Navigation – Plan du site
Recensions

Christian Pian, La pensée sociale de l’Église racontée à ceux qui n’en savent rien

Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2013
Marc Feix
p. 134-135
Référence(s) :

Christian Pian, La pensée sociale de l’Église racontée à ceux qui n’en savent rien, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2013, 110 p.

Texte intégral

1Voilà un titre évocateur d’un ouvrage de vulgarisation ! Christian Pian, maître de conférences au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut catholique de Paris), livre un petit précis montrant pourtant qu’il ne s’adresse ni aux enfants, comme le suggérerait le titre « racontée à ceux », ni aux « nuls », habilement et élégamment considérés comme « ceux qui n’en savent rien ». L’A. s’attache avec beaucoup de précision à présenter, par des chapitres volontairement courts (quatre pages au maximum), la doctrine sociale de l’Église, si largement ignorée du plus grand nombre. C’est un véritable récit qu’il déploie. Dans les premiers chapitres, il s’attache aux mots, les rendant dans leur contexte d’énonciation : doctrine, social, enseignement, enracinement évangélique et historique de la doctrine sociale de l’Église (abrégée DSE tout au long de l’ouvrage). Le contexte historique justifie alors le déploiement de cette « nouvelle » doctrine : la question sociale née de l’industrialisation du xixe siècle comme défi à relever et à laquelle l’Église s’est confrontée, le passage de la charité à la justice, les relations Nord/Sud, le développement humain et le développement économique. Tout cela n’a de sens qu’enraciné dans l’annonce de l’Évangile et de la vérité qui se déploient dans les conditions socio-économiques et politiques du temps. L’argumentation s’appuie sur le texte peu connu de la Congrégation pour l’Éducation catholique, Orientations pour l’étude et l’enseignement de la doctrine sociale de l’Église dans la formation sacerdotale (1989 – et pas 1988), celui de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Liberté chrétienne et libération (1986), la constitution pastorale Gaudium et spes (1965) du Concile Vatican II et celui du Conseil pontifical Justice et Paix, Compendium de la doctrine sociale de l’Église (2005). Bien commun, droit de propriété et promesse d’un monde pour tous (traduisant la formulation technique de la tension entre propriété privée et destination universelle des biens), le respect des libertés désignant de fait ici pour l’A. la mise en œuvre du principe de subsidiarité, la justice sociale, la paix, une certaine approche renouvelée de la politique, l’humanisation de l’économie, les relations internationales, l’écologie humaine et les droits de l’homme constituent alors autant de critères de discernement que des invitations à l’action et à l’engagement. Les trois parties – contexte, sources et critères – observées à la lecture auraient sans doute mérité des titres et sous-titres pour faciliter la compréhension et l’enchainement des chapitres. Un lexique, une chronologie des principales sources et une bibliographie sélective complètent la présentation. On le voit, c’est une approche somme toute très historique des textes magistériels. D’ailleurs le projet s’efforce de montrer le corps d’une doctrine alors que le titre annonce « la pensée sociale de l’Église ». Si cette doctrine est précédée par l’engagement des chrétiens, et plus particulièrement ici des catholiques, il aurait été utile de mieux le décrire et de montrer combien cet engagement est la condition même de la crédibilité de la pensée et du discours s’organisant en doctrine. Une distance plus critique aurait également mérité d’être mieux honorée. Prenons l’exemple du passage de la charité à la justice – historiquement bien décrit au demeurant, la seconde devenant même une condition de l’annonce de l’évangile. L’A. y revient et cite dans le chapitre conclusif sur l’avenir de la doctrine sociale de l’Église le synode des évêques de 1971 : « Le combat pour la justice et la participation à la transformation du monde nous apparaissent pleinement comme une dimension constitutive de la prédication de l’Évangile qui est la mission de l’Église pour la rédemption de l’humanité et sa libération de toute situation oppressive » (Justitia in mundo, n° 7, cité p. 100). Christian Pian nous disait juste précédemment dans ce même chapitre, à propos de la réhabilitation de la DSE à partir de Jean Paul II, que Benoît XVI, dans l’encyclique Caritas in veritate (2009), « déplaça encore le lieu de la “réanimation de la DSE” en abordant l’enseignement social sous l’angle d’une pensée théologique qui lui est propre, très axée sur l’importance de la foi face à l’absence d’espérance, de valeurs et de charité qu’il estime être celle de notre native (sic !) » (p. 98). Comment justifier autrement – que par l’originalité personnelle de l’approche théologique – que la charité parachève pour ainsi dire la justice aux yeux de Benoît XVI, lorsqu’il emploie dans le même paragraphe de sa lettre (n° 6) les formules « La charité dépasse la justice », « La justice est la première voie de la charité », « la charité exige la justice » ou « la charité dépasse la justice et la complète dans la logique du don et du pardon » ? La pensée sociale de l’Église racontée à ceux qui n’en savent rien n’a sans doute pas pour objet une telle mise en perspective critique, laissant toutefois l’esprit critique du lecteur opérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Christian Pian, La pensée sociale de l’Église racontée à ceux qui n’en savent rien », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 134-135.

Référence électronique

Marc Feix, « Christian Pian, La pensée sociale de l’Église racontée à ceux qui n’en savent rien », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1174

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page