Navigation – Plan du site
Recensions
83.217

Henri de Lubac, Carnets du Concile, Paris, Ed. du Cerf, 2007, 2 volumes, 566 p. et 567 pages

Jean-Pierre Wagner
p. 292-294
Référence(s) :

Paris, Ed. du Cerf, 2 volumes, 566 pages (vol. 1) et 567 pages (vol. 2)

Texte intégral

1Une nouvelle contribution vient enrichir notre connaissance du Concile Vatican II, des travaux historiques se sont ajoutés aux premières chroniques et aux témoignages des grands acteurs, évêques ou théologiens. Les notes du P. de Lubac étaient attendues, elles nous sont offertes. Une longue introduction de Loïc Figoureux, jeune éditeur scientifique, nous livre l’histoire des Carnets et l’hésitation du P. de Lubac face à leur publication. Mais, surtout, L. Figoureux s’est livré à un abondant travail de notices chronologiques pour présenter toutes les personnes citées et a effectué un important travail de traductions. H. de Lubac, en effet, prenait scrupuleusement des notes au moment précis où les interventions étaient prononcées et il lui arrivait souvent d’user de la langue latine. Nous disposons ainsi de deux volumes facilement utilisables et d’une grande valeur scientifique.

2H. de Lubac n’écrit pas une histoire du Concile, il s’en fait plutôt l’écho, son écoute dans l’enceinte conciliaire ou dans les commissions est précise et attentive. Mais l’auteur ne s’interdit pas de livrer, avec netteté, ses propres réactions ! Du coup, les familiers de l’œuvre lubacienne n’auront pas beau- coup de mal à croiser les Carnets avec certains ouvrages du théologien. Faut- il rappeler que Vatican II s’est déroulé sur quatre sessions de 1962 à 1965 et qu’il fut précédé par les travaux de la Commission théologique préparatoire à partir de l’été de 1960 et qu’il comporta, pendant toutes les sessions et en dehors d’elles, de nombreuses commissions et des groupes de travail. Les Carnets couvrent la période du 25 juillet 1960 au 8 décembre 1965, un vaste panorama nous est ainsi proposé, de nombreux débats sont évoqués.

3Henri de Lubac arrive à Rome d’une manière inattendue, Jean XXIII le tire d’une période d’effacement consécutive à la crise liée à la publication de Surnaturel. Néanmoins de Lubac est connu par beaucoup d’experts et par beaucoup d’évêques, les uns se réfèrent à ses œuvres, les autres continuent à les rejeter. A la commission théologique préparatoire, il se trouve en milieu hostile, beaucoup de ses « adversaires » contrôlent les rouages, il a même l’impression qu’on veut encore tester son orthodoxie (t. 1 p. 32 note 2) ou qu’on prépare des textes pouvant le condamner (t. 1 p. 37). L’extrême sensibilité de l’auteur apparaît, principalement dans les nombreuses pages qui font allusion au P. Dhanis qui joua, auprès de Père Général des Jésuites, un rôle déterminant dans ses ennuis passés. H. de Lubac ne parvient pas à s’expliquer avec le P. Dhanis (t. 1 p. 40, p. 49).

4Les schémas préparés par les organismes romains ne suscitent pas l’enthousiasme du P. de Lubac ; grâce au travail du Concile, ils seront refondus, corrigés, transformés, améliorés. C’est l’occasion, pour le théologien, de dire les raisons profondes, donc théologiques, de ses réserves. Il livre ainsi des pages sur la théologie romaine considérée comme une école, il s’agit d’une scolastique tardive, rationaliste, argumentative mais ayant perdu le sens du Mystère (t. 1 p. 86). Les arguments sont puisés dans la tradition récente et dans les textes du Magistère. La grande tradition patristique et médiévale est ignorée, la Bible elle-même est plus utilisée pour justifier des thèses que pour les inspirer (t. 1 p. 53). Lubac souligne aussi le caractère peu christologique de cette théologie qui hypertrophie tout ce qui touche au gouvernement de l’Église (t. 1 p. 86). « Que sera ce Concile ? » note de Lubac (t. 1 p. 87) avec inquiétude. A travers cette description d’une théologie qui n’est pas la sienne apparaît, en filigrane, l’originalité du geste théologique que de Lubac a posé dans ses écrits.

5C’est dans ce contexte que défilent, au long des pages, tous les grands débats théologiques qui animeront ceux du Concile dans ses diverses sessions : débats sur la Révélation, sur la fameuse et ambiguë question des deux sources (Écriture et Révélation), sur le Mystère de l’Église, sur la collégialité épiscopale, sur la médiation de Marie, sur l’œcuménisme, sur la liberté religieuse… débats qui trouveront leur solution et leur équilibre dans les textes adoptés.

6Les Carnets sont bien de nature théologique, ils se proposent de livrer une intelligence théologique du Concile, mais ils sont aussi vivants et concrets. H. de Lubac ne se prive pas de rapporter « les bons mots » – souvent cruels – formulés par les uns et les autres, il évoque aussi les grands cardinaux qui sont les chefs de file les cardinaux Ottaviani, Ruffini, Siri, d’une part et d’autre part les cardinaux Frings, Döpfner, Liénart, Suenens, sans oublier le fougueux patriarche melkite Maximos IV que les conflits avec la Curie n’effraient d’aucune manière… Au Concile, de Lubac est expert –peritus– nommé officiellement par le Pape, s position est plus assurée qu’à la commission préparatoire.

7A ce titre, il déploie une intense activité mais à sa manière, c’est-à-dire sans occuper le « devant de la scène », il respecte son devoir de discrétion et ne s’enferme pas dans des réseaux qui deviendraient idéologiques. Il travaille à des textes, donne des conférences, révise des interventions d’évêques ou les traduit en latin ! Et néanmoins, il trouve du temps pour d’autres activités, la principale est, peut-être, la défense de son ami Teilhard de Chardin : Lubac multiplie les conférences, les débats, distribue ses livres, fournit des textes. Il trouve aussi le temps de relire des épreuves (la correspondance Blondel-Valensin) et de recevoir des étudiants qui viennent le consulter dans leur travail de thèse.

8Notre théologien fait, bien sûr, état de sa collaboration confiante avec d’autres experts, avec Rahner homme de réseaux, soutenu par l’épiscopat allemand et préparant des textes, avec Daniélou également actif. Mais c’est du P. Martelet qu’il est le plus proche ; ce dernier fait preuve d’une activité débordante auprès des évêques africains et rédige beaucoup de notes. H. de Lubac les relit, corrige les épreuves, distribue les polycopiés de son ami (cf. t. 1 p. 219, 415 ; t. 2 p. 139, 142, 200, 312…).

9Faut-il parler de l’épiscopat français ? A propos des évêques, H. de Lubac est à la fois abondant et sévère, non pas à l’endroit des hommes, mais à l’égard de leur manque d’organisation, de leur peu d’intérêt pour les débats théologiques (t. 2 p. 421), de leurs interventions trop oratoires, trop pieuses, mal ciblées. Mgr Marty, futur cardinal, alors archevêque de Reims, est souvent égratigné. Il avait salué un jour de Lubac en l’appelant avec malice « l’ange gardien du Concile » (t. 2 p. 258) mais il ne semble pas saisir la portée des remarques que Lubac vient lui adresser : « il m’écoute d’un regard bon, mais mort et étonné » (ibidem). Avec l’influent Mgr Garrone (Toulouse), futur cardinal de Curie, de Lubac évoque un manque de confiance, le prélat l’évite ou est distant (t. 2 p. 47, p. 63, p. 211), y compris dans leurs échanges. Heureusement les relations sont meilleures, pour diverses raisons, avec d’autres : Mgr Collini, Mgr de la Brousse, Mgr Pourchet. C’est surtout à l’égard de Mgr Emile Blanchet, Recteur de l’Institut catholique de Paris et ancien évêque de Saint-Dié, que de Lubac exprime son estime (t. 1 p. 469 ; t. 2 p. 18, p. 47, p. 200) mais Mgr Blanchet est lui-même un peu marginalisé : « bon, courtois, loyal, trop intelligent pour être classé et exercer une influence un peu forte sur notre épiscopat » (t. 2 p. 417).

10Le vent tourne. H. de Lubac est heureux de voir l’évolution des textes conciliaires, leur formulation est devenue satisfaisante ; c’est vrai pour la révélation, pour la collégialité, pour l’œcuménisme. Mais il commence aussi à pressentir quelques dérives dans l’interprétation des textes. Le fameux schéma 13, devenu Gaudium et Spes, est un laboratoire. Certains opposent trop théologie et pastorale, ont un discours essentiellement sociologique, ne parlent pas assez de l’homme selon la révélation, tiennent des propos confus sur le monde… de Lubac refuse de les suivre. Il critique Schillebeeckx (t. 2 p. 327) et quitte le comité directeur de la Revue Concilium (t. 2 p. 455). Mais le travail sur le schéma 13 est aussi l’occasion d’une fructueuse rencontre avec Mgr Wojtyla qui s’intéresse beaucoup à ce texte sans renoncer à des exigences intellectuelles fortes, les deux hommes s’apprécient et travaillent ensemble (t.2 p. 363, 376, 382, 391, 392) ; le P. de Lubac sera élevé au cardinalat précisément par Jean-Paul II. Mais pour l’heure, de Lubac s’emploie à défendre Paul VI critiqué maintenant par « l’aile marchante » (t. 2 p. 303). Le vent tourne aussi pour de Lubac lui- même. Suspecté au début du Concile, il fut un des invités à concélébrer avec le pape à l’occasion de la promulgation de la constitution dogmatique de divina Revelatione le jeudi 18 novembre 1965 (t. 2 p. 459 et 462). Il est également invité par Paul VI à sa table, le 5 décembre 1965, en compagnie de J. Guitton et de O. Cullmann (t. 2 p. 477) ; le Pape lui parle de ses livres. Depuis longtemps, Mgr Montini était un lecteur du P. de Lubac, il ne s’en était pas caché à Milan. Les Carnets se terminent à la date du 8 décembre 1965 par de simples remarques : « Cérémonie sur la place Saint-Pierre – Adieux rapides – quitté Rome, le soir, en compagnie du P. Martelet. – Entre Chambéry et Lyon, causé avec le cardinal Villot ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Henri de Lubac, Carnets du Concile, Paris, Ed. du Cerf, 2007, 2 volumes, 566 p. et 567 pages », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 292-294.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Henri de Lubac, Carnets du Concile, Paris, Ed. du Cerf, 2007, 2 volumes, 566 p. et 567 pages », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.217, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1002

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page