Navigation – Plan du site
Recensions
83.22

Fred Poché, Blessures intimes, blessures sociales. De la plainte à la solidarité, Paris, Cerf, 2008, 174 pages

Yves Labbé
p. 298-299
Référence(s) :

Paris, Cerf, 174 pages

Texte intégral

1L’ouvrage fait suite à Une politique de la fragilité, recensé antérieure- ment (2005, p. 291-292). Après avoir traversé 4 interprétations de la relation sociale en fonction de quelques philosophies récentes, l’auteur retrouve maintenant les fragilités individuelles et collectives pour y tracer un nouveau parcours qui, selon le sous-titre, va de la plainte à la solidarité. Ce parcours s’expose en 3 parties. (1) La substitution d’une plainte dynamique à une plainte passéiste conduit au partage de la parole dans lequel les actes de donner et de recevoir deviennent contemporains. (2) C’est par un triple souci, à la fois de soi, de l’autre et du monde, qu’une sortie de l’oppression apparaît possible : par appropriation d’une situation, prise de distance à son endroit, enfin sa réappropriation responsable. (3) Une éthique de la parole, passant par l’étonnement, le jugement, l’argumentation, enfin une authentique affirmation de puissance, appelle une esthétique de la solidarité : « capacité à relever, dans le monde social, la beauté des fragilités qui s’efforcent de se constituer comme force » ; « un déploiement de la joie partagée qui dépasse la plainte impuissante » (p. 136).

2En chemin, l’auteur introduit des séries de distinctions présentant un caractère normatif. L’identité narrative risque ainsi de s’inverser en identification narcissique quand la mémoire se ferme à la critique (p. 81). Il lui faut passer par le « méta-narratif » (p. 35). Les néologismes ne manquent pas, empruntés ou construits. Les traces de la philosophie analytique se reconnaissent à décrire, classer et ordonner. En retour, une attention vive à l’in- time, à l’interpersonnel et au social, nourrie dans les cités autant que dans les livres, réveille sans cesse l’intérêt. Les propos tenus sur la personne handicapée, en tant que paradigme d’une action libératrice, ne cèdent ni à l’abs- traction ni à l’émotion. Aborder autrui comme « frère ou sœur en fragilité » (p. 105) relève de la rigueur éthique. L’auteur nous a habitués à l’usage des récits issus de la littérature, de l’histoire ou du quotidien. Ils ont une portée à la fois argumentative et éducative. Ajoutés à plusieurs tableaux récapitula- tifs comme à quelques encarts, sur le modèle des publications de la Chro- nique sociale dont F. Poché est coutumier, ils montrent que ceux dont on parle gardent un droit à comprendre : requête au moins idéale pour une philosophie pratique et sociale.

3Après avoir parlé de frère ou de sœur, F. Poché écarte la fraternité au bénéfice de la solidarité (p. 132). Assurément, cette solidarité n’a rien d’ethnique. L’ouverture à l’universel reste toujours présente. Il est juste aussi que la fraternité demeure indirectement attachée au masculin. Mais n’ajoute-t-elle pas en propre une ascendance symbolique qui, si elle trace une limite, conserve la capacité de se dépasser dans l’universel ? Ce point n’est certes pas déterminant pour une éthique de la fragilité en recherche de ce qu’elle a déjà expérimenté : qu’il y a une vérité en éthique. La tentation de faire du bien ne compromet pas la validité d’une visée du bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Fred Poché, Blessures intimes, blessures sociales. De la plainte à la solidarité, Paris, Cerf, 2008, 174 pages », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 298-299.

Référence électronique

Yves Labbé, « Fred Poché, Blessures intimes, blessures sociales. De la plainte à la solidarité, Paris, Cerf, 2008, 174 pages », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.22, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1007

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page