Navigation – Plan du site
Recensions

Éric Mangin, Maître Eckhart ou la profondeur de l’intime

Paris, Seuil, 2012, 254 p.
Françoise Vinel
p. 255-256
Référence(s) :

Éric Mangin, Maître Eckhart ou la profondeur de l’intime, Paris, Seuil, 2012, 254 p.

Texte intégral

1Traducteur de sermons d’Eckhart, Éric Mangin (E.M.) explore à différents niveaux ce qui constitue un des centres de la prédication et de la théologie eckhartiennes : l’expérience de Dieu dans l’âme, au plus profond de l’âme, dans l’intime – ce que E.M. différencie dès son introduction de « l’intérieur », du « privé », de « l’intimité » et de « l’intériorité », car « dans l’intime, ‘nul n’est chez soi’ », selon une expression d’Eckhart lui-même dans son sermon 48. De cette thématique de « la profondeur de l’intime » les convergences sont multiples dans l’ensemble de l’œuvre – essentiellement les sermons, mais l’œuvre latine n’est pas absente. En soulignant à quel point Eckhart marque ce qu’une telle expérience de la découverte de Dieu dans le « fond » de l’âme a d’indicible, E.M. est amené à récupérer les liens avec les Pères grecs et particulièrement le Ps. Denys. Mais Eckhart s’inscrit aussi, cela a déjà été souvent souligné, dans la littérature rhéno-flamande de son temps (cf. p. 99-103 à propos de Hadewijch d’Anvers). Enfin, E.M., philosophe, ne manque pas de suggérer quelques parallèles avec la pensée contemporaine, même si l’on peut regretter la rapidité de ces indications – par exemple à propos de la phénoménologie.

2Le caractère foncièrement indicible de l’expérience de Dieu, c’est-à-dire de la naissance de Dieu dans l’âme, appelle une réflexion sur le langage dont E.M. souligne la présence récurrente dans l’œuvre d’Eckhart. L’organisation même du livre met cette question du langage en évidence, en portant, dans la dernière partie (chap. 6-8), toute l’attention sur « l’espace d’où procède l’écriture ». La créativité lexicale de Maître Eckhart et la veine poétique de son discours y sont illustrées par divers exemples. Dans les chapitres de la deuxième partie avait déjà été mise en exergue l’interprétation donnée de trois « figures » : Marthe, l’homme bon et Marie-Madeleine. Ainsi Eckhart ne cesse pas de conduire son auditoire au seuil de ce qui ne peut qu’être expérimenté.

3Plusieurs termes centraux ont été expliqués dans la première partie : détachement, fond, percée, pâtir, mais E.M. est amené à revenir à plusieurs reprises sur la question centrale du « pâtir », surtout à propos de « l’homme bon » dans Le livre de la consolation divine, en présentant l’étude de M. Allmeyer (Der Begriff von ‘leit’ und ‘lîden’, bei Meister Eckhart und Heinrich Seuse, Fribourg/Brisg., 1951) qui « envisage la souffrance à partir des différents degrés de la vie spirituelle » (p. 161-170).

4Au fil des chapitres le lecteur est renvoyé à l’abondante bibliographie eckhartienne de ces dernières décennies (p. 249-251). On peut souhaiter que le livre d’E. Mangin touche un large public, invité en quelques chapitres à percevoir combien l’originalité profonde de Maître Eckhart tient de près à l’expérience de la présence mutuelle de Dieu et de l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Éric Mangin, Maître Eckhart ou la profondeur de l’intime », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 255-256.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Éric Mangin, Maître Eckhart ou la profondeur de l’intime », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1245

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page