Navigation – Plan du site
Recensions
83.221

Élisabeth Parmentier (dir.), La théologie pratique, Analyses et prospectives, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, 317 p.

Bernard Xibaut
p. 299-300
Référence(s) :

Presses universitaires de Strasbourg, 317 p.

Texte intégral

12008,

2La théologie pratique a ceci de particulier qu’elle ne peut se définir de manière complète qu’à travers la conjonction des définitions théoriques, qui en établissent les caractéristiques, et des lieux concrets où elle est mise en œuvre.

3L’ouvrage qui vient de paraître sous la direction d’Élisabeth Parmentier n’échappe pas à cette règle. Intitulé de manière très sobre « La théologie pratique », il annonce dans son sous-titre d’une part des « analyses », d’autre part des « prospectives ». Mais il a aussi pour originalité de présenter d’emblée, sous la plume de Bernard Kaempf, les diverses définitions et conceptions contemporaines de la théologie pratique en passant en revue une vingtaine d’auteurs – volontairement limités à l’aire francophone – dont plusieurs sont en fait les signataires des articles qui suivent : Gilbert Adler, Isabelle Grellier, Élisabeth Parmentier et Bernard Kaempf lui-même.

4On se trouve dès lors conduit à établir le parallèle entre la manière dont ces auteurs développent la théologie pratique et celle dont ils l’ont définie.

5Ainsi, Gilbert Adler caractérise-t-il le théologien pratique comme « un homme des interfaces » et voit dans sa théologie « une réflexion provisoire, en devenir ». Un peu plus loin, cet auteur nous livre effectivement un itinéraire allant « de l’expérience à sa signification » qui met en jeu de multiples interfaces – notamment avec la psychologie et la sociologie – et montre, en fait de « provisoire » le « déplacement de légitimation » qui s’est opéré en l’espace de quelques années pour les agents pastoraux, qui ne trouvent plus leur identité dans un statut social bien défini, mais dans une fonction qualifiée par la maîtrise de pratiques.

6Kaempf a retenu, pour Isabelle Grellier, la référence à une réflexion théologique concernant « la mise en œuvre de la Parole au plan communautaire ». Cependant, la place de la Parole apparaît peu dans les deux contributions qu’elle signe plus loin sur la ritualité et la diaconie, l’intérêt de la première étant plutôt d’identifier un tournant favorable aux rites dans le monde protestant depuis une vingtaine d’années, nonobstant l’orthodoxie barthienne.

7Élisabeth Parmentier, qui a dirigé l’ouvrage, signe non seulement l’introduction, mais encore une contribution sur « la corrélation critique », notion empruntée à Marc Donzé, ancien professeur de théologie pratique à l’Université de Fribourg et qui lui semble apte à servir d’outil privilégié à une réflexion sans cesse confrontée aux écarts entre l’expression traditionnelle de la foi et la pensée contemporaine sécularisée. Quant à Kaempf lui-même, après nous avoir initiés, dans sa présentation, aux aiguilles, aux aiguillages et aux aiguillons, il manie lui-même les aiguilles pour « tricoter » sur l’accompagnement pastoral dans la deuxième section, dite des « chantiers ». On ne s’étonnera pas, dans cette seconde partie, que le volume accorde aussi une place à l’accompagnement spirituel (Robert Moldo), à la liturgie comme lieu théologique (François Wernert) et à la catéchèse (Richard Gossin et Denis Fricker), lieux classiques de la recherche menée à Strasbourg.

8Les développements de la seconde partie peuvent également être mis en lien avec les « démarches en théologie pratique » mises en évidence par Alain Roy au début de l’ouvrage, avec une belle insistance sur un mouvement de la pensée qui, s’ordonnançant en une « recherche-action », reste toujours en prise sur « une des caractéristiques de la société contemporaine ».

9On trouve d’ailleurs la confirmation de la théorisation de la démarche dans la présentation du « croire aujourd’hui » selon Christine Aulenbacher, avec un tableau fort intéressant qui met en lien la quête de sens des adultes d’aujourd’hui avec les ressources de la foi chrétienne, et en dégage des questions pastorales.

10Au final, on salue la parution d’un ouvrage manifestant de belles collaborations entre faculté catholique et faculté protestante, enseignants actuels et émérites, avec les transversalités aisées que permet la théologie pratique.

11Au-delà des apports particuliers, cet ouvrage pose sans doute la question ultime et redoutable sur une discipline théologique visiblement en phase d’identification plus claire et de reconnaissance mieux fondée : si, à une certaine époque, on a pu regarder la théologie pratique comme une catégorie mineure de la réflexion théologique, on peut se demander aujourd’hui si la théorisation poussée dont elle bénéficie à présent ne risque pas trop de l’éloigner de ses fondements pratiques ! C’est le défi constant d’une discipline qui, appuyée sur l’expérience et tournée vers l’application, ne souhaite à juste titre jamais s’affranchir de la recherche critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Xibaut, « Élisabeth Parmentier (dir.), La théologie pratique, Analyses et prospectives, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, 317 p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 299-300.

Référence électronique

Bernard Xibaut, « Élisabeth Parmentier (dir.), La théologie pratique, Analyses et prospectives, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, 317 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.221, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1008

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page