Navigation – Plan du site
Recensions

Hélène Bricout, Patrick Prétot (dir.), Faire pénitence, se laisser réconcilier. Le sacrement comme chemin de prière

Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2013
Anne Bamberg
p. 132-133
Référence(s) :

Hélène Bricout, Patrick Prétot (dir.), Faire pénitence, se laisser réconcilier. Le sacrement comme chemin de prière, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2013, 296 p.

Texte intégral

1Ce riche et précieux ouvrage, issu d’une session de formation à l’Institut catholique de Paris, examine la pénitence et la réconciliation selon des approches historiques, liturgiques, canoniques, bibliques, théologiques. Il se divise ainsi en quatre parties : La ritualité du sacrement. Normes, Fondements, Approfondissements et ouvertures. L’ordre peut étonner car la troisième partie sur les approches scripturaires aurait bien pu se situer en premier lieu et la ritualité après les normes d’autant plus que la célébration du rite s’écarte souvent de ces dernières qui demeurent incomprises par le plus grand nombre de fidèles. C’est pourquoi il est important de revenir régulièrement sur l’évolution du rite au fil des siècles, sur l’approche conciliaire et les recherches de nouvelles formes et lieux pour la célébration de ce sacrement « au service du salut » (Hélène Bricout, p. 23). Si toutes les contributions méritent d’être lues, il est sûrement bon de méditer celle de Jean-Louis Souletie (p. 211-224), qui réfléchit au « sacrement de la Pâque du Christ » en partant de l’exhortation apostolique postsynodale Reconciliatio et paenitentia ainsi que de l’Ordo paenitentiae de 1973 et de son adaptation française sous le titre Nouveau Rituel.

2Les canonistes seront particulièrement intéressés par la deuxième partie traitant, en deux titres, des normes : « Le confesseur et le pénitent dans la législation canonique actuelle », par Bruno Gonçalves, et « Approche canonique de cas de conscience particuliers et traitement des délits au for interne sacramentel », par Philippe Toxé. Il est certes regrettable que la bibliographie soit très sélective, en particulier en ce qui regarde le droit canonique et que l’annexe, non signée, sur l’absolution collective ne soit pas d’une absolue rigueur. Concernant le c. 961 il faudrait en effet rappeler aussi la note explicative du Conseil pontifical pour les textes législatifs en date du 8 novembre 1996. Quant aux normes d’application, leur classement chronologique aurait permis de constater sans difficulté quelle conférence des évêques s’est donné la peine d’une mise en œuvre de la lettre apostolique Misericordia Dei du 7 avril 2002.

3Malgré ces quelques remarques critiques, la lecture de ce travail de recherche et de réflexion pluridisciplinaire doit être vivement recommandée, non seulement aux séminaristes qui devront « entrer dans la longue tradition de l’Église qui a forgé un “savoir être” et un “savoir faire”, autrement dit une sagesse, du prêtre en tant que confesseur » (Introduction, p. 11), mais à toute personne qui souhaite refaire vraiment de ce sacrement un « chemin de prière ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « Hélène Bricout, Patrick Prétot (dir.), Faire pénitence, se laisser réconcilier. Le sacrement comme chemin de prière », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 132-133.

Référence électronique

Anne Bamberg, « Hélène Bricout, Patrick Prétot (dir.), Faire pénitence, se laisser réconcilier. Le sacrement comme chemin de prière », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1167

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page