Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Riche, Grandeurs et faiblesses de l'Église au Moyen Age, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 333 p.

Marc Aoun
p. 132-133
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, 2006, 333 p.

Texte intégral

1Le titre choisi par l'auteur, spécialiste reconnu de l'histoire et de la cul­ture médiévales, pour son dernier ouvrage, résume à lui seul la finalité pre­mière de l'entreprise : montrer comment l'Eglise, entre la conversion de Constantin (ive s.) et la Réforme protestante (xvies.), a connu certes des moments de gloire mais a également subi échecs et désillusions.

2L'ouvrage comporte cinq chapitres qui se succèdent selon un plan chro­nologique.

3C'est d'abord l'histoire de l'Eglise sous les Barbares qui est envisagée (ive s.-vuf s). On retiendra leur conversion au christianisme, la soumission de l'épiscopat et, sauf quelques exceptions (Léon le Grand, Grégoire le Grand), de la papauté au pouvoir séculier, ainsi que le rôle salutaire du mona-chisme d'Outre-Manche (d'Irlande et d'Angleterre), vecteur d'une véritable révolution culturelle chrétienne.

4Le deuxième chapitre est consacré à l'Eglise sous la dynastie carolin­gienne (milieu du vnies.-fin du ixe s.). C'est une période charnière pour l'histoire de l'Eglise latine. Celle-ci s'affermit en Occident en même temps qu'elle se détourne de Byzance. Passé les règnes de Charlemagne, «Maître de l'Eglise », et de son fils et successeur Louis le Pieux, l'Eglise exerce une influence accrue au sein de la société franque et étend même son influence à toute l'Europe.

5Les «difficultés et crises de l'Eglise» (xe s.-milieu du xf s.) sont expo­sées dans le troisième chapitre. Elles sont principalement dues aux invasions (normandes et hongroises) qui désorganisent et déstructurent la société chré­tienne occidentale dans son ensemble. L'épiscopat est à nouveau aux mains des princes. La Papauté n'y échappe pas ; elle sombre à son tour dans une anarchie indicible. Le renouveau culturel de l'An Mil ne sera qu'éphémère. La réforme devient une urgence.

6C'est précisément la «réforme grégorienne» qui marque le début de l'«apogée de l'Eglise médiévale» (fin du xf s.-fin du xuf s.), auquel est réservé le quatrième chapitre. Cette période se caractérise, en particulier, par une réformation en profondeur des mœurs, par une soustraction progressive de l'Eglise à l'emprise des laïcs, par la floraison des ordres religieux, par l'épanouissement de la scolastique et par le triomphe, fût-ce pour un temps, d'une véritable théocratie, notamment sous les pontificats de Grégoire IX (1227-1241) et d'Innocent IV (1243-1254).

7La jeune théocratie se met à vaciller dans le dernier quart du xnie s. Les deux siècles suivants marquent aussi bien sa fin que celle de la chrétienté médiévale. Le cinquième et dernier chapitre de l'ouvrage de P. Riché s'intéresse à la «nouvelle Eglise» de ce «Moyen Âge tardif » (xive s.-xve s.). Celle-ci va surtout souffrir du schisme d'Avignon (Grand Schisme d'Occident, 1378-1417) qui troublera la chrétienté quatre décennies durant. De ces troubles émergent néanmoins une «nouvelle spiritualité», d'ordre mystique, et de nouvelles figures de l'Eglise, tels Jean Gerson (1363-1429) et Nicolas de Cues (1401-1464). Mais l'Eglise ne peut pour autant faire l'économie d'une réforme. Celle-ci viendra quelques décennies plus tard; elle sera...protestante.

8Parcourir pas moins de douze siècles d'histoire en quelque trois cents pages peut être une gageure en soi. L'auteur y parvient cependant, sans pour autant faire la moindre concession sur l'essentiel. Les historiens, entre autres, apprécieront d'avoir à leur disposition un excellent outil de travail, qui pour­rait le cas échéant les dispenser de recourir aux vastes collections spéciali­sées, afin de faire le point sur tel ou tel aspect de l'histoire de l'Eglise médié­vale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Aoun, « Pierre Riche, Grandeurs et faiblesses de l'Église au Moyen Age, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 333 p. », Revue des sciences religieuses, 82/1 | 2008, 132-133.

Référence électronique

Marc Aoun, « Pierre Riche, Grandeurs et faiblesses de l'Église au Moyen Age, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 333 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/1 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1076

Haut de page

Auteur

Marc Aoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page