Navigation – Plan du site
Recensions

Étienne Fouilloux, Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (xixe et xxe siècles)

Lyon, Éditions RESEA, coll. « Chrétien et Sociétés », Documents et mémoires n° 13, 2011, 201 p.
Michel Deneken
p. 258-259
Référence(s) :

Étienne Fouilloux, Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (xixe et xxe siècles), Lyon, Éditions RESEA, coll. « Chrétien et Sociétés », Documents et mémoires n° 13, 2011, 201 p.

Texte intégral

1Édités par l’équipe « Religions, Sociétés Et Acculturations » et le laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LRHA, UMR 5190), les Actes de la journée d’étude organisée par ces équipes et le conseil scientifique de la collection Jésuite des Fontaines, le 2 juin 2010, s’intéressent à un sujet peu abordé. L’angle est historique ; il ne s’agit pas en effet d’études de critique littéraire, mais prenant la littérature comme objet, les contributeurs veulent mettre en lumière l’influence, au cours des deux siècles précédents, des jésuites sur ou dans la littérature.

2On les savait diffuseurs et zélateurs, dans leurs collèges, de la littérature classique de l’Antiquité grecque et latine. On les connaît aussi comme producteurs d’œuvres théâtrales d’édification au service de la réforme tridentine et de la propagation du catholicisme chez les jeunes qu’ils formaient. Mais ici sont pris en compte les xixe et xxe siècles au cours desquels les membres de la Compagnie de Jésus n’ont pas été ménagés tout en ne désertant pas, quand ils en avaient les moyens, la scène éditoriale.

3« Les jésuites ont entretenu, à leur corps défendant parfois, un rapport étroit avec la littérature du xxe siècle. Ce lien se déploie selon deux axes. Ils firent usage de la littérature dans leur pédagogie, leurs revues ou leur apologétique, et ils figurèrent eux-mêmes comme personnages dans nombre d’œuvres de fictions », écrit É. Fouilloux en introduction (p. 9). Les différentes contributions, toutes stimulantes en raison de l’originalité du champ qu’elles abordent, mettent en évidence la capacité quasi génétique des Jésuites à apprivoiser ce qui commence par effaroucher. Ils savent ainsi épouser la modernité littéraire et exercer une influence considérable sur nombre de grands écrivains français.

4Ce volume de recherches doit figurer autant dans la bibliothèque de l’historien des xixe et xxe siècles que dans celle du spécialiste de la littérature francophone, comme du théologien. Le volume s’achève sur une très forte évocation du poète jésuite Jean Mambrino. Il vient de nous quitter en 2012. Il aura été un des grands poètes français du xxe siècle, reconnu par un parnasse peu enclin à l’indulgence vis-à-vis du christianisme. Ses pairs ont reconnu en lui un « poète hanté par la lumière » (p. 190).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Étienne Fouilloux, Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (xixe et xxe siècles) », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 258-259.

Référence électronique

Michel Deneken, « Étienne Fouilloux, Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (xixe et xxe siècles) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1256

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page