Navigation – Plan du site
Recensions

Amphiloque d’Iconium, Homélies (I-5) et Homélies (6-10). Fragments et Lettres

Introduction, traduction, notes et index de M. Bonnet, avec la collaboration de S. J. Voicu, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 552 et 553, 2012
Françoise Vinel
p. 123-124
Référence(s) :

Amphiloque d’Iconium, Homélies (I-5) et Homélies (6-10). Fragments et Lettres, Introduction, traduction, notes et index de M. Bonnet, avec la collaboration de S. J. Voicu, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 552 et 553, 2012, 375 et 389 p.

Texte intégral

1Amphiloque d’Iconium fait souvent pâle figure à côté des trois illustres Pères cappadociens. La traduction de son œuvre dans la collection Sources chrétiennes, sur la base du texte grec édité par C. Datema en 1977 dans le Corpus Christianorum (quelques corrections sont apportées dans la présente édition), lui donnera sans doute une plus juste place dans le contexte des Églises orientales divisées par la crise arienne. Dix homélies, quelques fragments d’homélies et deux lettres sont présentées dans ces deux volumes, fruit de la collaboration de M. Bonnet et S. Voicu. Mais le lecteur s’aperçoit vite de l’interrogation récurrente sur l’authenticité de chaque texte … et du désaccord qui subsiste entre les deux auteurs. S. Voicu (p. 131-133) se prononce contre l’authenticité des homélies 1, 2-3 et 7 après avoir examiné les données de la tradition indirecte et précise ses arguments pour chacune de ces homélies, là où M. Bonnet semble davantage porté à plaider en faveur de leur authenticité. Le texte de l’homélie 9 est reconstitué grâce à des citations de Théodoret et celui de l’homélie 10 est la version syriaque, l’original grec étant perdu – signe de la complexité de la tâche des éditeurs ! Inhabituelle dans la collection, cette dissonance entre deux auteurs peut troubler le lecteur mais elle lui rappelle aussi de manière bénéfique les exigences de l’édition des textes anciens face aux multiples fausses attributions dans les manuscrits – combien de pseudo-Chrysostomes !

2On lira cependant avec intérêt l’ensemble des textes présentés, homélies sur des péricopes évangéliques, par exemple l’homélie 4 sur la femme pécheresse, l’homélie 6 sur la parole du Christ : « Père, s’il est possible que cette coupe s’éloigne de moi ! », ou encore l’homélie 10 sur un verset objet de polémiques avec les Ariens : « Le Père qui m’a envoyé est plus grand que moi ». Signalons enfin que l’Épître synodale porte sur la divinité de l’Esprit Saint – question sur laquelle Amphiloque avait sollicité Basile de Césarée, la réponse de ce dernier prenant la forme du traité sur l’Esprit Saint. L’introduction historique – biographie d’Amphiloque et son rôle épiscopal – et les riches notices présentant chacun des textes traduits soulignent tout l’intérêt de reconnaître à l’évêque d’Iconium une place non négligeable dans les controverses théologiques du ive siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Amphiloque d’Iconium, Homélies (I-5) et Homélies (6-10). Fragments et Lettres », Revue des sciences religieuses, 88/1 | 2014, 123-124.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Amphiloque d’Iconium, Homélies (I-5) et Homélies (6-10). Fragments et Lettres », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/1 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1152

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page