Navigation – Plan du site
Recensions

Cardinal Henri de Lubac et Jean Bastaire, Claudel et Péguy, Œuvres com­plètes XXX, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 224 p.

Yves Habert
p. 582-583
Référence(s) :

Œuvres com­plètes XXX, Paris, Éd. du Cerf, 224 p.

Texte intégral

1L'édition des œuvres complètes du Cardinal Henri de Lubac vient de s'enrichir du volume sur Paul Claudel et Charles Péguy, reproduisant un livre plus ancien: Claudel et Péguy (Paris, Aubier-Montaigne, 1974). Après les études consacrées à la postérité spirituelle de Joachim de Flore et à Pic de La Mirandole, ce volume complète la huitième section des Œuvres complètes, celle des monographies.

2L'histoire de ce livre est assez singulière. En 1968, survient la décou­verte d'une petite correspondance entre Charles Péguy et Paul Claudel, mais celle-ci est riche en signification. Il ne s'agit pourtant que de quelques lettres et de l'échange de livres, mais cela provoque la demande par Jean Bastaire d'un article au P. de Lubac. En fait, le projet du spécialiste reconnu de Péguy est de pousser le jésuite à donner une plus grande ampleur à la confrontation des deux écrivains. Comme il a été envisagé, le P. de Lubac se met au travail et donne la forme d'un livre à l'article demandé. Hélas, la maladie le contraint à arrêter son entreprise au bout d'une centaine de pages, mais Jean Bastaire la poursuivra, en abordant la question de la correspondance elle-même, pour donner naissance à un livre.

3D'une manière très précise, le P. de Lubac décrit la rencontre de ces deux écrivains que tout sépare dans l'origine, le milieu, le tempérament, les sphères d'influence ou même la conception de l'art (p. 80). C'est donc André Gide qui les a mis en relation en envoyant à Claudel le Mystère de la cha­rité : alors une relation difficile va s'ouvrir. Jean Bastaire analyse la fameuse lettre (10/08/1910) de Claudel à Péguy à propos de Notre Jeunesse, véritable profession de foi antidreyfusarde de la part du « colérique apôtre », ce qui ne l'empêche d'ailleurs pas d'avoir des amis juifs. Péguy opposera le silence à cette lettre, mais le contact se rétablira pourtant par l'envoi d'autres livres et de lettres. Péguy, qui ignore tout du drame intérieur de Claudel, préfère le poète au dramaturge, mais sa demande de rendez-vous restera sans suite de la part de Claudel. Leur relation n'ira donc pas plus loin qu'une estime réci­proque. Claudel, après la mort du poète d'Eve, écrira à l'abbé Brémond regretter de ne pas l'avoir connu (p. 169).

4Tout semble séparer ces deux hommes qui ne se sont donc jamais vus, n'ont échangé que de rares lettres et quelques-uns de leurs livres ; pourtant, ce livre attentif du P. de Lubac etde J. Bastaire dépasse les contrastes appa­rents: en refusant l'apologie d'un certain irénisme ou, au contraire, la cri­tique facile dans le durcissement de leurs positions, ce livre rend finalement hommage à la grâce multiforme de Dieu.

5Dans une vue paradoxale, le P. de Lubac écrit dans Mémoire sur l'occasion de mes écrits que ce livre (un «écrit d'intérêt mineur» selon lui) lui a permis de rendre hommage « sur le tard à deux génies [...], deux poètes théologiens, d'une taille exceptionnelle, non pas accaparés ou exploités, comme certains l'ont dit, mais au contraire trop négligés dans l'Eglise» (p. 200). Il s'acquitte alors symboliquement d'une dette envers eux puisqu'il n'a «pour ainsi dire pas cessé de [s]'imprégner de leur substance », mais pas seulement. En effet, il souhaite que l'Eglise leur rende la place qui leur revient. Plus loin, le P. de Lubac est forcé de constater que «leur œuvre subit une éclipse » (« Plus jamais Claudel », disait-on en mai 1968) ; mais, pour lui, ils n'ont pas encore tout donné : «la génération de demain, si elle se mettait à leur école, étonnerait ses aînés par la hardiesse et la force vive de renou­veau qu'ils lui auraient l'un et l'autre inspirées ». En les réunissant, ce livre permettra alors de mieux les connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Habert, « Cardinal Henri de Lubac et Jean Bastaire, Claudel et Péguy, Œuvres com­plètes XXX, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 224 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 582-583.

Référence électronique

Yves Habert, « Cardinal Henri de Lubac et Jean Bastaire, Claudel et Péguy, Œuvres com­plètes XXX, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 224 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1059

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page