Navigation – Plan du site
Recensions

Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée, Juin 1897. Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris, Éd. du Cerf, 2007,416 p.

Varkey Thottathil
p. 580-581
Référence(s) :

Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris, Éd. du Cerf, 416 p.

Texte intégral

1Deuxième volet d'un triptyque, l'ouvrage se distingue dans la littérature thérésienne par son approche historique et analytique. Historien de référence pour l'histoire contemporaine du catholicisme, l'A. renouvelle la recherche sur Thérèse en revenant sur son autobiographie constituée de trois manuscrits qui présentent une cohésion de style et de contenu. Il y pose une question fondamentale : le « Je » de Thérèse est-il toujours autobiographique ? Le Poème de Septembre a orienté l'enquête. L'ouvrage vise à réviser et restituer le Manuscrit C : 27 lettres, écrites jour après jour par Thérèse à la Mère Prieure, Mère Marie de Gonzague, en l'espace d'un mois en 1897. Il reprend, dans leur matérialité, les conventions utilisées par Thérèse. Il identifie aussi les 27 lettres en s'appuyant sur leurs indices littéraires : incipit, éléments de liaison etc. Ce travail laborieux devra retenir l'attention de tous. Le Manus­crit B apparaît alors comme un poème alors que seul le Manuscrit A béné­ficie du statut d'autobiographie spirituelle.

2L'ouvrage se divise en trois parties. La première évoque les circons­tances et analyse les intentions de ces ultimes textes de Thérèse. On doit renoncer à l'image traditionnelle d'une autobiographie bien constituée. La deuxième partie recompose le texte en 27 lettres, précisant la date de leur rédaction. La dernière partie offre un véritable commentaire réparti en six chapitres selon les thèmes abordés par Thérèse.

3On accordera une mention particulière au débat d'interprétation sur les nuits de la foi de Thérèse. L'A. prend en compte les résultats de la recherche d'auteurs thérésiens comme Conrad de Meester, Hans Urs von Balthasar, Jean-François Six etc. Il livre également son fil rouge : comment l'historien affronte-t-il un essentiel omniprésent mais invisible, impalpable, indicible? «Allons à l'essentiel»; «ne mélangeons pas tout, revenons à l'essentiel»; «ramenons les faits à leurjuste proportion » etc. Ces expressions récurrentes manifestent une intention d'aller au fond des choses. L'A. apporte les preuves que cet ouvrage de commande, comme le furent les deux autres mor­ceaux de l'autobiographie, est une œuvre à l'écriture maîtrisée. La vision d'une Thérèse, simple religieuse, écrivant sur ordre, est constamment et sys­tématiquement mise en question. Il ya là une nouvelle Thérèse, maîtresse de ses œuvres, écrivain capable et soucieuse de transmettre ce qu'elle pense et même ce qu'elle éprouve. Elle est un écrivain. Elle sait fort bien écrire, répète C. Langlois. Au-delà de la reconstitution du Manuscrit, tel est le résultat le plus précieux de la recherche : «Nous sommes en face d'un écri­vain en pleine possession de ses moyens, d'une femme subtile [...] et qui a une parfaite conscience de la qualité de son écriture ». L'expression «œuvre littéraire», employée déjà par Thérèse, livre un indice. Ecrire est pour Thé­rèse un remède qui calme ses douleurs ! Il apparaît encore que le Manuscrit C n'est point une œuvre inachevée : Thérèse a été jusqu'au terme qu'elle s'était fixé. L'A. met aussi en lumière une nouvelle maturité de Thérèse après la réélection au priorat de Mère Marie de Gonzague : nouveau comportement et intuitions sur la charité constituent le fil conducteur du Manuscrit C. L'A. y reconnaît une « seconde maturité », à la suite des tentations de Thérèse contre la foi et ses « nuits » d'une durée supérieure à unan. Nous y découvrons clai­rement une deuxième Thérèse, celle qui abandonne la perspective d'une « autobiographie éclatée » et cherche à ressaisir, dans leur intégralité, les der­nières années de sa vie conventuelle.

4En retour, l'A. n'accorde qu'une valeur assez minime aux témoignages des procès ordinaires et apostoliques. L'historien peut-il ainsi oublier la place, la richesse et l'importance de la recherche de sainteté entreprise rigou­reusement par les congrégations avec l'appui de spécialistes, médecins,psy­chologues, théologiens etc., ce durant plusieurs décennies ? Les témoignages portés sous serment et l'effet d'un vécu commun peuvent-ils être facilement « édulcorés » ? La mise en question des intentions de Mère Agnès semble aussi exagérée : sa crise de jalousie, le caractère possessif des Martin etc. De même, une interrogation s'impose sur la valorisation de la «petite voie», contenue dans le premier chapitre du Manuscrit, qui date pourtant de l'automne de 1894. Mais ces quelques remarques n'enlèvent rien à l'excellence d'une œuvre historique, critique, littéraire, qui obligera tout chercheur à prendre désormais en compte la réalité de trois œuvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Varkey Thottathil, « Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée, Juin 1897. Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris, Éd. du Cerf, 2007,416 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 580-581.

Référence électronique

Varkey Thottathil, « Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée, Juin 1897. Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris, Éd. du Cerf, 2007,416 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1056

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page