Navigation – Plan du site
Recensions

Joseph Famerée et Gilles Routhier, Yves Congar, Paris, Cerf, coll.« Initiation aux théologiens », 2008, 311 p.

Michel Deneken
p. 294-296
Référence(s) :

Paris, Cerf, coll.« Initiation aux théologiens », 311 p.

Texte intégral

12008,

2Deux connaisseurs d’Yves Congar, de la genèse de ses idées, de l’évolution de sa pensée, et de sa réception dans la théologie et par le magistère, ont uni leur expertise pour fournir un nouveau tome à la collection « Initiation aux théologiens » des éditions du Cerf. Reprenant la structuration propre à cette collection, Joseph Famerée et Gilles Routhier, dans une première partie, proposent une biographie intellectuelle de Congar. Dans la seconde partie sont présentées ses idées maîtresses. La troisième, qui déploie une géographie de l’œuvre, met en évidence le large spectre de la théologie congarienne. Une courte quatrième partie montre la fécondité intellectuelle de Congar. Enfin, la cinquième partie propose une sélection de textes. La difficulté d’un ouvrage sur Yves Congar ne réside certes pas dans sa biographie. Toutefois, il est bon et utile de relire à quel point il a épousé cette période du XXe siècle allant de la sortie de la première guerre mondiale à l’après-Vatican II. On découvre aussi que l’unité de cette vie ne fut pas tant la recherche théologique que la quête spirituelle. Cette spiritualité peut-être désignée comme une spiritualité ecclésiale dont la crédibilité apparaît avec éclat dans les épreuves que Congar dut affronter dans la suspicion et les mises à l’écart, qui ont creusé son amour de l’Église.

3L’objet de la longue et très minutieuse deuxième partie se révèle particulièrement difficile s’agissant de Congar. En effet, pour rendre compte le plus fidèlement possible de ses idées, il faut les suivre de leur genèse jusqu’à leur aboutissement, certes, mais en ayant le courage de les chercher dans des résurgences, pour en montrer les évolutions, tout cela avec pédagogie. Plutôt thématique, et génétique juste quand il le faut, la présentation des principales idées fait apparaître une pensée en évolution constante. En même temps on peut déterminer un point de départ et un point d’arrivée, une sorte d’efficacité des idées qui permet de discerner un « avant » et un « après ». Au bout de cette présentation, il apparaît nettement que le fil rouge de l’œuvre théologique de Congar fut la question de la Tradition, qu’il s’agisse du concept comme tel, ou des instances qui la portent et la supportent, l’Église et ses ministères, ou de son objet, la foi en Jésus Christ et la pneumatologie. Tout aussi nettement il ressort que la théologie de Congar a toujours été en évolution parce qu’elle n’a jamais représenté un but en soi, mais fut toujours et seulement motivée par son objet. En cela il était bien fils de saint Thomas : la théologie est l’art de la question. Le chapitre conclusif de la 2e partie met en lumière la spécificité de l’apport de Congar à l’ecclésiologie : partir de l’Église telle qu’expérimentée concrètement, faire l’histoire des problématiques, ne jamais perdre de vue la dimension anthropologique, donner à l’Écriture la place essentielle qui lui revient, laisser les autres confessions chrétiennes interpeller la tradition catholique : telle se définit sa méthodologie.

4La 3e partie sera vraiment utile à ceux qui veulent (re-)découvrir Congar car elle se donne comme une boussole permettant de s’orienter dans sa foisonnante production. Cette géographie de l’œuvre est proposée selon deux axes, chronologique et thématique. On notera que cette partie permet de tordre le cou à une idée reçue selon laquelle Congar ne serait pas un théologien systématique : sur l’Esprit saint, la Tradition, le laïcat, le ministère de communion, il a laissé des œuvres vraiment construites et dont l’influence perdure.

5La fécondité de Congar, à laquelle est consacrée la 4e partie, est énorme, on le sait ; pas un théologien de la 2e moitié du XXe siècle qu’il n’ait marqué. Les auteurs soulignent que cette fécondité s’explique par les deux sources qui ont rendu Congar si inspirant : son thomisme originel et l’événement conciliaire. Jusqu’à présent courait l’idée qu’il était difficile de synthétiser la pensée de Congar. G. Routhier et J. Famerée s’y sont risqués avec succès. Ils rappel- lent ainsi qu’il faut lire Congar, aujourd’hui plus que jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Joseph Famerée et Gilles Routhier, Yves Congar, Paris, Cerf, coll.« Initiation aux théologiens », 2008, 311 p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 294-296.

Référence électronique

Michel Deneken, « Joseph Famerée et Gilles Routhier, Yves Congar, Paris, Cerf, coll.« Initiation aux théologiens », 2008, 311 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 02 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1005

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page