Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Lefeuvre, Science et philosophie. Panorama 1945-2012

Paris, Éd. Salvator, 2013
Yves Labbé
p. 139-140
Référence(s) :

Michel Lefeuvre, Science et philosophie. Panorama 1945-2012, Paris, Éd. Salvator, 2013, 181 p.

Texte intégral

1En parcourant de nombreuses recherches menées depuis 1945 sur la matière, le vivant et l’humain, l’ouvrage n’en présente pas seulement une vue panoramique. Il poursuit un projet philosophique inauguré voici plus de vingt ans : critiquer le mécanisme matérialiste en réhabilitant la finalité dans la nature. Quelques-uns des titres précédents ont été recensés ici-même. Formé à l’école de M. Merleau-Ponty puis de P. Ricœur, l’A. a acquis une rare maîtrise des concepts et théories scientifiques, de la physique à la neurologie. Le lexique ajouté à la fin du livre ne suffira toutefois pas à éclairer le lecteur qui n’aura pas fréquenté avec la même assiduité les œuvres traversées ni surtout assimilé de sérieux prérequis scientifiques.

2L’ouvrage suit un ordre non pas chronologique mais logique. Selon un titre antérieur, il invite à gravir « les échelons de l’être », allant de l’apparition de l’univers à partir de son énergie gravitationnelle jusqu’à l’émergence de la conscience en interface avec l’interaction neuronale. L’attention à l’autoconstruction de l’individu vivant comme à l’évolution des espèces vivantes y tient une place centrale. Si l’A. retient une compréhension du bas par le haut à côté d’une explication du haut par le bas, s’il ne se résout pas à voir la finalité expulsée par la causalité, il ne confond pas la finalité attachée aux projets humains avec la finalité repérable dans l’évolution universelle. On ne saurait montrer qu’une histoire de l’univers avait pour seule fin la naissance de l’être humain. En retour, « une logique interne » se laisse dessiner « à l’intérieur de la poussée évolutive » (p. 69) : tout vivant tend à se maintenir en vie, la vie recherche les solutions les plus simples, le mouvement s’accélère d’un seuil à l’autre et « l’évolution prise comme un tout se donne toujours les moyens d’aller plus loin » (p. 75).

3Le parcours suivi par M. Lefeuvre se veut métaphysique, au sens classique du terme, bien que le maître en soit Bergson. L’ouvrage s’achève sur une détermination, à la fois réservée et décidée, portant sur Dieu et sur l’esprit. « Tout se comprend mieux si l’Évolution n’a pas été conduite par le hasard […] mais par une intelligence et volonté supérieure dont l’une des caractéristiques est d’être voilée à notre intelligence discursive » (p. 147). Dieu n’est pas un architecte, est-il précisé, mais « une force agissante, au service de la vie, à travers les résistances de la matière » (p. 152). Dieu n’est pourtant pas seulement celui qui orienterait l’évolution de l’univers, comme l’affirme la philosophie du Process. Il en demeure l’origine (cf. p. 157). Quant à l’esprit, question également redoutable, n’est-il pas capable aussi bien de décorporation que d’incorporation ? Irréductible au corps, l’esprit n’en forme pas moins avec lui une seule et même entité (cf. p. 161).

4Dans la mesure où elle réunit culture scientifique et intention métaphysique, la recherche poursuivie par M. Lefeuvre apparaît isolée à l’intérieur de la pensée française. Elle le serait moins dans le contexte anglo-saxon. Les points sensibles s’attachent à la finalité et à la conscience en regard d’un tout supposé trop communément causal et neuronal. Voici une philosophie qui ne parle pas seulement de la philosophie ! Un théologien chrétien ne manquera pas d’y remarquer un certain itinéraire de l’esprit vers Dieu. Qu’on ne se précipite pas à opposer ici le Dieu de Jésus à celui des sages et des savants ! Accordons à l’A. de s’affranchir des convenances. Quoique les propos sur Dieu et sur l’esprit obéissent finalement à un impératif de discrétion, référé sans devenir absolument convaincant au Deus absconditus de Pascal, ne commandent-ils pas, par attraction, le dialogue élaboré jusqu’à ce terme entre la science et la philosophie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Michel Lefeuvre, Science et philosophie. Panorama 1945-2012 », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 139-140.

Référence électronique

Yves Labbé, « Michel Lefeuvre, Science et philosophie. Panorama 1945-2012 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1182

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page