Navigation – Plan du site
Recensions

Carol Harrison, Rethinking Augustine's Early Theology. An Argu­ment for Continuity, New-York, Oxford University Press, 2006, 302 p.

Françoise Vinel
p. 573-574
Référence(s) :

An Argu­ment for Continuity, New-York, Oxford University Press, 302 p.

Texte intégral

1Chaque jour ou presque paraissent des articles ou des livres consacrés à l'évêque d'Hippone. L'étude de C. Harrison, qui enseigne à l'Université de Durham, loin de s'attacher à tel ou tel aspect de la pensée augustinienne, se propose d'opposer des arguments à la biographie publiée par Peter Brown en 1967, et plusieurs fois rééditée et traduite (il est dommage, cependant, que la bibliographie ne mentionne pas la biographie de Serge Lancel, parue en 1999). Le portrait tracé par cet historien bien connu de l'Antiquité tardive a accrédité ce que C. Harrison nomme une fatefulpresentation, l'idée qu'il y a deux périodes antithétiques dans la réflexion d'Augustin et qu'un tournant décisif, une véritable «révolution» se produit au milieu des années 390, soit une dizaine d'années après sa conversion et son baptême à Milan : à un jeune homme confiant dans les capacités de la raison humaine et tout imprégné de philosophie platonicienne succéderait un homme d'Eglise pessimiste et attendant tout de la grâce. Une telle perspective a durablement marqué les études augustiniennes, même si, comme l'A. le mentionne, un grand connaisseur d'Augustin, le Père Goulven Madec (disparu il y a quelques mois - que cette modeste recension lui soit dédiée), s'est inscrit en faux contre une telle perception.

2C'est bien comme une relecture des premiers écrits d'Augustin, visant à argumenter en faveur de l'unité de toute son œuvre, que l'ouvrage de C. Harrison s'impose à l'intérêt du lecteur. Déjà auteur de deux livres sur Augustin, elle nous propose une lecture fine de bien des textes, en s'appuyant sur des données chronologiques rappelées dès le premier chapitre. Sur de telles bases, la démonstration prend forme dans huit chapitres, regroupés en deux parties distinctes. Après le chapitre présentant le contexte, les quatre suivants (respectivement : « The révolution of 386 » ; « Ascent (and Des-cent) » ; « Création from Nothing » ; « Paul ») abordent les thèmes habituelle­ment reconnus comme définissant Augustin première manière, si l'on peut dire. Mais, montre avec vigueur l'A., Augustin s'approprie l'héritage de la philosophie platonicienne (transcendance de Dieu ; ascension de l'âme) tout au long des étapes de sa conversion et l'intègre au donné de la foi. Ainsi se faitjour très tôt la reconnaissance de l'initiative de Dieu et de sa grâce ; sur­tout, sa familiarité avec la Genèse et avec les commentaires qu'en ont fait avant lui Tertullien, Ambroise et Basile de Césarée, le conduit à affirmer très tôt l'idée de création ex nihilo et l'abîme qui sépare la créature du Créateur (plusieurs citations des traités sur La vie heureuse et sur La vraie religion étayent l'argumentation de l'A.). Enfin le chapitre sur Paul souligne, à l'aide de plusieurs textes parallèles au récit des Confessions, qu'Augustin était lec­teur de l'apôtre bien avant la scène du jardin de Milan, ne serait-ce que par la place tenue par les écrits pauliniens chez les Manichéens. Mais l'A. s'attache alors, en relisant l'écrit Ad Simplicianum, à montrer que le Paul d'Augustin n'est précisément pas celui des Manichéens.

3Les titres des trois chapitres de la deuxième partie affichent les questions qui dominent dans la crise pélagienne : la chute, la volonté, la grâce. Mais là encore, l'acribie des relectures de C. Harrison est convaincante: l'affirmation de la bonté de la création va de pair avec l'expérience des limites et de l'orgueil de l'homme ; si la doctrine du péché originel prend toute sa place dans le contexte de la controverse avec Pélage, l'A. nous invite à en repérer dès les premiers écrits les premiers linéaments. Elle procède de la même manière dans les chapitres sur la volonté (une occasion de revenir sur les difficultés d'interprétation du De libero arbitrio et d'en montrer l'unité et le lien avec d'autres œuvres de la même période - p. 202-237) et sur la grâce. Les dernières pages, intitulées « A proto-anti-Pelagian » (p. 280­287), sans méconnaître les tensions présentes dans l'immense œuvre d'Augustin, affirment avec force, contre le jugement de Pélage lui-même et, aujourd'hui, d'une partie des spécialistes d'Augustin, que ce dernier n'a jamais été pélagien et l'on peut retenir une des formules de l'A. : «La pensée d'Augustin à ses débuts n'était pas seulement pleinement chrétienne ; elle était aussi pleinement augustinienne» (p. 286).

4Ce rapide parcours de l'ouvrage de Carol Harrison suffira, espérons-le, à en montrer toute la richesse et l'intérêt pour une approche renouvelée de l'œuvre d'Augustin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Carol Harrison, Rethinking Augustine's Early Theology. An Argu­ment for Continuity, New-York, Oxford University Press, 2006, 302 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 573-574.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Carol Harrison, Rethinking Augustine's Early Theology. An Argu­ment for Continuity, New-York, Oxford University Press, 2006, 302 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1043

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page