Navigation – Plan du site
Recensions

Erik Peterson, Le monothéisme: un problème politique et autres traités, trad. de l'allemand par A.-S. Astrup, préf. de B. Bourdin, Paris, Bayard,2007,219p.

Yves Labbé
p. 576-577
Référence(s) :

trad. de l'allemand par A.-S. Astrup, préf. de B. Bourdin, Paris, Bayard, 219p.

Texte intégral

1E. Peterson (1890-1960) a quitté l'Eglise évangélique pour l'Eglise catholique en 1930. Le présent livre traduit quelques textes d'une édition allemande de 1994 dirigée par B. Nichtweiss, laquelle signe une postface. La préface de B. Bourdin (p. 7-43) présente l'étude de Peterson qui apparaît majeure à la fois dans l'actuelle publication (p. 45-125) et pour la postérité intellectuelle: Le monothéisme, un problème politique (1935). Elle en res­titue l'intention : mettre en garde contre les tentations du national-socialisme en disqualifiant les thèses de C. Schmitt sur l'origine théologique des concepts politiques (1922); non pas doctrine contre doctrine, mais par recours au christianisme antique dans lequel Peterson inscrivait sa recherche.

2L'essai ne laisse aucune respiration: ni titres intermédiaires, ni lignes blanches. Les notes, inévitablement datées, sont abondantes. Les auteurs étu­diés se succèdent à des rythmes divers, depuis Aristote jusqu'à Augustin. Une thèse unique s'y affirme progressivement mais fortement : la détermina­tion trinitaire de Dieu et la détermination eschatologique du salut concourent à rejeter du christianisme toute justification religieuse d'un pouvoir poli­tique. «Une 'théologie politique' ne saurait plus croître que sur le terrain du judaïsme ou du paganisme», conclut l'A. dans les dernières pages (p. 123­125) qui reprennent avec bonheur l'ensemble de l'argumentation.

3Bien que celle-ci n'impose aucune division, on y distinguera quatre étapes. Avant le christianisme, l'unicité métaphysique apparaît commandée par une représentation de l'unicité politique, selon une citation de Y Iliade insérée dans la Métaphysique d'Aristote: «la pluralité des souverains n'est pas bonne». Ensuite, à partir de Philon et chez de nombreux auteurs chré­tiens, la défense de la monarchie divine s'appuie régulièrement sur le modèle de la monarchie impériale, malgré la voie ainsi ouverte aux réparties du paganisme: «le roi règne mais ne gouverne pas» (p. 77); non seulement l'Un n'exclut pas les dieux mais il les requiert. Il faut attendre Constantin et l'unité reconstituée de l'Orient et de l'Occident pour voir Eusèbe assimiler la monarchie divine à la monarchie impériale et la paix eschatologique à la paix romaine. «Le monothéisme métaphysique, résume ici Peterson, est le pen­dant de YImperiumRomanum qui dissout les nations. Or, ce qui, dans le prin­cipe, débute sous Auguste est devenu réalité avec Constantin.» (p. 100) Il restait alors à montrer, avec Grégoire de Nazianze, que la Trinité, parce que sans communauté avec le monde, devait mettre un terme au monothéisme théologico-politique, puis, avec Augustin, que la paix du Christ ne pouvait se laisser réduire à la paix d'Auguste.

4Parmi les cinq textes associés au Monothéisme, deux appellent une men­tion particulière : Qu'est-ce que la théologie ? (1925) ; Correspondance avec Harnack (1928 et 1932). Réagissant à des publications de K. Barth et d'A. Harnack, emblèmes du débat protestant allemand, Peterson y manifes­tait l'importance du dogme pour la théologie et pour l'Eglise. S'il a publié 4 ans plus tard un échange de 5 lettres, suivi d'un long épilogue, c'était pour rendre raison de son entrée dans l'Église catholique. La continuité apparaît en effet sensible entre les lettres à Harnack et leur épilogue. Le biblicisme protestant, récusé aussi par ce dernier, ne pouvait connaître d'autre issue que le catholicisme, d'abord celui qui avait été préservé par la réforme luthé­rienne, ensuite celui qui a gardé sa réalité dans l'Église romaine. C'est tou­tefois dans la réponse à Barth qu'on découvrira la logique du dogme : « il n'y a de théologie que dans le christianisme, et à la condition préalable que Dieu ait parlé » (p. 142) ; « Dieu a parlé dans son fils : c'est ce que dit le dogme et ce dont vit la théologie» (p. 149). Sans la christologie donc, pas de théologie proprement dite. Or, le dogme constitue, à l'égal du sacrement, un prolonge­ment de l'incarnation.

5Qu'il s'exprime en historien ou en théologien, qu'il ait été chrétien évan-gélique ou qu'il soit devenu chrétien catholique, Peterson témoigne d'un sens exigeant de la théologie comme connaissance et de l'Église comme ins­titution. Si la nouveauté de l'incarnation accuse l'écart entre les deux Testa­ments, a fortiori entre le christianisme et le judaïsme, le temps de l'Église marque son originalité. La place du dogme se révèle centrale, aussi bien dans sajustification théologique que dans son application historique. Ici et là, non sans risque d'amalgame, Peterson se montre systématique, trop sans doute. Il en devient même inquiétant lorsque son réalisme de l'incarnation semble légitimer le châtiment corporel de l'hérétique (p. 143) !

6E. Peterson est mort avant Vatican II. Son adversaire des origines, C. Schmitt, lui survivra en critiquant le concile et en développant un procès sans concession du Monothéisme : «Peterson, écrira-t-il, n'a pas dépassé une disjonction absolue tout à fait abstraite entre théologie pure et politique impure» (Théologie politique. 1922, 1969, trad. chez Gallimard, 1988, p. 147). L'essai de 1935 intéressera aujourd'hui moins les études patristiques qu'une théologie politique promue depuis en chapitre conséquent de la théo­logie chrétienne. Si l'opposition déclarée entre Peterson et Schmitt ne définit plus les termes du débat, ne doit-on pas toujours s'interroger sur la légitimité ou non, en christianisme, d'une théologie politique ? Un doute s'est désormais établi. Mais la controverse ne touche pas les seuls théologiens. Le sociologue M. Gauchet ne voyait-il pas dans le dogme trinitaire un retour à une unité de la religion et de la politique pourtant rompue par le dogme christologique ? L'historien P. Veyne n'a-t-il pas aussi montré plus récemment que Constantin n'avait aucun besoin de sa nouvelle foi chrétienne pour assurer l'intégration de l'État romain ? L'idéologie traditionnelle de l'Empire y suffisait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Erik Peterson, Le monothéisme: un problème politique et autres traités, trad. de l'allemand par A.-S. Astrup, préf. de B. Bourdin, Paris, Bayard,2007,219p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 576-577.

Référence électronique

Yves Labbé, « Erik Peterson, Le monothéisme: un problème politique et autres traités, trad. de l'allemand par A.-S. Astrup, préf. de B. Bourdin, Paris, Bayard,2007,219p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1066

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page