Navigation – Plan du site
Recensions

Henri de Lubac, Étienne Gilson, Lettres de M. Étienne Gilson adressées au P. de Lubac et commentées par celui-ci

Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Cerf, coll. « Œuvres Complètes, XLVIII », 2013
Philippe Geneste
p. 130-132
Référence(s) :

Henri de Lubac, Étienne Gilson, Lettres de M. Étienne Gilson adressées au P. de Lubac et commentées par celui-ci. Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Cerf, coll. « Œuvres Complètes, XLVIII », 2013, 279 p.

Texte intégral

1L’édition des Œuvres Complètes du Cardinal de Lubac poursuit son entreprise. Elle nous offre à présent la fameuse correspondance entre le théologien et son ami Étienne Gilson enrichie de 14 lettres inédites provenant pour 13 d’entre elles du fonds Gilson. Cet apport « éclaire les préoccupations et les attentes du jésuite » (Présentation, p. 10). L’ouvrage donne également une belle présentation, substantielle et thématique, qui expose les grands sujets abordés dans leur relation épistolaire. Nous y reviendrons. Enfin, nous pouvons aussi trouver une « note théologique » relatant « la place du surnaturel dans la correspondance Gilson-Lubac ».

2Publiées pour la première fois en 1986, ces Lettres devaient devenir une contribution exceptionnelle faisant pleinement partie de la vie intellectuelle du catholicisme. Elles donnent l’occasion aux lecteurs d’aujourd’hui de pouvoir saisir l’arrière-plan d’œuvres riches mais parfois mal comprises. On pensera en premier lieu aux « Jumeaux » de H. de Lubac. Les relations entre les deux hommes dépassaient la courtoisie universitaire. Le théologien de noter (p. 56) : « Outre la sympathie mutuelle et l’entente foncière sur des points de doctrine et d’histoire alors âprement contestés, un certain goût d’humanisme (…) nous rapprochait ». De vrais liens d’amitié unissaient donc le brillant historien de la philosophie et le théologien jésuite. Ils durèrent, malgré les fréquents déplacements de Gilson et les mésaventures de Lubac, jusqu’à la mort de l’Académicien en 1978. En éditant leur correspondance avec des éclaircissements plus que substantiels, de Lubac confirme leur complicité amicale mais aussi intellectuelle. Voici un extrait de la lettre du 1er avril (p. 97) : « Je ne lis jamais rien de vous sans me sentir en climat ami. Je crois que les esprits font comme les chats : ils se flairent une seconde le museau et savent aussitôt si Dieu a mis en eux une amitié ou une inimitié », et Gilson de poursuivre : « J’ai voulu relire Surnaturel. Je n’ai pu que vous donner raison, car ce que vous dites est vrai. »

3Si Gilson adhère ouvertement aux écrits de H. de Lubac sur le Surnaturel (cf. par exemple p. 76, 108, 115-122…), c’est précisément parce qu’il retrouve en historien de la pensée le véritable esprit de Thomas d’Aquin. Pas même l’influence de Blondel sur de Lubac (cf. la Présentation, p. 27 s.) ne réduira l’approbation du philosophe. Et l’on sait combien il était important pour eux de retrouver la vraie pensée du docteur angélique (cf. p. 59).

4Discrètement, mais clairement, dans les lettres sont évoquées également les questions relatives aux débats sur la philosophie chrétienne. Pour Gilson, l’histoire prouve qu’il existe une philosophie chrétienne étant donné que la philosophie est redevable au christianisme de notions fondamentales… Une fois encore, la plume de H. de Lubac rencontre celle de Gilson : (Présentation, p. 24, cf. lettre du 18 mai 1960, p. 72-74) : « le théologien jésuite loue sans détour “cette union sans confusion de la révélation et de la raison, de la nature et du surnaturel, qui seule peut faire la force de la pensée chrétienne” ». Il est également question des inimitiés de Gilson et des amitiés de Lubac (on pense à Blondel ou à Teilhard de Chardin, cf. lettre du 22 juillet, p. 145). Le lecteur retrouvera aussi la question philosophique de la connaissance de Dieu – thème majeur du théologien jésuite. Dans sa première lettre, Gilson remercie le P. de Lubac d’avoir réédité son ouvrage Sur les chemins de Dieu. Il pointe un problème qu’il formule ainsi : « l’anthropomorphisme théologique » (p. 59) et qui lui semble être un des principaux obstacles à la croyance en Dieu. À nouveau, c’est autour de l’interprétation de saint Thomas que le débat surgit. Tout au long des efforts lubaciens pour bien penser Dieu, sans altérer l’actualité de Dieu, c’est l’affirmation selon laquelle « l’idée de Dieu est en nous, mystérieuse dès l’origine » (Sur les chemins de Dieu, p. 49) qui est toujours mise en valeur.

5Enfin, on se réjouira de voir les Œuvres Complètes ajouter à ses éditions cette correspondance qui compte dans le paysage intellectuel catholique car la géographie de ces lettres dépasse les querelles familiales de leur temps (notamment querelles entre les thomistes, cf. Annexes V, VI), ces lettres nous renseignent sur la situation intellectuelle dans laquelle se mouvaient de Lubac et Gilson. S’y ajoutent des remarques plus anecdotiques, comme leurs communes arguties sur la liturgie catholique et leur aversion pour la traduction de consubstantialem Patri : Annexe II. Autour des traductions liturgiques après Vatican II (1965), « “De même nature” est une expression vague, qui peut couvrir deux idées fausses : a. Elle ne suffit pas à écarter absolument tout subordinatianisme (…) b. Plus encore. La formule ne signifie pas du tout l’unité concrète, l’identité de nature ou de substance… » (p. 247).

6La correspondance de Gilson avec le futur cardinal offre un véritable état des recherches spirituelles et théologiques. Elle ne tait ni les épreuves ni les afflictions (cf. Lettre du 20 juin 1965, p. 57-58) du théologien face aux évènements qui le suivront jusqu’à son élévation au cardinalat marquant sa totale réintégration au sein des intellectuels catholiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Geneste, « Henri de Lubac, Étienne Gilson, Lettres de M. Étienne Gilson adressées au P. de Lubac et commentées par celui-ci », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 130-132.

Référence électronique

Philippe Geneste, « Henri de Lubac, Étienne Gilson, Lettres de M. Étienne Gilson adressées au P. de Lubac et commentées par celui-ci », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1164

Haut de page

Auteur

Philippe Geneste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page