Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-François Six, Le grand rêve de Charles de Foucauld et Louis Massignon, Paris, Albin Michel, 2008, 379 p.

Yves Labbé
p. 578-579
Référence(s) :

Paris, Albin Michel, 379 p.

Texte intégral

1L'article publié par J.-F. Six dans la présente livraison de la Revue reprend l'argument central du livre (p. 155-175). Charles de Foucauld (1858­-1916) n'a pas eu une seule postérité spirituelle, constituée plus tard autour des fondations suscitées par René Voillaume, les Petits Frères et les Petites Sœurs de Jésus, mais deux postérités, l'autre ayant été la seule fondée par lui-même, établie alors canoniquement et remise aux soins de l'islamologue Louis Massignon (1883-1962). La plus ancienne postérité est «mission­naire», formée de «missionnaires isolés», «défricheurs évangéliques», appuyée sur le Directoire de 1909. C'est l'Union (l'A. retient ce graphisme), qui comptait 49 membres en 1916. La seconde, qui s'est déployée en Frater­nités religieuses, sacerdotales et séculières, est «monastique», ayant pris pour modèle initial une Règle écrite en 1899, à laquelle Foucauld avait défi­nitivement renoncé. On retrouve ici et là les trois axes de sa spiritualité -Evangile, Eucharistie, Evangélisation -, mais selon deux interprétations dif­férentes. Voillaume ne l'a admis que tardivement, après avoir en quelque sorte contrôlé l'héritage foucauldien. Le grand rêve présente l'histoire de l'Union, longtemps occultée mais toujours vivantejusqu'à la mort de Mas­signon, qui en a transmis l'héritage à l'auteur lui-même. Celui-ci est entré dans cette histoire par la découverte puis la publication des lettres de Fou­cauld à son directeur, l'abbé Huvelin (1957). Il lui faudra attendre pour faire enfin connaître les lettres de Foucauld à Massignon (1993).

2L'histoire s'ouvre sur la rencontre de Massignon avec Foucauld : premier échange de courrier en 1906, premier rendez-vous, déterminant, en 1909 à Montmartre. Si Massignon ne rejoindra jamais Foucauld au Hoggar, il trou­vera aide auprès de lui pour tracer sa voie : le mariage, l'islamologie et une confrérie. La guerre les éloignera puis les séparera. L'histoire se poursuit avec les initiatives prises par Massignon pour faire vivre l'Union. Il demande une biographie à René Bazin (1921). Il assume seul de publier le Directoire (1928). Il se trouve confronté à des initiatives parallèles (création d'une Association Charles de Foucauld pour soutenir les missions), voire détournées (le film de 1931, «L'appel du silence») : Foucauld convertisseur des musulmans et même drapeau du colonialisme. Enfin et surtout, Massi­gnon peine à faire exister l'Union face aux Fraternités créées par le Père Voillaume et Sœur Magdeleine. N'est-elle pas menacée de se voir réduire à une association de laïcs, exilée aux marges d'une large famille foucaul-dienne, fortement institutionnalisée, ayant fait un autre choix que celui d'« un réseau de dispersés, d'isolés, qui mènent, là où ils sont, une vie selon les trois axes que préconise Foucauld dans son Directoire» (p. 207) ?

3L'A. revient en annexe sur «le tour de passe-passe de Béni-Abbès» (1955), juste évoqué dans l'article: une marginalisation de l'Union par la mise en place d'une nouvelle structure fédérative. C'est l'année suivante qu'il a accepté de poursuivre l'Union, à l'issue de sa «première messe» à Montmartre, qui en fut le lieu de naissance, lors de la première rencontre de Foucauld et de Massignon. L'histoire de ce grand rêve est tissé d'autres his­toires, à commencer par celle de Louis Massignon: influence précoce de l'écrivain Huysmans ; découverte du mystique et martyr musulman el-Hallâj, sur lequel il soutiendra une thèse, retardée par la guerre, qui le conduira au Collège de France ; rencontre d'une syrienne, Mary Kahil, avec laquelle il crée la badaliya («substitution»), une confrérie tournée vers le monde musulman; l'ordination presbytérale, restée confidentielle, dans l'Église gréco-catholique ; au premier rang, son combat pour défendre l'héritage de Foucauld, l'Union et son Directoire, «un souffle qu'on ne peut emprisonner, dont on peut simplement favoriser le passage» (p. 305). Parmi d'autres figures croisées sur cet itinéraire, on relèvera celle du frère franciscain Abd el Mil, dont Massignon fut le parrain de baptême ; également celle de sœur Marie-Charles, fondatrice, près de Montpellier, des Petites Sœurs du Sacré-Cœur, puis écartée injustement de sa Fraternité (cf. p. 186-188, 230-233 et 274-276).

4Les cent dernières pages de l'ouvrage dessinent, avec discrétion, le pas­sage de relais entre Louis Massignon et Jean-François Six - celui-ci tourné par vocation «vers l'universalisme de l'incroyance moderne, relativiste, agnostique» (p. 282) -, enfin la spiritualité de l'Union comme vocation de discrétion, d'éloignement, de commencement, de liberté, de rassemblement, d'espérance. On y trouvera un résumé de l'itinéraire de Foucauld (p. 340­341) mais aussi un développement de la troisième partie de l'article publié dans notre Revue. L'Union compte aujourd'hui mille membres qui, dispersés parmi les plus lointains, ne peuvent commencer que par les commencements, «défricheurs» avant les «semeurs». Le grand rêve défend une thèse appuyée sur des preuves. Il entend faire œuvre d'histoire, non de fiction. Les travaux antérieurs de l'A. lui en donnent l'autorité. Les arguments exposés apparaissent convaincants. Les disciples de R. Voillaume apprécieront sans doute peu d'être placés du côté de la «religion close», par distinction de la «religion ouverte», selon la typologie bergsonnienne des Deux sources (cf. p. 169). D'autres continueront à soupçonner toute controverse sur la pureté des origines et la fidélité des héritages. J.-F. Six ne refuse toutefois ni la fidé­lité évangélique ni même la postérité foucauldienne de l'œuvre engagée par R. Voillaume. Les Fraternités ont profondément irrigué la vie des fidèles du Christ et de leurs communautés. Mais l'Union n'a pas voulu devenir une œuvre. Or, en un temps où notre Église accepte de se situer dans un contexte «marqué notamment par l'émergence de l'individualisme et par le principe de la laïcité» (Lettre aux catholiques de France, 1996), quitte à oublier vite le premier phénomène, la vocation de «missionnaire isolé» ne pourrait-elle pas ouvrir à cet individualisme une issue qui ne replierait pas les croyants sur eux-mêmes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Jean-François Six, Le grand rêve de Charles de Foucauld et Louis Massignon, Paris, Albin Michel, 2008, 379 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 578-579.

Référence électronique

Yves Labbé, « Jean-François Six, Le grand rêve de Charles de Foucauld et Louis Massignon, Paris, Albin Michel, 2008, 379 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1063

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page