Navigation – Plan du site
Recensions

John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l'histoire. III. Attachements, affrontements, ruptures, traduit de l'anglais par Charles Ehlinger et Noël Lucas, Paris, Éd. du Cerf (coll. Lectio Divina), 2005, 740 p.

Michèle Morgen
p. 567-568
Référence(s) :

traduit de l'anglais par Charles Ehlinger et Noël Lucas, Paris, Éd. du Cerf (coll. Lectio Divina), 740 p.

Texte intégral

1Les travaux de J.P. Meier sur le Jésus de l'histoire, ce «Juif énigmatique» (titre original : «A Marginal Jew») n'ont pas encore pu être honorés par une recension de la Revue. Bien que sur le tard, je propose d'attirer l'attention sur le dernier volume paru ; déjà annoncé, un quatrième ouvrage prolongera cette magnifique recherche.

2Les premières pages reprennent les points principaux des deux tomes pré­cédents (l-ll), ce qui permet au lecteur de ressaisir la visée d'ensemble du par­cours, de comprendre la méthode préconisée et de se souvenir des critères uti­lisés dans cette démarche «historique » qui tente de remonter au plus juste et en toute hypothèse à la situation concrète de Jésus de Nazareth. L'ouvrage se compose ensuite de deux grandes parties, l'une sur Jésus le Juif et les personnes juives qui le suivent, l'autre sur ses relations avec des « concurrents » juifs.

3Dans un premier temps, Meier conduit l'examen du cercle extérieur (les foules) vers ceux qui sont désignés comme «les disciples», puis «les douze», et enfin vers chacun des douze pris individuellement. Le premier cercle de « sympathisants à distance » est représenté par les foules si souvent mentionnées dans les différents évangiles. A l'intérieur de ce grand cercle se dégage le groupe plus restreint des disciples. Meier cherche d'abord à en éta­blir l'historicité et s'attarde longuement sur les particularités du rapport du Maître Jésus à ses disciples, et réciproquement. Jésus est avant tout un pro­phète eschatologique qui se distingue par la radicalité de son appel et par les exigences inconditionnelles qu'il pose. L'une des particularités des disciples de Jésus porte aussi sur l'ouverture de la communauté « de table » à d'autres membres étrangers au groupe ou de mauvaise réputation (pécheurs, collec­teurs d'impôts, etc.). Dans ces pages (77-83), le lecteur trouvera également d'excellentes remarques sur le statut des femmes considérées comme disci­ples. Meier complète le dossier par de nombreuses observations sur ceux qui ont accueilli le Maître dans sa prédication en lui procurant nourriture, loge­ment et autres biens : Zachée, Lazare, Simon le lépreux, Marthe et Marie. Le cercle de relations se restreint ensuite au groupe «des douze» que Jésus a pris l'initiative de créer. La détermination et le projet de Jésus sont à com­prendre comme un acte symbolique, au sens fort du terme, par lequel Jésus inaugure le rassemblement eschatologique des douze tribus d'Israël. L'envoi des douze en mission continue l'œuvre de Jésus et prolonge l'appel adressé à Israël jusqu'à la fin des temps. Meier s'attache enfin au statut particulier de chacun des douze. A propos de Judas, je signale la réédition en 2006 du livre consacré à Judas par H.-J. Klauck (ouvrage mentionné dans son édition de 1987 page 507) : il est désormais disponible en français aux Éditions du Cerf, grâce à la bonne traduction de Joseph Hoffmann (Strasbourg).

4Dans la deuxième partie de son ouvrage,Meier entreprend une étude ap­profondie des relations de Jésus avec ses concurrents juifs. Après avoir brossé un tableau de l'histoire du mouvement juif et insisté à nouveau sur la méthode et les axes retenus (195-218), l'auteur considère successivement les trois grands groupes importants que sont les pharisiens, les sadducéens et les esséniens. Jé­sus a certainement été en contact et en conflit avec les pharisiens, davantage qu'avec les gens de Qumrân retirés au désert ou qu'avec le groupe relativement peu nombreux des sadducéens. Concernant ces derniers et la question de la ré­surrection, Meier note que Jésus a parlé de la résurrection générale des morts bien que de manière occasionnelle et sans développer une théologie systéma­tique des modalités du jugement final. L'auteur établit ensuite une comparai­son soigneuse entre Jésus et Qumrân à propos de l'eschatologie du temple et des règles de conduite. Les différences majeures portent sur la halakah (com­portement), sur le calendrier, qui occupe une place centrale à Qumrân alors que la question est pratiquement insignifiante pour Jésus, et sur la gestion de la haine ou de l'amour des ennemis. Enfin, il convient d'ajouter à la liste les samaritains,présentés à partir des données des évangiles (Matthieu, Luc et Jean) et de celles des Actes des Apôtres. Le cas particulier des scribes s'imposait éga­lement pour cette étude ; bien qu'ils ne représentent pas un groupe religieux particulier, Meier les prend en considération pour corriger précisément l'idée du groupe bien défini qu'on s'en fait habituellement. Pour clore le dossier, l'auteur fait le point sur la question des hérodiens et des zélotes.

5L'ouvrage s'achève sur une conclusion importante qui présente une «Esquisse d'un portrait de Jésus ». Meier y annonce un quatrième tome qui traitera de la question de la relation de Jésus à la loi mosaïque ; s'y ajoute­ront des études sur les paraboles, sur les auto-désignations de Jésus (Fils de l'homme, Fils) et enfin sur l'énigme majeure des raisons qui ont conduit Jésus à être crucifié.

6On l'aura compris, nous sommes devant une «somme» exégétique de grande ampleur et les lecteurs français remercient tout d'abord l'auteur de cette recherche, mais aussi le(s) traducteur(s), les auteurs qui ont contribué à mettre à jour la bibliographie et les Éditions du Cerf. Jacques Schlosser (Strasbourg), spécialiste bien connu des questions relatives au «Jésus de l'histoire», propose une bibliographie complémentaire (681-686) pour chaque section ; qu'il en soit vivement remercié ! Enfin, l'occasion nous est donnée d'informer le lecteur du volume conséquent des Recherches de Science Religieuse (96/2, Avril-Juin 2008) intitulé « Autour d'Un certain Juif Jésus, de John P. Meier» (articles de C. Theobald, J. Schlosser, P. Gibert, etc.) et du colloque programmé sur ce thème pour célébrer le centenaire de cette revue. Les lecteurs auront ainsi l'occasion de mieux saisir l'importance du débat et d'entendre la partie critique qui ne pouvait être abordée, sur un sujet aussi brûlant, dans quelques lignes de présentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l'histoire. III. Attachements, affrontements, ruptures, traduit de l'anglais par Charles Ehlinger et Noël Lucas, Paris, Éd. du Cerf (coll. Lectio Divina), 2005, 740 p. », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 567-568.

Référence électronique

Michèle Morgen, « John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l'histoire. III. Attachements, affrontements, ruptures, traduit de l'anglais par Charles Ehlinger et Noël Lucas, Paris, Éd. du Cerf (coll. Lectio Divina), 2005, 740 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1034

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page