Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Halen (éd.), Approches du roman et du théâtre missionnaires

Berne, Peter Lang (coll. Recherches en littérature et spiritualité), 2006, 208 p.
René Heyer
Référence(s) :

Berne, Peter Lang (coll. Recherches en littérature et spiritualité), 208 p.

Texte intégral

1Les écritures missionnaires ne sont pas, sauf quelques exceptions, un genre littéraire très réputé ; cela ne veut pas dire mal connu, car souvent cette litté­rature est le témoignage le plus direct que nous ayons gardé de représentations et de pratiques au sujet desquelles la documentation est rare et fragmentaire. Le Centre de recherches « Littérature et spiritualité » de l'Université Paul-Ver­laine de Metz, fort de sa proximité avec des sources françaises et belges des xixe et xxe siècles, a rassemblé en un joli volume un ensemble d'études cohé­rent et suggestif sur ces écritures à destinataires multiples.

2Le plus souvent, en effet, les récits écrits par les missionnaires sont des­tinés au public de la métropole - car il faut savoir lire ! Et il faut aussi inté­resser d'éventuels donateurs, susciter des vocations... Les pièces de théâtre, elles, doivent être jouées sur place ; éventuellement traduites dans la langue vernaculaire, elles ont une fonction pédagogique et festive. Cependant, comme dans les romans, la dramatisation met en scène les choix difficiles demandés aux convertis récents ou aux chrétiens qui veulent demeurer fidèles à leur baptême.

3Emanant de doctorants comme de chercheurs confirmés, les études ont en commun des protocoles scrupuleux de recension et d'analyse des textes visés. Au fil des travaux, on croise les figures de Mgr Six, vicaire apostolique de Léopoldville écrivant en lingala, du P. Bontinck, auteur d'une douzaine de pièces de théâtre écrites au Congo (Kinshasa) ; on assiste à la formation du récit des martyrs de l'Ouganda, «de l'histoire à la légende dorée » ; on voit exalter l'œuvre de bâtisseurs des Pères Blancs ou celle civilisatrice de la Mis­sion française en Papouasie ; on entre dans les ambivalences dont sont por­teurs les missionnaires assumant la tâche d'écrivains, mais qu'ils savent aussi très bien mettre eux-mêmes en lumière.

4Ecriture « transitive », le roman et le théâtre missionnaires se prêtent bien en effet au décryptage des représentations qu'ils incluent : c'est le fil conduc­teur des études. On s'aperçoit - mais ce n'est pas une surprise - que, si les lieux communs sur les colonisés sont bien présents, les missionnaires les reprennent souvent parce qu'ils sont familiers à leur public, plutôt que par conviction. Eux-mêmes, emportés par le message à transmettre, travaillent à faire évoluer les préjugés et stéréotypes qui sont pourtant leur matériau de base. «L'écriture littéraire reste ainsi le lieu singulier où, tantôt, l'idéologie et le 'message', pour ne pas dire la propagande, sont véhiculés, ce qui ouvre une discussion possible, déjà dans le texte lui-même, à propos des valeurs représentées; tantôt c'est un lieu de déconstruction et de mise en cause» (P. Halen, Introduction,p. 11).

5Entre le document (qui intéresse l'historien) et l'œuvre littéraire (dont le critique évalue les capacités transformatrices), ces fictions écrites par des missionnaires interrogent la théologie de la mission par le dialogue aussi bien interne qu'externe qu'animent les protagonistes de l'action représentée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Heyer, « Pierre Halen (éd.), Approches du roman et du théâtre missionnaires », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1064

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page