Navigation – Plan du site
Recensions

Georges Chantraine, Marie-Gabrielle Lemaire, Henri de Lubac, t. IV, Concile et après-Concile (1960-1991)

Paris, Cerf, coll. « Études lubaciennes, IX », 2013
Jean-Pierre Wagner
p. 126-129
Référence(s) :

Georges Chantraine, Marie-Gabrielle Lemaire, Henri de Lubac, t. IV, Concile et après-Concile (1960-1991), Paris, Cerf, coll. « Études lubaciennes, IX », 2013, 822 p.

Texte intégral

1Georges Chantraine avait entrepris une monumentale biographie d’Henri de Lubac suivant, avec une érudite précision, les chemins de la chronologie, de la théologie et de la spiritualité. En 2007 parait le premier tome intitulé Henri de Lubac. De la naissance à la démobilisation (1896-1919) ne comptant pas moins de 746 pages ! (cf. notre recension dans la Revue des sciences religieuses, n° 3, juillet 2008, pp. 427-428). En 2009, le tome 2 est publié sous le titre Henri de Lubac. Les années de formation (1919-1929) riche de 843 pages. Le P. Chantraine s’est alors mis d’emblée à l’écriture du tome 4 devant couvrir la période mal connue du Concile et de l’après-Concile, de 1960 à la mort du cardinal le 4 septembre 1991. Le biographe voulait à l’évidence rendre compte des jugements discutés du théologien sur la situation de la théologie et de l’Église de France dans la période « agitée » de l’après-Concile. Il voulait aussi livrer quelques éléments de la vie spirituelle d’un homme âgé, frappé durement par l’épreuve de la maladie et amené à un grand dépouillement. Mais, ne l’oublions pas, cette période couvrait aussi la production des grandes œuvres allant des 4 volumes d’Exégèse Médiévale aux 2 volumes de la Postérité spirituelle de Joachim de Flore. Quant au tome 3, couvrant la crise autour de la « nouvelle théologie » et les années silencieuses qui suivirent, G. Chantraine avait prévu de l’écrire en dernier, « si Dieu voulait bien lui offrir le temps nécessaire », ajoutant même que si le tome 3 ne devait pas paraître, nous aurions toujours le texte d’Henri de Lubac lui-même intitulé Mémoire sur l’occasion de mes écrits, qui offre une large place à la période concernée.

2En fait le P. Chantraine est décédé en mai 2010 (à la Pentecôte) laissant le tome 4 en plein chantier. Celui qui dirigeait les Archives de Lubac à Namur et qui se dévouait sans compter pour servir la théologie et la mémoire du Cardinal avait à ses côtés, depuis quelques années, une collaboratrice en la personne de Marie-Gabrielle Lemaire. C’est elle qui mène à bien la publication de ce tome 4 (elle s’occupera ultérieurement du tome 3) qui parait donc sous une double signature et qui comporte 822 pages. M.-G. Lemaire a pris soin de nous dire quels chapitres sont de la main du P. Chantraine, quels chapitres sont de sa main à elle et quels chapitres ont été repris et terminés par elle. À chaque auteur revient environ 50 % du volume.

3Nous ne pouvons que saluer le résultat obtenu et la cohérence de l’ensemble. M.-G. Lemaire s’est vraiment mise à l’école du P. Chantraine et a accepté tous ses choix éditoriaux : longueur du texte, grande documentation biographique, présentation du contexte théologique, analyse précise des œuvres du P. de Lubac et prise en compte de la situation ecclésiale et spirituelle, recours à de très nombreuses correspondances inédites.

4Huit chapitres rythment l’ouvrage. Le premier est entièrement consacré à l’Exégèse médiévale, le deuxième s’occupe des travaux durant le Concile Vatican II, le troisième traite du Concile Vatican II (préparation et participation), le quatrième est entièrement consacré à Teilhard de Chardin, le cinquième présente l’après-Concile (1966-1973), le sixième aborde l’après-Concile (1974-1982), le septième présente de grandes œuvres : les « Jumeaux » de 1965, La foi chrétienne (1969), Pic de la Mirandole (1974), La Postérité spirituelle de Joachim de Flore (1979-1991) ; quant au chapitre 8, il est sobrement intitulé « du cardinalat aux obsèques ».

5Ces évocations témoignent de la richesse de l’ouvrage à la fois par son contenu et par la méthode mise en œuvre. Le P. Chantraine tenait à la présentation systématique des ouvrages du P. de Lubac, afin de donner le goût de les consulter, de les lire. Espérons qu’il en sera bien ainsi et qu’il n’y aura pas trop d’esprits rapides ou superficiels se contentant de trouver là ce qui pourrait leur servir de pur vernis ! L’ouvrage est donc à mettre en rapport avec les ouvrages du P. de Lubac et avec le Concile. Nous bénéficions de l’édition des deux gros volumes Carnets du Concile du P. de Lubac (cf. notre recension dans Revue des sciences religieuses, n° 2, avril 2009, p. 292-294) et nous attendons la prochaine publication de l’importante thèse de Loïc Figoureux sur de Lubac au Concile Vatican II. Nous pouvions nous demander si la lecture des longues sections consacrées à la présentation des livres du P. de Lubac ne risquait pas d’apparaître aux spécialistes comme un exercice trop didactique, voire scolaire. L’écueil est évité au moins pour deux raisons. Tout d’abord nous voyons de Lubac comme théologien à l’œuvre, engagé dans des combats bien réels. Ensuite ressort clairement l’unité de l’œuvre, unité dans le temps (Lubac ne cesse de préciser sa pensée sans jamais opérer de ruptures ou de revirements) et dans la concentration qui n’est autre que l’ampleur et la richesse du Mystère lui-même tel que la Révélation nous l’offre et tel que la Tradition nous le transmet et nous le présente. Ici l’importance des travaux sur l’Écriture apparaît clairement, le sens de l’Écriture fouillé par l’Exégèse médiévale et le droit nécessaire du sens spirituel sans cesse justifié et sans cesse relié au sens historique irriguent l’œuvre jusqu’aux textes les plus tardifs, puisque les volumes consacrés à Joachim de Flore, à ses dérives trinitaires et à sa « récupération » par bien des auteurs immanentistes modernes se trouvaient comme déjà annoncés en puissance par les pages consacrées au moine calabrais dans l’Exégèse médiévale.

6H. de Lubac n’était nullement un homme de réseaux, sa présence au Concile le confirme. Mais il ne manquait pas d’amis. Ce livre nous montre la richesse de sa correspondance avec ses confrères jésuites, Gaston Fessard, André Ravier, Henri Bouillard et beaucoup d’autres, mais aussi avec des théologiens comme Mgr de Solages ou comme Hans Urs von Balthasar. Les bonnes formules ne sont donc pas absentes ! Quand de Lubac est élevé au cardinalat par Jean Paul II le 5 janvier 1983, Balthasar lui écrit (p. 675) : « Pauvre cher Père et Ami, quelle joie pour nous mais quel dérangement pour vous, je vous plains de tout cœur » et il ajoute avec plaisir : « Je me réjouis – entre nous – de la déconfiture de Siri » (Siri était le célèbre cardinal archevêque de Gênes qui, dans Gethsémani, réflexions sur le mouvement théologique contemporain, s’était très vivement opposé à la théologie de H. de Lubac). À propos du cardinalat (par Paul VI) de l’abbé Journet et de ses liens avec Maritain, Lubac avec malice écrit à Bruno de Solages (p. 199) : « Vous savez que le bruit a couru que le Pape voulait faire de Maritain un cardinal – à tel point que Maritain a dû finir par publier un démenti. Mais ce n’était qu’à moitié faux, il est cardinal par le cardinalat de son ami Journet » et d’ajouter : « Ce bon cardinal Journet a couronné l’état d’esprit soupçonneux et sectaire qu’avait son ami Maritain, envers un certain nombre de catholiques qui ne font pas partie de son école ». L’incompréhension entre le P. de Lubac et certains évêques français sur la situation de l’Église se manifeste une fois encore. À nouveau la distance avec le futur cardinal Marty apparaît. Les jugements de H. de Lubac sont parfois sévères même si la bonté du prélat est toujours rappelée et sa finesse d’esprit évoquée. Au Concile, Mgr Marty, alors archevêque de Reims, avec son humour légendaire, supportant sans doute mal des commentaires du théologien sur ses interventions lança à de Lubac (p. 306) : « Voilà l’ange gardien du Concile ! » Quelques années plus tard, en 1968, les deux hommes à nouveau ne se comprennent pas : de Lubac lance sous forme de conclusion : « Monseigneur, il ne s’agit ni de progressisme, ni d’intégrisme, mais de la vérité » (p. 439). La réponse fuse « La vérité, voilà bien un grand mot, un mot de théologien, mon père ! » Mais bien plus importantes sont les belles pages consacrées au Cardinal Wojtyla, jeune évêque au Concile, avec qui de Lubac travailla et échangea beaucoup, au point de préparer l’édition française d’un de ses livres. Et Jean Paul II libérera la conscience de celui qu’il venait de créer cardinal en acceptant avec délicatesse que le cardinal de Lubac ne soit pas ordonné évêque comme des dispositions prises par Jean XXIII semblaient l’imposer (voir p. 677-679). Plus émouvantes encore les pages écrites par le théologien qui prend la défense du Pape Paul VI critiqué dans sa mise en œuvre du Concile, ces pages furent immédiatement publiées, mais à son disciple G. Chantraine de Lubac écrivit : « Il y a aujourd’hui, comme à d’autres époques, des “théologiens de cour” ; ils étaient jadis flatteurs de l’empereur et du pape ; aujourd’hui flatteurs de l’opinion ils se décernent volontiers le titre de prophète. Le vrai prophète, c’est celui qui se fait critique et vilipende pour maintenir, avec tout leur dynamisme, la pureté de la foi et la vie chrétienne. C’est Paul VI » (p. 440).

7La richesse de ce volume permet de mieux éclairer non seulement l’œuvre et la personne du Père de Lubac mais encore la vie et la mission de l’Église dont il fut non pas un spectateur engagé mais un acteur, mieux un serviteur. Merci donc à Marie-Gabrielle Lemaire qui, par sa propre contribution, a su rendre hommage au grand dessein théologique, éditorial et didactique du regretté Père Georges Chantraine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Georges Chantraine, Marie-Gabrielle Lemaire, Henri de Lubac, t. IV, Concile et après-Concile (1960-1991) », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 126-129.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Georges Chantraine, Marie-Gabrielle Lemaire, Henri de Lubac, t. IV, Concile et après-Concile (1960-1991) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1160

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page