Navigation – Plan du site
Recensions

Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes

Montréal, Médiaspaul, 2012, 181 p.
Denis Fricker
p. 253-265
Référence(s) :

Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes, Montréal, Médiaspaul, 2012, 181 p.

Texte intégral

1Pierrette Daviau, théologienne pratique, catholique canadienne, et Élisabeth Parmentier, son homologue protestante française, associent leurs compétences pour analyser des commentaires de l’épisode évangélique qui narre la visite de Jésus chez Marthe et Marie (Lc 10,38-42). Il en résulte cet ouvrage de dimension abordable pour un public élargi. Le vocabulaire employé évite d’ailleurs les termes trop techniques, sans que pour autant les discussions complexes soient éludées.

2Les deux A. privilégient l’étude des points d’impact du texte de Luc 10,38-42, plutôt que les conditions de sa production. Le lecteur est ainsi invité à la rencontre de 16 commentateurs de ce passage, choisis et répartis en quatre grandes périodes (Antiquité, Moyen-Âge, Réforme, époque contemporaine). On découvre, entre autres, l’interprétation typologique, du 3e siècle, d’Origène, qui distingue entre l’active et la contemplative ou encore la distinction augustinienne entre vie ici-bas (Marthe) et félicité future (Marie) et, autre perspective, une reconstruction féministe contemporaine de Schüssler-Fiorenza, qui érige Marthe en fondatrice de communauté et Marie en évangéliste ! Au fil de la lecture apparaissent donc des interprétations multiples, influencées par les contextes historiques et théologiques les plus divers.

3Sauf peut-être pour Jean Chrysostome, qui commente essentiellement les figures de Marthe et Marie dans le quatrième évangile, l’échantillonnage des commentaires est parfaitement ciblé. Il faut dire que la brève péricope est doublement bien choisie. Premièrement : le texte en lui-même présente des ambivalences et se refuse à une interprétation définitive, a fortiori donne-t-il lieu à des lectures contradictoires. Deuxièmement : les figures de Marthe et de Marie se prêtent aussi bien aux lectures typologiques qu’historiques, fournissant au passage un observatoire des représentations féminines à différentes époques.

4Après ce parcours historique, le chapitre 4 présente une confrontation critique particulièrement soignée entre deux interprétations féministes. Elle met en évidence l’évolution d’une exégèse pionnière et généreuse mais trop souvent encore teintée de revendication idéologique (Schüssler-Fiorenza), vers une analyse féministe plus différenciée (Seim). La dénonciation des projections androcentriques, certes justifiée mais annulant parfois purement et simplement le texte, laisse ainsi place à un repérage précis des effets littéraires qui subvertissent les rôles traditionnels masculins et féminins, sans pour autant nier leur réalité historique. Le champ des possibles interprétations d’un passage, qui met en scène deux femmes, s’en trouve considérablement élargi.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage ressaisit les principaux constituants de la péricope lucanienne qui donnent lieu aux divergences d’interprétations. C’est l’occasion d’une synthèse intelligente où la superposition des différents commentaires fait apparaître l’ossature (« les nœuds ») de ce passage de Luc. L’histoire de la réception du texte, étudiée en amont, prend maintenant tout son sens. Saisie dans son ensemble elle permet de définir le commentaire biblique comme une activité de « recréation » et non seulement d’« explication ». En conclusion, les A. précisent que cette liberté de création reste tout de même surveillée. En effet, les différentes interprétations se corrigent entre elles aussi bien dans le temps, par les traditions interprétatives, que dans l’espace, au sein des communautés chrétiennes lectrices de la Bible. La collaboration, par-dessus l’Océan et par-delà les confessions respectives des A., donne ainsi lieu à un point de vue ouvert et œcuménique, mais il reste délimité par le kérygme chrétien.

6L’ensemble du livre s’adresse donc aussi bien aux lecteurs simplement curieux des interprétations de ce texte à travers les générations qu’aux agents de la pastorale ou aux théologiens qui s’interrogent sur les critères d’une herméneutique biblique chrétienne. Cet autre pan de l’exégèse, celui qui est formé par la Wirkungsgeschichte, trouve toute l’attention qu’il mérite dans cet ouvrage à la rédaction dynamique et à la problématique dense et bien ciblée. On en redemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Fricker, « Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 253-265.

Référence électronique

Denis Fricker, « Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1240

Haut de page

Auteur

Denis Fricker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page