Navigation – Plan du site

Liminaire

François Bœspflug
p. 135-137

Texte intégral

  • 1 Ce soit dit sans ignorer que les dernières livraisons ont apporté deux articles sur l’islam, ceux d (...)
  • 2 Sur cette urgence, sur les voies que peut prendre le travail de réflexion sur l’islam et de dialogu (...)

1Un numéro sur l’islam ? Que la Revue des Sciences religieuses de la faculté de théologie catholique de l’université de Strasbourg, qui n’est pas précisément une revue d’islamologie, publie dans ce numéro de 2013 un dossier fourni entièrement consacré à l’islam, c’est une première dans son histoire1. En tout état de cause, il est légitime d’y voir comme un signe des temps, et la preuve, si besoin en était, non d’un calcul stratégique, d’une forme d’hommage ou d’obole scientifique offerte opportunément par la théologie chrétienne à l’islam du fait de l’augmentation sensible de son poids de présence en France et en Europe, mais bel et bien du fait que la réflexion sur cette religion, même là où elle n’a pas été vraiment programmée, s’impose aujourd’hui comme une nécessité (librement consentie), voire comme une urgence à bien d’autres enseignants-chercheurs que ceux qui appartiennent au cercle étroit des islamologues patentés2.

2Que l’on n’attende pas ici, pourtant, ce qui n’est pas à attendre de ce cahier de la RevSR. Son contenu, pour l’essentiel, ne relève pas à proprement parler de la théologie des religions et encore moins de la dispute métaphysico-religieuse : il ne s’agit pas de théologie de controverse sur la divinité de Jésus, ni de sa « rétrogradation » dans la hiérarchie des prophètes, derrière Abraham et Moïse, à l’inverse du dit de Jésus lui-même (« avant qu’Abraham fût, je suis ») ; et encore moins, de l’interminable débat sur l’unicité de Dieu censément mise à mal par le dogme de sa tri-unité. Il s’agirait plutôt, pour parler le sabir de nos institutions, de théologie pratique, ou occasionnelle. Ou circonstanciée.

3Il est vrai que les contributions rassemblées croisent des questions de fond et sont écrites par des chrétiens. Mais tous ils ont accepté ou plutôt choisi de se déporter, avec ou sans mandat ecclésial et/ou universitaire, en direction de l’islam et ont pratiqué, non sans endurance, la sorte d’exode à laquelle l’étude attentive de l’autre conduit à consentir de bon gré : si bien que l’islam, dans cette livraison de la revue écrite par des théologiens non musulmans, est étudié pour lui-même, incontestablement. Le sous-titre du numéro pourrait être par conséquent : contributions chrétiennes à l’intelligence de l’islam actuel.

4Le bouquet des articles, n’étant ni financé ni commandé par aucun programme scientifique particulier, a été composé avec les moyens du bord, et il conserve donc quelque chose d’accidentel, dont le lien concret est tout bonnement l’activité récente au Palais universitaire de Strasbourg. Voici dans quelles circonstances.

5Avec mon collègue Thierry Legrand, historien des religions de la faculté de théologie protestante, j’avais organisé une Journée d’Études Doctorales, en janvier 2012, intitulée « Christianisme et islam : héritage commun, mises en œuvre diverses », dont proviennent deux des cinq textes, ceux de Ralph Stehly, professeur d’histoire des religions, lui aussi en poste à la faculté de théologie protestante, et le mien.

  • 3 Claudio Monge, Dieu Hôte. Recherche historique et théologique sur les rituels de l’hospitalité, Zet (...)
  • 4 Piotr Kuberski, Le Christianisme et la crémation, préface de Fr. Bœspflug, Paris, Cerf, 2012.
  • 5 Ataa Denkha, « L’Imaginaire du paradis, en christianisme et en islam. Une étude comparative », thès (...)

6Il se trouve (cela n’a pas été voulu comme tel, mais constitue un « signe accidentel parlant », qu’il faut additionner au premier) que les trois auteurs respectifs des trois autres textes ont en commun d’avoir fait leur thèse doctorale sous ma direction, sur des sujets qui les habilitaient à approfondir tel ou tel aspect de la religion islamique. Le texte de Claudio Monge, dominicain, prieur de la maison dominicaine d’Istanbul, dont la thèse sur l’hospitalité dans les religions, soutenue en 2006, a été publiée3, a d’abord été donné sous forme d’exposé lors d’une séance du séminaire de « théologie, philosophie et histoire des religions » que je co-anime avec mes collègues Philippe Capelle, Michel Deneken et Marcel Metzger. Le travail de Piotr Kuberski, quant à lui, se situe dans le prolongement de sa thèse, également publiée, sur le christianisme et la crémation4. C’est encore le cas de celui d’Ataa Denkha, qui a soutenu la sienne5 le 3 décembre 2012…

7Bien sûr, cet ensemble n’a rien de systématique ni même d’organique. Il est éclectique, dirons les uns, et hétéroclite, diront les autres. Mais nous avons la faiblesse de croire qu’en plus du signal d’intérêt soutenu pour les traditions musulmanes et de la sorte de main tendue qu’il pourra constituer, nous l’espérons, pour l’islam de France, il apporte du neuf, et constitue un beau témoignage de l’engagement des théologiens chrétiens dans un travail de compréhension profonde de l’islam. Où il se vérifie, pour l’islam y compris, que les religions, dont on voudrait parfois persuader le grand public qu’elles sont surtout meurtrières, sont plutôt par nature et vocation, tant qu’elles restent elles-mêmes, essentiellement ouvrières : de pensée, d’expérience, d’intelligence de la vie, de mémoire de l’histoire, d’anticipation de l’avenir et de prospectives au-delà de l’histoire. Et où il s’avère, s’agissant précisément de l’islam, que cette religion est pleine de ressource, et porte en soi de quoi poursuivre sa trajectoire en se transformant, pourvu que ses archives ne soient pas scellées et qu’elle puisse accéder à une vision non tronquée de son histoire, pour y puiser la force de rester elle-même dans un monde qui bouge sans cesse.

8On rêve, avouons-le, de la prochaine venue du jour où la réciproque nous fera écho : d’une revue musulmane, présentant un dossier concertant de contributions consacrées à l’intelligence du christianisme, signé de plumes musulmanes… Utinam.

Haut de page

Notes

1 Ce soit dit sans ignorer que les dernières livraisons ont apporté deux articles sur l’islam, ceux d’Anne-Laure Zwilling, « L’architecture des mosquées en France : construire ou édifier ? », RevSR, 86-3, juillet 2012, p. 343-363, et de Jason Dean, « L’Islam comme mouvement. Guerre, paix et trêve dans la pensée islamique », RevSR, 86-4, octobre 2012, p. 413-453.

2 Sur cette urgence, sur les voies que peut prendre le travail de réflexion sur l’islam et de dialogue avec les représentants de l’islam, on consultera avec profit l’ouvrage de Catarina Belo et Jean-Jacques Pérennès (éd.), Mission in Dialogue. Essays in Honour of Michael L. Fitzgerald, Louvain-Paris, Éditions Peeters, 2012.

3 Claudio Monge, Dieu Hôte. Recherche historique et théologique sur les rituels de l’hospitalité, Zeta-Books, 2008.

4 Piotr Kuberski, Le Christianisme et la crémation, préface de Fr. Bœspflug, Paris, Cerf, 2012.

5 Ataa Denkha, « L’Imaginaire du paradis, en christianisme et en islam. Une étude comparative », thèse de doctorat en théologie (dir. : Fr. Bœspflug), soutenue à l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 135-137.

Référence électronique

François Bœspflug, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/2 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1157

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Professeur d’histoire des religions
Faculté de théologie catholique
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page