, positive) pour l’avenir.

  • 9 Voir Vasquez, La cartographie missionnaire, p. 322-323.
  • 10 Allocution de Pie XI du 29 avril 1925, citée par Vasquez, La cartographie missionnaire, p. 323.

5Il en résulte une véritable stratégie qui se révèlera de manière probante dans l’action du pape par le principe suivant : donner une impulsion à l’expansion de l’Église tout en rappelant son foyer romain. C’est dans ce dessein qu’il développe les notions d’universalité et de centralité que résume le terme de romanita9. Par rapport aux missions, ce terme se décline en plusieurs manifestations : le transfert à Rome de l’Œuvre de la Propagation de la Foi en 1923, l’institution de la Journée Missionnaire Mondiale (1926), la construction en 1926 sur le Janicule – la rive droite du Tibre, au sud de la cité du Vatican – du siège du Collège et de l’Université de la Propaganda Fide pour la formation des jeunes séminaristes des pays de mission. Mais c’est surtout l’exposition missionnaire de 1925 qui témoigne de cette centralisation. Le but poursuivi à travers l’événement est clair et le pape en donne lui-même la teneur : « Rassembler et exposer en cette cité, capitale du monde, tout ce qui est propre à mettre en lumière la nature et l’action des missions catholiques, les lieux où elles opèrent, en un mot, tout ce qui s’y apparente10 ». 

Un contexte particulier

  • 11 B. Sienne, « Inauguration solennelle de l’Exposition Vaticane des Missions », Les Missions Catholiq (...)
  • 12 La sécularisation qui consiste à soustraire à l’influence des institutions religieuses des institut (...)
  • 13 Rémond, Religion et société en Europe…, p. 205-206.
  • 14 Une affirmation relevée dans le bulletin Les Missions Catholiques donne une idée de cette situation (...)
  • 15 Voir M. Galopin, Les expositions internationales au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997.

6L’organisation d’un événement de l’envergure de l’exposition dans un contexte aussi particulier qu’est celui de l’année 1925 suffit à justifier l’importance des missions catholiques aux yeux du pape. Nous sortons à peine de la crise occasionnée par la Première Guerre Mondiale. Les Instituts missionnaires à qui l’on a demandé l’organisation interne de l’exposition, le rassemblement et l’acheminement des objets vers Rome avaient ainsi des raisons valables d’apporter des objections à la proposition du pape, tant leur situation financière était précaire. Mais l’honneur de l’Église surpasse les considérations économiques. Le père Bernard Sienne (OMI) estime que le pape a voulu cette exposition « pour l’honneur de la sainte Église universelle, dont les missionnaires et les Missions vont sans cesse élargissant l’embrassement maternel, lui amenant progressivement tous les peuples de la terre11 ». Mais pourquoi tenait-on tant à l’honneur de l’Église à cette époque ? Les années 1920 se situent dans ce que les historiens appellent la troisième période de sécularisation qui se concrétise en France, au début du siècle, par la loi de 1905 dite de séparation des Églises et de l’État12. Cette crise, avec comme principale conséquence la perte de l’emprise de l’Église catholique, connaît une recrudescence surtout en Europe de l’Ouest. Dans le prolongement de la philosophie des Lumières, la pensée libérale qui fait de la liberté individuelle le principe et le fondement de l’ordre social amène, déjà en 1914, à la reconnaissance officielle par la plupart des États européens du principe de la liberté de conscience, celle des cultes commençant à être admise13. Dans un tel contexte, l’Église, par la volonté du pape, entend communiquer sur sa grandeur et montrer que la déroute qu’elle connaît en Europe est loin de l’ébranler14. Dans ce dessein, quoi de mieux que de profiter du moyen de communication le plus efficace de l’époque, les expositions ? Un siècle après leur invention, ce mode de propagande connaît une période d’essor dans les années 1900. On dénombre soixante-dix expositions de tout genre – expositions internationale, universelle, coloniale – entre 1900 et 1998, dont une quarantaine avant 192515.

II. Objectifs et moyens

Organisation et déploiement de l’exposition

  • 16 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions…, p. 235.
  • 17 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2910 du 10 avril 1925, année 1 (...)
  • 18 L. Chorin, « L’Exposition Missionnaire Vaticane, Premières impressions », Archives des Missions Étr (...)

7Pour l’exposition, l’Église disposa de moyens qu’elle n’avait jamais attribués à aucun événement. L’inauguration eut lieu le 21 décembre 1924 dans le Bracchio Nuovo du Musée Chiaramonti. La cérémonie fut menée en grande pompe. Pie XI la présida, entouré de plusieurs membres de la curie romaine et d’un parterre de diplomates. L’exposition elle-même comprenait deux parties principales : 1/ les pavillons construits dans la cour de la Pigna (Terre-Sainte, Amérique, Asie antérieure, Hindoustan, Indochine), 2/ les pavillons du jardin du Vatican (Chine, Japon, Océanie, Afrique) ; et deux annexes : la galerie du Musée Chiaramonti (Instituts missionnaires) et un pavillon isolé (Hygiène et Médecine)16. Pavillons et musées occupèrent une superficie de 10 000 mètres carrés17. Les trente-huit pavillons dont la construction a été l’œuvre de l’entrepreneur Leone Castelle de Milan, et de l’ingénieur De Rossi furent attribués à des pôles phares, Terre Sainte, Ethnographie, Bibliothèque, Statistique, Contributions scientifiques et Civilisatrices des Missions, Direction, Missions (Asie, Afrique, etc)18. Pour donner une idée plus précise et détaillée des structures, dans la Cour de la Pigna, on pouvait visiter les salles suivantes : 1. Terre-Sainte, 2. Histoire des Missions depuis les temps apostoliques, 3. Salle des Martyrs des Missions, 4. Salle d’ethnologie et de linguistique, 5. Missions de l’Amérique du Nord, 6. Bibliothèque missionnaire, 7. Salon de la Sacrée Congrégation de la Propagande, 8. Missions de l’Amérique du Sud, 9. Missions de l’Asie Antérieure, 10-11. Missions des Indes, 12. Missions de l’Indochine, 13. Synthèse de l’activité des Instituts missionnaires, 14. Missions d’Europe. Œuvres de missions, 15. Section médicale et œuvres charitables des Missions. Et dans les jardins du Vatican : 16-17. Missions de Chine et de Corée, 18-19. Missions du Japon, des Philippines, de l’Océanie, 20-21. Missions d’Afrique.

  • 19 « Une visite à l’Exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 192 (...)

8Par ailleurs, il n’était pas question de minimiser la part scientifique qui revient à l’événement. Plusieurs publications visant à donner un aperçu global des missions ou à illustrer et compléter l’exposition furent élaborées. Ainsi, un guide sommaire dans lequel on pouvait trouver, notamment signalés, les objets les plus remarquables, fut édité à l’intention des visiteurs. La revue artistique et scientifique intitulée l’Expositione missionaria vaticana, spécialement consacrée à l’événement, demeura la plus importante publication. Sa rédaction fut confiée à Mgr Luigi Grammatica, successeur de Pie XI à la tête de la bibliothèque ambrosienne, et l’illustration au savoir-faire des Arti Grafiche de Bergame. Elle parut tous les quinze jours à partir du 15 décembre 1924 en fascicules de 32 pages largement illustrées. On pouvait s’y abonner pour la modique somme de 160 lires italiennes soit approximativement 0,08 euro. Un Calendrier-Atlas, le Calendario Atlante delle Missioni cattoliche, fut conçu pour mettre en évidence les efforts de l’Église pour la « prédication de l’Évangile à toute créature ». Il fut édité en plusieurs langues, en italien, en français, en anglais, en espagnol et en allemand. S’y trouvaient la liste des Diocèses, Vicariats et préfectures apostoliques, disposés par ordre géographique et une liste alphabétique des Instituts missionnaires, avec l’énumération des missions qui leur étaient confiées, complétée par les principales données statistiques. Puis, vingt cartes indiquant l’emplacement des principales divisions administratives dépendant de la Sacrée Congrégation de la Propagande. Enfin un plan de Rome ainsi qu’un plan de l’Exposition19.

Les directives données aux missionnaires

9Pendant les mois qui précédèrent la tenue de l’exposition, le comité de direction travailla d’arrache-pied pour fournir aux missionnaires des directives précises, pratiques et générales pour le choix des objets. Afin de donner une idée de l’importance de l’événement et de son organisation, il convient de reproduire ici de manière succincte la nomenclature indiquée aux chefs des missions. Celle-ci est composée de deux parties : des informations sur les pays de mission et des renseignements sur la mission.

10– Les pays et le peuple : 1) Géographie physique et politique, 2) minéraux, 3) végétaux, 4) animaux, 5) différents types caractéristiques de la race (photographies, dessins, peintures, reliefs), 6) habits des chefs, des riches, du peuple, 7) habitations, 8) nutrition, 9) industrie, 10) agriculture, 11) chasse et pêche, navigation, 12) armes de guerre, 13) musique et danse, 14) bannières, étendards, instruments de supplice. Papier indigène ou ce qui le remplace. Essais de leurs manuscrits et écriture, 15) littérature (s’il y a des traces de lettres), 16) religions et cultes.

  • 20 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2910 du 10 avril 1925, année 1 (...)

11– La Mission : 1) carte géographique, la plus récente possible, indiquant les districts, les stations avec l’année ou la date de leur fondation, 2) ouvrages (livres et articles) écrits par les missionnaires sur l’histoire, les traditions, les légendes, la géographie, l’ethnographie, la religion, la langue du pays, 3) ouvrages sur la religion chrétienne en usage dans le pays, 4) exposé sur la manière dont on célèbre les cérémonies sacrées, 5) modèles, photographies et dessins de la vie religieuse, 6) œuvres de charité et d’éducation, 7) statistiques (graphiques, dessins, diagrammes, statistiques comparées de l’œuvre missionnaire depuis les débuts ainsi que les résultats et progrès dans les divers champs d’action), 8) histoire de la Mission, 9) collaboration indigène (clergé indigène, sa formation), 10) photographie (grand format, environ 40 centimètres) du Supérieur de la Mission et photographie de tous les missionnaires (prêtres, frères, laïques, clergé séculier indigène) pris ensemble, 11) disques phonographiques, afin de faire entendre la langue des indigènes, 12) reproductions cinématographiques, s’il est possible, des solennités et cérémonies chrétiennes, des cérémonies païennes, religieuses ou civiles et des danses et jeux indigènes20.

La visée : une exposition scientifique de l’œuvre des missions

12Au vu de ce qui précède, il convient de se demander dans quel intérêt ces moyens ont été déployés. Le but principal de l’exposition était de documenter l’activité missionnaire et de porter à la connaissance de tous les efforts de l’Église dans le domaine des missions. En cela, elle fut un formidable moyen de diffusion des grands principes sur la doctrine missionnaire que Pie XI formulera un an plus tard dans son encyclique Rerum Ecclesiæ. Pour le pape, selon L. Zerbini :

  • 21 Zerbini, « Le Musée missionnaire ethnologique du Latran. De la collecte à la patrimonialisation des (...)

l’œuvre missionnaire doit désormais dépasser le caractère misérabiliste, voire passionné des premiers temps. L’Église doit répondre aux études et analyses des scientifiques laïques, dominés par la pensée évolutionniste, en donnant aux missionnaires un arsenal idéologique nécessaire à la compréhension des populations autochtones, seul moyen de renforcer son rôle et sa place dans le monde. Dès lors, le concept de « devoir missionnaire » ou de « méthode missionnaire » est au cœur de la nouvelle politique de Pie XI dont la stratégie est clairement définie par deux axes : méthodologie et adaptation21.

  • 22 Rémond, Religion et société…, p. 132.

13Adapter l’Église à son temps et enlever des esprits l’idée d’obscurantisme qui a longtemps qualifié ses actions est une priorité pour Pie XI. En effet, au xixe siècle, en réaction à la sécularisation ambiante de la société européenne, les papes ont donné au catholicisme une vision intransigeante en condamnant systématiquement les aspirations de la société moderne. Ceci a attiré les foudres de nombreux intellectuels, écrivains, savants et philosophes qui ont vu dans Rome une puissance d’obscurantisme entravant la liberté de l’esprit et le progrès de la raison22.

  • 23 L’expression est née après la Première Guerre mondiale pour évoquer la période antérieure à la Gran (...)
  • 24 De surcroît, Pie XI est considéré comme un intellectuel. Il fut successivement « docteur » c’est-à- (...)

14Par ailleurs, la période qui précéda la Première Guerre Mondiale est surnommée par les historiens la « Belle Époque23 ». Elle fut marquée par le progrès social, économique, technologique et politique en Europe. Quoique ébranlés par la Grande Guerre, les progrès réalisés à la fin du xixe siècle et au tout début du xxe restent d’actualité dans les années 1920. Il s’agit surtout, dans un souci de redressement de l’Europe, de renouer avec les prouesses scientifiques. Pour Pie XI, les actions de l’Église doivent désormais s’inscrire dans cette mouvance et en premier lieu les missions, par le biais de l’exposition de 1925. Dans ce dessein, il devient une priorité de montrer la valeur scientifique de l’apostolat24. On doit pouvoir appréhender, de toutes les manières possibles, mais surtout par celle la plus accessible à l’homme de ce temps, l’œuvre des missions. Il s’agit clairement de se conformer à la mode des « sciences des lumières » et de ne plus se contenter de l’empirique. Une idée qui répond aux exigences intellectuelles de l’époque. Le pape pouvait ainsi affirmer lors de son discours inaugural :

  • 25 Pie XI, discours inaugural de l’Exposition Vaticane des Missions, dans Sienne, « Inauguration solen (...)

Nous vivons en des temps où, plus que jamais, il est manifeste que tous les héroïsmes inhérents à la vie des Missions sont, à eux seuls, insuffisants. L’empirisme ne suffit plus à assurer le succès de l’apostolat. Et l’on veut recueillir le fruit complet de tous ces sacrifices et de tout ce labeur, il faut demander aux sciences des lumières, qui permettront de découvrir les chemins les plus directs, qui génèreront les méthodes les plus efficaces. Ainsi en va-t-il sous nos yeux dans l’industrie, le commerce, dans toutes les manifestations de la vie économique. Les Missions ne doivent pas, elles, se soustraire à ces exigences caractéristiques de notre époque25.

  • 26 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2897 du 2 janvier 1925, année (...)
  • 27 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 192 (...)
  • 28 Ibid., p. 239.
  • 29 Vasquez, La cartographie missionnaire…, p. 324.

15Dès lors, une place importante fut accordée aux sciences et à la littérature des missions. Sous l’égide de la Sacrée Congrégation de la Propagande, fut organisée ce qu’il convient d’appeler une « exhibition scientifique » de l’œuvre des missions. La partie scientifique de l’Exposition a été préparée avec le plus grand soin. Toutes les sciences, principalement la géographie, l’histoire et l’étude des races, la linguistique, la physique, l’astronomie, etc., y constituèrent un précieux matériel d’observation des missions. Les meilleures cartes géographiques des parties les plus reculées du monde furent disposées sous les yeux des visiteurs, ainsi que les informations recueillies par les missionnaires sur la minéralogie, la flore, la faune des pays de mission26. La partie médiane des pavillons construits dans la cour de la Pigna comprenait deux grandes salles : la Bibliothèque et le Salon de la Propagande. Dans ce dernier furent mises à disposition deux collections complètes du périodique Les Missions Catholiques ; également une double collection des Annales de la Propagation de la Foi. Ces revues, uniquement consacrées aux missions, forment 158 volumes, illustrés de plus de 15 000 reproductions de croquis, de dessins et de photographies envoyés par les missionnaires. « Elles forment, incontestablement, le plus inépuisable trésor de documents pour l’étude de l’apostolat auprès des infidèles au cours du dernier siècle27 ». Dans une immense salle fut installée la bibliothèque où, groupée par ordre alphabétique, des livres disposés jusqu’au plafond, au nombre desquels les publications de l’Imprimerie de la Sacrée Congrégation de la Propagande, « la plus riche du monde entier en caractères de toutes les langues » ; les publications de toutes les œuvres qui viennent en aide aux missions et de toutes les Congrégations missionnaires. La plupart des Vicariats ou Préfectures ont édité à l’occasion de l’exposition une brochure résumant l’histoire de la Mission depuis son origine et exposant l’état actuel des œuvres28. L’exposition reflète désormais l’intérêt accordé à la missiologie. La documentation ainsi réunie constituera une base importante pour la colossale bibliographie missionnaire, Bibliotheca Missionum du père Robert Streit, omi. Débutée en 1916, elle est la somme de tous les écrits missionnaires, établie par continent. Au premier volume s’en rajoutent cinq autres de 1924 à 193029.

  • 30 « L’Exposition Vaticane de l’Année Sainte », Les Missions Catholiques, n° 2892 du 28 novembre 1924, (...)

16Par ailleurs, une part importante fut attribuée à la géographie. Des moyens, parmi les plus modernes, furent déployés pour donner à voir l’étendue des missions. On pouvait compter au total trois grands tableaux en relief, seize cartes murales, d’autres tableaux en relief moins considérables et une multiplicité de petites cartes. Mais le plus impressionnant fut le grand Atlas édité par l’Institut des Arti Grafiche. Chacun des pays de mission (diocèse, vicariat, préfecture apostolique) y fut décrit « avec la plus grande exactitude possible30 ».

17In fine, donner davantage de visibilité aux missions et rendre compte de ce qui était accompli dans les pays de mission, fût-ce de manière scientifique, constitua, on a pu le voir, la visée principale de l’exposition. Mais parallèlement, de manière affichée, il s’agit de communiquer sur les conversions pour que les fidèles européens viennent en aide aux missions, de quelle que manière que ce soit. N’est-ce pas ce que le pape a voulu exprimer dans la lettre qu’il adressa au cardinal Van Rossum ? À travers l’exposition,

  • 31 Lettre du 24 avril 1923 au cardinal Van Rossum citée dans « L’exposition vaticane des Missions », L (...)

les fidèles du monde entier embrasseront dans une immense vue d’ensemble l’extension et l’importance de l’œuvre divine des Missions, les éléments qui lui sont nécessaires, les difficultés et les obstacles qu’elle doit surmonter et combattre, le grand travail qui a été fait et celui plus grand qui reste à accomplir, et ils comprendront le devoir de venir en aide aux Missionnaires héroïques, qui, abandonnant tout et tous, vont se dépenser pour le salut de tant d’âmes rachetées par le Sang de Jésus-Christ31.

  • 32 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 192 (...)

18Les missionnaires à qui l’on a demandé tant d’efforts pour la réussite de l’événement l’ont compris. L’exposition va résolument dans l’intérêt des missions catholiques. Pour que celles-ci se poursuivent et développent, il faut trois conditions : « intensifier les prières, multiplier les ressources, augmenter le nombre des vocations apostoliques ». C’est pour cela qu’il est important de « faire connaître les missions dans les pays capables de fournir des missionnaires, de subsides matériels, des prières ferventes ; donc il faut une grande Exposition32 ».

III. Références aux expositions coloniales : faire ou ne pas faire comme

  • 33 C. Hodeir et M. Pierre, L’exposition coloniale de 1931, Paris, André Versaille éditeur, 2011, p. 33
  • 34 Pour ce qui est du principe d’exhibition des expositions coloniales, on pourra consulter ces princi (...)

19À la lumière de ce qui précède, peut-on affirmer que l’Église a voulu s’inspirer des expositions coloniales dont le but, selon Catherine Hodeir, est de montrer, dans une perspective de glorification de l’Empire colonial européen, les populations et les richesses des colonies33 ? Si l’exposition missionnaire prend par certains de ses aspects les airs d’une exposition coloniale, elle entend s’en démarquer34.

L’œuvre salvatrice et civilisatrice des missions

  • 35 Zerbini, « Les expositions missionnaires, De l’objet-document à l’objet-mémoire », dans La mission (...)

20Il est clair que l’idée de l’œuvre civilisatrice accomplie par les Européens qui a souvent constitué le leitmotiv des expositions coloniales revient en filigrane ici. Pour Laurick Zerbini, l’une des idées principales que souhaite impulser le comité de direction est de « montrer que les missionnaires sont des “agents” de la civilisation35 ». Convaincus, les missionnaires font eux-mêmes écho à cette pensée. En visitant le pavillon de l’Afrique occidentale, le père reporter n’a pas pu s’empêcher cette réflexion :

  • 36 Sienne, « Inauguration solennelle de l’Exposition Vaticane des Missions », Les Missions Catholiques (...)

… beaucoup d’armes… les luttes entre tribus étaient si fréquentes, il n’y a pas longtemps, sur tout le continent noir et les sacrifices humains terminaient toutes les orgies. La peur du soldat européen a arrêté ces guerres, mais le christianisme seul arrachera la cruauté diabolique du cœur du Noir en y mettant la douceur de Jésus-Christ36

21Pour les missionnaires, livrer aux yeux de tous les résultats des actions civilisatrices de l’évangélisation fut un but. Il s’agissait de convaincre ceux qui se posent encore des questions sur le bien-fondé des missions extra-européennes.

  • 37 Ibid.

En observant directement la grandeur de l’œuvre des Missions, ses immenses développements, son importance devant Dieu et devant les nations, ils (les visiteurs) seront frappés de la beauté, toujours plus resplendissante, des pages de civilisation et d’évangélisation qui s’écrivent de la sorte et qui prolongent les « Actes des apôtres » par la diffusion des paroles et du sang du Christ37.

  • 38 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 192 (...)

22Et on tenait surtout à en montrer les preuves à travers les objets exposés. « Les divers stands de l’Afrique renferment des objets d’art de fabrication indigène qui donnent une haute idée de ce que, par l’éducation dans des écoles professionnelles, les missionnaires peuvent obtenir de peuplades primitives38 ».

  • 39 D. Delœi, « La mise en œuvre de la Propagande missionnaire en Bretagne : De la Grande Guerre à la d (...)
  • 40 Certains auteurs voient dans cet acte un événement majeur dans l’émancipation des Églises locales. (...)
  • 41 Zerbini, « Les expositions missionnaires, De l’objet-document à l’objet-mémoire », dans La mission (...)
  • 42 L’animal fut exposé par les Fils du Cœur Immaculé de Marie (missionnaires clarétains) de la préfect (...)

23La justification de l’œuvre civilisatrice de l’évangélisation semble pourtant en déphasage avec la conception de revalorisation des cultures et des peuples indigènes que l’Église commença d’avoir à cette époque-là. L’entre-deux-guerres marqua un tournant décisif dans l’histoire des missions catholiques. Est-ce en raison du changement des mentalités provoqué par les événements de la Grande Guerre ? En effet, lors du conflit, de nombreux missionnaires mobilisés ont été remplacés dans les missions par des catéchistes laïques locaux. La guerre permet donc aux catholiques d’Afrique, d’Asie et d’Océanie de prendre conscience de leur indépendance religieuse ou du moins de leur capacité à assumer seuls le culte39. De manière corrélative, les encycliques Maximum Illud (1919) de Benoît XV et Rerum Ecclesiae (1926) de Pie XI donnèrent une nouvelle impulsion aux missions en réaffirmant l’égalité des chrétiens, quels qu’ils soient. Ceci se concrétisera un an après l’exposition par la consécration par Pie XI, le 28 octobre 1926, d’évêques non-européens. Il s’agit de six évêques chinois40. La propagande autour de l’œuvre salvatrice et civilisatrice de l’évangélisation dans laquelle s’inscrit l’exhibition des objets des pays de mission, par l’objectif visé – mettre en contexte et satisfaire la curiosité des Européens –, contredit le principe d’égalité émergeant. Mais l’Église s’en défend. Les objets exposés sont le signe apparent de la « communion des âmes ». Il demeure cependant que dans un tel contexte, ils sont de véritables indicateurs du niveau de culture des sociétés41. Le manque de cohérence entre les objets (fétiches africains, danseuses cambodgiennes, divinités bouddhiques du Siam, cannes, papillons, plantes vénéneuses etc…) et l’absence d’information sur les productions locales achèvent de jeter le doute sur le caractère unificateur qui sous-tend leur exposition. Qui plus est, dans leur choix, on a paré au plus pressé en privilégiant la curiosité des destinataires. Sinon, comment comprendre la présence d’un veau empaillé à deux têtes dans une exposition missionnaire42 ?

Rompre avec les expositions ethnologiques

  • 43 Bancel et al., Zoos humains et exhibitions…

24Entre la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe se succédèrent en Europe un nombre conséquent d’expositions internationales coloniales parmi lesquelles celles de Londres (1886), de Lyon (1894 et 1914), de Turin-Florence-Rome (1911) et la plus connue, celle de Paris Vincennes en 1931. Elles se sont toutes illustrées par des expositions ethnologiques encore appelées « zoos humains », dont le principe consistait à mettre en contexte les populations « indigènes » qui étaient censées montrer, pour la curiosité des Européens, leur mode de vie43.

25Les valeurs d’égalité entre les chrétiens défendues par l’Église l’ont-elles empêchée de reproduire cette expérience ? Si l’affirmative est la forme qui correspond à cette question, l’idée a-t-elle effleuré, fût-ce par zèle, certains responsables d’Instituts missionnaires ? La réponse de Jean-Marie Chabert, Supérieur Général de la Société des Missions Africaines (1919 à 1933) au Cardinal-Préfet de la Propagande, suite à la lettre de sollicitation envoyée aux chefs de mission, est intéressante. Afin de ne pas trahir la pensée du père Chabert, nous reproduisons ici l’intégralité de la partie concernant la suggestion de faire venir des indigènes néophytes.

  • 44 Lettre du Supérieur de la Société des Missions Africaines au Cardinal-Préfet de la S. Congrégation (...)

Notre Société possède un musée des Missions dont beaucoup d’objets seraient faits pour intéresser les visiteurs de l’exposition et leur donner une idée plus exacte de la vie et des mœurs des peuples au milieu desquels nos missionnaires sont appelés à travailler. À ce sujet, je me permettrai de faire part à Votre Éminence d’une idée qui me semble propre à donner à cette manifestation une portée plus grande. Ce serait de faire venir à Rome et à cette occasion de petits groupes de néophytes des différentes régions du monde catholique. Ils viendraient y vénérer les tombeaux des glorieux Apôtres Pierre et Paul et apporter au Père commun des fidèles, Sa Sainteté Notre Père Très Saint Père le Pape Pie XI, l’hommage de leur attachement et de leur vénération. Ils ne manqueraient pas d’en être profondément touchés et rentrés chez eux seraient au milieu de leurs peuples ou de leurs tribus les témoins vivants de la beauté, de la grandeur et de la vitalité de la sainte Église catholique. D’un autre côté tous les chrétiens qui se rendraient à Rome à cette occasion apprendraient à reconnaître dans ces représentants des peuples lointains des frères dans la Foi et leur sympathie comme leur charité pour eux ne pourraient que s’en accroître singulièrement. Sans doute l’application de cette idée ne manquerait pas de provoquer de grandes dépenses, mais combien les résultats seraient faits pour les compenser ! Les gouvernements civils ont régulièrement recours à cette pratique quand ils organisent des expositions coloniales. Un groupement dans la Ville éternelle de catholiques de toute tribu, de toute nation et de toute langue me paraît devoir être la plus grande manifestation catholique qui se puisse concevoir44.

26La lecture de la proposition du Supérieur semble dissuader de tout jugement hâtif. Il est bien question de faire venir des chrétiens des pays de mission, mais à aucun moment il n’est fait cas de leur exposition. Le père tire indubitablement son idée des expositions coloniales puisqu’il en fait lui-même mention. Cependant, il semble inscrire la proposition dans une démarche dont le but est triple : montrer leur attachement au pape, témoigner auprès des leurs de la grandeur du catholicisme et amener les chrétiens européens à reconnaître en eux des « Frères dans la Foi ».

27Il y a des raisons de croire que la suggestion du père Chabert n’avait aucune chance d’être prise en compte par le comité de direction de l’exposition. Toute idée qui tend à mettre en scène les populations indigènes effarouche l’Église, surtout à un moment où il s’agit de proclamer les valeurs « universelles » des missions. Du reste, la véhémence de certains membres du clergé, sur fond de crise entre l’Église et certains États, prend des airs de protestations contre les expositions coloniales :

  • 45 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 192 (...)

L’Exposition (Missionnaire Vaticane) a eu le bon goût de n’exhiber aucun être vivant, les cases, les huttes, les villages, ne sont habités que par des mannequins. L’Église répugne à offrir des hommes en spectacle à d’autres hommes ; tous, même les plus sauvages, sont nos frères. On met des singes et des tigres dans les jardins d’acclimatation ou les ménageries, passe ! Des hommes présentés d’une manière presque identique, sous des paillotes sordides… non ! Unissons nos efforts pour les tirer de leur dégradation, mais laissons-les chez eux45 !

  • 46 Un certain point de vue tend à montrer qu’en donnant priorité au salut des âmes, la mission présent (...)
  • 47 L. Delgado et al., « Les zoos humains en Espagne et en Italie : entre spectacle et entreprise missi (...)
  • 48 Ibid, p. 242-243. L’auteur souligne que « foi et patrie sont deux concepts associés pour lesquels o (...)
  • 49 Hodeir et Pierre, L’exposition…, p. 53.
  • 50 Voir Delgado, « Les zoos humains en Espagne et en Italie : entre spectacle et entreprise missionnai (...)
  • 51 Hodeir et Pierre, ibid.

28On en déduit que si l’Église et l’État ont en commun un devoir : civiliser les indigènes, aux yeux des missionnaires, il faut préserver la dignité de ces peuples46. L’histoire montre que l’Église s’est, à maintes reprises, associée aux expositions internationales coloniales. Elle a adjoint une exposition d’art sacré et des missions catholiques – Mostra d’Arte Sacrae delle Missioni Cattoliche – à l’Exposition Générale Italienne de 1898 de Turin. Une association créée pour l’occasion – réunissant des laïcs et des religieux, parmi lesquels Ernesto Schiapparelli, égyptologue et grand voyageur – supervisait l’organisation et la réalisation de la section missionnaire. Les stands de l’Église furent reliés à la partie principale par une passerelle baptisée « pont de la Concorde47 ». Ce cas montre le manque de prise de distance de l’Église par rapport à ces expositions, d’autant plus qu’on sait qu’il y a plus de soixante-dix indigènes originaires d’Inde, de Chine, de Terre sainte, de Haute-Égypte, d’Érythrée et d’Abyssinie, de Bolivie et du Brésil qui furent présentés à Turin48. L’exposition coloniale de 1931 organisée par la France et qui marquera le terme et l’apogée des exhibitions ethnologiques a vu la participation des missions catholiques. C’est par l’entremise du vice-amiral Lucien Lacaze, ancien ministre français de la Marine et proche des missions catholiques, que Rome posa une requête auprès du gouvernement français49. Qu’est-ce qui peut justifier ce ralliement ? Dans les deux cas, l’objectif affiché est de collecter des fonds pour les missions50. Pour l’exposition de 1931, le Saint-Siège adresse un appel au peuple de France pour que « ses générosités permettent de mettre en pleine lumière dans la grande manifestation nationale de 1931 l’œuvre féconde de ceux qui sont parmi les plus vaillants et les plus modestes de ses fils et de ses filles51 ». Par ailleurs, dans le contexte de séparation entre l’Église et l’État que connaît désormais la France, l’appel au don lancé concernait en partie le financement des pavillons.

*    *
*

29Au terme de cette contribution, il paraît nécessaire de poser la question du bien-fondé de l’exposition missionnaire de 1925. Il se trouve, nous semble-t-il, résumé dans cette affirmation :

  • 52 B. Sienne cité dans « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 (...)

Le monde entier, écrit Bernard Sienne, dans la Croix de Paris, est le théâtre de l’apostolat catholique, et c’est bien le monde entier qui vous présente ses aspects si divers à l’Exposition universelle des missions, avec d’antiques civilisations non chrétiennes à conquérir au Christ, ou des peuplades païennes à éclairer de la lumière évangélique, avec de grandes nations modernes qu’un christianisme altéré par l’hérésie ou simplement une antique rupture avec le Siège apostolique ont ravies plus ou moins complètement à l’unique bercail et à l’universel Pasteur52.

  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid, p. 235.

30À travers ces phrases se dessinent les principales motivations qui ont conduit à son organisation. Bien au-delà de la « grandiose synthèse53 » que l’événement constitua pour l’œuvre missionnaire, il fut un véritable moyen d’affirmation, aux yeux du monde, de la toute-puissance du Vatican. Selon le bulletin Les Missions Catholiques, l’idée que l’on retiendra de l’exposition est qu’elle fut « une démonstration vivante de la puissance universelle de la papauté et de la filiale docilité des missionnaires envers leur chef suprême54 ».

  • 55 Rémond, Religion et Société…, p. 105. L’auteur situe le point de départ de ce conflit à la Révoluti (...)
  • 56 Il faut noter que c’est sous Pie XII puis Paul VI que cette autonomie advint avec la généralisation (...)
  • 57 La question romaine est une controverse politique relative au rôle de Rome, siège du pouvoir tempor (...)

31Ceci met en filigrane l’aspect le plus apparent des conflits entre Églises et États caractérisés par la lutte pour le pouvoir, dont le point de départ est la Révolution Française55. La réaction à la rupture des nations modernes avec le Siège apostolique dont parle le père Sienne a été l’affirmation du rôle central de Rome. Par rapport à la politique missionnaire de Pie XI, il y a tout de même là un paradoxe difficile à saisir. Sous le « pape des missions », l’heure a été à l’ouverture, avec comme conséquences des avancées considérables vers la reconnaissance officielle de l’autonomie des Églises locales dont le signe visible fut, rappelons-le, la consécration des évêques chinois56. S’oppose à cette ouverture une vraie politique de centralisation des missions à laquelle la tenue de l’exposition fait écho. Il paraît impossible de ne pas voir dans cette politique une volonté affichée de maintenir l’autorité de Rome dans un monde en proie à l’agitation libérale. Doit-on aller jusqu’à établir une relation entre la tenue de l’exposition et la défense des intérêts politiques de Rome ? Si l’exercice semble périlleux, il ne faut pas oublier qu’en 1925 la controverse liée à la « question romaine » bat toujours son plein et qu’elle ne connaîtra sa fin qu’en 1929 grâce aux Accords du Latran57.

  • 58 J. Comblin, Église et pouvoir, Santiago de Chili, Enrique A. Orellana éd., 2005, p. 9.

32Il faut remarquer qu’aujourd’hui le champ sémantique du pouvoir de l’Église s’est considérablement réduit, sûrement en raison de la nouvelle ère qu’ouvrent dans les années 1960 le Concile Vatican II et l’accession à l’indépendance politique de beaucoup de pays de mission, notamment africains. Le glissement sémantique du mot pouvoir vers des termes plus atténués, plus sacerdotaux, se manifeste à travers les travaux du Concile. Dans Lumen Gentium, pour désigner la hiérarchie, on préféra le terme munus (tâche) ou des mots qui signifient le service. Par conséquent, il apparaît que le Concile Vatican II repositionne le rôle central du pape augmenté depuis le Concile de Trente qui consacra la structure du clergé, en affirmant avec force ses fondements58. Les années 1960-1970 redéfinissent les relations entre le Centre romain et les Églises locales – une redéfinition qui est toujours sujette à débat.

  • 59 W. Musitu Lufungula et W. Kitoko Matumona, « Nouveaux mouvements religieux et identité culturelle » (...)

33Somme toute, il s’agit de savoir si l’affirmation de la toute-puissance de l’Église catholique tient toujours, fût-ce par le biais de son expansion. Les pouvoirs politiques des États européens constituaient au xxe siècle un concurrent face à qui l’Église, pour ne pas perdre pied, devait défendre ses intérêts notamment dans les pays de mission. Aujourd’hui, la lutte de l’Église dans ces pays reste sur le terrain religieux. Le développement spectaculaire des nouveaux mouvements religieux d’obédience protestante dans des régions traditionnellement catholiques comme l’Amérique latine ou l’Afrique de l’Ouest est une véritable entrave à l’expansion du catholicisme. Pour donner une idée de la prolifération en Afrique par exemple, de manière locale, pour la seule ville de Kinshasa (République du Congo), le nombre de ces mouvements est estimé à plus de 8 000 pour une population évaluée à près de 7,5 millions d’habitants59.

  • 60 Selon les chiffres de l’Osservatore Romano, l’exposition a drainé plus de 520 000 personnes entre d (...)

34On retiendra que l’exposition fut une belle démonstration de force. Les moyens engagés ont permis de faire du Vatican, pendant une année, « la capitale du monde » et le centre des missions. L’événement a vu converger vers Rome des milliers de chrétiens60. On a pu livrer à qui voudra l’accepter une véritable « synthèse missionnaire ». Le pari si cher aux yeux de Pie XI de permettre à l’Église de se départir de son image d’obscurantiste fut relevé. Elle pourra désormais s’attribuer le mérite d’avoir contribué à faire avancer une discipline alors à la mode : l’ethnologie. À la fin de l’événement, le pape accueillit les témoignages de vive admiration pour la section ethnographique de l’exposition vaticane. Ceux-ci furent exprimés par les représentants les plus qualifiés de la science officielle en Italie, entre autres La société italienne d’anthropologie et d’ethnologie de Florence. Le Graal des hommages est venu d’un député italien, M. Antonio Anile, ancien ministre de l’Instruction publique et professeur à l’Université de Naples :

  • 61 Cité dans Les Missions Catholiques, n° 2923 du 3 juillet 1925, année 1925, p. 317.

Les savants qui s’efforçaient hier encore de mettre en opposition la science et l’Église doivent maintenant faire un acte de contrition et traverser le pont où Dante passa lorsqu’il allait au Vatican pour le Jubilé. L’Église, accusée d’obscurantisme, a aujourd’hui allumé les feux les plus élevés et les plus brillants qui aient jamais été allumés dans le monde 61

  • 62 Zerbini, « Le Musée missionnaire ethnologique du Latran. De la collecte à la patrimonialisation des (...)

35Un an après la tenue de l’exposition, conformément au souhait de Pie XI, environ 40 000 œuvres furent sélectionnées parmi les objets exposés pour fonder le premier Musée Missionnaire Ethnologique de l’histoire. Celui-ci, en lien étroit avec l’exposition, jette selon Laurick Zerbini les bases d’une « ethnologie catholique62 ».

Haut de page

Notes

1 L. Zerbini de l’Université de Lyon II a consacré plusieurs articles à cette exposition abordant notamment les rapports des Européens aux objets exposés : « De l’exposition vaticane au musée missionnaire ethnologique du Latran », dans Une appropriation du monde. Mission et missions, xixe-xxe siècles, sous la direction de Claude Prudhomme, Paris, Publisud, 2004 ; « Les expositions missionnaires, De l’objet-document à l’objet-mémoire », dans La mission en textes et images xvi-xxe siècles, sous la direction de Ch. Paisant, Paris, Karthala, 2004, p. 273-290. On peut également trouver, retracés de manière sommaire, certains aspects de l’exposition chez : M. Balard, Dahomey 1930 : Missions Catholiques et Culte Vodoun. L’œuvre de Francis Aupiais (1877 – 1945), missionnaire et ethnographe, Paris, L’Harmattan, 1999 ; J-M. Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique, science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, Coll. Hommes et Sociétés, 2011.

2 La mission connaît aujourd’hui le mouvement inverse (ou réciproque) du Sud vers le Nord. On estime à plus de mille les prêtres fidei donum d’autres pays vivant en France, dont la moitié sont engagés pleinement dans la pastorale des diocèses, tandis que les prêtres français fidei donum sont moins de 170 en mission hors de France. Voir le site de la Conférence des Évêques de France.

J. Varoqui estime d’ailleurs que l’œuvre évangélisatrice des Européens en Afrique est dépassée. Voir J. Varoqui, « La mission des Européens en Afrique est-elle dépassée ? », Revue des sciences religieuses 80 n° 2 (2006), p. 233-242.

3 Une dernière exposition missionnaire, de moindre envergure, prévue en 1940 et empêchée par la Seconde Guerre Mondiale aura finalement lieu en 1950. Elle eut pour principal objectif de montrer l’art chrétien des pays de mission.

4 Le bulletin Les Missions Catholiques et différents documents des archives de la Société des Missions Africaines constituent les principales sources.

5 On retrouve dans les documents plusieurs appellations pour l’exposition : « Exposition Missionnaire Universelle », « Exposition Vaticane des Missions », « Exposition Missionnaire Vaticane »… La dernière dénomination, celle qui s’est imposée, sera privilégiée ici.

6 Voici un extrait de la lettre qui jette les bases de l’événement : Statuimus ut anno sancto MCMXXV cum in hanc Almam Urbem Ecclesiœ filii undique frequentissimi, ut Deo dante fore confidimus, pietatis causa confluent, Expositio ut aiunt, Missionaria in Aedibus Vaticanis habeatur. « En l’an de grâce 1925, les fils de l’Église, à cause de leur piété, afflueront de tous côtés et en grand nombre vers la ville-mère. Par la grâce de Dieu, l’Exposition dite des Missions aura lieu dans la cité du Vatican ».

7 A. Rétif, « Le développement des jeunes Églises, 1914-1939 », dans C. Delacroix (dir.), Histoire universelle des missions catholiques en 4 tomes, T. III : Les missions contemporaines (1800-1957), Paris, Grund, 1958, p.128-168. Toutefois, il faut souligner, avant Pie XI, l’apport majeur de Grégoire XVI (1831-1846) et la stratégie de Léon XIII (cf. C. Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII, 1878-1903, centralisation romaine et défis culturels, Rome, École française de Rome, 1994). Pie XI s’inscrit dans la continuité.

8 L. Riboud, « La politique missionnaire de sa Sainteté le pape Pie XI », 1935, Archives des Missions Etrangères de Paris, Code 1935/5-13, p. 5-35.

9 Voir Vasquez, La cartographie missionnaire, p. 322-323.

10 Allocution de Pie XI du 29 avril 1925, citée par Vasquez, La cartographie missionnaire, p. 323.

11 B. Sienne, « Inauguration solennelle de l’Exposition Vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, bulletin hebdomadaire de l’œuvre de la propagation de la foi, n° 2899 du 16 janvier 1925, année 1925, p. 26.

12 La sécularisation qui consiste à soustraire à l’influence des institutions religieuses des institutions, des fonctions, des biens connaît trois périodes : 1/ La Réforme protestante, au xvie siècle et dans les pays germaniques et anglo-saxons ; 2/ La Révolution française, d’abord en France avec les Biens nationaux (1789) puis dans toute l’Europe jusqu’en 1815 ; 3/ La fin du xixe siècle. Voir notamment R. Rémond, Religion et société en Europe. La sécularisation aux xixe et xxe siècles (1789-2000), Paris, Seuil, 2003, éd. rev. et mise à jour.

13 Rémond, Religion et société en Europe…, p. 205-206.

14 Une affirmation relevée dans le bulletin Les Missions Catholiques donne une idée de cette situation : « Le Souverain Pontife est bien, quoi qu’on en ait dit en France, un puissant souverain dont l’autorité, sans armes, s’étend à l’univers entier ». Voir « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 1925, p. 234.

15 Voir M. Galopin, Les expositions internationales au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997.

16 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions…, p. 235.

17 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2910 du 10 avril 1925, année 1925, p. 173.

18 L. Chorin, « L’Exposition Missionnaire Vaticane, Premières impressions », Archives des Missions Étrangères de Paris, Année : 1925, Code : 1925/152-161, p. 153.

19 « Une visite à l’Exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 1925, p. 262.

20 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2910 du 10 avril 1925, année 1925, p. 173-174.

21 Zerbini, « Le Musée missionnaire ethnologique du Latran. De la collecte à la patrimonialisation des cultures africaines et océaniennes », Invention…, p. 3.

22 Rémond, Religion et société…, p. 132.

23 L’expression est née après la Première Guerre mondiale pour évoquer la période antérieure à la Grande Guerre et postérieure à la dépression économique de 1870 à 1895. En France, les expositions universelles de 1889 (présentation de la tour Eiffel) et de 1900 (électricité : Paris, ville lumière !) sont les symboles de la Belle Époque.

24 De surcroît, Pie XI est considéré comme un intellectuel. Il fut successivement « docteur » c’est-à-dire conservateur de la bibliothèque ambrosienne, préfet de la bibliothèque ambrosienne et de la bibliothèque du Vatican.

25 Pie XI, discours inaugural de l’Exposition Vaticane des Missions, dans Sienne, « Inauguration solennelle de l’Exposition Vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2899 du 16 janvier 1925, année 1925, p. 26.

26 « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2897 du 2 janvier 1925, année 1925, p. 9.

27 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 1925, p. 238.

28 Ibid., p. 239.

29 Vasquez, La cartographie missionnaire…, p. 324.

30 « L’Exposition Vaticane de l’Année Sainte », Les Missions Catholiques, n° 2892 du 28 novembre 1924, année 1924, p. 572.

31 Lettre du 24 avril 1923 au cardinal Van Rossum citée dans « L’exposition vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2897 du 2 janvier 1925, année 1925, p. 9.

32 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 1925, p. 235.

33 C. Hodeir et M. Pierre, L’exposition coloniale de 1931, Paris, André Versaille éditeur, 2011, p. 33.

34 Pour ce qui est du principe d’exhibition des expositions coloniales, on pourra consulter ces principaux ouvrages : N. Bancel et al., Zoos humains et exhibitions coloniales : 150 ans d’inventions de l’Autre, Paris, La Découverte, 2011 ; P. Blanchard, Exhibitions : L’invention du sauvage, Paris, Actes Sud, 2011.

35 Zerbini, « Les expositions missionnaires, De l’objet-document à l’objet-mémoire », dans La mission en textes…, p. 285-286.

36 Sienne, « Inauguration solennelle de l’Exposition Vaticane des Missions », Les Missions Catholiques, n° 2899 du 16 janvier 1925, année 1925, p. 27. L’auteur met en avant le stéréotype de la « cruauté diabolique » du Noir mais oublie que sept ans auparavant, en Europe, le nombre des pertes humaines de la Première Guerre mondiale militaires et civiles s’élève à plus de 40 millions.

37 Ibid.

38 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 1925, p. 260.

39 D. Delœi, « La mise en œuvre de la Propagande missionnaire en Bretagne : De la Grande Guerre à la décolonisation, de Benoît XV au concile Vatican II. L’exemple du diocèse de Nantes », dans La mission en textes …, p. 266.

40 Certains auteurs voient dans cet acte un événement majeur dans l’émancipation des Églises locales. « Alors que Benoît XV souligne le danger des nationalismes, son successeur pose l’hypothèse d’une émancipation des peuples colonisés » affirme Gu. Le Quintrec, Le Petit Messager des Missions, Écho des missionnaires nantais (1880-1963), Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction du professeur Marcel Launay, Univ. de Nantes, 1989, p. 168.

41 Zerbini, « Les expositions missionnaires, De l’objet-document à l’objet-mémoire », dans La mission en textes…, p. 289.

42 L’animal fut exposé par les Fils du Cœur Immaculé de Marie (missionnaires clarétains) de la préfecture apostolique de Choco (Colombie). Voir « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 1925, p. 237.

43 Bancel et al., Zoos humains et exhibitions…

44 Lettre du Supérieur de la Société des Missions Africaines au Cardinal-Préfet de la S. Congrégation de la Propagande datée du le 25 mars 1923 référencée : SMA Entrée n° 401/4, Rubrique n° 3/5, 1929 aux archives générales de la SMA, Via della Nocetta 111, 00164 Rome.

45 « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2918 du 29 mai 1925, année 1925, p. 260.

46 Un certain point de vue tend à montrer qu’en donnant priorité au salut des âmes, la mission présente des aspects purement religieux qui la distinguent de la colonisation. Voir C. Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation xvie-xxe siècles, Paris, Cerf, 2004, p. 188.

47 L. Delgado et al., « Les zoos humains en Espagne et en Italie : entre spectacle et entreprise missionnaire », dans N. Bancel et al., Zoos humains, Au temps des exhibitions humaines, Paris, La Découverte, 2004, p. 242.

48 Ibid, p. 242-243. L’auteur souligne que « foi et patrie sont deux concepts associés pour lesquels on demande une aide économique et diverses facilités. En même temps se fait sentir le profond besoin de réaffirmer le rôle de l’Italie comme alma mater de l’apostolat catholique contre l’éternelle concurrence des œuvres missionnaires étrangères, en particulier françaises et protestantes ». On remarque là qu’en dépit des relations conflictuelles entre l’Italie et le Saint-Siège à cette époque, les deux États savent s’associer pour défendre la même cause : leur puissance souveraine. Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège…, insiste sur l’articulation entre la grande diplomatie romaine et la politique missionnaire.

49 Hodeir et Pierre, L’exposition…, p. 53.

50 Voir Delgado, « Les zoos humains en Espagne et en Italie : entre spectacle et entreprise missionnaire », dans Bancel et al., Zoos humains…, p. 242 et Hodeir et Pierre, L’exposition…, p. 54.

51 Hodeir et Pierre, ibid.

52 B. Sienne cité dans « Une visite à l’exposition Vaticane », Les Missions Catholiques, n° 2916 du 15 mai 1925, année 1925, p. 234.

53 Ibid.

54 Ibid, p. 235.

55 Rémond, Religion et Société…, p. 105. L’auteur situe le point de départ de ce conflit à la Révolution Française en raison de la brèche qu’elle a ouverte « qui ne s’est pas refermée depuis et qui est allée sans cesse s’élargissant » (p. 17).

56 Il faut noter que c’est sous Pie XII puis Paul VI que cette autonomie advint avec la généralisation des hiérarchies locales et la régression des vicaires apostoliques.

57 La question romaine est une controverse politique relative au rôle de Rome, siège du pouvoir temporel du pape mais aussi capitale du Royaume d’Italie. Voir E. About, La question romaine, Paris, Nabu Press, 2010 ; ou de manière succincte Rémond, Religion et Société…, p. 137-142.

58 J. Comblin, Église et pouvoir, Santiago de Chili, Enrique A. Orellana éd., 2005, p. 9.

59 W. Musitu Lufungula et W. Kitoko Matumona, « Nouveaux mouvements religieux et identité culturelle », Classiques des sciences sociales, n° inédit, 2007, p. 5.

60 Selon les chiffres de l’Osservatore Romano, l’exposition a drainé plus de 520 000 personnes entre décembre 1924 et septembre 1925.

61 Cité dans Les Missions Catholiques, n° 2923 du 3 juillet 1925, année 1925, p. 317.

62 Zerbini, « Le Musée missionnaire ethnologique du Latran. De la collecte à la patrimonialisation des cultures africaines et océaniennes », Invention…, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érick Cakpo, « L’exposition missionnaire de 1925. Une affirmation de la puissance de l’Église catholique », Revue des sciences religieuses, 87/1 | 2013, 41-59.

Référence électronique

Érick Cakpo, « L’exposition missionnaire de 1925. Une affirmation de la puissance de l’Église catholique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/1 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1294 ; DOI : 10.4000/rsr.1294

Haut de page

Auteur

Érick Cakpo

Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page