Navigation – Plan du site
Recensions

Ambrosiaster, Contre les païens et Sur le destin, introduction, texte critique, traduction et notes de M.-P. Bussières, Paris, Éd. du Cerf (coll. Sources Chrétiennes - 512), 2007,273 p.

Françoise Vinel
p. 572-573
Référence(s) :

traduction et notes de M.-P. Bussières, Paris, Éd. du Cerf (coll. Sources Chrétiennes - 512), 273 p.

Texte intégral

1Les deux brefs traités qui composent ce nouveau volume de Sources Chrétiennes sont respectivement les Questions 114 et 115 des Questions sur l'Ancien et le Nouveau Testament, traditionnellement attribuées à l'Ambrosiaster, et introduisent donc un nouvel «auteur» dans la collection. M.-P. Bussières (MPB) consacre une partie de son introduction au status quaestionis quant à l'auteur, précisément: malgré bien des suppositions, depuis l'Antiquité, il reste inconnu ; en appuyant l'hypothèse d'une publica­tion anonyme, MPB a sans nul doute le mérite de nous inviter à renoncer à espérer identifier l'auteur - malgré ce qui paraît être un élément d'autobiographie (p. 137 s.) ; à l'inverse, son argumentation pour faire pré­valoir qu'il s'agit d'un clerc plutôt que d'un laïc est convaincante, de même que les indices qui l'amènent à donner une date commune pour la rédaction des deux questions («peu après 386», p. 41). La polémique anti-païenne et contre l'astrologie est un des lieux communs de la littérature patristique des premiers siècles, ainsi que le montre la suite de l'introduction, non sans quelques longueurs : comme la présentation des adversaires païens de l'Ambrosiaster, Celse, Porphyre et Julien; adversaires possibles seulement, alors pourquoi «sacrifier à ce thème obligé», selon l'expression même de MPB (p. 89)?

2L'édition du texte s'appuie sur celle de Souter (1908), mais un nouvel examen des manuscrits a conduit à quelques modifications et à un nouvel établissement de l'apparat critique. L'annotation minutieuse et les notes com­plémentaires (p. 235-243) donnent de nombreux parallèles dans les œuvres antérieures ou contemporaines de l'Ambrosiaster ; pour le traité sur le destin, il est dommage que la bibliographie des textes anciens ne signale pas le recueil «Les Pères et l'astrologie» (Paris, 2003), qui donne un accès facile, en traduction, aux œuvres ou extraits d'œuvres de Méthode d'Olympe ou Grégoire de Nysse, entre autres, plusieurs fois cités dans les notes (pour Gré­goire de Nysse, en outre, il est dommage que les références soient données à la Patrologie plutôt qu'à l'édition, désormais de référence, de Me Donough).

3Cela dit, les deux Questions se lisent avec grand intérêt. En prenant posi­tion avec virulence contre les croyances et les comportements des païens, l'Ambrosiaster reprend en leitmotiv l'opposition développée par Paul entre sagesse et folie et, en ce sens, il ne fait aucune concession aux philosophes, comme le fait remarquer MPB (p. 66-68). La question Contre les païens fait place, semble-t-il, à une allusion au propre passé païen de l'auteur (§ 16: «Quand nous étions dans l'erreur... »), pour souligner que ce sont bien des faits miraculeux qui l'ont mis sur le chemin de la conversion et non les beaux discours et cérémonies des païens. Et s'il semble assuré que l'œuvre a été écrite à Rome, la mention finale (§ 114) de la conversion de «sophistes et (de) grands de ce monde » peut faire penser au choc produit, si l'on en croit le récit de saint Augustin, par la conversion du rhéteur Marius Victorinus. Ainsi, au cœur d'une argumentation traditionnelle, c'est la confession de foi de l'auteur qui donne vigueur à cet écrit. Le traité Sur le destin, nettement plus développé, s'inscrit lui aussi dans une tradition bien attestée et MPB renvoie à l'étude classique d'A. Mendieta, Fatalisme et liberté dans l'Antiquité grecque. La critique de l'astrologie est étroitement liée à la cri­tique globale du paganisme, mais l'Ambrosiaster s'en prend aussi assez lon­guement aux chrétiens à la «foi inconstante» ifide pendula !) : «dans quel espoir les chrétiens prêtent-ils l'oreille aux astrologues?» (§ 51). Plusieurs développements rappellent alors l'incompatibilité entre la foi au Christ et l'astrologie, ainsi que le rôle effectif de la volonté humaine. Et c'est sur une mise en garde adressée aux chrétiens que s'achève le texte.

4M.-P. Busssières s'est attelée à une nouvelle édition de l'ensemble des Questions de l'Ambrosiaster: on ne peut que s'en réjouir !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Ambrosiaster, Contre les païens et Sur le destin, introduction, texte critique, traduction et notes de M.-P. Bussières, Paris, Éd. du Cerf (coll. Sources Chrétiennes - 512), 2007,273 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 572-573.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Ambrosiaster, Contre les païens et Sur le destin, introduction, texte critique, traduction et notes de M.-P. Bussières, Paris, Éd. du Cerf (coll. Sources Chrétiennes - 512), 2007,273 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1041

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page