Navigation – Plan du site
Recensions

Bertrand Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac

Paris, Cerf, coll. « Études lubaciennes, VIII », 2013
Jean-Pierre Wagner
p. 129-130
Référence(s) :

Bertrand Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac, Paris, Cerf, coll. « Études lubaciennes, VIII », 2013, 542 p.

Texte intégral

1Les Études lubaciennes nous offrent la publication de la thèse soutenue par B. Dumas, à Strasbourg, le 18 septembre 2010. Au milieu de très nombreuses études consacrées au Cardinal de Lubac, il est devenu difficile de trouver des ouvrages originaux. B. Dumas nous donne cette satisfaction pour deux raisons. Tout d’abord par l’objet de la thèse : on peut s’en étonner mais les rapports entre théologie et mystique étaient encore peu étudiés. Ensuite, parce que B. Dumas a bien une « thèse » dans sa thèse, nous y reviendrons.

2L’objet de l’étude. D’une manière générale, les relations entre théologie et mystique sont complexes et variées, nous sommes souvent en présence de deux domaines pour ne pas dire de deux « ordres ». Le vocabulaire lui-même est flottant : les termes théologie spirituelle, théologie mystique, spiritualité, mystique sont certes proches mais souvent porteurs d’intentions différentes. Avec méthode, B. Dumas s’applique à faire l’état des lieux chez des auteurs contemporains bien représentatifs, Yves Congar, Michel de Certeau avec qui l’A. prend de grandes distances, Charles-André Bernard… Ensuite B. Dumas peut aborder la pensée d’Henri de Lubac et se livrer à un repérage méticuleux du vocabulaire utilisé. Là se trouve la thèse dans la thèse, en effet l’A. distingue deux périodes dans les écrits du P. de Lubac et de ces deux périodes naissent deux modèles, deux compréhensions. Lubac est un théologien de la continuité, de l’approfondissement, mais jamais de la rupture, ainsi il n’a jamais rien renié de sa production. B. Dumas est donc original en voulant discerner, pour son sujet, une nette évolution. Le théologien aurait d’abord conçu mystique et théologie comme se faisant face dans un vis-à-vis, l’interaction venant précisément de ce vis-à-vis qui par définition distingue même s’il peut engendrer des relations fécondes y compris au niveau de la complémentarité. Pour B. Dumas cette première période est celle d’une « coopération différenciée » entre mystique et théologie. Quant à la deuxième période elle est celle d’un « rapprochement par en haut », mystique et théologie sont alors « conjointes dans l’intelligence spirituelle ». Ici intervient un troisième terme lequel fait sortir du vis-à-vis et unifie « par le haut », ce terme est celui de « Mystère » entendu au sens d’Éphésiens 3, le Mystère qui surpasse toute connaissance et qui se révèle. Du coup la mystique et la théologie apparaissent dans une étonnante proximité.

3B. Dumas situe cette évolution à partir des années 1960 avec l’Exégèse Médiévale et la grande présentation des quatre sens de l’Écriture, il insiste aussi sur La Foi chrétienne (1969) et opère bien sûr des rapprochements significatifs avec Origène « le Maître », avec le P. Monchanin et avec Balthasar. La dernière partie de la thèse qui développe l’unité de la mystique et de la théologie est entièrement dépendante de l’intelligence spirituelle des Écritures qui devient le lieu par excellence pour penser mystique et théologie. B. Dumas écrit (p. 365) : « La mystique, c’est l’intelligence spirituelle de l’Écriture. La théologie en est issue et elle se trouve au service de ce mouvement dont l’assimilation par le Mystère est le but. Ainsi non seulement l’intelligence spirituelle de l’Écriture fournit des lumières théoriques appréciables sur la mystique, sur la théologie et sur leur lien, mais encore elle se révèle comme le lieu concret de réception du Mystère en qui elles sont unies ».

4Telle est bien la « thèse » de Bertrand Dumas, les deux modèles distingués et les deux découpages dans la chronologie lubacienne sont bien mis en valeur. Le sont-ils trop fortement ? Peut-être. Heureusement B. Dumas les présente comme une maturation. Nous pouvons aussi nous demander si l’A. n’a pas trop exclusivement privilégié certains ouvrages (tout ce qui tourne autour de l’interprétation de l’Écriture et du Mystère chrétien). Par exemple les ouvrages relatifs au surnaturel sont absents ; certes ils sont d’une grande technicité historique et théologique mais ils sont aussi nourris par la fréquentation de grands spirituels. Enfin B. Dumas a pris le temps de consulter les Archives Henri de Lubac à Namur, il s’est appuyé sur des « inédits » ou sur des rédactions successives d’articles. Le meilleur de cette enquête menée méthodiquement sur des inédits a pu être mis en annexe de ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Bertrand Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 129-130.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Bertrand Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1162

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page