Navigation – Plan du site
Recensions

David Meyer, Yves Simoens, Soheib Bencheikh, Les versets doulou­reux : Bible, Évangile et Coran entre conflit et dialogue, Bruxelles, Lessius (coll. L'autre et les autres - 9), 2007, 202 p.

Thomas P. Osborne
p. 569-570
Référence(s) :

Bruxelles, Lessius (coll. L'autre et les autres - 9), 202 p.

Texte intégral

1Souvent le dialogue interreligieux se limite à un effort pour comprendre l'autre, alors qu'il y a un besoin pressant d'une lecture critique de sa propre tradition, et ceci afin de «faire une place légitime et respectueuse des tradi­tions et des vérités de l'autre. [...] L'existence de l'autre nécessite un retrait volontaire, dans lequel la réalité de notre prochain peut être garantie ». C'est ainsi que le rabbin David Meyer formule la philosophie de ce petit ouvrage. Ensemble, avec le grand mufti pour Marseille, Soheib Bencheikh, ils ont res­senti le « besoin de poser un regard inquisiteur [chacun] sur sa propre tradi­tion afin de véritablement faire avancer les relations entre le judaïsme et l'islam de façon profonde et d'atteindre un niveau de dialogue qui dépasse le cadre trop naïf des 'Salam Alekum' réciproques et usuels » (p. 172). Urgence il y a, puisque très souvent des «versets douloureux» de nos textes sacrés respectifs, «loin de refléter l'amour, le respect et l'estime envers notre pro­chain, sont [...] les causes de sentiments plus vils, sentiments de haine, de violence, de rejet» (p. 15). Et là, la responsabilité collective des trois reli­gions est engagée au-delà la responsabilité des individus ou des groupes qui sont impliqués dans des actes de violence concrets.

2C'est ainsi que trois connaisseurs, chacun des textes sacrés de sa tradi­tion religieuse, s'attachent à la lecture critique de ces versets douloureux, de la Bible juive et du Talmud, de la Bible chrétienne et du Coran et des autres écrits de référence de l'islam.

3Le rabbin Meyer propose une lecture critique du récit du combat des Is­raélites contre Amalek (Ex 17,8-16 et son commentaire en Dt 25,17-19) et de celui du péché de Saul qui n'a pas voué à l'interdit les Amalécites (1 Sm 15,4­23), du sacrifice d'Isaac (Gn 22) et du récit de la conquête du Canaan (Josué). Devant ces textes qui ont souvent incité à la violence, Meyer élabore une « stra­tégie de lecture » dont voici quelques points essentiels. Il ne faut jamais accep­ter de lire un verset biblique en l'isolant totalement du reste de la tradition bi­blique ; en particulier, le texte qui se trouve au centre de la Torah, Lv 19,18, «Tu aimeras ton prochain comme toi-même», constitue l'orientation essen­tielle de la Loi qu'il faut respecter dans l'application de toutes les autres par­ties du Pentateuque. Il faut privilégier une lecture symbolique des textes qui risquent d'inciter à la violence concrète. Le respect de l'esprit d'une tradition ne peut se concrétiser que dans la transgression réelle de certaines ordonnances religieuses. Le rabbin Meyer affirme qu'il n'y a pas d'éthique véritable sans une réflexion profonde sur la théologie de la transgression. Selon lui, consi­dérer la Loi comme un refuge, sans la questionner et sans oser la transgresser, cela aussi s'appelle du fanatisme. Enfin, il faut oser être le partenaire de Dieu et non son esclave ; à l'image d'Abraham qui négocie avec Dieu pour sauver les justes de Sodome, on doit parfois considérer le commandement divin comme une provocation contre laquelle il faut se rebeller. Il est nécessaire d'« accepter que les textes de la Torah puissent être dangereux, car l'esprit dans lequel ils ont été donnés n'a jamais été un esprit de servitude, mais bien plutôt de réflexion, d'engagement et de rébellion» (p. 37).

4Soheib Bencheikh, pour sa part, propose une lecture différenciée des «versets douloureux» des trois écrits de référence de l'islam: le Coran, les hadith, paroles et gestes de Mahomet dont la mise par écrit ne commence qu'un siècle et demi après la mort du Prophète, et le fiqh ou le droit musulman. Une nette distinction est à opérer entre le caractère révélé du Coran et le caractère non révélé des deux autres écrits. Par ailleurs, alors que le Coran fait l'unanimité des différents groupes de l'islam, les hadith ne bénéficient pas de cette reconnaissance commune. Le fiqh, quant à lui, est un recueil de jurisprudence évolutif. Selon Soheib Bencheikh, même le Coran doit être lu et compris dans le contexte historique, social et politique de ses origines. Il est donc nécessaire de situer les versets contre les gens du livre ou de l'évangile dans le cadre des conflits d'époques diverses avec pas seu­lement des juifs et des chrétiens, mais également avec des groupes poly­théistes d'Arabie aux origines de l'islam. Les conflits doctrinaux sur la manière d'articuler la foi monothéiste marquent profondément les rapports entre les trois religions monothéistes, comme ce fut déjà le cas des débats sur la christologie à l'intérieur du christianisme.

5La contribution d'Yves Simoens, jésuite et exégète, sort quelque peu du cadre de la démarche de ses deux interlocuteurs. Plutôt que d'aborder direc­tement les versets douloureux du canon chrétien, surtout en ce qui concerne les relations entre chrétiens et juifs, ou plutôt entre juifs chrétiens et juifs qui n'ont pas accepté Jésus comme Messie, le père Simoens propose une lecture globale de l'évangile de Jean qui met en question l'interprétation dite anti­juive du quatrième évangile.

6Le volume commence avec une préface d'Alexandre Adler, professeur d'histoire et éditorialiste au Figaro et à France Culture. Il s'achève avec une discussion en table-ronde entre les trois intervenants animée par Jacques Scheuer, professeur d'histoire des religions, maintenant émérite, à l'Université Catholique de Louvain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas P. Osborne, « David Meyer, Yves Simoens, Soheib Bencheikh, Les versets doulou­reux : Bible, Évangile et Coran entre conflit et dialogue, Bruxelles, Lessius (coll. L'autre et les autres - 9), 2007, 202 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 569-570.

Référence électronique

Thomas P. Osborne, « David Meyer, Yves Simoens, Soheib Bencheikh, Les versets doulou­reux : Bible, Évangile et Coran entre conflit et dialogue, Bruxelles, Lessius (coll. L'autre et les autres - 9), 2007, 202 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 07 octobre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1036

Haut de page

Auteur

Thomas P. Osborne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page