Navigation – Plan du site
Recensions

Arnaud Perrot (éd.), Les chrétiens et l’hellénisme. Identités religieuses et culture grecque dans l’Antiquité tardive

Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « Études de Littérature ancienne, 20 », 2012
Françoise Vinel
p. 124-125
Référence(s) :

Arnaud Perrot (éd.), Les chrétiens et l’hellénisme. Identités religieuses et culture grecque dans l’Antiquité tardive, Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « Études de Littérature ancienne 20 », 2012, 276 p.

Texte intégral

1« Les chrétiens et l’hellénisme, encore » – tels sont les premiers mots d’A. Perrot (p. 7) dans l’avant-propos de ce recueil d’articles. Le risque, il est vrai, est qu’un tel titre n’attire pas beaucoup de lecteurs – même si le sous-titre définit une perspective plus actuelle –, tant il a quelque chose d’usé. C’est dommage car les neuf contributions qui composent le volume se lisent avec grand intérêt ; soulignons aussi que la bibliographie des sources et des études (p. 241-266) constitue un instrument utile. Il y a un côté didactique et historiographique dans les premiers articles, ceux de M.-O. Boulnois (« Les Pères de l’Église. Définitions et points de repère ») et de G. Dorival (« Hellénisme et christianisme. Continuités et ruptures »), ou dans la manière dont M. Alexandre à partir de textes philoniens (« La culture grecque, servante de la foi ») et O. Munnich par une étude de l’Apologie de Justin (« La place de l’hellénisme dans l’autodéfinition du christianisme ») montrent l’ajustement progressif de la paideia et de la foi. Signalons encore deux des articles à visée diachronique, celui de S. Morlet sur « Les chrétiens et l’histoire. De Luc à Eusèbe de Césarée », et, en guise de conclusion de l’ouvrage, la relecture par M.-Y. Perrin d’un ouvrage de 1912 : Walter Gauwe, Die Hellenisierung des Christentums in der Geschichte der Theologie von Luther bis auf die Gegenwart, titre érudit donné en sous-titre d’une perspective plus large : « De Harnack à Érasme : aller et retour » (p. 219-240).

2Trois articles se concentrent plus spécifiquement sur un auteur ou une tradition philosophique et constituent avec bonheur un contrepoint aux approches générales que nous venons de mentionner. Ainsi des réflexions d’A. Perrot, doctorant à l’EPHE, « Pratiques chrétiennes de silence et philosophie grecque. Le motif de l’adoration silencieuse dans l’argumentation des Pères » et de celles de G. Casas, également doctorant, sur « Le néoplatonisme sans platonisme du Pseudo-Denys l’Aréopagite ». En donnant à lire, en parallèle à un chapitre du Gnostique d’Évagre le Pontique (chap. 41), divers textes philosophiques et patristiques, le premier peut conclure : « ce court extrait, qui témoigne de l’emploi de formules théologiques qui ne sont pas clivantes, donnerait presque à penser que – sous certains aspects – les chrétiens sont des « Grecs » comme les autres… » (p. 159) ; signalons en complément la riche étude de S. Lilla, Silenzio Nella Filosofia Greca : Presocratici, Platone, Giudeo-Ellenismo, Ermetismo, Medioplatonismo, Oracoli Caldaici, Neoplatonismo, Gnosticismo, Patri Greci : Galleria di ritratti e raccolta di testimonianze, Rome 2013. Casas, quant à lui, n’hésite pas à reprendre les termes d’une question déjà largement débattue et ses pages sur la « hiérarchie », pensée comme dispositif rendant possible l’articulation de la théurgie et de la liturgie (p. 214) sont particulièrement intéressantes.

3L’article développé de Ph. Hoffmann, « Un grief antichrétien chez Proclus : l’ignorance en théologie » (p. 161-197) et dédié à la mémoire d’Alain-Philippe Segonds, présente, dans le texte et dans un riche apparat de notes, tout un ensemble de textes néo-platoniciens, et ses commentaires soulignent la vigueur, jusqu’au 5e siècle de notre ère, de ces élaborations philosophiques, une hauteur de vue qui laisse les chrétiens, le plus souvent non nommés, dans la masse des ignorants. Ph. Hoffmann achève sa passionnante enquête par des questions : « Étaient-ils [les derniers néoplatoniciens] complètement inconscients de la grandeur doctrinale et spirituelle, et de l’ampleur quantitative, de la littérature chrétienne des premiers siècles ? Peut-on penser qu’ils ignoraient vraiment les œuvres de leurs adversaires ? Nous n’entendons que leur silence … » (p. 197).

Un livre à faire entrer dans la bibliothèque de tous ceux qui s’intéressent à l’Antiquité tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Arnaud Perrot (éd.), Les chrétiens et l’hellénisme. Identités religieuses et culture grecque dans l’Antiquité tardive », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 124-125.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Arnaud Perrot (éd.), Les chrétiens et l’hellénisme. Identités religieuses et culture grecque dans l’Antiquité tardive », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1154

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page