Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Pierre Jossua, La passion de l’infini. Littérature et théologie. Nouvelles recherches

Paris, Cerf, 2011, coll. « Théologie », 528 p.
Michel Deneken
p. 259-261
Référence(s) :

Jean-Pierre Jossua, La passion de l’infini. Littérature et théologie. Nouvelles recherches, Paris, Cerf, 2011, coll. « Théologie », 528 p.

Texte intégral

1Le nom de Jean-Pierre Jossua est attaché à ce concept de « théologie littéraire » qu’il a forgé au long de toute une existence vouée au déchiffrement théologien de la littérature. Il avoue que dans le contexte de la crise de la théologie, il a peu à peu substitué l’écriture à l’enseignement. Mais qu’on ne s’y méprenne pas : écriture est à comprendre ici dans une acception au moins double : le domaine d’investigation qui est celui de la littérature bellettristique, autant que le geste de l’écrivain que Jossua ne renonce pas à être (p. 7). Cette crise révèle qu’une intuition inaugurale, celle d’un épuisement de la théologie dans la conceptualité, se vérifie au cours d’un itinéraire qui commence tôt dans les années 1970. Il poursuit donc la recherche théologique par le moyen de l’écriture littéraire de l’expérience et de la réflexion chrétiennes (p. 8). En même temps l’écriture s’adjoint la critique (p. 9). Ce sillon que l’auteur a commencé à creuser en solitaire se révèle fécond ; la gerbe des vingt-cinq articles, qui sont autant de noms d’auteurs visités, noue une nouvelle moisson foisonnante. D’autres gerbes, à lire l’auteur, sont à attendre.

2Il est impossible de rendre compte ici de ces vingt-cinq contributions sur des auteurs aussi divers que Leopardi, Lacordaire, Brémond, Grosjean, Kierkegaard, d’Arzo, Bernanos, Lindgren, entre autres. Faisant suite aux quatre volumes parus chez Beauchesne, entre 1985 et 1998 sous le titre Pour une histoire religieuse de l’expérience littéraire, J.-P. Jossua réunit dans le présent ouvrage des études sur la littérature des xixe s. (première partie) et xxe s. (troisième partie), qu’il s’agisse d’écriture romanesque ou poétique. Entre ces deux parties, la deuxième rassemble des « notes sur les formes littéraires », notamment le genre littéraire du journal, ou le sermon dans les romans, ou encore l’écriture mystique.

3Dans ces études en pointe sèche, l’écriture ne s’embarrasse ni d’inutile bavardage ni d’une indigeste érudition. C’est que la méthode de Jossua ne vise pas à faire un commentaire théologique ou chrétien de la littérature qu’il étudie, pas plus qu’il ne la fait prêcher ou ne cherche à la convertir. Il la respecte et l’aime trop pour la solliciter ou l’instrumentaliser. Devant cet « il y a » de la littérature, l’auteur tente, en la lisant en tant que théologien et écrivain, de la révéler sous un aspect théologique. Ce qu’il met en lumière chez ces auteurs, c’est leur quête passionnée d’infini, qu’elle soit explicitement comprise comme spirituelle ou religieuse ou plus implicitement. L’écrivain ne vise jamais comme but ultime la belle écriture mais traque dans la faiblesse et la magie des mots ce qu’il cherche à transcrire de son expérience, qui met au défi les organes du dicible.

4Outre servir, le plus souvent de manière éclairante et originale, les auteurs et les œuvres, Jossua veut toujours apporter au langage théologique un renouvellement qui lui permettrait de dire l’expérience spirituelle, existentielle de la quête de Dieu, et qui, en même temps, offrirait « une chance au témoignage » (p. 10). Le dessein qu’il nourrit s’appuie sur la conviction qui fonde sa démarche dans le désir de montrer aux postchrétiens que le christianisme ne se trouve pas « ou plutôt ne peut pas se trouver là où ils le situent ou l’attendent avec la conviction de le connaître à fond et de l’avoir dépassé » (p. 11). L’apport déterminant de cette méthode de « théologie littéraire » se situe dans l’élaboration d’un langage à même de montrer que l’écriture littéraire comme telle est capable de porter l’ambition théologique aussi bien que la conceptualité abstraite, ayant l’avantage sur cette dernière de pouvoir donner des outils langagiers à l’expérience qui souvent se dérobe à la mise en écriture.

5Peuvent être considérés comme remarquables la partie 9 (p. 175-209), pourquoi tant de sermons dans les romans (19 et 20) : mise en forme littéraire de questions de la théodicée, de la souffrance, du mal ordinaire, la 17 (p. 371-381). Enfin, ce qu’il écrit au sujet de ce qu’il désigne comme un des plus beaux textes du xxe s., Maison des Autres de Silvio d’Arzo, est important. Il convainc que tout théologien devrait avoir lu, médité ce grand court récit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Jean-Pierre Jossua, La passion de l’infini. Littérature et théologie. Nouvelles recherches », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 259-261.

Référence électronique

Michel Deneken, « Jean-Pierre Jossua, La passion de l’infini. Littérature et théologie. Nouvelles recherches », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1259

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page