Navigation – Plan du site
Recensions

Benoît Bourgine, Joseph Famerée, Paul Scolas, La transgression chrétienne des identités

Paris-Louvain, Cerf, UCL Faculté de théologie, collection « Théologies », 2012, 200 p.
Michel Deneken
p. 263-264
Référence(s) :

Benoît Bourgine, Joseph Famerée, Paul Scolas, La transgression chrétienne des identités, Paris-Louvain, Cerf, UCL Faculté de théologie, collection « Théologies », 2012, 200 p.

Texte intégral

1Les « colloques Gesché » réunissent à la faculté de théologie de l’université catholique de Louvain, pour éclairer une question d’actualité posée à la foi chrétienne, des contributeurs de disciplines multiples. En 2009, le dixième était consacré à la question de l’identité. Réunis par Benoît Bourgine, Joseph Famerée et Paul Scolas, les actes de ce colloque sont signés par dix contributions qui illustrent le caractère pluridisciplinaire que leur fondateur leur a consigné.

2L’ensemble des contributions est traversé par la conviction qu’ « il n’y a pas d’identité humanisée dans l’enfermement, pas d’identité sans transgression, sans exposition à l’altérité de l’autre… et de soi-même, entre singularité et horizon de l’universel (J. Famerée, p. 10).

3L’originalité de la démarche pluridisciplinaire de ces différentes contributions théologique, sociologique, politique, économique, esthétique est dans l’approche qui part de la notion de « transgression », c’est-à-dire du franchissement et de la traversée. Ce qui a retenu l’attention n’est pas la question de l’identité chrétienne comme telle, mais la manière dont la génétique d’une identité peut s’enrichir de la dimension chrétienne. L’identité, réalité à découvrir et énigme à déchiffrer (N. Monseu, p. 100), s’enrichit de l’apport de la dimension chrétienne à son travail d’émergence en faisant apparaître le christianisme comme une « odologie », le discours d’un et pour un chemin, en un mouvement qui consiste à aller de commencement en commencement, car l’être chrétien « est itinérance, incessant et entêté refus du dernier mot, consentement au départ et à l’énigme » (J.-Y. Baziou, p. 128).

4À la pluralité des facteurs constituant une identité correspond la pluralité des approches et des thématiques de ces actes. La conclusion du dernier article, le plus long, dans lequel Benoît Bourgine évoque la promesse d’être soi ou les tribulations de l’identité, résume ce que les dix approches ont en commun, à savoir que « le thème de l’identité appelle davantage que la déploration des replis identitaires », qu’il « requiert une traversée de notre présent que la théologie doit habiter si elle veut jouer un rôle d’éclairement d’une existence croyante, à conjuguer au présent de la modernité » (p. 191).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Benoît Bourgine, Joseph Famerée, Paul Scolas, La transgression chrétienne des identités », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 263-264.

Référence électronique

Michel Deneken, « Benoît Bourgine, Joseph Famerée, Paul Scolas, La transgression chrétienne des identités », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1264

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page